AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782330056544
160 pages
Éditeur : Actes Sud (04/11/2015)
3.58/5   6 notes
Résumé :

Premier livre conçu et écrit en italien par l’écrivain bengali de langue anglaise Jhumpa Lahiri (Prix Pulitzer 2000), En d’autres mots est le journal d’une passion clandestine pour la langue italienne, qui s’offre à elle autant qu’elle se refuse. Une histoire d’amour et d’initiation qui nous plonge dans les pages limpides de cette traversée linguistique et métamorphique vers une langue étrangère.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Herve-Lionel
  07 juin 2016
La Feuille Volante n°1048– Juin 2016
In altre Parole – Jhumpa Lahiri. Ugo Guanda Editore in Parma.
Comme le dit si bien Cioran " On n'habite pas un pays, on habite une langue" et c'est sans doute ce qui caractérise cette auteure, née à Londres en 1967 de parents bengalis, qui a suivi des études de littératures comparées à l'université de Boston pour ensuite s'installer à New York. Elle s'exprime donc en anglais, et c'est dans cette langue qu'elle a écrit "L'interprète des maladies" (Prix Pulitzer 2000) et "Un nom pour un autre" roman adapté au cinéma en 2007. Est-ce parce qu'elle a grandi dans l'état américain de Nouvelle-Angleterre, terre découverte en 1524 par l'explorateur Giovanni da Verrazzano qu'elle a choisi l'italien pour écrire ce témoignage ? Toujours est-il que Jhumpa a préféré s'exprimer dans une langue qui n'est pas la sienne à la suite d'une visite à Florence, cette merveilleuse ville de Toscane qui porte un nom de femme.
Ce livre a été écrit directement en italien par cette auteur dont le parler maternel est le bengalis et qui s'est toujours exprimée en anglais. C'est l'évocation d'un parcours et d'une découverte de cette langue et de cette culture, à la fois puissants et fluides, parce que la motivation de tout cela est avant tout le désir, une sorte de besoin de s'exprimer et de penser autrement. D'emblée elle compare l'étude de l'italien à un bain dans l'eau d'un lac, à la fois un plaisir et un exercice d'apprentissage, une véritable métaphore assurément. Elle relate sa première rencontre avec cette langue, à Florence, un parler que certes elle ignorait où tout pour elle était à découvrir mais qui lui était quand même familier à cause sans doute de sa musicalité, du côté théâtral de cette ville et de ses habitants. Elle ressentait pour elle comme un lien affectif, un véritable coup de foudre. Pour autant les difficultés n'ont pas manqué de se révéler parce que rien n'est facile, il reste toujours des automatismes, mais l'attirance pour le pays et pour la langue a été la plus forte et ce furent d'autres voyages, une étude plus poussée chez elle à New-York puis une installation à Rome avec sa famille, malgré les difficultés de l'expatriation et bien sûr l'usage du langage. C'est presque naturellement qu'elle fit aussi la démarche d'écriture parce que sa qualité d'écrivain ne pouvait pas ne pas s'adapter à cette nouvelle manière de s'exprimer. de plus le fait d'écrire et plus spécialement en italien, est pour elle une sorte de révélateur, un peu comme si elle avait ainsi trouvé sa véritable identité, elle qui appartenait certes à deux cultures mais n'en avait peut-être aucune complètement. Suivent des remarques passionnantes sur l'écriture en général et plus spécialement sur la démarche qui a été la sienne, pas toujours reçues comme telles cependant.
On peut traduire ce titre par « en d'autres termes » ou par « avec d'autres mots », une manière d'exprimer différemment une démarche qui non seulement est originale mais aussi qui procède d'un certain mystère, un peu comme si, à l'aide d'une sorte de mémoire héréditaire, c'est à dire étrangère à la sienne propre, et malgré les difficultés de toutes sortes, les doutes, la facilité apparente, la parenté avec le latin que, plus jeune elle pratiquait, elle remettait, avec beaucoup d'humilité, ses pas dans une dimension déjà connue, dans une sorte de vie antérieure...Elle confie au lecteur les divers obstacles qu'elle a rencontrés, les méthodes empiriques et pragmatiques qu'elle a adoptées pour en triompher.
Cette démarche ne pouvait me laisser indifférent parce que, toutes choses égales par ailleurs, j'ai toujours, moi aussi ressenti une attirance irraisonnée pour l'italien, rencontré pourtant bien tard dans ma vie et donc avec davantage de difficultés, notamment de mémorisation. Je ne saurais dire pourquoi mais cette langue m'a toujours fasciné, même si je ne la comprenais pas. Et puis,il y a tellement d'Italiens qui parlent le français et peu de Français qui font l'effort de parler cette langue pourtant cousine que cela me paraissait une évidence que d'aller en ce sens. J'aime cette façon de s'exprimer, à la fois mélodieuse et légère que j'ai retrouvée avec plaisir dans les mots de Jhumpa, lus à haute voix comme il convient pour en apprécier la musique. Cela a été pour moi l'occasion de me remettre en question, d'y puiser peut-être des encouragements et de penser que, peut-être un jour, je serai capable, moi aussi, de rédiger cette chronique dans cette langue… Oui je sais, je rêve !
© Hervé GAUTIER – Juin 2016. [http://hervegautier.e-monsite.com ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LukaSF
  13 février 2020
Ce livre aborde la thématique de l'apprentissage d'une langue étrangère et le voyage que cela incombe. Jhumpa Lahiri, anglophone de naissance, se passionne pour la langue italienne et nous propose ici le témoignage de son initiation à cette langue à l'aide d'anecdotes et métaphores qui expriment très bien le ressenti et les problématiques que représentent l'apprentissage d'une langue étrangère.
Elle a d'ailleurs écrit "In Altre Parole" en italien, il a ensuite été traduit dans d'autres langues. Je l'ai lu, pour ma part, en italien lors d'un séjours linguistique en Italie (Pavia). Ayant moi-même appris l'anglais, l'allemand et l'italien, je dois dire que ce livre m'a particulièrement plu.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Isa24Isa24   05 avril 2021
Je ne parviens pas à répondre. Je ne suis pas capable d'avoir la moindre conversation. J'écoute. Ce que j'entends, dans les magasins, dans les restaurants, suscite une réaction instantanée, intense, paradoxale. La langue semble déjà être à l'intérieur de moi et, en même temps, tout à fait extérieure. Elle ne semble pas être une langue étrangère, bien que je sache qu'elle l'est. Elle semble, si étrange que cela puisse paraître, familière. Je reconnais des choses, bien que je ne comprenne presque rien.
Ce que je reconnais ? C'est une belle langue, certes, mais ça n'a rien à voir avec la beauté. Il me semble que c'est une langue avec laquelle je dois avoir une relation. Il me semble que c'est une personne que je rencontre un jour par hasard, à laquelle je me sens tout de suite liée, attachée. Comme si je la connaissais depuis des années, même si tout est encore à découvrir. Je sais que je serai insatisfaite, incomplète, si je n'apprends pas cette langue. Je me rends compte qu'il existe un espace à l'intérieur de moi où elle sera à son aise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AtasiAtasi   07 décembre 2015
Pendant vingt ans, j’ai étudié la langue italienne comme si je nageais le long des contours [d’un] lac. Toujours à côté de ma langue dominante, l’anglais. La longeant toujours. C’était un bon exercice. Bon pour les muscles, pour le cerveau, mais pas vraiment palpitant. En étudiant une langue étrangère de cette façon, on ne peut pas se noyer. L’autre langue est toujours là pour te soutenir, te sauver. Mais on ne peut pas nager sans prendre le risque de se noyer, de couler à pic. Pour connaître une nouvelle langue, pour s’immerger, il faut quitter la rive. Sans bouée de sauvetage. Sans pouvoir compter sur la terre ferme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Herve-LionelHerve-Lionel   04 juin 2016
Mais, finalement, un désir n'est pas autre chose qu'un besoin fou.
Commenter  J’apprécie          90
ollevierollevier   27 novembre 2016
Son refus de modifier son aspect, ses habitudes, ses attitudes, était sa stratégie pour résister à la culture américaine, la combattre surtout, pour conserver son identité. Devenir ou même ressembler à une Américaine aurait signifié une défaite totale.
Commenter  J’apprécie          10
Herve-LionelHerve-Lionel   05 juin 2016
Je me rends compte que l'envie d'écrire dans une autre langue vient d'une sorte de désespoir.
Commenter  J’apprécie          35

Videos de Jhumpa Lahiri (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jhumpa Lahiri
Dans cet épisode, c'est Laure, libraire au rayon littérature de Dialogues, qui nous partage ses coups de coeur du moment.
Bibliographie
- Elle va nue la liberté de Maram Al-Masri (Éd . Bruno Doucey) https://www.librairiedialogues.fr/livre/4056340-elle-va-nue-la-liberte-images-de-syrie-maram-al--misri-editions-bruno-doucey - Où je suis de Jhumpa Lahiri (Éd. Chambon) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18212996-ou-je-suis-jhumpa-lahiri-editions-jacqueline-chambon - J'ai hâte d'être à demain de Sandrine Senes (Éd. l''Iconoclaste) https://www.librairiedialogues.fr/livre/16641972-j-ai-hate-d-etre-a-demain-petites-histoires-d--sandrine-senes-l-iconoclaste
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
654 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre