AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9791035901851
90 pages
Auto édition (01/10/2020)
4.31/5   8 notes
Résumé :
L’Indé Panda est un magazine numérique gratuit permettant la promotion d’auteurs indépendants et du monde de l’autoédition. Ce dixième numéro vous propose ainsi sept nouvelles rigoureusement sélectionnées par notre comité de lecture, suite à un appel à textes.

Le Kroc - Anthony Lamacchia (fantastique)
Crépuscule boréal - Claude Chervet (dystopie)
Passage - Sam Kolchak (dystopie)
La place est à prendre - Marie Hamel (historique)>Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Yumiko
  07 octobre 2020
Si ce numéro est un peu plus court que les précédents, il n'en reste pas moins très intéressant à découvrir. Une fois de plus, il met en évidence des plumes différentes et des histoires variées, de quoi maintenir l'intérêt du lecteur du début à la fin et lui donner envie de découvrir chaque nouvelle. Si certaines m'ont un peu moins touchées que d'autres, cela reste un très bon numéro et je suis ravie d'avoir tenté l'aventure une fois de plus.
La première nouvelle, "Le Kroc" est d'Anthony Lamacchia, un auteur que vous avez déjà eu l'occasion de croiser sur mon blog. J'aime beaucoup son style et ses histoires et cette nouvelle ne déroge pas à la règle. Ici, il nous présente un enfant, Alan, qui tente de fuir un orphelinat un peu particulier, car il est surveillé par le Kroc, un être étrange et effrayant qui s'en prend aux enfants. Nous allons donc suivre sa tentative de fuite et découvrir une réalité qui dépasse largement ce que nous pouvions imaginer. C'est une nouvelle passionnante et palpitante, avec des rebondissements inattendus. Je l'ai adorée!
La suivante, "Crépuscule boréal" de Claude Chervet nous plonge au coeur d'un Groenland futuriste. Les océans se vident désespérément ce qui devient très critique. Nous suivons deux jeunes femmes qui embarquent sur le "Soleil" pour un voyage qui va transformer beaucoup de choses. Cette nouvelle est très poétique, mais très courte aussi. Nous découvrons finalement assez peu cet univers et j'aurais aimé en apprendre beaucoup plus, pour mieux le cerner.
Ensuite, le "Passage" de Sam Kolchak nous emmène dans une vision futuriste de notre société où les personnages âgées coûtent cher à la société et où un plan est mis en place pour préserver les finances. C'est pourquoi des modérateurs surveillent tout ce qui se passe et s'occupent de régler ce souci. Nous suivons une personne qui fait tout pour fuir cette société par tous les moyens. Comme la nouvelle précédente, celle-ci aurait mérité d'être plus développée, car son dénouement est très rapide et manque un peu de clarté à mon sens. Dommage car la nouvelle est vraiment passionnante!
"La place est à prendre" de Marie Hamel nous plonge dans notre Histoire, une histoire qui reste trop actuelle malgré les années qui passent. Notre héroïne, une jeune femme noire, décide de faire valoir ses droits en s'asseyant dans le bus sur une place réservée aux blancs. A vous de découvrir ce qui va s'ensuivre... Cette nouvelle est percutante et malheureusement encore bien trop d'actualité. En peu de pages, l'autrice réussit à nous plonger au coeur d'un récit fort, émouvant et révoltant. C'est du grand art!
Dans la nouvelle suivante, "Piersym", Meryma Haelstrome, autre autrice que vous avez déjà croisée sur mon blog, nous propose une autre vision de haine raciale à travers une histoire étonnante qui met en avant des hommes-animaux. Après qu'Elioth ait sauvé Piersym d'une mort certaine, ils vont embarquer sur un bateau et parcourir le monde, fuyant la milice. Mais parfois le danger est plus proche qu'il n'y parait. J'ai adoré les personnages de cette nouvelle et l'histoire qui nous est proposée. C'est un texte touchant et percutant, qui nous emporte sans difficulté au coeur de son intrigue.
"Vue d'en haut" de Ninou Cyrico nous fait rencontrer des cyborgs qui sont les protecteurs d'une cité. Cette nouvelle nous permet une petite incartade dans leur quotidien et de découvrir leur rôle et comment ils sont créés. C'est une belle introduction qui mériterait plus de développement pour en apprendre plus sur eux et suivre davantage ces personnages.
Nous voilà arrivés à la dernière nouvelle, "L'empire des ténèbres" de Bertrand Peillard. Elle clôt de belle façon ce numéro en nous proposant une histoire déroutante et étonnante avec un homme qui recherche sa compagne qui disparait. Commence alors une drôle de "chasse au trésor" qui nous conduira jusqu'à des révélations inattendues et vraiment bien pensées. C'est un texte touchant, empli d'amour et de douceur.
En bref, ce numéro nous propose une fois de plus une série de nouvelles de qualité et qui nous permettent de voyager et d'aborder des thèmes intéressants. Je ne peux que vous conseiller de le découvrir d'autant plus qu'il est gratuit, donc vous n'avez pas d'excuses!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Regis80
  08 septembre 2020
L'Indé Panda revient avec sa dixième livraison pour Octobre 2020. Ceux qui connaissent cette revue ou a sévi entre autres Nathalie Bagadey connaissent sa qualité. Si ce n'est pas le cas, je ne peux que vous conseiller de vous rendre sur votre plate-forme préférée ou sur le site du journal, vous pourrez y télécharger gratuitement les précédents numéros.
OK mais celui-ci mérite-t-il qu'on y consacre du temps ?
Ah bien oui et même plusieurs textes méritent une seconde lecture. Les découvertes et les surprises seront nombreuses.
On pouvait craindre que pour cette revue qui fonctionne avec l'appel à textes, la période de confinement ait eu un effet négatif. Ce n'est pas le cas.
Un mot sur la couverture. Son aspect reflète bien le ton des textes qui se trouvent à l'intérieur : un Désespoir et fantastique ;
« le Kroc » de Anthony Lamachia ouvre le bal avec une horrifique histoire de jouet maléfique. L'auteur sait faire monter la tension jusque à un final sans concession. A noter l'atmosphère du pensionnat digne de Dickens qui vous met de suite dans le bain. Un conte vénéneux digne d'un épisode de la « Quatrième Dimension ».
« Crépuscule Boréal » de Claude Chevret nous emmène dans le Grand Nord avec des pêcheurs inuit. On est ici à la fois dans le fantastique maritime et dans la dystopie. Ici l'auteur s'attaque au réchauffement climatique et ses conséquences dévastatrices sur des populations fragiles. La différence entre un passé glorieux et la déchéance présente est un formidable moment d'écriture et l'un des meilleurs textes ce recueil.
« Passage » signé par Sam Kolchak, ressort aussi de la dystopie mais aussi d'un autre aspect de la Science-Fiction dont je vous laisse la surprise. Une nouvelle intense au suspens bien mené. Impossible de la lâcher avant la fin. Les amoureux de Lyon pourront reconstituer le parcours du héros dans la capitale des Gaules L'atmosphère et le décor sont également l'une des forces de cette histoire qui reste dans les mémoires par sa couleur et son ton haletant.
« La Place est à prendre » de Marie Hamel. Voilà une nouvelle historique qui nous fait revivre un moment de l'Histoire des U.SA. UN texte qui prend un drôle de relire avec l'actualité. A lire, et à relire. Notons que le style de l'auteur transforme cette nouvelle en reportage sur le vif.
« Piersym » de Meryma Haelsome. Une histoire de pirates qui serait contée par le H.G Wells de « L'Ile du Docteur Moreau » ; On y retrouve l'ironie, le fantastique et l'épouvante du roman. Une histoire qui est aussi un appel à la tolérance et une dénonciation des mauvais traitements à animaux. Une dystopie aussi puisque au-delà de la fable, on se retrouve en pleine science-Fiction. Une intrigue en forme d'Odyssée très bien menée jusqu'à une conclusion inattendue.
« Vue d'en haut » de Ninou Cyrico nous invite à un voyage dans un Lyon post-apocalyptique ; Inquiétant ce texte vous emmène vers une conclusion inattendue et surprenante. Tout comme pour Sam Kolchak, on appréciera cette autre peinture d'un Lyon surprenant.
« L'empreinte des Ténèbres » de Bertrand Peillard est le dernier récit de ce numéro 10. Et c'est peu dire que c'est un feu d'artifice. C'est à la fois une uchronie, une dystopie et une fable sur la manière dont on regarde l'autre. Mais la véritable surprise se trouve dans les dernières pages. Un vrai bijou que cette intrigue mené tambour battant. Mon texte préféré. Les ruptures de ton, l'air de rien, les éléments d'angoisse, le décor, l'évolution du personnage, tout est une réussite.
En résumé, un très bon cru que ce numéro. Des nouvelles qui en sont vraiment et qui ne donnent pas l'impression d'être des romans refoulés, une couverture impeccable et surtout des biographies des auteurs qui donnera envie aux lecteurs de partir à leur découverte. Ils le méritent.
ET Merci à L Inde Panda pour m'avoir permis de découvrir ce numéro en avant-première!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gabrielleviszs
  20 octobre 2020
C'est la deuxième fois que je lis un "indépanda" et je les remercie pour m'avoir proposé ce recueil une nouvelle fois. Il faut savoir qu'ils sont gratuits numériquement et que vous pouvez ainsi vous faire une idée de la plume des divers auteurs qui les composent. Une centaine de pages avec des univers différents, des idées différentes et surtout une envie de bien faire pour tous et toutes. La couverture donne déjà un certain thème, parfaite avec la toute première nouvelle. Ce nounours avec une croix peut signifier tellement de choses : la douceur des soins, le réconfort d'un objet lorsque nous sommes malades, l'enfance meurtri ou au contraire les aventures stupéfiantes avec un ami imaginaire.

Tous les ans, le magazine parait gratuitement. Sept histoires, sept nouvelles, sept auteurs qui nous emportent dans leur monde plus ou moins complexes, plus ou moins évidentes. C'est toujours une bonne idée pour se faire une idée de la plume d'un auteur et si ici j'ai beaucoup apprécié les styles d'écriture, j'ai eu plus de mal avec certaines d'entre elles sur le sujet proprement dit. Je ne vais parler que de mon top 3 en commençant par mon coup de coeur. Il s'agit de "Le Kroc" de Anthony Lamacchia. J'ai été totalement happé par la situation et les émotions ressenti par notre petit homme qui cherche par tous les moyens à fuir ce monstre.

Alan veut fuir un pensionnat. Tous les jours des disparitions d'enfants se produisent et il sent que c'est bientôt son tour. Avec Charlie, son ours en peluche et ami imaginaire, il décide de trouver la clé qui lui permettra de fuir cet endroit maudit. Cette fameuse clé, une ancienne pensionnaire avait réussi à la récupérer, avant de passer sous les crocs du monstre. Une bête informe qui, lorsque nous avons la description, fait quelque peu penser à un savant fou qui a fait des expériences sur lui. Charlie est son réconfort, celui qui va lui donner ce courage pour affronter ses peurs. Va-t-il réussir à trouver la bonne porte et surtout à rester dans la lumière ? le combat mené est difficile pour un petit comme lui, surtout lorsque nous avons les détails du pourquoi il s'est retrouvé entre ses murs. Ce "Kroc" hante des murs bien plus profondément qu'un simple fantôme nous amenant à nous poser cette question : et si la nouvelle n'avait pas pour thème le fantastique ?

Vint ensuite le monde de Meryma Haeldtrome, avec Piersym.

Piersym est un personnage crée de toutes pièces par l'auteur, ainsi que tous les autres. Il est moitié homme, moitié animal et recherche le remède qui va le soigner définitivement de cette peau qui le dérange. Après avoir été malmené, torturé, il a réussi à prendre la fuite avec d'autres comme lui qui veulent vivre en paix, mais surtout sous l'apparence qu'ils désirent plus que tout. Être pourchassés ne leur apporte que des souffrances et la trahison est la pire de toute. C'est une histoire de mal-être, de différences, de pirates pour redevenir celui ou celle que l'on voulait. Une histoire poignante d'hommes et de femmes qui ne veulent qu'une chose : la paix et ne pas devenir ces créatures qui n'auraient pas le droit de vivre. La recherche du Graal est longue, périlleuse et l'avenir incertain, pourtant certains d'entre eux ne vont pas hésiter à donner de leur vie pour leur compagnon, malgré leur défaut, leur peur de perdre le peu qu'il leu reste, la peur tout court de continuer cette vie. J'avais déjà eu la chance de découvrir cet auteur, je continuerais à la suivre, c'est certain !
Enfin je terminerai par "La place est à prendre" de Marie Hamel.
Remontant dans le passé, le vrai passé, nous suivons "Elle", une femme de couleur qui n'a pas le choix de payer sa place à l'avant d'un bus pour en faire le tour et monter par l'arrière. Sa couleur de peau doit faire peur, car elle n'a pas le droit de poser ses fesses sur un siège. Une erreur de sa part la dernière fois, car elle a été jeté comme une malpropre par le même chauffeur qui s'arrête une fois de plus à son arrêt. La nouvelle est courte, intense et se rapporte à un sujet d'actualité bien trop présent encore dans nos esprits : la différence. Qu'elle soit pour la couleur de la peau, de la religion, de nos pensées, de l'apparence... la différence est toujours au coeur de l'actualité et s'il faut se battre, cette femme a trouvé un moyen sans donner de coups. Un bel exemple de courage à suivre.
En conclusion, toutes ces histoires apportent une réflexion, une pensée et même si l'une d'entre elle est restée totalement dans le flou, j'ai apprécié la plume de chacun. de plus la couverture est bien assortie avec la première nouvelle. Nous avons une parcelle de ce que chaque auteur est capable de donner et c'est très apprécié.
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/l-indepanda-n-10-collectif-d-auteurs-a203736380
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Jodyane
  11 septembre 2020

Ma première critique pour ce magazine de nouvelles qui paraît une fois par an.
Des auteurs ont étés sélectionnés et le magazine paraîtra gratuitement le 1er octobre 2020.
J'ai trouvé que c'était une idée formidable car il permet de nous faire découvrir de nouveaux talents et aussi de promouvoir la lecture.
Pour moi il m'a ouvert aussi à d'autres genres de lecture vers lequel je n'allais pas forcément.
7 nouvelles nous sont proposées.
le Kroc Anthony Lamacchia
Une histoire fantastique, Kroc hante un orphelinat où se trouve Alan et son ami imaginaire Charlie
Crépuscule Boréal Claude Chervet
Une dystopie qui se passe au Groenland et les inuits.
Passage Sam Kolchak
Une dystopie qui se déroule à Lyon, les traboules....
La place est à prendre Marie Hamel
Une nouvelle historique bouleversante sur un sujet toujours d'actualité.
Piersym Meryma Haeldtrome
Un fantasy avec des animaux fantastiques bien sûr.
Vue d'en haut Ninou Cyrico
Une dystopie qui nous ramène une fois encore dans la ville de Lyon, étant lyonnaise cela ne m'a pas déplu.
L'empire des ténèbres Bertrand
La plus longue des nouvelles avec une fin surprenante.
C'est avec plaisir que j'ai lu ces nouvelles avec des textes bien choisis et avec une couverture magnifique que j'ai associé d'office au premier texte.
Mon classement personnel de mes trois lectures préférées.
La place est à prendre
Le Kroc
Passage
J'ai passé un bon moment de lecture, j'ai dépassé ma zone de confort et c'est une belle expérience que je renouvellerai volontiers.
Je vous le conseille sans hésitation et n'oublier pas qu'il est gratuit, alors pourquoi s'en priver.
Je remercie L'inde Panda.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
bulle39
  28 septembre 2020
L'Indé Panda est un journal numérique gratuit permettant la promotion d'auteurs indépendants et du monde de l'auto-édition.
Je ne connaissais pas du tout ce journal, et j'ai vraiment été bluffée par la qualité des textes et leur originalité. Des textes intéressants, bien construits., qui permettent également de découvrir des auteurs et de s'intéresser à leurs écrits.
Pour ce 10ème numéro, 7 nouvelles sont proposées :
- le Kroc d'Anthony Lamacchia : un orphelinat, un jeune garçon tentant d'échapper à un monstre terrifant, une peluche particulière….une atmosphère prenante jusqu'au final.
- Crépuscule boréale de Claude Chevret : une histoire mettant en scène des pêcheurs inuits, Nukaaka et Simigoq, face au désastre du réchauffement climatique.
- Passage de Sam Kolchak : une dystopie au coeur de Lyon. Un monde où il ne fait pas bon vieillir. Monsieur Legrand, 70 ans, a passé l'âge de vivre, il est traqué car il doit disparaître. Mais celui-ci décide de continuer à vivre et de s'enfuir. Contrôle de la liberté et de la régulation de la population, voilà une vision du futur peu joyeuse.
- La place est à prendre de Marie Hamel : un rappel de ce que subissaient les gens de couleurs dans les années 50 aux Etats Unis. Marie est une femme plein de courage et n'hésite pas à braver l'interdit. Une lutte pour le mouvement des droits civiques, pour mettre fin à l'inégalité entre les Blancs et les Noirs.
- Piersym de Meryma Haelstome : un bateau pirate volant et des personnages fantastiques atypiques. de l'aventure et de l'action dans ce récit agréablement surprenant.
- Vue d'en haut de Ninou Cyrico : une unité de cyborg au service de l'Union Terrestre mise en place après la grande crise de 2021. Une intervention au coeur de Lyon qui offre un autre paysage par sa revégétation. Une autre vision d'un monde post apocalyptique.
- L'empire des ténèbres de Bertrand Peillard : une tournure inattendue pour ce texte, une réflexion subtile sur notre perception.
Pour conclure, une très bonne lecture, des nouvelles originales et intéressantes qui méritent de s'y attarder. Il est à noter qu'après chaque nouvelle, l'auteur nous laisse quelques mots de présentation permettant aussi de découvrir son roman.
Et surtout, merci à L'Indé Panda de m'avoir permis de découvrir son magazine (je vais me pencher sur les autres numéros !). J'ai mis sur ma liste quelques nouveaux titres de romans ;)

Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   20 octobre 2020
Une fois qu’il eut fini, Alan serra fort contre son cœur la peluche à la truffe barbouillée de rouge et franchit de nouveau la porte, non sans jeter un ultime regard derrière lui. Mais lorsqu’il passa de l’autre côté, que la froide obscurité remplaça la tiède lumière, il réalisa qu’il n’était plus à l’intérieur du manoir Deux-Rives… Mais dans les bois de brume qui entouraient l’orphelinat.

— Oh non…

Voyant les milliers d’arbres squelettiques figés dans le brouillard, Alan sentit ses os se geler. Il tourna les talons, pressé de repasser de l’autre côté de la porte. Mais celle-ci avait disparu. Là où elle aurait dû se trouver se dressait un arbre bossu au tronc éventré et vide… comme si le jeune garçon était arrivé dans ce lieu en sortant de cette souche morte. Tournant autour de lui, paniqué, il essaya de distinguer le manoir à travers les ramifications blêmes et la poix épaisse. Mais il ne vit rien d’autre que les innombrables monstres d’écorce grisâtre dont les branches semblaient onduler dans la brume.

— Non, non, non…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : nouvellesVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4110 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre