AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2715809948
Éditeur : Balland (26/03/2006)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 18 notes)
Résumé :
À 17 ans, Bianca Lamblin se prend de passion pour son professeur de philosophie, Simone de Beauvoir. Amitié amoureuse à laquelle s'ajouta bientôt une liaison avec Jean-Paul Sartre. Puis, à la défaite de 1940, c'est la rupture : Bianca est brutalement abandonnée, exclue du «trio amoureux» auquel elle a cru, au moment même où son origine juive inaugure pour elle une vie de périls, d'angoisses et de deuils.
Mais ce n'est qu'un demi-siècle plus tard, en lisant le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Eroblin
  30 juin 2017
Bianca Lamblin c'est Louise Védrine dans le journal de Simone de Beauvoir et dans ses lettres à Sartre. Elle fut élève de Simone, tomba amoureuse d'elle et devint sa maîtresse. Beauvoir la présenta à Sartre qui devint son amant. Ainsi fut formé un trio qui éclata rapidement car Simone était jalouse de la relation qui liait Sartre et Védrine. Cette dernière s'efforça et réussit d'ailleurs à mettre un terme à cette liaison puis rejeta à son tour Védrine alors que -juive en 1940 dans un Paris occupé-elle aurait dû l'aider. Védrine perdit contact avec Simone de Beauvoir pendant quelques années. Mais, dans les années 50, elle renoua avec Simone et durant 40 ans, elles se virent régulièrement. Jusqu'à la parution des "Lettres à Sartre", Védrine ignora la responsabilité de son amie dans sa rupture avec Sartre; elle ignorait les véritables sentiments que cette femme lui portait. La sortie des Lettres fut une terrible révélation d'où cet ouvrage où Bianca règle ses comptes.
Elle décrit Sartre et Beauvoir comme des égoïstes, des mufles, des menteurs... Sartre, surtout, est dépeint comme un intellectuel aveugle au contexte historique, léger dans ses relations avec les femmes, profondément égoïste. Elle évoque un moment précis, celui où de retour à Paris, Sartre voulut se lancer dans la résistance mais le groupe qu'il forma brilla plus par son inconscience que par son efficacité! "Nous avons appris la création de "Socialisme et liberté", ce pseudo groupe de résistance, par nos amis, mais ce qu'ils nous en disaient était de nature à nous en éloigner. Prétention, irresponsabilité, inefficacité, l'"action" de Sartre et de son entourage nous révoltait ", écrit Védrine. Elle a beaucoup plus de mépris pour Satrtre que pour Beauvoir. Même si elle lui en veut, on sent qu'elle a du mal à l'admettre vraiment, elle garde un fond d'amour pour cette femme qui a marqué toute sa vie. le livre vaut pour l'éclairage sur le couple Sartre -Beauvoir, qui en sort éreinté il faut bien le dire.
15/20
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   19 juin 2018
Tout en elle respirait l’énergie. L’intelligence de son regard d’un bleu lumineux nous frappa dès le début (...) A seize ans, on est facilement éblouie.
Celui qui était le plus laid, le plus sale, mais aussi le plus gentil et suprêmement intelligent, c’était Sartre (...) Je sus immédiatement qu’il était l’amour de sa vie.
(...)
Entre nous, lui a-t-il dit, il s’agit d’un amour nécessaire: il convient que nous connaissions des amours contingentes.
(...)
Simone de Beauvoir puisait dans ses classes de jeunes filles une chair fraîche à laquelle elle goûtait avant de la refiler, ou faut-il dire plus grossièrement encore, de la rabattre sur Sartre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Lire un extrait
Dans la catégorie : Femmes célèbresVoir plus
>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique>Femmes célèbres (71)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

D’où vient ce morceau de texte?

Tout son vêtement n’était qu’un haillon qui eût fait pitié l’été et qui faisait horreur l’hiver. Elle n’avait sur elle que de la toile trouée ; pas un chiffon de laine. On voyait sa peau çà et là, et l’on y distinguait partout des taches bleues ou noires qui indiquaient les endroits où la Thénardier l’avait touchée.

Les Misérables (Victor Hugo)
Bonjour Tristesse (Françoise Sagan)
Bel-Ami (Guy De Maupassant)

8 questions
247 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre