AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Cannetille


Cannetille
  04 juillet 2021
L'Asturienne, ou plutôt la Compagnie Royale Asturienne des Mines, est une société belge fondée en 1853, qui, pendant cent cinquante ans, exploita les mines de charbon et de zinc de la province espagnole des Asturies. Pionnière de la métallurgie du zinc, également investie dans l'exploitation chimique des minerais, elle devint l'une des principales entreprises industrielles en Espagne et étendit ses activités à la France, la Norvège et l'Afrique du Nord. le père de Caroline Lamarche en fut le dernier héritier, au terme d'une transmission familiale initiée de longue date, puisqu'au XVIIIe siècle déjà, la famille possédait, entre autres, une manufacture de tabac et exploitait les houillères de Liège, en Belgique. Son père mort et la compagnie ruinée après l'épuisement des mines, l'auteur s'est attelée à l'exploration des archives familiales, retraçant une impressionnante saga courant sur plusieurs siècles, avec ses gloires et ses pans d'ombre.


Il aura fallu à Caroline Lamarche des années de travail pour rassembler et décrypter les documents conservés par ses parents, mais aussi pour les confronter à d'autres sources et, ainsi, restituer toutes ses nuances à la légende familiale. Pour elle autant que pour nous, c'est un monde inconnu et révolu qui se dessine peu à peu, au fur et à mesure de ces fouilles documentaires qui nous font partager la curiosité et la fascination de l'auteur pour des ancêtres à des années-lumière de nos points de référence. A travers eux et leurs entreprises, se déroulent deux siècles d'une passionnante histoire européenne, de la révolution industrielle à nos jours, au cours de ce qui parut longtemps une phase illimitée de progrès et qui, malgré les vicissitudes des guerres et de la dictature espagnole, leur permit le plus grand faste et la fréquentation des plus grands de leur époque.


Un tel lustre s'assortit de faces moins glorieuses. Et c'est avec une émotion troublée que l'auteur s'entend rappeler par des témoins extérieurs les impitoyables conditions de travail et la dure intransigeance de ses ascendants lors des grèves ouvrières, le lourd tribut payé par les employés quand le rendement primait sur la sécurité, les compromissions avec les puissances politiques les moins recommandables, et enfin l'impact environnemental d'activités dont on ne se souciait alors pas du tout qu'elles étaient extrêmement polluantes.


Porté par la magnifique plume pleine d'esprit de l'auteur, ce récit soigneusement documenté, qui sait honnêtement faire la part des choses entre réalité et mémoire familiale, est à la fois un témoignage intéressant sur l'histoire industrielle des deux derniers siècles en Europe, un aveu sincère et sensible du poids de l'héritage et de la filiation chez une femme « déchue » du milieu social de ses ascendants, et un superbe hommage d'une fille à son père.


Merci à Babelio et aux Impressions Nouvelles pour cette intéressante découverte, offerte dans le cadre de la Masse Critique.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
Commenter  J’apprécie          786



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (75)voir plus