AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Hachette (30/11/-1)
3.33/5   27 notes
Résumé :
Succès populaire dès sa sortie, ce roman de près de 9000 vers magnifiques de Lamartine vous marquera par sa beauté, sa pureté et vous fera vibrer pour cet Amour impossible sur la terre mais pourtant éternel…

Retrouvez Jocelyn, Laurence, Marthe et d'autres personnages dans cette histoire en vers bouleversante et inoubliable.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
araucaria
  13 avril 2012
Superbe texte, histoire intéressante. Texte poétique et romantique. J'ai beaucoup aimé. de bien belles pages de la littérature française du 19ème siècle.
Lien : http://araucaria.20six.fr/
Commenter  J’apprécie          80
DONZEL
  09 octobre 2021
O temps suspens ton vol et vous, heures ..
Puisse toute ma vie être une page blanche
Comme Lui, vibrant à l'unisson
pour nous emmener vers les pages
à compléter d'élans similaires presque tout autant lyriques
Lamartine étant le poète nous rouvrant les portes fermées par le temps que notre coeur redécouvre
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
AnncyAnncy   07 avril 2013
Mon cœur me l'avait dit : toute âme est sœur d'une âme ;
Dieu les créa par couple et les fit homme ou femme ;
Le monde peut en vain un temps les séparer,
Leur destin tôt ou tard est de se rencontrer ;
Et quand ces sœurs du ciel ici-bas se rencontrent,
D'invincibles instincts l'une à l'autre les montrent ;
Chaque âme de sa force attire sa moitié,
Cette rencontre, c'est l'amour ou l'amitié,
Seule et même union qu'un mot différent nomme,
Selon l'être et le sexe en qui Dieu la consomme,
Mais qui n'est que l'éclair qui révèle à chacun
L'être qui le complète, et de deux n'en fait qu'un.
...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
SZRAMOWOSZRAMOWO   22 septembre 2017
Séminaire de ***, 1er janvier 1793.
Six ans sont retranchés des jours de mon jeune âge,
Sans qu’une seule trace ait marqué leur passage.
Nuits, jours, matin et soir, veilles et lendemain,
Furent des pas égaux dans un même chemin ;
Je n’ai senti ces jours qu’en calculant leur nombre.
Le cloître aux noirs piliers m’a caché dans son ombre ;
De ma haute cellule au chœur mélodieux
Les dalles ont compté mes pas silencieux ;
La méditation, la prière et l’étude,
Ont engourdi mes sens dans leur froide habitude ;
Ces corridors obscurs, ces nefs, ces murs épais,
Ont versé sur mon front leur silence et leur paix ;
Les souvenirs cuisants, les regrets, les images
De liberté, d’amour, de riants paysages,
À peine ont jusqu’ici dans mes nuits pénétré ;
De la paix du Seigneur tout s’y peint par degré,
Comme, par les vitraux que le pinceau colore,
Se teignent dans la nef les clartés de l’aurore.
Qu’il est doux dans son Dieu de renfermer son cœur
Comme un parfum dans l’or, pour en garder l’odeur ;
D’avoir son but si haut, et sa route tracée,
Et de vivre six ans d’une même pensée !
Aussi, blanche est la page où je notai mes jours.
Qu’aurais-je écrit ? Ce Dieu que je servis toujours,
Le soin de ses autels, le goût de ses demeures,
Ont du même aliment nourri toutes mes heures,
Et sa main, à ma main ouverte constamment,
M’a dirigé sans chute et sans événement.
Ah ! grâce aux passions que mon cœur se retranche,
Puisse toute ma vie être une page blanche !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JacobBenayouneJacobBenayoune   21 janvier 2014
Tous ces sentiers versaient d’heure en heure au hameau
Les groupes variés confondus sous l’ormeau
Là les embrassements, les scènes de familles,
Les cheveux blancs touchant des fronts de jeunes filles,
Des amis retrouvés, des souvenirs lointains,
Des hôtes entraînés aux rustiques festins,
Des vierges à genoux autour de la chapelle,
Et les groupes pieux que la cloche rappelle,
Leur chapelet en main et le front incliné,
Allant offrir à Dieu le jour qu’il a donné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JacobBenayouneJacobBenayoune   21 janvier 2014
Le jour s’est écoulé comme fond dans la bouche
Un fruit délicieux sous la dent qui le touche
Ne laissant après lui que parfum et saveur.
Ô mon Dieu, que la terre est pleine de bonheur !
Aujourd’hui premier mai, date où mon cœur s’arrête,
Du hameau paternel c’était aussi la fête,
Et c’est aussi le jour où ma mère eut un fils ;
Son baiser m’a sonné mes seize ans accomplis
Seize ans ! puissent longtemps ces doux anniversaires
Sonner tant de bonheur au clocher de mes pères !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Aurel82Aurel82   18 avril 2019
Mon âme cherche en vain des mots pour se répandre, 
Elle voudrait créer une langue de feu 
Pour crier de bonheur vers la nature et Dieu.

– Dis-moi, repris-je, ami, par quelles influences, 
Mon âme au même instant pensait ce que tu penses, 
Je sentais dans mon cœur, au rayon de ce jour, 
Des élans de désirs, des étreintes d'amour 
Capables d'embrasser Dieu, le temps et l'espace, 
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Alphonse de Lamartine (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alphonse de Lamartine
LAMARTINE – Procida, l'île amoureuse de Graziella (ARTE, 2017) Un reportage, réalisé par Marthe Lem, extrait de l'émission "Invitation au voyage" diffusée sur Arte le 26 décembre 2017.
autres livres classés : poésieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1024 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre