AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070279562
Gallimard (15/09/1971)
4.12/5   8 notes
Résumé :
Le Dr Laing est un des chefs de file de ce qu'on a appelé l'antipsychiatrie, à savoir une remise en cause à la fois épistémologique et pratique du psychiatre : dans son savoir, son rôle institutionnel, sa relation au malade. C'est à ce titre que l'auteur s'intéresse particulièrement à la genèse de la schizophrénie, prise comme prototype de ce que l'on nomme maladie mentale. Ce qui l'occupe, c'est moins d'édifier une nouvelle théorie de la schizophrénie que de rendre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Bruno_Cm
  29 août 2013
Ronald Laing est un humaniste, n'est pas un psychiatre accroc aux étiquettes et cherche à aider en premier lieu. C'est réjouissant. Ca fait du bien.
Merci Monsieur Laing de ce livre ouvert, et tellement intéressant, que beaucoup de psychiatres-étiquetteurs-pourvoyeurs-de-médocs devraient lire. On se porterait tous bien mieux.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Bruno_CmBruno_Cm   24 août 2013
Nous ne sommes pas convaincus que toutes les personnes dont la conduite est psychotique sont de « vrais » schizophrènes, ou de « vrais » maniaques, ou de « vrais » mélancoliques, bien qu’il ne soit pas toujours facile de distinguer le « vrai » schizophrène de la personne que nous sentons capable de se mettre en scène dans le rôle de fou, parce que nous avons tendance à attribuer la psychose à l’homme qui fait semblant d’être psychotique. L’acte même de simulation, s’il est poussé à l’extrême dans cette direction, tend à être considéré comme une folie en soi. Nous pouvons penser non seulement qu’il est fou de faire semblant d’être fou vis-à-vis de soi-même et vis-à-vis ders autres, mais que toute raison d’avoir envie de le faire est folie. Il faut savoir ce qu’on risque sur le plan social si l’on rompt avec la réalité sociale : si l’on essaie délibérément et systématiquement de n’être pas celui pour qui tout le monde vous prend d’échapper à cette identité en jouant à n’être pas là, en restant anonyme, ou incognito, en prenant des pseudonymes, en disant qu’on est mort, en disant qu’on n’est personne parce que votre corps ne vous appartient pas. Cela ne sert à rien de faire semblant de n’être pas rien qu’un vieux bonhomme si l’on est devenu, en fantasme, rien qu’un vieux bonhomme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Bruno_CmBruno_Cm   27 août 2013
Ce sont les autres qui vous disent qui vous êtes. Plus tard on endosse leurs définitions ou l’on essaie de s’en débarrasser. Il est difficile de ne pas accepter leur version de l’histoire. Il arrive qu’on s’efforce de n’être pas ce qu’on « sait » qu’on est, tout au fond de soi-même. Il arrive qu’on s’efforce d’extirper cette identité « étrangère » dont on a été doté ou à laquelle on a été condamné, et de créer par ses propres actes une identité pour soi-même qu’on s’acharne à faire confirmer par les autres. Toutefois, qu’elles qu’en soient, par la suite, les vicissitudes, notre première identité sociale nous est conférée. Nous apprenons à être ce qu’on nous dit que nous sommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Bruno_CmBruno_Cm   03 mai 2013
Freud disait des hystériques, comme Fromm-Reichmann le dira plus tard des schizophrènes, qu’ils avaient besoin à la fois de donner et de recevoir plus d’amour que la plupart des gens. On pourrait inverser la phrase. Si vous avez besoin de donner et de recevoir trop d’ « amour » (quel que soit le sens qu’on donne au mot), vous courez un grand risque de vous voir appliquer le diagnostic de schizophrénie. Ce diagnostic vous attribue l’incapacité, en gros, de donner ou de recevoir l’ « amour » comme il sied à un adulte. Si vous souriez à cette idée, cela pourrait confirmer le diagnostic, car vous souffririez alors d’ « affectivité inadaptée »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bruno_CmBruno_Cm   29 août 2013
… beaucoup de gens décrivent l’expérience de leur incapacité à quitter « la maison », à quitter l’autre personne ou le nexus de personnes qui faisaient primitivement partie de leur vie. Ils sentent que leur mère ou leur famille les étouffe. Ils ont peur et ils ont envie de se sauver. Mais plus ils ont peur, plus leur famille est effrayée et devient effrayante. Ils cherchent la sécurité en s’accrochant à ce qui les effraie comme quelqu’un qui, ayant posé la main sur une assiette brûlante, l’appuie plus fort au lieu de la retirer ; ou comme quelqu’un qui mettant le pied dans l’autobus au moment même où il démarre, s’accroche « instinctivement » à l’autobus, objet le plus proche et le plus dangereux, alors que la conduite « raisonnable » consiste à lâcher prise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bruno_CmBruno_Cm   29 août 2013
Ceux qui se trompent eux-mêmes sont obligés de tromper les autres. Il m’est impossible de préserver une fausse image de moi si je ne falsifie pas votre image de vous-même et de moi. Il faut que je vous dénigre si vous êtes sincère, que je vous accuse d’être un fantoche si vous cédez à mes désirs, que je vous traite d’égoïste si vous suivez votre voie, que je me moque de votre immaturité si vous essayez d’être généreux, et ainsi de suite. Quiconque se trouve pris dans un pareil embrouillamini ne sait plus à quel saint se vouer. Dans ces conditions, ce que nous appelons psychose est peut-être un effort désespéré de se raccrocher à quelque chose. Rien d’étonnant que ce quelque chose soit parfois ce que nous appelons « délusions ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : schizophrénieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
366 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre