AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2930657316
Éditeur : murmure des soirs (01/05/2016)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Jusqu’où iriez-vous pour changer de vie ? Mad, la cinquantaine exaspérée, abandonne la ville et sa carrière artistique pour tout recommencer à la campagne. Mais, entre les quads, les chasseurs et Jean, son voisin, fermier attaché à sa terre, le tableau est loin d’être idyllique. Et Mad va provoquer d’inattendus remous. Qui pourrait résister à cette folle tornade de changement ?

Le roman d'un retour à la nature, radical et tendre, violent et optimiste.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ATOS
  11 juillet 2016
Il y a des livres qui sont de notre famille. Des livres qui ont cette même odeur. Ces couleurs, ces bruits là. On le sait, les yeux fermés, les mots grands ouverts , on sait. Tout cela nous l'avons dans notre même bagage. Prendre la route c'est souvent trouver le sens du chemin. Il faut parfois bien des années avant d'en voir le sens. Voir, entendre, être touché.
Le bruit d'une charpente, celui d'un sous bois, ce bruit qui a la même sonorité que ceux qui vous entrent par le dessous des toits lorsque le vent fait murmurer les portes des granges.
Des odeurs de vin, et de tanins, des parfums de sève, des paroles de sang. Une fresque de bois, de chair et de terre. un tendre langage de signes. Peindre ce que l'on sent, ce que l'on respire, sans omettre un seul centimètre carré de sa peau, un seul miroir de son oeil. Tout voir, en entier, nu et entièrement. Pas généralement, ni globalement, mais en détail en une évidente particularité, réaliser la mosaïque du monde que l'on reçoit. Totalement. Retrouver cette vérité, cette sincérité du monde. L'innocence de ce que l'on voit . Là en dedans soi.
Des pages que l'on tourne comme on fait glisser la paume de sa main le long d'un mur de pierre. du relief, des angles, des coupes, des courbes, de la poussière, du salpêtre, un écritoire contre lequel vient se frotter la lumière des étoiles. Une histoire aussi belle que la terre est ronde.
II y a les gens. Les gens qu'on fuit et ceux qu'on aime, ceux qui vous quitte, ceux qu'on trouve et ceux qui nous retrouvent.Ceux qui nous bouleversent et ceux qui nous transforment. Il y a les gens. Leur force, leur désarroi, toutes leurs enfances, et parfois leur effroi.
Il y a des gens, et leurs silences, des courbes, des virages, des épaules contre des dos, et des ventres frémissant contre la peau.
Il y a la moiteur chaude des étables, les paumes que l'on ouvre et ces mains que l'on tend.
Mad de Mickaël Lambert est une magnifique surprise.
Surprise d'amitié . Puisque que c'est en cheminant sur les sentier de Babelio que j'ai rencontré cet auteur. Ami poète, homme de lieux, d'espaces, que les Éditions « murmure des soirs » nous proposent ici de découvrir en sa qualité de romancier. Et c'est une très belle découverte de lecture.
Cela faisait un qu'un roman ne m'avait pas fait, simplement et si joliment, naturellement du bien.
Mad et Jean, Rémi et Julie, quatre personnages qui embrassent, frappent et caressent les murs de toute leur image. C'est simple et si compliqué à la fois de se dire comment on s'aime. Dire l'amplitude et la profondeur de cette force là. En dire la Beauté.
Par les mots, par un souffle, les sons, les frôlements, par les gestes, par une pensée, une couleur, un renoncement, par une biche qui s'arrête, par le noisetier qui porte l'espoir d'un l'été, par le chemin, le premier matin, la forme d'un corps, la pression d'une main, la longueur d'un hiver, un mouvement qui creuse les draps, c'est compliqué, et si simple à la fois.
Fragile comme un rameau , subtile comme la lumière qui parle à la fenêtre du jour, violent comme la beauté de l'orage, fort comme la vie qui hurle sa folie sous les torrents de ses nuits.
Les mains saignent, les coeurs tremblent, les ombres rapetissent. La vie prend, donne, délivre, livre, reprend.
Le jour se lève.
La vie vous reprend en dedans. A vous brûler la peau.
Parce que c'est puissant, c'est puissant lorsque les âmes ne renoncent pas.
Tout. Naturellement puissant. Cela donne sens. Sens à tout ce qui croit, vit et meurt entre nos bras.
Sens à nos mains, à leur chemin, à leur regard.
Tableau vivant donc tel est ce très beau premier roman.
J'ai aimé l'idée de ce personnage, aimé ses peintures, sa démesure, aimer sa façon de retourner le monde pour le remettre en mouvement, pour qu'il puisse se mettre à danser.
Le premier roman de Michaël Lambert.
J'attends, déjà, le prochain que m'apportera un nouvel été.
« Ici peindre a du sens ».

Astrid Shriqui Garain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
VL
  29 juillet 2016
J'ai lu Mad avec grand plaisir, je l'ai lu très vite. J'y ai trouvé plusieurs ingrédients tels que le recentrage, la nature, la créativité, l'amour. Il y a une très belle énergie dans ce livre dont l'écriture est agréable à lire. Bref, agréable et boostant! Vivement lire le prochain roman de Michael Lambert!
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
AveclesourireAveclesourire   24 juin 2016
Peu importe la petite taille d'une maison, la vétusté de ses fenêtres, de ses portes, Mad l'a choisie parce qu'elle a quatre murs pour la contenir, la soustraire au monde, parce qu'elle est à l'écart, à l'abri des regards, invisible depuis la route qui quitte un minuscule village de province. Quelques conifères suffisent à masquer la modeste demeure à l'orée d'une forêt sombre et profonde, de vieux arbres à qui l'automne offre des couleurs mystérieuses et attirantes. Pourquoi du rouge et de l'or éphémère quand c'est le vert foncé qui passera l'hiver ?
Les seuls voisins de Mad seront des animaux sauvages, craintifs et les familles de fermiers, retranchées en leurs terres, qui doivent occuper les grosses fermes isolées, aux milieux des champs retournés. Dès le départ de l'agent immobilier, sans aucun doute citadin, elle s'est empressée d'enlever le panneau « à vendre ». Que plus rien ne signale sa présence. Pour protéger sa retraite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AveclesourireAveclesourire   02 juin 2016
Cuire des crêpes nécessite du temps. Mad essaie de se concentrer, lèche ses doigts pleins de beurre, tente des ronds parfaits et pas trop épais. Avec la répétition des gestes, son cerveau repart au galop. Elle s'est réveillée ce matin avec une envie qu'elle n'ose interroger. Elle n'a pas eu l'occasion de remercier Jean. Cette montagne de pâtisserie, c'est pour lui. [...] Des crêpes, ça ne se refuse pas. Tout le monde aime ça. C'est le cadeau idéal pour briser la glace avec de nouveaux voisins. C'est une recette faite pour la campagne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AveclesourireAveclesourire   04 octobre 2016
C'est la nature qui rappelle à Mad qu'elle est toujours en vie. Les oiseaux qui se font entendre même quand ses fenêtres sont fermées. Les nuances de vert tendre comme des déchirures dans le paysage. Mad sort et explore son jardin. L'herbe nouvelle pousse. Quelques arbustes bourgeonnent. Le printemps dessine ses intentions d'été futur sur les restes de l'hiver. Alors, elle ressent le besoin de s'inscrire dans un cycle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Video de Michaël Lambert (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michaël Lambert
Michael Lambert répond à 7 questions concernant son nouveau roman « Femmes de Rops » aux éditions Murmure des Soirs. Sortie en octobre 2018. http://www.aveclesourire.be
autres livres classés : transitionsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3480 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre