AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782749938974
Éditeur : Michel Lafon (15/10/2020)

Note moyenne : 4.71/5 (sur 14 notes)
Résumé :
En février 2017, dans une banlieue de Toulouse, Olivier, un éducateur âgé d'une trentaine d'années, assiste à la veillée funèbre d'Ismahane, une jeune fille insolente, libre et charismatique qui était sa protégée depuis son enfance. Pour tenter de comprendre les raisons de son suicide, il mène son enquête au sein d'un quartier régi par ses propres lois dont la violence est le lot quotidien.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
La_Bibliotheque_de_Juju
  03 novembre 2020
Ça commence par un saut dans le vide.

Ça commence fort, ça t'envoie valser dans le décor tout de suite. Pas le temps de respirer. Tu te fais prendre aux tripes et t'as pas le choix.
C'est l'histoire d'un gâchis, et même pas beau le gâchis. C'est peut-être un peu l'histoire de ce que nous sommes en train de faire de notre société. C'est une histoire qui prend aux tripes, qui broie un peu le coeur. Une histoire de rage et de fureur, de bruit et de douleur.
C'est l'histoire d'Olivier, qui débarque dans les pas beaux quartiers, au Mirail, à Toulouse, et qui va tenter de comprendre l'inacceptable, ces raisons qui poussent une adolescente qu'il a vu grandir à se jeter dans le vide.
C'est l'histoire d'Olivier et de son métier de d'animateur social. du jeune homme inexpérimenté, aux préjugés faciles jusqu'à l'homme qui se bat, au quotidien, pour ces jeunes qu'on regarde de travers.
C'est un regard sur les banlieues, sur notre société, absurde et un peu dégueulasse. C'est un roman qui se lit d'une traite, comme on se retrouve prisonnier d'une histoire qu'on ne peut pas lâcher. Comme on ne reprend pas son souffle.
C'est un polar, c'est un roman d'apprentissage, c'est un plaidoyer, c'est un roman social, c'est un témoignage, c'est beaucoup de choses à la fois, c'est un roman qui n'a pas besoin d'étiquette pour exister.
Vincent Lahouze, offre, avec ce deuxième roman un livre absolument percutant. Que j'ai dévoré en quelques heures tant il m'a emporté ! Tu sais, ces lectures qui t'amènent aux petites heures de la nuit, le regard fou et le bras douloureux !
Un deuxième roman, différent, qui va là où on ne l'attend pas. Qui va là où ça fait mal pour notre bien à tous. le roman d'une société malade et mise à mal. Ce livre n'est pas un remède mails il a le mérite de poser les questions.

« – Tu ne peux pas guérir dans l'environnement qui t'a rendu malade. C'est impossible. »

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          471
lolomito
  26 octobre 2020
Il y a des livres qui vous marquent plus que d'autres et qui laissent une trace indélébile dans vos souvenirs de lecteur.
Ce livre fait partie de ceux là.
C'est un livre qui va m'imprégner longtemps et que je ne suis pas prête d'oublier. Il existe aussi des auteurs dont on entend pas beaucoup parlé et qui méritent pourtant d'être connus et reconnus et c'est précisément le cas pour Vincent Lahouze.
Je viens tout juste d'achever les dernières lignes de ce roman et je ressors soufflée d'une telle lecture.
L'auteur, aux qualités narratives indéniables, nous emmène dans le quartier du Mirail à Toulouse.
En immersion totale dans ce quartier en tant qu'animateur d'abord puis éducateur, Vincent Lahouze, s'est-il inspiré de son propre vécu pour nous conter avec tant de brio l'histoire d'Olivier, catapulté là par hasard, et qui, au fil des années, a fini par tomber sous le charme de ce quartier.
À 20 ans à peine, sous la pression de ses parents, Olivier descend à Toulouse et accepte un poste en tant qu'animateur à l'école Sylvain Mauriac.
L'atterrissage est terrible.
Olivier est balbutiant.
Mais peu à peu, l'animateur va prendre ses marques et faire sa place auprès de ces enfants issus d'un milieu modeste et parfois emprunts à une éducation avec laquelle ils ne sont pas toujours en adéquation.
Olivier va également se lier avec les parents de certains et c'est grâce à ces relations qu'Olivier va évoluer dans son métier.
Parmi tout ce monde, une relation particulière va sortir du lot.
C'est celle qu'il va nouer avec Ismahane, une petite fille de onze ans.
Une petite fille au caractère bien trempé, pleine de joie de vivre mais qui, à la stupeur générale, ne vivra pas au delà de seizième anniversaire.
Un événement l'a pousse au suicide la vieille de le célébrer et Olivier est dévasté.
Ismahane a sauté de sa fenêtre, ne se laissant aucune chance.
Olivier est bien décidé à comprendre ce qui a bien pu la pousser à commettre ce geste et va mener sa propre enquête.
L'écriture de Vincent Lahouze est percutante, incisive, acérée.
Il nous livre ici un livre bouleversant qui traite de sujets forts comme la condition de la femme, l'éducation dans les milieux dits défavorisés, la religion, les attentats, les travers des réseaux sociaux et l'impact qu'ils peuvent avoir sur nos enfants.
La maison d'édition nous promet à travers sa quatrième de couverture un livre choc et c'est tout à fait ça.
C'est un livre qui vous percute de plein fouet, un livre qui bouscule aussi tous les à priori et qui donne à réfléchir.
Je remercie infiniment ma copine Valérie pour m'avoir si chaudement recommandé cet auteur que je n'aurais probablement pas lu sans elle et cela aurait été fort regrettable.
À mon tour désormais d'essayer de faire connaître cet auteur autour de moi.
Vous l'avez compris, ce roman est un gros coup de coeur malgré la difficulté des sujets traités.
Je vous recommande cette lecture +++++ et de mon côté, j'attaque aussitôt son premier roman “Rubiel et moi “ qui j'espère me touchera autant que celui-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Les_lectures_delodie
  18 novembre 2020
Olivier a eu la chance de grandir dans les beaux quartiers, pour le pousser à faire quelque chose de sa vie son père va jouer de ses relations et le faire travailler en tant qu'animateur auprès d'enfant dans le quartier du Mirail à Toulouse. Là c'est une véritable claque que le jeune homme va se prendre en pleine face, lui qui regardait les banlieues au travers de ses préjugés, bien confortablement installé dans sa petite vie va s'entourer de ces gosses qui grandissent entourés de dealers et de petits caïds mais aussi et surtout dans la mixité et la richesse qu'elle peut apporter. 
Quartier libre est le deuxième roman de Vincent Lahouze, auteur du très joli Rubiel e(s)t moi, qui a décidé de s'inspirer de sa propre expérience professionnelle en tant qu'éducateur pour nous livrer cette histoire dans la banlieue de Toulouse, auprès de ces jeunes bien souvent montrés du doigt. Olivier tente de comprendre l'inacceptable, le suicide d'une jeune qu'il connait depuis plusieurs années, partie sans aucune explication.  Il va alors revenir sur ces dernières années, nous emportant avec lui au coeur de ce quartier où peu à peu le jeune homme apprendra de ses erreurs et de ses à priori.
Véritable roman social l'auteur met ici le doigt sur les défaillances de notre société, mettant l'accent sur ce que nous refusons parfois de voir, sur toute cette jeunesse qui ne sait plus vraiment comment devenir quelqu'un prenant parfois le pire des chemins qui soit. Un livre sur la terrible réalité dont il faut parler mais qui nous heurte et nous bouleverse. La noirceur du propos est toutefois nuancée par ces hommes et ces femmes travaillant dans ce que l'on appelle si maladroitement le "social" qui donne tellement pour tenter de changer le monde dans lequel ces enfants grandissent et qui se retrouvent finalement à apprendre bien plus d'eux qu'ils ne l'auraient imaginé. 
On lit ce livre sans plus pouvoir le refermer, la gorge serrée et bien souvent une larme au coin des yeux. Vincent Lahouze ne prétend pas détenir la vérité mais nous offre avec sincérité la possibilité de réfléchir et c'est à mon sens ce que la littérature a de plus beau à nous offrir même si c'est parfois douloureux.  
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
legoergosum
  14 novembre 2020
Immersion brutale dans le quartier du Mirail, à Toulouse, pour Olivier, apprenti animateur auprès de jeunes "difficiles". L'entrée dans le monde du travail ne se présente pas sous les meilleurs auspices : pour lui, l'échec serait cuisant, d'autant plus qu'Olivier est un peu "pistonné" par son père.
Mais entrer ainsi "dans le dur" , et ce malgré les présences attentives de la plupart de ses collègues, c'est beaucoup pour ce jeune homme doté d'une sensibilité à fleur de peau. Il commet ainsi plusieurs erreurs "d'apprenti", est à chaque fois rattrapé par ses appuis ou sa bonne volonté indéniable, et puis réhabilité par l'image positive qu'il impose très vite auprès des enfants dont il a la charge.
Parmi eux, il y a surtout Ismahane, rebelle et intrigante, une gamine de onze ans qui, tout de suite, interpelle le jeune animateur. Au fil des années, Olivier, Olive, Zitoune pour Ismahane, sera son grand frère, son confident, celui sur qui elle passe ses colères et ses révoltes, celui qui éponge les petits drames , jusqu'au jour où ...
Car dans ce quartier, il y a la violence, la drogue, les règlements de compte, les haines qui vont piétiner jusqu'aux valeurs familiales, et Ismahane, comme Olivier et son ami, en seront les victimes.
Un beau roman plein de vérité et de sensibilité sur cette jeunesse des quartiers dits défavorisés, souvent délaissés, et qui doivent élaborer leurs propres codes de survie. Vincent Lahouze est un jeune talent très prometteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
vallee84
  23 novembre 2020
J'ai découvert la plume de Vincent Lahouze avec Rubiel e(s)t moi. J'ai alors été submergé par le talent qui coule de cette plume.
Aujourd'hui, ou plutôt ce soir, car j'ai poussé ma lecture jusqu'au bout, je chronique Quartier libre, le deuxième roman de Vincent. Si j'ai poussé ma lecture jusqu'au bout c'est parce que l'appat était trop appétissant, j'ai été harponné par un sacré coup de stylo ! Vincent Lahouze réussit un coup de maître : Faire mieux que son premier roman !
Quartier libre, un récit que je n'ai pu lâcher, vous l'aurez compris. L'histoire d'un jeune homme, Olivier, un peu fainéant, qui va être poussé par ses parents à se prendre en main. Il est envoyé à Toulouse pour y devenir éducateur mais, il ne connait rien à ce job, il va le découvrir, apprendre sur le tas, sur le terrain. Tout d'abord obligé puis, passionné. C'est ainsi que le jeune Olivier, loin de chez lui et de ses amis Boris et Pierrick, va entamer une nouvelle vie et quelle vie... le milieu dans lequel il va enfin évoluer est triste, sombre sous certains aspects, mais riche de sa multiculturalité. Un quartier difficile, corrompu et où les éducateurs ont du travail, parfois dangereux.
C'est au sein de l'école où Olivier fera ses premiers pas en tant qu'éducateur, qu'il découvrira une génération parfois perdue parfois enthousiaste et qui pousse à réfléchir. C'est au travers d'Ismahane qu'Olivier fera sa première gaffe, c'est aussi à cause ou grâce à elle que sa vie basculera.
Drogue, corruption, violence se conjuguent avec partage, amitié, multiculturalité. le racisme n'est jamais loin, le pas de côté non plus. L'équilibre est difficile à trouver et parfois tout bascule, et on peut sombrer, être emporté dans un tourbillon qui ne laisse pas une seconde de souffle. C'est un roman choc, poignant, haletant. Un roman qui fait mal mais qui est nécessaire. Un roman qui doit être lu pour ne pas se voiler la face... Trop de voiles masquent des visages tristes parfois.
Olivier, Ismahane, Sophie, Pierrick... Boris. Des chapitres courts, un épisode de vie incroyable.
Une morale pour moi au terme de cette lecture :
Plus jamais je ne verrai une communauté étrangère à la mienne avec un oeil méfiant. Chez tous et toutes il y a une richesse de coeur et d'esprit qui peuvent côtoyer la haine et la violence et ce, chez tout un chacun quelque soit son origine...

Lien : https://lesmotsricochent.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
michokomichoko   29 octobre 2020
Olivier se dit que c'était là tout le paradoxe des jeunes femmes de banlieue qui s'habillent comme des mecs pour passer inaperçues. Pour être bien vues, elles ne doivent pas être vues.
Commenter  J’apprécie          20
vsennhennvsennhenn   26 octobre 2020
Au milieu des gens qui vont et viennent en silence dans l’appartement, le père d’Ismahane se penche vers Olivier. D’une voix grave mais nouée par l’émotion, il lui dit.

– Tu ne peux pas guérir dans l’environnement qui t’a rendu malade. C’est impossible.
Commenter  J’apprécie          10
michokomichoko   22 octobre 2020
Personne ne saura qu'il souffre. Ce sera entre lui et lui, entre son miroir et son reflet, et encore. Et encore.
Commenter  J’apprécie          30
luparahlamluparahlam   26 octobre 2020
Il est plus facile de construire un enfant fort que de réparer un adulte brisé
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : éducation populaireVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Autres livres de Vincent Lahouze (1) Voir plus




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
166 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre