AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2738135285
Éditeur : Odile Jacob (15/02/2017)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Où va le monde ?

Comment en est-on arrivé là ?

Pourquoi le désordre, la violence, le chaos donnent-ils le sentiment d’être les nouvelles règles du système international, alors que
la paix, la prospérité, la liberté, la règle du droit étaient données,
il y a à peine vingt ans, comme les promesses de la fin de la guerre froide ?

Quelles dynamiques dominent aujourd’hui le monde ?

Le marché ou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Filox
  19 mars 2017
Geoéconomie versus géopolitique, Lamy versus Gnesotto, voici un livre écrit à deux voix, sous forme d'interview, qui dresse un état du monde, dans un style clair, sans trop de technicité et qui en conclusion plus consensuelle,
développe une dernière partie consacrée à ce que l'Europe pourrait se donner comme projet mobilisateur d'avenir à savoir "civiliser la mondialisation ". Elle seule peut montrer la voie de la conciliation entre la liberté individuelle et l'intérêt collectif. Elle seule a mis en place un système de sécurité sociale qui manque cruellement dans un contexte de capitalisme mondial violemment antisocial.
Nous manquons de vision cosmopolite, et ce n'est pas la littérature politique de la campagne présidentielle qui apporte cet éclairage !
Je ne peux que vous inciter à plonger dans l'ouvrage qui donne beaucoup de clés de compréhension de la situation actuelle, à la fois très inquiétante mais aussi porteuse de solutions, la géoecologie émerge, les enjeux dont actualisés, certaines idées reçues sont bien revisitées , je vous en livre quelques unes :
- la mondialisation est désirable pour les pays émergents car la croissance amené les services d'éducation et de santé qui concrétisent l'ascension sociale pour les générations suivantes
- Les USA et la GB sont les seuls responsables de la crise de 2008, et non l'Europe, ils ont interdits toute action de régulation de la folle finance et de la cupidité sans limite de certains banquiers
- le pessimisme de l'Occident vient de la progression des inégalités, elle est la plus forte aux USA, au Japon, en Allemagne et au Royaume Uni
- C'est la mondialisation qui nous préservera de la montée des intolérances et des chocs
La deuxième partie, toujours sous forme d'échanges et de débat entre les deux auteurs dresse pays par pays l'état des lieux, les enjeux liés aux ressources, les atouts géographiques, la démographie y ont toute leur place.
Bonne lecture, pour celles et ceux qui ne se résignent pas au chaos et à l'indifférence qui semblent si bien caractériser notre époque.
Et ce n'est pas le repli du chacun pour soi des 193 états-nations qui doit, par défaut d'alternative, l'emporter. Retour dans le monde des idées urgent et indispensable ! Ce livre y participe utilement à mon sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
FiloxFilox   19 mars 2017
Ce qui manque le plus à l'Europe. Au delà des réponses concrètes aux crises qu'elle traverse, c'est un narratif mobilisateur, l'histoire d'un projet collectif sur l'utilité de l'Europe au XXI e siècle.
Commenter  J’apprécie          60
FiloxFilox   19 mars 2017
Le trio Descartes-Ricardo-Schumpeter se surpasse à une échelle, avec une force et une vitesse sans précédent. Descartes pour la science , née du doute, et qui engendre le progrès scientifique et technique; Ricardo pour la logique de l'échange qui provoque la division internationale du travail ; Schumpeter pour la création et la destruction qui résultent des chocs concurrentiels sur les structures productives, et donc sur les systèmes sociaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FiloxFilox   19 mars 2017
Le système économique mondial est unifié, la scène politique est atomisée en 193 acteurs etatiques. L'intégration économique mondiale cohabite avec la plus grande désunion politique.
Commenter  J’apprécie          10
FiloxFilox   19 mars 2017
La mondialisation économique, tout comme autrefois le doux commerce de Montesquieu, devrait naturellement conduire à l'enrichissement puis à la démocratisation progressive de la planète. Et comme on sait depuis Tocqueville que les démocraties ne se font pas la guerre, la paix universelle deviendrait ainsi l'horizon ultime d'un Occident globalisé.
Commenter  J’apprécie          00
FiloxFilox   19 mars 2017
Le paradoxe veut que la croissance des inégalités sociales, notamment dans les pays du Nord, occulte la réduction massive de la pauvreté dans les pays émergents .
Commenter  J’apprécie          12
Lire un extrait
Videos de Pascal Lamy (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Lamy
Retour sur le débat «La mondialisation en quête de droit et de sens» .Retour sur les meilleurs moments du Mardi des Bernardins du 7 juin 2016, consacré à la mondialisation. Pour (re)voir la première partie du débat, c?est par ici : https://vimeo.com/170012307 Avec la participation de : - Pasteur François Clavairoly, président de la Fédération Protestante de France - Emmanuel Faber, CEO du groupe Danone - Pascal Lamy, président emeritus de l?Institut Jacques Delors « Notre Europe ».
autres livres classés : mondialisationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1664 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre