AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1027800165
Éditeur : Le Castor Astral (19/03/2015)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Long compagnon de route des éditions Le Castor Astral (présent dans de nombreuses anthologies), Werner Lambersy publie pourtant avec La Perte du temps son premier recueil chez l’éditeur. Son écriture poétique singulière, variée dans le ton et la forme, réussit ici l’amalgame difficile entre deux types de sensibilité : occidentale et orientale. Les références aux anciens cultes grecs et aux philoso - phies de l’Inde ou du Japon participent de l’extrême dépouillement ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Bologne
  08 février 2016
« Nous entamons la descente ». Il arrive un âge où il faut choisir entre fermer les yeux et regarder par le hublot le terrain d'atterrissage. Werner Lambersy a choisi la lucidité. Il n'y a pas besoin de perdre son temps : il se perd bien tout seul. Plusieurs de ces poèmes sonnent comme des inventaires de nos petits désastres quotidiens. Quand on n'a plus la flamme pour allumer le tabac sec du sexe et que les yeux déjà sont comme ceux du merle.
Mais il arrive aussi que l'on y gagne à perdre le temps... « Je prends / une plume et du papier / et j'attends ». le poème naît de tout ce qui échappe aux horloges, des souffles « que l'on expire pour / dilater un peu // la vie qui se rétracte », des petits miracles quotidiens — les pommes de terre dans une assiette — comme des épiphanies majuscules, celles de l'amour ou de la communion avec le monde. Des paysages grandioses et des peaux de harengs se dégagent un même verbe sacré, celui du poème, qui transmue le monde et instaure son propre temps. le poème et le monde se fondent en images fulgurantes — « la pluie n'avait pas / de paupière » — « le vieux / cure-dents de l'horizon »... Bien sûr, la mer est plus forte que la colère et la montagne plus puissante que le calme. Mais avec l'air, qui est bien peu, on invente le souffle, et du souffle naît la parole.
Cette conscience de la vanité de l'homme et de ses prétentions, mais aussi de sa formidable capacité à accueillir l'absolu et à le traduire en mots, donne sa densité au recueil. le paradoxe se prolonge dans un second recueil publié à la suite, On ne peut pas dépenser des centimes, qui se présente comme une suite de dialogues aux allures de koans zens entre un jeune homme en quête de vérité et un maître habile à le déconcerter, dont il ne restera pas même la buée de l'haleine sur la vitre. Car la parole aussi s'épuise avec le souffle. Mais est-ce vraiment l'essentiel ? Il importe surtout qu'elle ait été dite.
Lien : http://jean-claude-bologne.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   21 mai 2016
LE VENT N'A PAS D'OMBRE


les chiens
n'en connaissent
que les traces qu'il porte

le vent n'a pas d'ombre

mais soutient les oiseaux
la colère la caresse
et le chant

il dort dans les arbres
fait l'amour dans l'herbe

mais on peut lire son âme
sur l'eau

ce qu'il dit le laisse libre
de parler fort ou
de se taire

p.26
Commenter  J’apprécie          170
coco4649coco4649   03 juin 2016
À L'HÔTEL DE


La Porte qui Claque

j'ai pris
ta brosse à dents
c'est tout ce qui reste

pour retrouver le goût
de ta bouche dans
la mienne

j'ai payé
la note du bar
c'est tout ce qui reste

je suis sorti
les yeux dans les yeux
vides du ciel

la pluie n'avait pas de
paupières

p.30
Commenter  J’apprécie          180
coco4649coco4649   23 mai 2016
HANNIBAL


franchit les Alpes sur
des éléphants

devant la tasse de café
par cette matinée
neigeuse

je les entends
barrir leurs sirènes de
navire

qui prennent
l'azur pour l'océan et
l'horizon pour

la lisière de l'Afrique

ça me donne
envie de me remettre
au lit

pour rêver aux Italies
de tes jambes

l'Ombrie et la Toscane
de tes reins

et à Rome
au milieu de ton Tibre

p.56-57
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
coco4649coco4649   26 avril 2016
LE GESTE PARFAIT


est celui du rapace
qui plonge

sans rien
laisser derrière lui
qu'un peu

d'air troué
complice de mort


« dans le mot
quelque chose de
sacré

qui défend
d'en faire un jeu
de hasard »
     Charles Baudelaire


hasard ce qui reste
du sacré

et la surprise
délicieuse de n'être
pas parfait

mais la proie
sans but du poème

p.40-41
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
coco4649coco4649   22 mai 2016
J'AIME L'EAU LORSQUE


tu nages

j'aime l'air
quand tu respires un
peu vite

ou plus large
que l'huître des cils

j'aime le feu
s'il danse au fond de
l'œil

même la mort quand
ses ondes circulaires
s'éloignent

parce que tu viens de
jeter un pavé
dedans

p.47
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Werner Lambersy (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Werner Lambersy
Toutes les filles devraient avoir un poème.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
786 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre