AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782020859967
160 pages
Seuil (07/09/2006)
3.41/5   17 notes
Résumé :
"J'avais treize ans, ce que je voulais, ce que désespérément je voulais, était impossible." Robert Lalonde s'empare ici à bras-le-corps d'un sujet universel, un des grands classiques de la littérature : l’adolescence malheureuse. Pensionnaire dans un collège religieux - le catholicisme tel qu'il existait il n'y a pas si longtemps au Canada : obtus, obscur, archaïque -, expédié là par un père auquel le lie un secret innommable, le narrateur se pose très tôt les premi... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
fanfanouche24
  18 mai 2021
Découvert tout récemment cet auteur québécois [grâce, entre autres, à deux billets de l'amie-babéliote, nuala… ]
Edité par les éditions Boréal, seule une petite partie est diffusée dans l'hexagone… J'ai donc pris contact , été fouiner à la Librairie du Québec [rue Gay-Lussac, près du Jardin du Luxembourg], malheureusement, plus un seul livre de cet écrivain ; j'ai dû passer commande de trois ouvrages… Je prends donc PATIENCE ; ma curiosité la plus vive va à son dernier ouvrage : « La Reconstruction du paradis »…que j'ai hâte de lire !
Dans ce roman où l'on croit ressentir quelques échos de la propre adolescence de l' auteur.
Robert Lalonde exprime sa colère envers une adolescence d'enfermement , de poisons par la religion catholique…de surcroît, un secret honteux familial est évoqué....au fil de ce récit rageur !
« Là-bas, dans notre maison, on m'attendait sans m'espérer. J'étais fils, neveu, cousin, et pourtant j'étais seul. J'étais seul chez nous comme j'étais seul au collège (...)
Les miens allaient de nouveau me reconnaître, moi qui ne me connaissais pas. Ils allaient exiger de moi que je bouge comme ci, parle comme ça, et docilement j'imiterais l'enfant qu'ils savaient par coeur, leur grand, en congé, cet enfermé que sa permission agitait comme la bourrasque l'arbrisseau. (...)
Je me roulai en boule sur la banquette. Je m'assoupis et le rêve recommença. Dans le vent fou rempli d'oiseaux, j'étire les bras, je vole, je quitte pour toujours le village, le collège, cette terre, leur cosmos. Je disparais sans avoir à mourir. “(p. 11)
L'auteur nous raconte une enfance et une adolescence douloureuse chez les curés ! Ces curés hypocrites et « tourmenteurs »… le récit de mauvais traitement subis : les plus forts sur les plus faibles ou les élèves différents, le côté permanent punitif et écrasant des « curetons »…
Une adolescence de mal-être, de colère… Heureusement, notre adolescent, pour se sentir moins seul et se donner du courage songe à son grand-père, l'écrivain d'un seul livre, qui était, bien avant lui, contre les curés… et qui aurait empêché, si il n'était pas décédé trop tôt, que son petit fils aille en institution catholique !!... Cela me fait songer à d'autres propos de révolte de Denise Bombardier contre ces milieux catholiques , dans les années 60-70. Des institutions très oppressantes , obsédées de censure , nourries d'interdictions et d'hypocrisie !!
On sent vraiment très intensément la douleur, le chagrin, la violence du quotidien de « notre adolescent »…Les révoltes, la rage difficiles à contenir… C'est un récit de résilience absolue… Achevons sur du positif… cette jeunesse mal vécue, mal acceptée sera la force ultérieure de « notre » future écrivain, devenu un auteur prolifique et un homme de théâtre reconnu :
« Et puis, quoi qu'on dise, quoi qu'on fasse, on se console pas. Il faut pas se consoler. On construit du solide avec le chagrin, quand on lui survit.
(p. 111)”
**Ouvrage commandé à Caractères- Librairie- Issy
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
Sachenka
  05 novembre 2018
Que vais-je devenir jusqu'à ce que je meure ? Ce vers de Victor Hugo, emprunté, fait une apparition tardive dans le roman de Robert Lalonde et lui sert également de titre. Il s'y prête merveuillesement bien, décrivant l'indescriptible état d'âme du narrateur, ce jeune garçon, cet adolescent malheureux. Quelque part au milieu du 20e siècle, prisonnier dans un pensionnat, il s'applique peu à l'école, ne fournit pas autant d'efforts qu'il le devrait et ses résultats en pâtissent. Mais il n'est pas plus heureux les rares fins de semaine où il rentre à la maison. Incompris, son mal de vivre est tout de même communicatif et je le ressentais pendant ma lecture du roman. de rares camarades soupçonnent quelque chose, mais quoi ? Devant son mutisme, ils passeront à autre chose, laissant le garçon à sa solitude. Mais ce n'est pas si mal, il trouvera un réconfort dans les livres, entre autres. La littérature exaltera un peu son imagination mais, plus tard, se révèlera importante, voire utile.
Robert Lalonde nous présente un portrait touchant, juste d'un jeune homme d'une autre époque, d'un Québec profond. À cette période, les quelques garçons doués étaient pris en charge par un système d'éducation catholique, rigide et dépassé (le latin et la versification, aussi intéressants que je les trouve, ne menaient pas à une situation une fois dans le vrai monde). C'est assez loin des personnages d'adolescents que nous proposents les auteurs contemporains. Mais en même temps je m'y retrouvais. Je me suis demandé si le roman était autobiographique, ne serait-ce qu'en partie. Dans tous les cas, ça m'a plu. Pendant ma lecture, il me revenait de vagues réminescences de jeunes tourmentés comme ceux que proposaient les grands auteurs du siècle dernier (comme dans le désarrois de l'élève Törless, de Robert Musil, ou bien Demian, de Hermann Hesse). C'est le genre de livre que j'apprécierais relire éventuellement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   14 mai 2021
Là-bas, dans notre maison, on m'attendait sans m'espérer. J'étais fils, neveu, cousin, et pourtant j'étais seul. J'étais seul chez nous comme j'étais seul au collège (...)
Les miens allaient de nouveau me reconnaître, moi qui ne me connaissais pas. Ils allaient exiger de moi que je bouge comme ci, parle comme ça, et docilement j'imiterais l'enfant qu'ils savaient par coeur, leur grand, en congé, cet enfermé que sa permission agitait comme la bourrasque l'arbrisseau. (...)
Je me roulai en boule sur la banquette. Je m'assoupis et le rêve recommença. Dans le vent fou rempli d'oiseaux, j'étire les bras, je vole, je quitte pour toujours le village, le collège, cette terre, leur cosmos. Je disparais sans avoir à mourir. (p. 11)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Gabriel_OakGabriel_Oak   07 juillet 2014
Je marche dans vos rêves brisés, à tout bout de champ attrapé par une de vos balles perdues. Vous ne voyez pas le dégoût qui ruisselle sur ma face? Vous ne voyez pas ma honte d'avoir à devenir ce que vous n'êtes jamais devenus? Et qui dit que lorsque le jour sera venu j'y serai encore, qu'un reste de moi sera toujours là pour marmonner "présent", quand il s'agira de commencer à vivre?
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24fanfanouche24   18 mai 2021
Je m'arrêtai, le coeur tombé au fond du ventre. Non seulement grand-père avait, soixante ans avant moi, tiré au clair les noires intentions des curés qui dirigeaient le collège, mais il avait su, contrairement à moi, trouver les mots, les bons mots, les justes mots pour le dire. Grand-Père était écrivain, l'auteur d'un seul livre, que sans aucun doute personne chez nous n'avait lu et ne lirait jamais. Je connaissais l'existence de ce cahier. On en parlait parfois, entre deux portes. Pour qui donc grand-père l'avait-il écrit, sinon pour moi ? Je me sentis à la fois trahi et sauvé.
Je fis tourner les pages et lus encore :

" N'oublions pas que nos imbéciles de meneurs sont tous sortis des collèges. Sans ces institutions, il n'y aurait, voudrait-on nous faire croire, que la nuit. Bêtises ! Pourtant, que serions-nous sans eux ? Des habitants brûlant leurs maisons pour ne pas avoir à payer des taxes ? Les collèges seraient donc indispensables à la bonne conduite d'un peuple ? (...) (p. 107)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fanfanouche24fanfanouche24   18 mai 2021
Et puis, quoi qu'on dise, quoi qu'on fasse, on se console pas. Il faut pas se consoler. On construit du solide avec le chagrin, quand on lui survit. (p. 111)
Commenter  J’apprécie          160
Gabriel_OakGabriel_Oak   07 juillet 2014
En fait, j'étais hanté par une question, une seule, qui ne me lâchait plus : «Pourquoi tentons-nous toujours de faire ensemble ce qui, pour les grands, n'a plus de sens et, pour les petits, n'en a pas encore et peut-être n'en aura jamais?»
Commenter  J’apprécie          80

Lire un extrait
Videos de Robert Lalonde (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Lalonde
La lec­ture s'est avérée être un refuge essen­tiel en temps de pandémie. La lit­téra­ture, art par­mi tant d'autres, est thérapeu­tique. C'est un out­il pour notre san­té men­tale. Dans son essai Ser­vice essen­tiel, Émi­lie Per­reault plaide pour une plus grande place des arts et de la cul­ture dans nos vies en adop­tant «de saines habi­tudes de vie cul­turelle». L'animatrice s'entoure des écrivain·e·s Émi­lie Mon­net, Sophie Fauch­er et Robert Lalonde lors d'une table ronde pour dis­cuter de la fonc­tion sociale de l'art et de l'accès à la cul­ture, entre autres.
Avec: Émilie Monnet, Auteur·rice Sophie Faucher, Auteur·rice Robert Lalonde, Auteur·rice Émilie Perreault, Animateurrice
Livres: Okinum La vie, ma Muse SERVICE ESSENTIEL Pas un jour sans un train
Le Site Web du #SalonDuLivreDeMontreal : https://www.salondulivredemontreal.com/
Retrouve-nous sur tous nos réseaux sociaux
INSTAGRAM: https://www.instagram.com/salonlivremtl/ TIKTOK: https://www.tiktok.com/@salonlivremtl TWITCH: https://www.twitch.tv/lismoimontreal DISCORD: https://discord.gg/7MP3veRP FACEBOOK: https://www.facebook.com/salondulivredemontreal/
#slm2021
+ Lire la suite
autres livres classés : pensionnatVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1336 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre