AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2259222706
Éditeur : Plon (24/10/2013)

Note moyenne : 3.24/5 (sur 66 notes)
Résumé :
Chaque maison a son lot de premiers pas et de derniers souffles, derrière chaque porte, les familles se déchirent ou se forment, se rassemblent ou se délitent. Leurs destins ne font que se croiser, pourtant elles partagent une chose, leur rue. Et Pepys Road est en train de changer de visage. Petunia est la doyenne de la rue. Elle s'est installée là jeune mariée, elle y a été heureuse, puis son mari est mort, et maintenant, de retour d'une visite médicale, elle conte... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Aela
  17 novembre 2013
C'est une rue ordinaire d'un quartier plutôt chic du sud de Londres: Pepys Road.
Y vivent ou y travaillent des gens de milieux sociaux plutôt aisés: il y a Zbignew, le maçon polonais, Quentina la réfugiée politique venue du Zimbabwe, Shadid le commerçant pakistanais, Pétunia la vieille dame qui souffre d'un cancer et son fils Smitty qui démarre sa carrière de peintre alternatif, Freddy le footballeur d'origine sénégalaise, Roger le golden boy et son épouse Arabella insatiable dans son train de vie démesuré, Michael l'avocat et Mill le policier..
Des personnages hauts en couleurs, emblématiques du Londres d'aujourd'hui avec sa mosaïque de cultures et son atmosphère faussement paisible.
Tout ce petit monde vit sa vie lorsqu'arrivent au courrier des lettres anonymes indiquant, au dos de la photographie prise de leur maison ces simples mots: " Nous voulons ce que vous avez".
S'ensuit une enquête qui va bouleverser bien des choses.
C'est un récit vivant qui mêle différentes voix.
On est parfois un peu perdu car les personnages sont nombreux mais cette découverte du Londres d'aujourd'hui est palpitante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Coventgarden
  10 mars 2019
700 pages ce n'est pas un problème quand c'est haletant.
Vous me voyez venir....
Au premier tiers ( c'est écrit petit et dense), je me suis dit : pourvu que quelques indices percent. Mais rien !
John l'raconte la vie des personnes recevant ces multiples cartes " nous voulons ce que vous avez" mais personne n'est vraiment atteint et la vie de chacun continue et moi aussi.
Ce n'est pas la curiosité d'en savoir plus sur eux quoique...
Il est vrai que le footballeur africain débarqué en Angleterre, Quentina la sans papier, le richissime trader, les pakistanais, Pétunia, Zbignew le maçon polonais.....sont si différents que l'on s'attache forcément à quelqu'un.
Il faut avouer que l'auteur donne tellement de détails sur chacun que l'on se dit qu'il a dû s'y reprendre à plusieurs fois avant de se satisfaire du point final.
C'est comme s'il l'avait écrit jusqu'au bout puis s'était fait cette réflexion : " ah mais non, ça fait un peu court, lui, je vais lui rajouter la découverte d'un trésor" puis celui-là " oh lui, il va rencontrer une jolie hongroise" etc...
Bref, vous l'aurez compris, j'ai attendu la révélation qui n'est jamais venue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
krol-franca
  13 mars 2014
Ce livre m'a tout de suite fait penser au dernier roman d'Eric-Emmanuel Schmitt, Les perroquets de la place d'Arezzo. le principe est le même, les habitants d'une rue reçoivent tous dans leur boîte aux lettres une carte sur laquelle est écrite un mystérieux message : "Nous voulons ce que vous avez".
Le point de départ est donc le même. C'est aussi un roman choral. Nous suivons plusieurs familles. Mais ici, l'auteur ne s'est pas éparpillé, et n'a pas perdu son lecteur dans un dédale de personnages (il n'y a que 5 ou 6 personnages principaux). Et voilà la comparaison s'arrête là. Point de focalisation sur leur activité sexuelle…
Certains personnages sont plutôt riches, très riches. D'autres plus modestes. D'autres issus de l'immigration. Autant de portraits très différents et c'est ce qui fait la richesse du livre.
L'auteur a l'art de mener son intrigue, d'arrêter une fin de chapitre sur un personnage en prenant bien soin de donner envie au lecteur de découvrir la suite (quelques chapitres plus loin, voire beaucoup plus loin). Alors, dans ces moments-là, on rage, on peste… Oh non !!! On ne veut pas aller où nous mène l'auteur c'est-à-dire vers un autre personnage… Mais dès les premières lignes de ce nouveau chapitre, on se laisse embarquer, et c'est reparti pour une nouvelle aventure…
On sent très souvent que l'auteur s'amuse avec ses personnages, les manipule à sa guise, les emmène où il veut, comme un jeu dans lequel le lecteur serait le complice du créateur…
Et puis, derrière tout ce stratagème se dessine une critique de la société londonienne, une société basée sur l'argent, la réussite… et rien n'échappe à la plume de cet auteur, ni les ratés de l'immigration, ni les petits problèmes des riches, ni les gros problèmes des pauvres…

On passe un très agréable moment dans cette Pepys Road.
Lien : http://krolfranca.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
mjaubrycoin
  15 octobre 2018
La quatrième de couverture du livre faisant espérer une intrigue policière pleine de rebondissements, le lecteur a la recherche de ce type de récit ne pourra qu'être déçu du voyage car l'intérêt du livre est bien loin de reposer sur le mystère mis en avant pour susciter la curiosité.
Les habitants d'une rue paisible d'un beau quartier londonien commencent un beau jour à recevoir des cartes anonymes représentant leurs portes d'entrée et délivrant le message suivant : Nous voulons ce que vous avez.
D'abord indifférents, les destinataires vont finir par s'inquiéter quand les cartes postales se doublent de vidéos, quand leurs voitures en stationnement dans la rue, sont rayées, et quand ils reçoivent des oiseaux morts par courrier ...
Bien sûr on se demande ce qui se cache derrière cette campagne d'intimidation , mais l'intérêt reste relatif et la résolution finale du mystère parfaitement anodine.
Ce qui est primordial c'est la mise en scène des différents personnages qui nous fait pénétrer dans l'intimité des foyers, et restitue une radiographie précise et documentée et la Londres multiculturelle d'aujourd'hui sur fond de crise des subprimes et de politique d'immigration.
A travers le détail précis de la vie des habitants de Pepys Road, John Lanchester livre une analyse sociologique pointue des classes sociales britanniques à travers des exemples bien choisis, qu'il s'agisse du trader de la City accablé d'une épouse aussi superficielle que dépensière, d'une vieille dame solitaire et malade et de son petit-fils qui s'illustre sur l a scène de l'art moderne, d'un ouvrier polonais laborieux, d'une contractuelle immigrée qui dissimule son identité pour se maintenir sur le territoire ou encore d'une famille pakistanaise exploitant une épicerie de quartier.
Le thème de l'intégration dans la société britannique est omniprésent et les problématiques contemporaines de menace terroriste et de repli identitaire se placent harmonieusement dans le récit à la faveur des mésaventures des différents personnages.
J'ai passé un bon moment de lecture et je salue le tour de force de l'auteur qui a réussi à me faire entrer intimement dans le monde personnel de chacun des habitants de la rue qui deviennent des familiers que l'on a plaisir à suivre d'un chapitre à l'autre.
Je n'ai pu m'empêcher d'évoquer Elisabeth Georges dont la série de romans policiers mettant en scène les enquêteurs Lynley et Havers plongent également le lecteur dans la vie quotidienne des londoniens avec une précision d'entomologiste. Si ce n'est qu'avec Elisabeth Georges, l'intrigue policière est également au rendez-vous....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
clairepauvarel
  12 janvier 2014
Attention, ce livre n'est pas ce à quoi on peut s'attendre. On pense à une présentation des habitants d'une rue, suivie d'un évènement (réception de courrier anonyme), bouleversement des vies des habitants, enquête et résolution surprenante. Or rien de tout ça. Il faut oublier l'intrigue qui n'est pas énorme et qui n'agit pas sur la vie des personnages, et se plonger dans la vie de chacun des habitants de cette rue. La description est détaillée à l'extrême, le récit de vie est minutieux. Ils n'ont aucun rapport entre eux mais sont tous attachants. On suit leur destins comme s'il s'agissait de personnes de notre connaissance dont on prend des nouvelles. L'écriture est fluide, imagée et vivante. On se demande jusqu'à la fin ce qui va se passer et finalement, pas grand chose. C'est déconcertant mais plutôt intéressant.
A conseiller pour passer un bon moment à Londres.
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
cedsbeacedsbea   21 juin 2017
En réalité, il y avait une grande différence entre la théorie et la pratique : la théorie, c'était quand ça arrivait à d'autres. La pratique, quand ça vous arrivait à vous.
Commenter  J’apprécie          10
ClodebainClodebain   06 avril 2015
La vie des habitants d'une rue de Londres, l'histoire détaillée de tous ces gens dont le seul point commun est d'avoir reçu une carte comportant un message mystérieux et menaçant.
Ceci permet d'aborder différents thèmes mais finalement, on survole ces problèmes et cela traîne en longueur.
La fin n'est pas à la hauteur du roman.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de John Lanchester (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Lanchester
In this episode of Meet the Renegades, we speak to writer John Lanchester. We ask what mistakes have been made following the 2008 financial crisis and how could it have been avoided. We also discuss how to navigate many of the challenges society faces today. John talks about the UK Snoopers' Charter, the housing crisis and it's social impacts on ordinary citizens when they can no longer afford to live in their capital city.
autres livres classés : roman choralVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature anglo-saxonne

PARTIE 1 - Littérature anglaise. A quel mouvement appartient William Shakespeare ?

Le classicisme
Le théâtre élisabéthain
Le baroque

16 questions
209 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature anglaise , littérature américaine , littérature anglo-saxonneCréer un quiz sur ce livre
.. ..