AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2374537080
Éditeur : Les éditions du 38 (25/10/2019)

Note moyenne : 4.36/5 (sur 7 notes)
Résumé :
La Citadelle est si élevée que le Haut et le Bas forment deux mondes à part. En Haut, les hommes ont des ailes et vivent dans le royaume enchanté du Roi de Saphir. En Bas, la ville médiévale est dirigée par les devins élus à la Loge, et ses habitants subissent les exactions de la Reine Noire, la Reine du Mal à l'inquiétant Fusil... Seul le Donjon de la Monte, équipé d'une minuscule nacelle-ascenseur, relie encore ces deux mondes. Dans la ville Basse, Tienn Sanzell... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
LeslivresdeRose
  29 octobre 2019
Je tenais tout d'abord à remercier chaleureusement les Editions du 38 ainsi que la plateforme SimplementPro pour l'envoi de ce service presse numérique.
Je ressors de cette lecture avec un avis en demi-teinte même si ce roman a énormément de qualités ! Il avait d'ailleurs pas mal d'atouts pour me plaire…Malheureusement, la sauce n'a pas aussi bien pris avec moi que je l'espérais.
J'ai adoré le postulat de départ : une citadelle coupée en deux mondes bien distincts, celui d'en Haut et celui d'en Bas. En Haut, les habitants vivent dans l'opulence matérielle : diamants, or et argent coulent à flots. Ils possèdent de magnifiques ailes ainsi que des titres de noblesse ronflants. La plupart sont également sorciers. C'est un monde coloré, foisonnant, proche du ciel, qui incarne le Paradis pour les gens d'en Bas et gouverné depuis plusieurs siècles par le Roi de Saphir. Toutefois, tout n'est pas aussi rose qu'il n'y parait, l'altitude à laquelle ils logent ne leur permet pas, par exemple, de cultiver la terre (vu qu'il n'y en a pas à proprement parlé). La nourriture se fait donc rare et représente la véritable richesse. de plus, vu l'étroitesse du royaume, tous ses habitants vivent les uns sur les autres ; c'est une sorte de grande famille où complots, trahisons et assassinats sont monnaie courante. D'autant que suite à son forfait, le meurtrier hérite légalement des biens et des titres de sa victime…C'est dans cet univers étriqué et chatoyant qu'a grandi Crépusculine, une des filles du Roi de Saphir, qui, contrairement à ses compatriotes ne rêve que d'en Bas.
Le monde d'en Bas, beaucoup plus vaste, ressemble davantage au nôtre : il y a des jardins, des ports, de vastes villes, des champs cultivables,…Ici, pas d'aile ni de noblesse mais une Loge, composée de devins chargés de diriger cette partie de la Citadelle. Si la Loge est la tête pensante, la Chevalerie est le bras armé de ce monde d'en Bas. Les chevaliers gardent, entre autre, la tour de la Monte, seul point d'accès aux Hauteurs tant convoitées. Ici-bas, en effet, les gens n'aspirent qu'à s'élever vers les sommets, promesses de richesses et d'opulence. C'est de cette ville qu'est issu Tienn, fils de voleur et héros principal de cette histoire !
Entre le Haut et le Bas, existe une tension, une guerre latente qui, pour le moment, se maintient en une sorte de statut quo. Pour autant, des échanges ont régulièrement lieu : des gens montent et d'autres descendent. Malgré tout, ce sont deux univers très différents, que tout semble opposer. La rencontre improbable entre Crépusculine et Tienn pourrait toutefois changer la donne. « Mais un amour vertical est-il seulement possible ? »
Voilà en quelques lignes un petit aperçu de l'univers très riche de ce récit. Il y a encore de nombreuses autres subtilités dont je ne vous ai pas parlé. Je vous laisse le soin de les découvrir si l'envie vous en dit ! Il existe notamment un monde des Morts que je n'ai pas évoqué…
Si mon immersion dans l'univers de ce roman a donc été un franc succès, je suis plus mitigée concernant la plume de l'auteur. le début m'a semblé très inégal, comme si elle se cherchait encore (ou que moi je la cherchais, c'est à voir…). C'est une plume poétique, douce et fluide mais qui ne collait pas toujours à certains passages (de mon point de vue). La poésie arrivait alors comme un cheveu sur la soupe, avant de repartir et de revenir ensuite. Plus j'avançais dans l'histoire, cependant, plus elle était présente et plus je l'appréciais. Au final, je ne peux que saluer le talent de l'auteur à manier la langue française. C'est joli et envoûtant. Un point positif donc malgré un début plutôt compliqué. Ce qui m'a moins convaincue, c'est la narration, tantôt à la première personne du singulier pour Tienn, tantôt à la troisième personne du singulier pour les autres personnages. Si j'ai fini par m'y habituer, j'ai trouvé que cela n'apportait pas grand-chose au récit. Au contraire, ce procédé m'a à plusieurs reprises embrouillée.
Là où le bas a davantage blessé, par contre, c'est au niveau de l'intrigue et des personnages (en partie du moins). Je vais commencer par ces derniers : s'ils m'ont plu dans leur ensemble, j'ai parfois eu du mal à suivre leur évolution. La Reine Noire notamment et ses multiples visages m'a un peu perdue. Crépusculine et Tienn aussi m'ont plus d'une fois posé question, tout comme Alyse, Chéram ou encore Rakenn. Ce sont tous, à plus ou moins grande échelle, des personnages atypiques qui ne laissent certes pas indifférents. Toutefois, j'ai encore du mal à me positionner vis-à-vis de chacun d'eux…
Quant à l'intrigue, je l'ai trouvée un peu trop onirique à mon goût et inégale au niveau du rythme. J'ai parfois eu l'impression de passer rapidement sur certains événements qui auraient mérité plus d'attention (de mon point de vue) et, au contraire, de m'arrêter longuement sur d'autres. Je me suis ennuyée par moments, et pourtant, le récit ne manque ni de rebondissements, ni d'actions. de plus, si certaines scènes collent parfaitement au côté onirique de la narration (comme celles sur la lune, qui m'ont rappelé l'ambiance que j'avais apprécié dans « La mécanique du Coeur » avec cet amour impossible et pourtant si pur et si beau). D'autres, par contre, m'ont semblé moins adapté. En résumé, l'intrigue de ce titre ne m'a pas autant embarquée que son univers. C'est dommage parce que j'aurais aimé m'y perdre aux côtés des personnages...
Petit plus : ce roman soulève pas mal de questions autour de la possibilité pour deux mondes différents, aux coutumes et habitudes souvent opposées, de vivre en harmonie, de se comprendre et d'échanger… Une thématique intéressante qui renvoi, par ailleurs, à notre propre réalité.
En bref, si je reconnais les nombreuses qualités de ce titre, notamment la richesse de son univers et la poésie qui se dégage de la plume de l'auteur, cela n'a pas totalement fonctionné avec moi. L'intrigue m'a semblé longue par moments et les personnages trop changeants. Pour autant, l'auteur propose de chouettes thématiques et le côté poétique plaira sûrement à plus d'un lecteur. Je remarque pour ma part de plus en plus que, concernant les récits aux accents oniriques, soit je suis totalement conquise et mon ressenti est proche du coup de coeur, soit ça ne prend pas et je passe en partie à côté de l'histoire…Malheureusement, ce roman se classe dans le second cas de figure…Cependant, je suis d'ors et déjà sûre que ça ne sera pas le cas pour tout le monde !

Lien : https://leslivresderose.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Dup
  19 novembre 2019
La Citadelle est l'univers créé par Jean-Baptiste Lamy, un univers séparé en deux mondes bien distincts, en Haut et en Bas. Entre les deux se trouve la Tour de Monte qui les relie, avec une simple nacelle qui met des heures à faire le trajet et ne peut transporter que peu de poids.
En Haut, c'est un monde restreint par sa surface exiguë. Les habitants y sont peu nombreux, vivent un peu les uns sur les autres, mais dans l'opulence matérielle. Marbre, diamants, ors, argent à profusion. En revanche, pas grand chose n'y pousse et ils dépendent pas mal du monde d'en Bas. Ah, aussi, ils sont tous nobles, et ont des ailes. En Haut, on trouve également des sorciers, de la magie et des artefacts magiques fortement convoités en Bas. Ce monde là est dirigé par le Roi Saphir depuis plus de deux cents ans. Crépusculine, une des filles du roi ne rêve que d'en Bas.
Le monde d'en Bas est un peu comme notre monde moyenâgeux : des villes, des champs cultivés, des forêts... Mais pas de nobles. La Citadelle d'en Bas est dirigée par une assemblée de devins qui forment la Loge. Et périodiquement ils élisent un Loge. Pour appliquer les décisions prises par ce dernier, c'est l'affaire du Chapitre qui est une assemblée de fiers chevaliers. Ce sont eux aussi qui surveillent la Tour de Monte. Bien sûr, presque tout le monde en Bas considère le Haut comme le paradis.
Tienn et ses amis, Alyse, Capitan et Rakenn sont à l'aube de leur vie d'adulte. Tienn va devenir apprenti à la Loge, Alyse au Chapitre, Capitan doit seconder son père qui est commerçant et Rakenn doit devenir apprenti sorcier et donc monter... Lorsque Rakenn redescend pour une visite à ses amis, Tienn le trouve bien prétentieux et n'envie pas le moins du monde l'ascension de son ami. Les choses vont changer lorsqu'il rencontrera Crépusculine en visite elle aussi en Bas. C'est le coup de foudre entre ces deux jeunes que tout sépare, elle, fille de roi, lui, fils de voleur. Mais les amours verticales sont-elles possibles ?
Toute l'intrigue du roman repose sur cette question. Tienn va tout faire pour prouver que oui. Il va devenir devin, puis Loge. Il va tenter de rapprocher les deux mondes en construisant deux navires volants, l'Aurore et le Crépuscule. Il va sauver sa belle, prisonnière entre temps sur la Lune, l'épouser, devenir Roi... Mais les imprévus, des déconvenues jalonnent son parcours et modifient à chaque fois sa "feuille de route".
J'ai trouvé beaucoup de longueurs dans ce roman, mais mon plus gros problème a été avec les personnages auxquels je me suis peu attachée. Hormis Tienn qui poursuit son rêve de réunir les deux mondes et qui reste fidèle à lui-même, j'ai trouvé tous les autres intervenants ambigus, même Crépusculine. Ils ont tous plusieurs visages et donc sont difficiles à cerner. le pompon étant discernée à la Reine Noire, alors elle (ou lui d'ailleurs, ça change :P) je n'ai pas compris grand chose quant à son rôle, tantôt réel, tantôt croquemitaine. Elle changeait tellement de personnalité que j'ai fini par perdre le fil.
Sombre comme l'Aurore s'adresse sans doute à un jeune lectorat car il est parsemé de leçons, l'auteur mettant en scène énormément (trop ?) de maximes populaires au fil de son récit, jouant beaucoup trop sur les métaphores à mon goût...
Crépusculine s'est changée en une fleur vénéneuse autour de laquelle le papillon et le bourdon gravitent tels deux planètes. Sous d'innocents pétales blancs, elle cache bien les gouttes sirupeuses de son nectar empoisonné ! A ce moment de la discussion, elle relève soudain son pistil et nous dévisage de ses deux étamines.
Et pourtant il se dégage de ce récit beaucoup de poésie, la plume de l'auteur est indéniablement belle. Peut-être qu'avec un peu plus de concision, j'aurai adoré ce très beau conte ?
Lien : https://www.bookenstock.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Irisyne
  16 octobre 2019
J'ai lu « Sombre comme l'Aurore – La légende de Tienn Halidenn » de Jean-Baptiste Lamy
… Tien Sanzelle est le fils d'un voleur. Il vit dans la partie basse de la Citadelle avec ses amis. Crépusculine est l'une des filles du Roi de Saphir. Elle fait partie des créatures ailées du Monde d'en Haut. Alors que tout les oppose, les deux personnages vont tomber amoureux. La force de leur amour pourra-t-elle transcender leurs différences ou seront-ils voués à demeurer dans leur environnement respectif ?
Dans son roman, Jean-Baptiste Lamy dépeint deux mondes hiérarchisés à la fois distincts et complémentaires qui évoluent dans un univers médiéval fantastique où se mêlent magie noire, maléfices et mythes. La paix entre le Bas et le Haut est cependant menacée par la Reine Noire qui réside sur le monde souterrain des morts. L'auteur ancre rapidement le décor et le contexte du récit : ce qui rend possibles de multiples interactions entre les protagonistes. Les relations verticales deviennent mystérieuses et l'intrigue évolue avec des rebondissements inattendus.
Jean-Baptiste Lamy joue sur les métaphores en créant une histoire d'amour entre deux êtres issus de milieux sociaux différents qui vivent dans un environnement symbolique : Crépusculine est en hauteur, elle est profondément attirée par le bas de la Citadelle, Tien rêve d'ascension et de liberté. La jeune demoiselle est une princesse, son « Roméo » essaie de s'extraire de sa condition pour la rejoindre. Derrière cet univers dissimulé, les personnages se dévoilent au fil du récit.
Amour, secrets, trahisons et mensonges composent les ingrédients de ce roman bien pensé présenté comme un conte fantastique. L'écriture est fluide, prenante et parsemée d'images poétiques.
Je remercie Jean-Baptiste Lamy et Simplement Pro pour la lecture de ce livre.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MilleetunepagesLM
  14 décembre 2019
Le commentaire de Martine : COUP DE COeUR!
L'univers que nous présente Jean-Baptiste Lamy est séparé en deux. Deux mondes très différents, celui En Haut et ceux En Bas. Un lien est érigé entre eux, La Tour de Monte, on peut y aller par une nacelle qui prend une éternité, plusieurs heures à faire le trajet en apportant qu'un poids minime.
En haut, le monde est peu nombreux, mais le matériel est vraiment exhaustif. Il possède des richesses matérielles nombreuses, tandis que, rien ne se cultive. En haut, ce sont des êtres avec ailes, et courageux. Dans la population du monde En Haut, il y a des sorciers, des magiciens, et il y règne le Roi Saphir depuis deux siècles. Crépusculine, la fille du roi Saphir, rêve d'aller dans le monde En Bas.
En bas règne La Loge des devins qui sont élus, chaque année, on élit La Loge, et pour appliquer les nouvelles décisions prises par La Loge, c'est un chapitre qui s'en occupe. Ce chapitre est un groupe de chevaliers qui va surveiller La Tour de Monte. En Bas, la population voit En Haut comme le paradis. Est-ce que c'est exactement le paradis ?
Jean-Baptiste Lamy a mis la barre haute pour ce roman, il frappe fort. Ce roman m'a happé dès le début, je me suis laissé entraîner dans l'univers que l'auteur a créé, de dark fantasy tout en nous amenant dans un poétique voyage chimérique. Il nous prouve que cette aventure est remplie de rebondissements, de moments surprenants, de situations irréelles, dont certaines vont avoir des retournements épatants. Les personnages sont marquants, authentiques et attachants, j'aime bien l'audace de Crépusculine.
Sombre comme l'aurore est une lecture qui m'a fait ressentir un coup de coeur avant la moitié du roman et qui l'a fait que grandir au long de ma progression dans cet univers. Un roman de fantasy épique, palpitant et addictif avec une couverture que j'adore, c'est une aventure que vous recommande à 200 %.
Lien : http://lesmilleetunlivreslm...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AzaLeona
  27 octobre 2019
Sombre comme l'Aurore place la barre très haute. Ce roman trépidant vous happe dès les premières lignes pour vous embarquer dans une aventure à la fois poétique, onirique, mais aussi sombre et un brin fataliste.
Extrêmement bien ficelée et menée d'une main de maître, l'intrigue le lésine pas sur les péripéties et autres retournements de situation. Sans parler des mystères, qui s'accumulent au fil des chapitres.
En bref, Sombre comme l'Aurore est un roman aussi haletant que rafraîchissant. Un compagnon idéal pour braver les longues soirées d'hiver à venir, qui ravira petits et grands.
Lien : https://biblideleona.wordpre..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AzaLeonaAzaLeona   27 octobre 2019
Au-delà des errances et des espérances, de vos vies et de vos morts, de vos envies et de vos remords, presque au-delà de vos rêves, s’élève la Citadelle. Et là-Haut, tout au sommet, le jour sans lumière cède la place à une nuit sans ténèbres : ici, le soleil n’est jamais qu’une lueur en contrebas. Trois terrasses de nacre s’étalent comme autant de petits lacs, sept tours d’argent descendent d’un ciel de cendre. C’est un royaume irréel qui s’étend sous vos yeux, tout comme les ailes diaphanes des insectes et des fées n’existent qu’à la lumière qui les éclaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DupDup   19 novembre 2019
Crépusculine s'est changée en une fleur vénéneuse autour de laquelle le papillon et le bourdon gravitent tels deux planètes. Sous d'innocents pétales blancs, elle cache bien les gouttes sirupeuses de son nectar empoisonné ! A ce moment de la discussion, elle relève soudain son pistil et nous dévisage de ses deux étamines.
Commenter  J’apprécie          10
JibaJiba   21 décembre 2019
Les vraies frontières sont dans nos têtes et il n’est pas de navire pour les franchir.
Commenter  J’apprécie          20
IrisyneIrisyne   16 octobre 2019
Ce monde d’en Haut, je l’ai tant rêvé que mes fantasmes y prennent vie
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : dark fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Jean-Baptiste Lamy (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1434 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre