AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782413025627
307 pages
Éditeur : Delcourt (25/09/2019)
4.34/5   461 notes
Résumé :
Quand Sophie rencontre Marcus, elle tombe amoureuse en 48h. Elle qui était si cynique en amour, cette fois, elle y croit. Sauf qu'il se révèle vite étrange. Sophie a alors besoin de comprendre ce qui ne va pas. Confronté à ses mensonges et ses incohérences, il a des réactions violentes, des excuses pour tout et arrive à se sortir de chaque impasse. Mais jusqu'à quand ? Sophie aime un manipulateur narcissique.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (124) Voir plus Ajouter une critique
4,34

sur 461 notes
5
79 avis
4
33 avis
3
10 avis
2
0 avis
1
0 avis

marina53
  21 février 2021
À la terrasse d'une pizzeria italienne, Sophie profite de la bonne nourriture et du soleil qui réchauffe. Toute seule... Pas vraiment, Chocolat, son ours qu'elle a depuis l'enfance, l'accompagne. Si elle est détendue et épanouie aujourd'hui, on ne peut pas dire que c'était le cas il y a seulement quelques mois... Pourtant, tout avait si parfaitement commencé...
Encore étudiante à 28 ans, elle se retrouve, via son travail d'illustratrice, à une soirée avec des gens un peu connus. Alors qu'elle se décide à rentrer chez elle, elle croise Marcus, un comédien de série, surpris qu'elle s'en aille déjà. Quelques mots échangés et ils se quittent sans se donner leur numéro. Pour autant, le jeune homme a laissé une empreinte dans sa mémoire. Ce n'est qu'un an plus tard qu'ils se rencontrent à une soirée. Aussitôt, il la reconnaît. Pendant des mois, ils communiquent sur Twitter. Sans trop savoir pourquoi, Sophie l'invite à passer le week-end à Montpellier. Ils tombent aussitôt amoureux, comme une simple évidence. S'entendent et s'accordent parfaitement. La jeune femme va même s'installer à Paris pour se rapprocher. Dès lors, les mots doux deviennent piquants, les crises de rire des crises de colère, les remarques cinglantes... Et ce n'est que le début !
Jeune illustratrice qui anime un blog depuis des années, Sophie Lambda se livre, dans cet album, avec beaucoup d'émotions et de force. Alors qu'une idée d'album se profilait, elle a décidé de la mettre de côté pour nous raconter son histoire pas si banale. La couverture et le titre parlent d'eux-mêmes : elle a vécu une histoire d'amour avec un manipulateur narcissique. Elle nous explique, petit à petit, comment sa formidable histoire a dérapé, comment Marcus a changé, comment elle s'en est échappée, comment elle en a guéri. Ce récit, profondément intimiste, émouvant, éprouvant parfois, ne manque pourtant pas d'humour et de dérision, la présence de Chocolat, ses piques, ses remarques jouissives, ses boutades, apportant beaucoup de légèreté pour un sujet qui l'est beaucoup moins. L'auteure ne s'apitoie jamais sur son sort mais veut prouver que l'on peut s'en sortir. Graphiquement, de par son trait léger et coloré, elle rend parfaitement compte des ambiances et des émotions, que ce soit l'amour, la colère, la dépression, la tristesse...
Un album salutaire et poignant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          700
diablotin0
  14 mars 2021
J'affectionne particulièrement les dessins qui fourmillent de détails, les planches que l'on peut regarder plusieurs minutes tant il y a à découvrir. Ici ce n'est pas du tout le cas, les dessins sont épurés et pourtant j'adore. Les expressions sont très marquées et les attitudes sont tout à fait expressives. le Petit Ours, Chocolat, le Jiminy Cricket de Sophie, est tout simplement adorable, vraiment craquant cet ourson. L'histoire, quant à elle, est loin d'être craquante, en revanche, elle fait craquer ! La relation que Sophie entretient avec "ce beau gosse" est destructrice, toxique. Sophie sombre, elle est hantée par cette relation.
Sophie raconte avec un grand réalisme ce qui se passe dans la tête lorsqu'on a été victime d'une relation avec un manipulateur. "C'était un mode de régression et de destruction total, sur lequel je n'avais aucun contrôle."
Les dessins illustrent à merveille ce que Sophie ressent à chaque étape, mais pour plus de légèreté les dessins sont fait avec beaucoup d'humour et font sourire malgré le sujet grave.
La deuxième partie de cette BD et presque un manuel de survie avec conseils, mise en garde mais toujours sous forme de bande dessinée et toujours avec beaucoup d'humour et d'émotion. Cette BD est très touchante intéressante et sans aucun doute utile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
thedoc
  13 février 2021
Illustratrice, Sophie Lambda a choisi ses armes de prédilection, ses feutres et sa tablette graphique, pour nous livrer son témoignage sur sa relation avec un pervers narcissique. On pourrait aussi le qualifier de vampire psychique ou de sociopathe, mais c'est finalement le terme de «  manipulateur » qui lui semble le plus adéquat pour définir cet homme qui rassemble en lui plusieurs de ces aspects.
Dans « Tant pis pour l'amour ou Comment j'ai survécu à un manipulateur », on suit une jeune femme de 28 ans qui rencontre un jeune homme, comédien, charmeur, magnétique. C'est le coup de foudre. Cet homme qui la valorise, qui répond à chacun de ses besoins et semble la connaître à la perfection, est l'homme idéal. C'est une relation fusionnelle et passionnelle qui démarre très vire. Puis arrivent les premières incohérences, les premiers mensonges, les premiers chantages, les premières violences. le conte de fées vire aussi vite en cauchemar qu'il a commencé.
Cette bande dessinée de 300 pages, autobiographique et documentaire, est une véritable réussite. Intelligente et drôle, elle nous présente une histoire personnelle, celle de Sophie Lambda, mais nous offre également un guide de survie essentiel qui servira à quiconque traverse la même épreuve. L'autrice, dans la post-rupture, a souffert d'une profonde dépression et c'est finalement en voulant comprendre ce qu'elle avait vécu – pour s'en sortir ! -qu'elle a pu mettre des mots sur son ex-compagnon qu'elle aimait toujours et sur cette relation toxique. Séances chez une psychologue, recherches et lectures, Sophie Lambda nous fait partager tout ce qu'elle a pu apprendre sur les manipulateurs. Etape par étape, elle revient sur le processus d'emprise et de destruction qui se met en place mais aussi sur la manière de se défaire et de se remetttre de cette relation. La meilleure méthode demeure la fuite.
En fin d'ouvrage, une liste très complète de ressources (références bibliographiques, numéros de téléphone, informations juridiques, sites Internet d'associations, de services publics sur les violences faites aux femmes) clôt ce témoignage édifiant et terrifiant.
D'abord intéressée par le sujet, je suis vraiment tombée sous le charme du coup de crayon généreux et drôle de l'autrice qui alimente quotidiennement son compte Instagram avec ses dessins . Sophie Lambda a témoigné suite à la sortie de sa bande-dessinée et on peut trouver un certain nombre de vidéos sur Internet. On y découvre une jeune femme jolie, simple, qui parle de son métier avec passion et témoigne avec courage de son expérience. On ne peut que lui souhaiter plein de bonheur et la joie, pour nous, de découvrir ses prochaines BD.
Une BD à conseiller à tous, homme et femme, couple hétéro et homo, car comme le rappelle l'auteur, la manipulation est de tous les bords.
Coup de coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          278
deidamie
  31 octobre 2020
« Bonjour les Babélionautes ! Aujourd'hui, on va parler d'une BD, Tant pis pour l'amour ou comment j'ai survécu à un manipulateur, pas banalement signée par Sophie Lambda.
Or donc Sophie, jeune illustratrice, débarque à Paris lors d'une soirée et rencontre Marcus, jeune comédien beau gosse. Ils nouent rapidement une relation faite de bonheur suprême et d'euphorie totale. Hélas, Marcus se révèle vite violent psychiquement. Hé oui, Marcus est un… manipulateur.
Une fois n'est pas coutume, c'est moi, Gentille Déidamie, qui vais commencer par un point négatif. Je suis un peu déçue par Chocolat.
Chocolat est un ours en peluche fumeur et alcoolique qui accompagne Sophie et commente sans se gêner l'action ou le discours. Moi, je trouve pas ça très réaliste : je m'attendais à une créature beaucoup plus incisive ! Je pensais qu'il serait plus violent dans les mises en garde qu'il adresse à sa propriétaire.
-Bah moi, je trouve ça normal. Sophie Lambda n'est pas nous, elle a donc bien le droit de subir, euh, de cohabiter avec un alter ego différent, non ? Dans sa tête, ce n'est pas pareil que dans la nôtre. Moi, j'prendrais bien un p'tit verre avec lui ! Chocolat, si tu me lis, te laisse pas faire, tu as raison : tu es beau gosse ! Et mon 06, c'est le 06 quarante trouze…
-(soupir) On peut revenir à la BD, s'il te plaît ?
-Boah, pour ce que tu en as à dire…
-Mais si, j'en ai des choses à dire, madame ! Pour commencer, j'ai adoré le format dessiné : les images servent de support à l'histoire.
- Tu veux dire que cette BD fonctionne comme… comme une BD ?! Incroyaaable ! T'en as d'autres, des lapalissades comme celle-là, nullasse ?
-Mais non ! Ce que je veux dire, c'est que textes et images se suivent de près, de fort près, et l'image occupe plus une fonction d'illustration de texte que de narration. La BD tout entière est représentation, symboles, métaphores. Cela donne à la fois du recul sur l'histoire, de la distance : je ne me suis jamais senti submergée par la détresse de Sophie.
D'autre part, toutes ces images rendent les faits limpides quant aux faits et émotions qu'elles décrivent. Les fêlures dans les capitales de Marcus, la seringue dans le bras, l'héroïne qui change de forme selon les phases qu'elle traverse…
Et ces métaphores, non contentes de se révéler efficaces, se montrent irrésistiblement drôles ! J'adore comment elle représente l'ego avec ses failles. Je n'en dis pas davantage pour ne point divulgâcher.
L'histoire se divise en deux parties : la première consacrée à la relation avec Marcus, la seconde relate le processus de guérison et vulgarise les mécanismes d'emprise. Plutôt bien fait et instructif, ma foi.
-Moi, il y a une chose que je regrette.
-Laquelle ?
-Ce que Sophie vit, ça porte aussi le nom de violences conjugales ! La violence conjugale, ce n'est pas seulement quand votre conjoint vous tape. Les humiliations, le harcèlement psychologique en font partie ! Et ce n'est pas nommé comme tel, on y fait juste un peu allusion et je trouve ça dommage !
-Quoi qu'il en soit, Tant pis pour l'amour représente une oeuvre qu'on applaudit pour sa richesse graphique et son propos limpide, drôle et positif. Une expérience terrible est devenue un livre drôle, intéressant et instructif, plein d'espoir et d'encouragements aussi pour les anciennes victimes. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193
Pavlik
  02 janvier 2021
Sophie Lambda a été confrontée à une relation amoureuse toxique durant plusieurs mois, elle en décrit, dans cette bd, les ressorts et ce que cela provoque chez les victimes.
J'imagine que ça n'a pas dû être facile à faire mais le résultat est convaincant. A l'aide d'exemple très simples, mais très parlants, et surtout très communs dans ce genre de relation, l'autrice met en exergue "l'universalité" de cette dynamique relationnelle, malgré le caractère singulier de chaque histoire. C'est que les "vampires psychiques" et autres "pervers narcissiques", ont beau être tous différents, ils fonctionnent tous, à peu près, sur le même mode et recherchent tous la même chose. Et comme Satan avant eux, ils cherchent à faire croire qu'ils n'existent pas mais qu'au contraire, c'est vous qui avez un problème. Une fois démasqués, ils s'en vont planter leurs crocs ailleurs...
Un livre qui sera fort utile pour toutes celles (et tous ceux) qui se posent des questions sur la réalité de ce qu'elles sont en train de vivre dans leur couple, sans oser en parler directement. C'est un premier pas possible vers la vérité. Vers l'abolition du voile du déni et la révélation de l'emprise à l'oeuvre. C'est sans doute plus rassurant, pour beaucoup de femmes, de faire ce premier pas dans l'empreinte de quelqu'un qui est passé par là.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250


critiques presse (5)
Sceneario   03 février 2020
Le dessin et l'humour sont au service d'un drame. Cet album est une porte ouverte sur la sensibilisation aux violences conjugales.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BoDoi   20 décembre 2019
C’est intéressant et bien décrit, mais sur 300 pages, ça piétine un peu, et un sentiment de répétition grève la longue conclusion. Dès lors, on se lasse aussi des effets de mise en scène qui fonctionnaient si bien au début… Ces petits défauts ne doivent toutefois pas annihiler l’ensemble, qui est un témoignage salutaire et accessible, et qui pourra sans doute aider de nombreuses victimes.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Bedeo   04 décembre 2019
Avec une histoire finalement assez courte suivie d’une mise au point psychologique à destination de celles et ceux qui subiraient de telles emprises, Tant pis pour l’amour est un ouvrage dense et fondamentalement nécessaire.
Lire la critique sur le site : Bedeo
ActuaBD   30 octobre 2019
Ce volumineux album-témoignage n’est pas seulement une histoire d’amour qui tourne très mal. C’est aussi un véritable manuel de lutte contre ceux qu’on appelle les "manipulateurs narcissiques". [...] L’aspect utile et documenté de la BD complète efficacement la trame réellement prenante de la mésaventure glaçante de Sophie Lambda.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest   08 octobre 2019
Récit d'une descente aux enfers puis d'une libération, Tant pis pour l'amour évite le piège du pathos pour livrer une confession sans fard, mais pleine d'humour.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
YggdrasilaYggdrasila   13 mai 2021
L’ego des manipulateurs est une ruine.

La vérité étant trop difficile à affronter pour eux. Il n’y a pas d’autres solutions que de faire illusion pour le monde, par le mensonge, la culpabilisation, l’intimidation, la victimisation, l’illusion, la déroute mentale...
Commenter  J’apprécie          230
carrecarre   21 novembre 2019
Après une relation avec un manipulateur, sans les bonnes armes, se remettre debout et marcher droit est impossible.
Ce serait comme essayer de guérir de la peste avec des tic-tac.
Commenter  J’apprécie          271
PavlikPavlik   02 janvier 2021
Tant qu'on pense que les manipulateurs ne sont que des pauvres gamins à problèmes mais qu'au fond, ils sont gentils, on leur pardonnera tout. On peut avoir pitié de l'enfant qu'ils étaient, mais pas de l'adulte qu'ils sont devenus.
Commenter  J’apprécie          150
FRANGAFRANGA   02 mars 2020
Les mots que j'attendais, il me les donnait x 1000. Ceux que je n'attendais pas, encore plus.
Il reactivait mon enfance, je me sentais toute neuve, c'était comme si j'avais jamais connu la douleur.
C'était fou, ça dezinguait tout ce que je pensais savoir, ça ne ressemblait à rien de connu
Commenter  J’apprécie          90
FRANGAFRANGA   24 juin 2020
AH ! LE VIDE...

Ces caries dans notre égo, petites mais puissantes, invisibles mais douloureuses, ces parties creuses, ces brèches qui nous font agir comme des primates bourrés parfois...

Peur de la solitude
Besoin de tout contrôler
Besoin de plaire
Éternelle insatisfaction
Besoin de reconnaissance
Commenter  J’apprécie          80

Lire un extrait
Videos de Sophie Lambda (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Lambda
Vidéo de Sophie Lambda
autres livres classés : pervers narcissiqueVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1217 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..