AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782375682302
Editions du chat noir (19/05/2023)
4.4/5   20 notes
Résumé :
« La première fois que je tombai amoureuse, ce fut d’une morte. Il était étrange de souffrir pour quelqu’un que l’on n’avait pas connu. J’étais encore très loin de savoir à quel point il était douloureux de perdre quelqu’un. De perdre une âme sœur. »
Quand elle s’énamoure d’une violoncelliste mélancolique, elle sait que la Musicienne va changer sa vie. Et quand elle La perd, elle se retrouve seule avec la nuit et le froid. Ne restent alors qu’un cœur en morce... >Voir plus
Que lire après Et parfois elle revientVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,4

sur 20 notes
5
8 avis
4
2 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Je ne me remercie pas d'être l'une des plus grande fan de cette maison d'éditions, même si j'en lis peu en ce moment, je les ai tous. J'ai découvert cette maison avec leur tout premier livre et je les suis, comme je peux parfois, mais toujours présente pour les sorties. Bref, tout cela pour dire que même si parfois ce n'est pas forcément un coup de coeur, je n'ai jamais été déçue à ce jour. Et c'est encore le cas pour ce petit livre, plus gros qu'une nouvelle, plus petit qu'un roman, il se situe entre les deux, une novella si je ne me trompe pas, mais le mot importe peu. Ici en une centaine de pages, l'auteur nous emmène sur la mélancolie d'un amour perdu. Cet amour qui est immortel quel que soit les circonstances, quel que soit la destinée de l'un ou l'autre. Un amour saphique si pur qu'il est difficile de détourner le regard, la pudeur ? Non, c'est beau, triste et passionné, intense et fugace. Un feu dévorant qui les parcourt l'une comme l'autre, et pourtant... Pourtant nous ne suivons que l'une d'entre elle, celle qui vit entourée de mort, qui les rend beau, plus humains, plus vivants qu'ils ne l'ont jamais été. Des doigts qui permettent de rendre grâce à certains actes plus douloureux. La mort fait partie de la vie, de celle de notre héroïne qui se dévoile sans faux-semblants. Bien qu'entourée de ces hommes et femmes qui e dirigent vers leur dernière demeure, elle n'en reste pas moins vivante, assoiffée d'amour et pleine de vie. Un corps qui danse, un coeur qui bat et qui est capable de s'arrêter devant une Hjordis qui a les yeux fermés pour l'éternité et ressentir cet élan d'amour. de deviner ce qu'elle pouvait être, ce qu'elle aurait pu devenir si ce geste fatal n'avait pas été donné.


Si la première page nous montre que notre femme est capable d'aimer au-delà de la mort, la suite n'est que des instants de vie qui nous le prouve. Elle l'a rencontrée, elles se sont connues et lorsqu'Elle a disparue, un monde s'est totalement effondrée. le résumé donne assez de détails pour comprendre qu'il ne reste plus que notre thanatopractrice qui doit continuer d'avancer sans Elle. Mais comment peut-elle survivre à cela ? Leur rencontre fut la plus belle, deux âmes en peine en quelque sorte, deux instants de vérité raccrochés à un seul fil afin de les relier. Deux êtres dont l'une des deux cachent plus de noirceurs sans le vouloir Pas de méchancetés, juste un mal-être que nous lecteurs nous ne pouvons que ressentir. Au fil des pages tournées, nous comprenons que la relation entre les deux est subtile, infiniment douce, amoureuse et aussi bien capable de lumière comme de zones d'ombres. L'un ne va pas sans l'autre et la poésie du texte nous rappelle combien la vie est précieuse et fragile. le deuil est plus qu'abordé puisque c'est le sujet principal. Attention, il vaut mieux être bien dans ses chaussures avant de le découvrir, et de toute manière vous allez en avoir plein les yeux et le coeur. Ce fameux coup au coeur que je lui décerne comme prix qui fait mal. Mal de ressentir cette douleur intense de la perte et de tout ce qui l'entoure. Les fameuses phases qui se suivent et ne se ressemblent pas. Tout le monde ne réagit pas de la même manière, tout le monde n'avance pas au même rythme. C'est difficile de demander au voisin de se relever s'il ne s'en sent pas capable alors que de l'autre côté de la route tout s'est passé en un éclair.


Le deuil est tragique dans le sens où il laisse derrière lui des personnes qui ressentent un manque. Dans ce cas précis, il est affreux, dévorant tout sur son passage. L'incompréhension est là, impossible de faire autrement, les pourquoi qui viennent et ne trouvent pas de réelles réponses. Et même avec des réponses avons-nous envie de les entendre, de les découvrir ? Se perdre dans une suite sans lendemain, ne pas comprendre ce qui nous arrive, continuer à voir le ciel bleu devenir gris un peu plus chaque jour d'été. Ce récit gothique est entrainant dans les profondeurs de l'âme, celle qui est meurtrie si puissamment que rien ne semble l'aider. Veut-elle vraiment revenir à la vie ? C'est un point de plus qui est soulevé. Ne vous attendez pas à quelque chose de beau et lumineux, c'est beau ET sombre. Si sombre qu'il est facile de se laisser aller et de se dire "et pourquoi pas ?" le côté "surnaturel" très léger, extrêmement léger n'est pas le retour d'Elle, je vous arrête de suite, mais il est présent dans les croyances, dans ce qui nous entoure, dans le fait que la mort n'est pas une fin en soi. Chacun est libre de penser ce qu'il veut à ce sujet, ici nous avons un personnage qui croit en quelque chose après la vie, qui ressent des choses, qui a une sensibilité plus subtile, plus fragile aussi, plus proche des nymphes des bois que des hommes des cavernes. Il y a de la magie dans l'air, dans l'amour qu'elles se sont portées et les souvenirs. Justement, des souvenirs que nous découvrons qui ne laissent que peu de place à l'imagination sur ce qui se passe réellement.


C'est un amour passionnel, dévorant qui balaie tout sur son passage, même après qu'il ne reste plus que l'une d'entre elles. Celle qui reste, aurait également pu être un titre de ce récit, avec ses ressentis, ses émotions, sa culpabilité de ne pas avoir tout vu, tout compris, son espoir de peut-être l'entendre au-delà de la réalité. le deuil n'est pas quelque chose que l'on peut cacher avec une serviette et hop c'est passé. le temps peut ou ne peut pas arranger et dans notre cas précis, nous suivons notre petit brin de femme essayer vaillamment de trouver une solution et de pardonner comme elle voudrait SE pardonner. Des thèmes forts passant du passé au présent, de la beauté de leur amour à celui de la froide table de présentation. La colère intervient, l'envie de tout brûler sur son passage, de crier sur le monde entier, des émotions qui se mélangent, qui sont fortes et nous montre l'ampleur du désastre : celui de la perte de l'âme soeur. Car il s'agit bien de cela, la perte d'une part de soi-même, de sa moitié, celle qui nous permettait de respirer librement sans a-coups. C'est un récit marquant par les émotions fortes qu'il dégage, par le personnage principal qui raconte ses sentiments et le fait d'être perdue. J'ai adoré les références trouvées et je suis certaines qu'il y en a plus, comme la chanson modifiée de Renaud, le mythe de Perséphone qui est plus que visible et d'autres plus subtiles que je laisse le soin aux autres de découvrir. La plume est quasi magique, percutante, ne laissant pas indifférent. Et que dire de cette couverture qui est représentative de notre héroïne perdue dans ce brouillard de sentiments tous les plus horribles les uns que les autres ?


Et que dire des lieux ? Il est vrai que tout le monde n'a pas la chance de vivre dans un manoir, mais est-il hanté ? Ou n'est-ce pas juste de l'imagination ? Vivre entre les morts, parmi eux, se retrouver auprès d'une maison qui a vécu, cette demeure princière qui n'abrite plus que des runes, des morceaux d'âmes ébréchées n'a plus le même cachet qu'autrefois. Les murs s'imprègnent de la vie qui passe, qui se construit et se détruit à petits feux. Un manoir qui a connu des familles, des amants, des amoureux et se retrouve avec ce désespoir, qui ne nous dit pas que lui aussi le vit mal ? Que cette demeure ne saura pas faire la part des choses ? Cette absence est d'autant plus ressenti que chaque pièce lui rappelle la perte, l'absence de l'autre, cette soif de vivre amoureuse, heureuse qui s'est étiolé telle une odeur sur un linge trop longtemps porté qui n'existe plus que dans l'imagination. Une vague puissante qui nous envahit, nous engloutit totalement pour nous mettre à bout de souffle. Courir ne servirait à rien, les eaux profondes de la douleur nous rattrapent si violemment qu'il nous faut encore plus que de la vitesse. Cette lecture a été intense, rapide car courte, mais pas tant que cela. Je me suis imprégnée de ces mots et maux, ressentie la peine de la narratrice qui tente de tout faire pour la ramener à elle d'une manière ou d'une autre. Parfois il suffit de peu pour parvenir à avoir ne serait-ce qu'une simple goutte d'amour, parfois il suffit de cent grammes de papier pour tout comprendre. C'est là que le tragique intervient, que la compréhension s'enfonce profondément en soi et nous tire dans un sens ou l'autre pour nous faire prendre un chemin.


En conclusion, j'ai été bouleversé et j'ai eu un coup au coeur en empoignant ce récit. Des mots sur des maux qui sont véridiques. le deuil fait partie du quotidien, il ne laisse personne indifférent. La plume est entrainante, sombre, folle et courageuse, pervertie et magnifique. Les émotions sont exacerbées, les sentiments puissants rendant le personnage plus vrai que nature. La relation forte nous apporte aussi la faiblesse de croire que rien ne pourra l'arrêter, si ce n'est soi-même. La mort, est-ce une fin ou un début ? le terminal d'une vie ou le début d'un renouveau ? Impossible de ne pas ressentir la moindre miette de texte, de ne pas savourer ses instants trop rares, trop précieux qui sont si fugaces lorsque le malheur arrive et emporte tout sur son passage. C'est une véritable claque monumentale, digne d'un tsunami que nous propose cet auteur sur un sujet difficile et ô combien réel. le passé et le présent se mêlent par moment et c'est d'autant plus beau et tragique à la fois lorsque les yeux sont enfin ouvert sur ce qui s'appellera le lendemain sans l'âme soeur. Je pourrais continuer avec d'autres mots, mais je préfère vous laisser le soin de découvrir par vous même cette novella qui ne laissera personne indemne.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/et-parfois-elle-revient-nora-lake-a215407293
Lien : http://chroniqueslivresques...
Commenter  J’apprécie          10
C'est toujours un plaisir de lire un roman des éditions du chat noir et je dois dire que j'aime énormément cette collection de novella (F.nigripes) qui se lisent rapidement et facilement.

Concernant « Et parfois elle revient » c'est une romance saphique gothique très sombre qui aborde des thèmes difficiles comme la mort et le deuil, mais aussi et surtout l'amour passionnel, presque destructeur, ainsi que la passion de l'art. La culpabilité, le pardon et les fantômes sont également des sujets abordés.

Nous suivons donc une femme qui perd le grand amour de sa vie et qui se retrouve seule et totalement désemparé par l'absence de cet être si chère à son coeur. Nous découvrons donc au fil des pages sa vie endeuillée où la colère est difficile à gérer. On alterne entre les souvenirs du passé de cette vie à deux, et le présent difficile à supporter sans son âme soeur.

La plume de Nora Lake est belle, c'est poétique, mélancolique et glauque. La lecture est quant à elle très fluide et plutôt percutante de par les fortes émotions qu'elle dégage et transmet jusqu'à la dernière page. C'est une lecture qui marque et j'ai apprécié la découvrir.

Je termine en disant que j'ai aimé les différentes références comme : Valkyrie, Blanche Neige, le Chaperon Rouge, Victor Hugo, Baudelaire, Perséphone, Lucifer, Icare, Mistral Gagnant de Renaud (avec les paroles de changés), et j'en passe. ~ Et puis encore une fois sublime couverture de Mina M.
Commenter  J’apprécie          10
Après avoir été totalement conquise par le style délicieusement sombre et mélancolique de Des Cendres sur tes mains, j'ai retrouvé avec bonheur, liesse et enchantement, l'exquise et savoureuse poésie noire de Nora Lake.

En ouvrant Et Parfois elle revient, le Lecteur part à la rencontre d'une narratrice qui vient de perdre l'amour de sa vie : c'est cette cruelle perte de l'être aimée qui parfume chacune des pages, des phrases, des mots, finissant peu à peu par embaumer le coeur du Lecteur. Ainsi, avec cette novella, Nora Lake réussit à nous frapper le coeur ; les mots deviennent de véritables notes de musique dont la triste mélodie saisit, au fil des pages endeuillées, notre âme bouleversée, éprouvée, ébranlée, offrant ainsi des passages délicieusement divin et des paroles inoubliables.

Je ne peux que conseiller cet ouvrage des éditions du Chat Noir qui ravira très certainement les âmes sensibles à la poésie et aux thèmes chéris par les Romantiques.
Commenter  J’apprécie          20
Merci infiniment encore et toujours les @editionsduchatnoir pour l'envoie de ce SP !

Ce petit texte évoque le deuil avec beaucoup de mélancolie. Ce n'est pas très joyeux certes mais je peux vous dire que vous pouvez y allez les yeux fermés.

Il y a de l'espoir dans ce roman, il y a de l'amour sain. L'autrice arrive à rendre ce deuil poétique et beau. C'est un énorme point fort. On y découvre la narratrice qui a perdu l'amour de sa vie, nous allons donc la suivre tout le long de se processus de deuil. J'ai eu beaucoup d'empathie pour l'héroïne et je me suis vite attaché à elle.

La plume de l'auteure était très agréable et très fluide, j'ai beaucoup aimé. Je l'ai lu en une soirée tellement il est petit. Il est peut-être petit mais ce roman a su me plonger dans un tas d'émotions rien qu'avec ces 108 pages et il faut le faire pour me mettre dans un état pareil.
Commenter  J’apprécie          20
Aussitôt arrivée dans ma boîte aux lettres, ou presque, aussitôt lue ! J'ai ainsi dévoré la novella Et parfois elle revient de Nora Lake sortie récemment aux éditions du Chat Noir sous une sublime couverture de Mina M.

La description de la collection F.nigripes, sur le site de la maison d'édition, indique que ses titres sont « un concentré d'émotions ». C'est exactement ce que j'ai éprouvé en lisant cette novella presque d'une traite. Je l'ai pourtant lue en une soirée, mais j'ai parfois fait des pauses soit pour noter des citations qui me frappaient particulièrement, soit pour reprendre mon souffle et apaiser un peu le flux d'émotions qui montaient. Car la lecture fut une telle expérience qu'elle m'a emportée comme une vague, me laissant toute étourdie dans son sillage.

Et parfois elle revient est un texte qui évoque le deuil. La narratrice a perdu celle qui partageait sa vie, et cette perte immense imprègne chaque page, en un lent va-et-vient entre souvenirs de leur vie à deux et le présent, si cruel par l'absence de l'être aimé. Un va-et-vient comme un métronome qui vient ponctuer de son balancier cette histoire où la musique des mots, quoi qu'enrobant de poésie la tragédie, ne retire en rien leur puissance.

Il n'y quasiment pas de trace de fantastique dans ce texte à l'atmosphère pourtant proche du gothique par les goûts de la narratrice comme de sa moitié, qui habitent un manoir digne du genre. Il n'y en a pas besoin, il nous prend à la gorge sans la moindre difficulté. Et parfois elle revient est une novella aussi magnifique qu'intense. Vraiment. Rarement j'ai été aussi emportée par une histoire. Si on frôle le coup de coeur, ce texte est assurément un coup au coeur.
Lien : https://lullastories.wordpre..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Lire avait toujours été un réconfort, un remède. Je trouvais dans les livres un écho, il me semblait que les histoires prenaient la place des choses trop difficiles à dire.
Commenter  J’apprécie          30
𝑼𝒏𝒆 𝒑𝒆𝒓𝒔𝒐𝒏𝒏𝒆 𝒆𝒏𝒅𝒆𝒖𝒊𝒍𝒍𝒆́𝒆 𝒏𝒆 𝒕𝒓𝒂𝒗𝒆𝒓𝒔𝒆 𝒈𝒖𝒆̀𝒓𝒆 𝒄𝒊𝒏𝒒 𝒑𝒉𝒂𝒔𝒆𝒔. 𝑬𝒍𝒍𝒆 𝒕𝒓𝒂𝒗𝒆𝒓𝒔𝒆 𝒍'𝑬𝒏𝒇𝒆𝒓.
Commenter  J’apprécie          00
On accuse toujours les autres, quand on meurt. Parce qu'accepter que la malchance existe, accepter l'absence d'explication, cela veut dire devoir accepter que personne ne veille sur nous.
Commenter  J’apprécie          20
Beaucoup se méprennent lorsque l'on parle de maison hantée. Une maison hantée n'est pas seulement une demeure où une forme étrange apparaît derrière une fenêtre à l'étage. C'est avant tout une maison soudain orpheline qui se gonfle de pleurs jusqu'à ce que son antre soit insupportable pour ceux qui restent. Comment peut-on ignorer la trace d'un deuil auprès d'une cheminée ? Comment faire face à l'empreinte sur le mur d'une photo retirée ? Comment ignorer la forme incrustée dans les draps, qui plus jamais ne seront réchauffés ?
Commenter  J’apprécie          00
𝑳𝒂 𝒑𝒓𝒆𝒎𝒊𝒆̀𝒓𝒆 𝒇𝒐𝒊𝒔 𝒒𝒖𝒆 𝒋𝒆 𝒕𝒐𝒎𝒃𝒂𝒊 𝒂𝒎𝒐𝒖𝒓𝒆𝒖𝒔𝒆 𝒄𝒆 𝒇𝒖𝒕 𝒅'𝒖𝒏𝒆 𝒎𝒐𝒓𝒕𝒆.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : amour saphiqueVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (40) Voir plus



Quiz Voir plus

Littérature LGBT Young Adult

Comment s'appelle le premier roman de Benjamin Alire Saenz !?

Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers
L'insaisissable logique de ma vie
Autoboyographie
Sous le même ciel

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeune adulte , lgbt , lgbtq+Créer un quiz sur ce livre

{* *}