AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marc de Gouvenain (Traducteur)Lena Grumbach (Traducteur)
EAN : 9782253056003
635 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/09/1991)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 506 notes)
Résumé :
En France, jusqu'à présent - sans parler des résumés de l'histoire circulant sous diverses formes, souvent illustrées - on ne connaissait ce roman que dans une version considérablement abrégée, tout simplement amputée d'un bon tiers ! (...). Réduire les aventures de Nils Holgersson aux simples démêlés entre un garçon et un comte, entre des oies sauvages et un renard, est aussi barbare que réduire Don Quichotte au combat contre les moulins à vent. Le temps est heureu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (84) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  09 août 2014
Quel roman porte mieux son titre que celui-ci ? Car il s'agit réellement d'un merveilleux voyage à travers la Suède que nous propose Selma Lagerlöf.
Même sans ce thème, lire ce roman aurait de toute façon été un moment merveilleux tant le style de l'auteur est envoûtant et la narration belle, tout empreinte de l'affection profonde qu'elle porte à sa patrie.
Nils Holgersson, pour moi, c'est d'abord le savoureux souvenir plein d'heureuse nostalgie de l'enfance... Enfance au cours de laquelle j'ai visionné encore et encore la série animée, partant en compagnie de Nils et de Quenotte sur les ailes du jars Martin, en route pour la Laponie. C'est donc avec un effet "madeleine de Proust" indéniable que je me suis lancée dans la lecture de ce joli pavé. J'y ai retrouvé intactes mes impressions d'enfant, je me suis enthousiasmée non seulement pour les aventures et les péripéties de Nils, ce vaurien transformé en lutin pour punition de ses nombreuses bêtises et de son mauvais tempérament, mais aussi pour la Suède et la découverte de ses vallées et montagnes, de ses fleuves et forêts.
Ce roman pourrait être rapproché de l'oeuvre d'Augustine Tuillerie, "Le tour de la France par deux enfants" car sa portée est d'abord éducative ; Selma Lagerlöf a en effet entrepris sa rédaction à des fins d'enseignement scolaire pour favoriser la connaissance de la géographie, de l'histoire, des traditions, des légendes et du folklore suédois. Dans "Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède", c'est effectivement tout cela que le lecteur découvre, parfaitement structuré autour d'une trame passionnante et qui répond à l'un des rêves les plus fous et les plus anciens de l'homme : voler, devenir un oiseau et contempler le monde depuis les cieux. Trolls, géants, lutins... le fantastique est présent à travers les quelques 600 pages de cette histoire passionnante et attachante qui se rapproche souvent du roman d'aventures mais parfois aussi de la fable, ailleurs du conte et ponctuellement de la parabole.
Avant même de lire Selma Lagerlöf, je nourrissais une affection particulière pour la Suède, pays très "nature" que j'ai eu le plaisir de parcourir. Nul doute que ma connaissance de cette nation a contribué à me faire apprécier pleinement une lecture dont l'approche très descriptive pourrait lasser des lecteurs moins curieux ou intéressés mais pour ma part, j'ai vraiment aimé pénétrer l'intimité de l'identité suédoise par ce roman qui bien qu'étant d'abord destiné aux enfants n'en demeure pas moins une très belle expérience à entreprendre à n'importe quel âge.

Challenge NOBEL 2013 - 2014
Challenge PAVES 2014 - 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          786
Myriam3
  25 janvier 2016
Ce soir je rentre d'un long et merveilleux voyage... j'ai encore, dans les oreilles, le caquètement des oies sauvages sur la grève, mêlé au souffle du vent et au calme fracas des vagues... j'ai encore dans les yeux, la lumière mélancolique du soleil couchant sur la crête des montagnes suédoises, le feuillage ocre des forêts d'automne et le paysage fuyant sous les roues d'une locomotive crachant sa fumée, des mètres plus bas... et puis, en fermant les yeux, je sens encore le varech et la plage, mais aussi l'humidité des mines et l'odeur des étendues de neige de la Laponie, et enfin, sous mes doigts, le duvet de Martin le jars de la ferme d'Holger Nilsson, ce fameux jars blanc parti rejoindre Akka et les oies sauvages, Nils transformé en tomte accroché à lui.
Au cours de ce voyage, j'ai entendu les légendes du Nord, celle des géants qui ont formé la Suède, ses cours d'eau, ses montagnes et ses moulins. J'ai écouté les animaux sauvages parler de leur pays avec amour, eux qui le connaissent si bien, et de la main de l'Homme bien trop souvent intrusive. J'ai découvert comment les enfants y vivaient en 1900 et j'ai surtout entendu la voix de Selma Lagerlöf parlant de tolérance, générosité et de la protection de la nature, creusée, incendiée, maltraitée, puisée, s'adressant à la jeune génération pour les inciter à plus de respect.
Quel beau voyage,et quel merveilleux compagnon que cet intrépide Nils Holgersson!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          796
Witchblade
  28 août 2019
J'ai récupéré ce livre parmi d'autres qu'un collègue voulait bazarder, je lui avais aussi pris « L'Atlantide », « Le cercle » ou les Pearl Buck. Ce roman m'avait intrigué à cause de son long titre et de la mention de la Suède, un pays que j'aime beaucoup, ainsi qu'avec le mention du conte. Cela me fait découvrir un peu le folklore scandinave. Cette lecture me permet de valider ma dernière pioche de Septembre 2018.
L'histoire est quand même longue à lire car il y a beaucoup de descriptions de paysages. Au début, il me tardait juste d'en apprendre plus sur l'incroyable voyage de Nils, le Poucet. Il n'y a pas que les paysages qui sont décrits mais tout ce qui entoure Nils : les oiseaux rencontrés, les animaux, les villes, le ciel, la mer… Et au milieu de tout ça, on a quelques dialogues et les différentes aventures de Nils suivant les situations dans lesquelles il se retrouve en compagnie des oies sauvages. Quelquefois, il vivait des aventures tout seul car un renard a essayé à plusieurs reprises de se venger de ce groupe d'oies sauvages par le biais du petit Poucet, il n'a pas d'ailes, il est donc plus vulnérable que les oies. Par moment, j'avais l'impression de lire des cours d'histoire et de géographie sur la Suède, mais c'est tellement bien raconté que c'est très intéressant à lire. Chaque chapitre me faisant penser à un nouveau conte, j'ai finalement mis pas mal de temps à finir ce roman (quasi 1 an, commencé fin Octobre 2018). Comme j'avais du mal à m'y concentrer longtemps, j'ai vite pris la décision de le lire en plusieurs fois. Au début, je pensais lire un chapitre à chaque nouvelle fin de roman mais j'ai eu tendance à l'oublier sur plusieurs mois. Étant encore peu motivée pour reprendre les romans, j'ai donc décidé de le finir car le voyage qu'il procure est très intéressant et j'aimerais bien savoir ce qu'il va advenir de Nils à la fin de son voyage avec les oies sauvages. Par moments, on suit également les aventures d'Asa la gardeuse d'oies et de son frère le petit Mats, Nils les avait rencontré au début de son périple. Superbe histoire comme on en rencontre peu.
Comme vous l'aurez compris, ce roman est une excellente découverte et un excellent voyage en compagnie de Nils et de ses amies les oies sauvages. J'ai même failli pleurer à la fin, je ne m'attendais pas à celle-ci. Je suis bien contente de m'être laissée tenter par le résumé intrigant de ce vieux roman tout défraîchi. Je remercie donc Flaubauski pour cette excellente pioche qui m'aura permis de découvrir une histoire très originale et qui fait voyager très loin. J'aurais mis du temps pour le lire mais je suis contente d'avoir persévérer dans cette lecture, je m'endormais rapidement au tout début de celle-ci. Si vous êtes amateurs de contes et de voyages dans les pays scandinaves, je vous conseille très fortement de découvrir ce roman et cette auteur. Pour ma part, il faudra que je fouille sa bibliographie pour y trouver d'autres perles du même genre.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          486
llamy89
  06 avril 2017
Le livre qui a changé ma vie !
C'est avec ce livre qu'enfant, j'ai découvert qu'on pouvait voyager immobile, depuis je n'ai cessé de lire :-)
l'histoire d'un petit dur à cuir, gardien d'oies, farceur et insouciant, méchant parfois, à tourmenter les animaux de la ferme, va être ensorcelé, prendre la taille du lutin de la maison qui lui a jeté un sort.
Du merveilleux dans les paysages et de la tendresse dans les aventures de ce chenapan. Un livre à offrir absolument aux enfants qui vous entourent pour leur donner le goût de la lecture et de l'aventure.
Commenter  J’apprécie          582
thedoc
  01 janvier 2018
La période des vacances est le moment idéal pour partir en voyage et quelle meilleure destination que la Laponie en cette période de fêtes ? Je suis donc partie dans le Grand Nord, non pas pour y découvrir le Père Noël mais pour suivre les traces de Nils Holgersson et des oies sauvages.
Si comme moi vous aviez une dizaine d'années dans les années 1980, vous n'avez pas pu passer à côté de la version animée du célèbre ouvrage de Selma Lagerlöf, « Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède »,dont pour ma part j'étais fan. Si le dessin animé n'a retenu que les nombreuses péripéties de Nils, l'ouvrage original de plus de 600 pages fait lui la part belle aux descriptions des provinces historiques suédoises que le troupeau d'oies  parcourt tout au long de sa migration. L'auteur, Prix Nobel de littérature, avait reçu une commande du Ministère de l'Education suédois pour rédiger un livre qui ferait connaître aux petits suédois la géographie de leur pays. Selma a donc imaginé le personnage de Nils, jeune  garçon de 13 ans vivant dans une ferme en Scanie. Garnement égoïste et paresseux, maltraitant les animaux de la ferme de ses parents,  il est un jour transformé en tomte, sorte de petit lutin scandinave, par le tomte de la ferme. Réduit à la taille d"une souris,  il part sur le dos de Martin le jars blanc en voulant l'empêcher de rejoindre un troupeau d'oies sauvages en partance vers la Laponie. Parlant désormais le langage des animaux , Nils va vivre de fabuleuses aventures qui vont lui apprendre la solidarité,  l'amitié,  le courage et la générosité. 
Avant tout ode à la nature et plaidoyer pour la défense et la protection des animaux, ce livre est également un recueil de contes pour enfants, un guide touristique ou encore un livre écologique . Les descriptions des différentes régions sont magnifiques, quoique parfois un peu répétitives à mon goût, mais elles nous offrent les plus beaux paysages des provinces suédoises. Monuments, châteaux, villes, plaines, landes et marais, îles et archipels, lacs et montagnes, Selma Lagerlöf passe non seulement en revue la géographie de son pays mais aussi son histoire à travers les particularités locales en nous contant toujours les légendes qui entourent la fondation de telle ou telle ville, telle ou telle province . Les aventures de Nils et des oies sauvages, qu'elles soient avec les hommes ou les animaux, apportent la touche d'aventure nécessaire pour ne pas tomber dans un catalogue ennuyeux de descriptions. Certains récits sont aussi très touchants comme celui concernant l'histoire d'Asa la petite gardeuse d'oie ou encore, mon préféré, celui de l'élan Poil-Gris et de Karr le chien.
Le voyage est long, alors, pour savourer pleinement cette histoire aux accents poétiques, prenez votre temps pour la lire. Quand on achève sa lecture, le résultat est là : on a vraiment l'impression d'être parti en Suède en compagnie de Nils et Asa la petite gardeuse d'oie, Martin le jars, Akka l'oie sauvage, Bataki le corbeau, Gorgo l'aigle et Smirre le renard. Des animaux que l'on n'est pas près d'oublier...
Je profite de cette première critique de 2018 pour souhaiter à tous mes amis babeliotes une très bonne année, remplie de belles découvertes livresques et de nombreux échanges. BONNE ANNEE A TOUS !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4411


critiques presse (3)
Ricochet   03 février 2020
La touche artistique qu’apporte Yvan Duque joue un rôle essentiel dans la réussite du livre, rehaussant l’écrit d’une âme unique. Entre l’onirique et le graphique, les illustrations sont d’une grande beauté [...] Une lecture à entamer confortablement installé près d’une cheminée, afin d’explorer les paysages suédois en compagnie d’un petit garçon… qui deviendra grand.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Telerama   13 décembre 2018
Selma Lagerlöf imagine le périple d'un méchant petit garçon qui, rapetissé par un tomte (une sorte de lutin), se laisse embarquer sur les ailes d'une oie sauvage [...] Ainsi raconté, ça semble un peu bête, voire niais. En fait, ça ne l'est pas du tout, tant pédagogie et merveilleux, descriptions et rencontres se mêlent harmonieusement au fil de la narration.
Lire la critique sur le site : Telerama
Ricochet   23 mai 2017
Malgré la qualité du dessin, malgré l’audace du défi relevé ici par cette adaptation, nous restons sur notre faim.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   16 avril 2016
[Nils] contemplait la façon dont, en Blekinge, la terre et la mer se rencontrent.
En effet, la terre et la mer peuvent se rencontrer de bien des façons. Souvent, la terre va au-devant de la mer en déroulant des prés bas et plats, où l'herbe pousse en touffes, et la mer la rencontre avec des sables mouvants qu'elle entasse en bancs et en dunes. Elles s'aiment si peu, dirait-on, qu'elles veulent se montrer ce qu'elles ont de moins beau. Il arrive aussi qu'à l'approche de la mer, la terre se dresse un rempart de montagnes comme pour arrêter une ennemie ; alors la mer lance des vagues furieuses, elle fouette, rugit, ébranle comme si elle voulait déchirer la côte.
Mais en Blekinge, il en va tout autrement. La terre s'éparpille en îles, îlots et promontoires, parmi lesquels la mer s'insinue en golfes, en anses et en détroits ; elles semblent se rencontrer dans l'entente et la joie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          294
Gwen21Gwen21   21 juillet 2014
Aussi étrange que cela puisse paraître, de toute sa vie ce garçon n'avait jamais aimé personne. Il n'avait aimé ni son père, ni sa mère, ni son instituteur, ni les enfants de son école, ni les garçons des fermes avoisinantes. Tout ce qu'ils avaient essayé de lui apprendre, jeu ou travail, il l'avait trouvé ennuyeux. Et en ce moment, à vrai dire, personne ne lui manquait.
Commenter  J’apprécie          312
Myriam3Myriam3   25 janvier 2016
Les colons établis sur la rive est du lac et qui s'évertuaient à achever leurs maisons avant le début du difficile hiver s'étonnaient de ces Lapons qui depuis des siècles parcouraient le Grand Nord sans imaginer qu'on pouvait mieux se protéger contre le froid et la tempête qu'avec de simples murs de toile mince. Et les Lapons s'étonnaient de ces colons qui peinaient tant à l'ouvrage quand, pour vivre, on n'avait besoin que d'une tente et de quelques rennes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
WitchbladeWitchblade   05 septembre 2019
- J’ai exploré le pays à la recherche d’une nouvelle demeure. D’abord, je me suis rendu dans le Vârmland, pour m’enquérir de la situation de nos parents à Ekshärad, mais j’ai pris une peine inutile : toute la famille avait disparu. Il ne restait plus une tanière d’ours dans la forêt entière.
- Je crois que les hommes veulent rester seuls sur la terre ! dit la mère ourse. Alors même qu’on ne s’attaque plus aux maisons, ni aux gens, alors même qu’on se nourrit de fraises, de fourmis et de verdure, on n’a plus le droit de vivre dans la forêt. Je me demande vraiment en quel endroit nous pourrons nous établir pour qu’on nous laisse vivre en paix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Myriam3Myriam3   28 juillet 2015
Quand les oies se posèrent dans un marais, il courut joyeusement à la recherche des baies de canneberges et d'airelles gelées. Mais le soir vint et cette nature sauvage lui parut effrayante, il entendit des bruissements et des froissements; il était trempé et gelé. Il ne parvint pas à s'endormir sous l'aile du jars, il sentait qu'il lui fallait du feu et de la chaleur pour ne pas mourir de peur.
Commenter  J’apprécie          250

Video de Selma Lagerlöf (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Selma Lagerlöf
Selma Lagerlöf (1858-1940), du bleu de la nuit au bleu des neiges : Une vie, une œuvre (1986 / France Culture). Photographie : Selma Lagerlöf en 1907 (akg-images / NordicPhotos). Émission “Une vie, une œuvre”, intitulée “Selma Lagerlöf : Du bleu de la nuit au bleu des neiges" : un documentaire sur la grande romancière suédoise à l’univers onirique, dont l’œuvre la plus connue est “Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède”. 1ère diffusion sur France Culture le 06 février 1986. L’univers de Selma Lagerlöf (1858-1940), romancière suédoise, première femme prix Nobel de littérature, est peuplé de sorcières, de génies mauvais de la forêt, d’elfes noirs mais aussi d’oiseaux rédempteurs, on y trouve une parfaite conjonction de l’ombre et de la lumière. Cet univers onirique, poétique se déploie dans ses contes, ses romans étranges, brûlants d'amour, et aussi bien sûr dans son magnifique récit du “Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède”. Dans ce documentaire, Claude Metra et Michel Abgrall, donnaient la parole à Florence Bouteiller, Laurence Jeanneret, André Almuro et Isabelle Attali, et laissaient une large place à des lectures d'extraits des œuvres de Selma Lagerlöf. Production : Claude Mettra. Réalisation : Michel Abgrall.
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature suédoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

LNHI-35491: littérature - Nils Holgersson

Quelle créature miniaturise le jeune Nils?

Un tomte
Un farfadet
Un elfe
Un kobold

14 questions
35 lecteurs ont répondu
Thème : Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède de Selma LagerlöfCréer un quiz sur ce livre

.. ..