AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782081309586
160 pages
Éditeur : Flammarion (11/09/2013)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 6 notes)
Résumé :
« Pour sauver l'emploi, il faut sauver l'industrie », « C'est à l'État de nous sortir du marasme et de préserver la croissance », « Les marchés, c'est la dictature du court terme », « La solution à la crise, c'est plus d'Europe ! » ? voilà autant de clichés coriaces qui pourrissent le débat public en France, entretiennent la morosité et finissent par couler le pays.Des évidences postiches et des mythes néfastes, qu'Augustin Landier et David Thesmar décryptent ici d'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Davalian
  11 octobre 2013
Merci à Babelio et aux éditions Flammarion pour m'avoir offert ce livre dans le cadre de l'édition de septembre 2013 de Masse Critique.
L'incipit de 10 idées qui coulent la France est un constat plutôt déprimant de la situation économique française pour enchainer par une charge contre des politiques et discours qui selon Augustin Landier et David Thesmar ne parviennent pas à saisir la quintessence des enjeux économiques actuels. Pour preuve, les auteurs entendent dénoncer dix idées fausses.
Ce livre n'est pas un traité d'économie, mais semble être un essai destiné au grand public pour ouvrir les yeux à tout un chacun. L'appareillage de notes et le raisonnement laisse a priori croire qu'il s'agit d'une démarche scientifique. Ainsi le seul réel postulat ici avancé vient renforcer ce premier constat : les politiques se doivent d'accepter, de soutenir et de faciliter la transition vers une économie de services. Pourtant et alors que les chapitres se suivent après les autres, le lecteur curieux sera rapidement surpris : d'une part agréablement par une lecture facile et accessible et d'autre part désagréablement.
Il en effet curieux de considérer qu'il n'y a pas ici de réelle antithèse. Exception faite de cette fameuse charge contre les idées admises. Encore que celle-ci s'appuie de beaucoup sur un raisonnement logique. Les auteurs passent assez étrangement un certains d'éléments sous silence. Quid des économies de services victimes de la crise ? Quelles possibilités de sortie, d'alternative ? Des dérives bancaires et financières, pourtant largement à l'origine de cette même crise il n'est pas question non plus. du soutien de l'État non plus… Quant aux individus, cette démarche pseudo scientifique s'en soucie encore moins.
En résumé il est ici question d'une lecture agréable mais dangereuse. A ne pas mettre en toutes les mains, car un travail critique et une certaine distanciation sont de mise. D'autant que les auteurs ne font pas preuve de franchise : une déclaration de foi préalable est d'autant plus nécessaire que demeure l'impression générale que ce livre n'est qu'un éloge du capitalisme parmi d'autres.
Lien : http://kriticon.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
redblue
  06 octobre 2013
En quelques 159 pages, Augustin Landier et David Thesmar, deux professeurs d'économie reconnus, poursuivent leurs efforts pour ré-éduquer la pensée économique française. Poursuivent, le verbe est choisi, puisque 10 idées qui coulent la France est le troisième opus, après le Grand Méchant Marché (2007) et La société translucide (2010) de ce tandem. Avec un titre sans ambages, le cru 2013 poursuit sa tentative de déconstruction au marteau des intuitions économiques franchouillardes. La cible a bon dos : il est extrêmement large (60 millions de français et moi et moi et moi !).
La critique d'un tel essai est malaisée. Son but est de dévoiler notre vision erronée de la réalité économique et de faire tomber les raisonnements qui s'y accroche. C'est une sorte de retournement platonicien appliqué à l'économie. le souci majeur de cette opération réside dans le fait que, pour beaucoup, l'économie est une science politique et le demeure, même si elle se pare d'arguments scientistes. S'attaquer à des préjugés et des idées reçues nécessite un travail où le combat idéologique serait moins frontal, le raisonnement entre les tenants et aboutissants serait plus mis en valeur encore.
De ce fait, si l'on modère, critique, honnit (ah!) le contenu de cet essai, les auteurs peuvent, avec facilité, crier à l'aveuglement forcené et mettre de côté le jugement exprimé. Aussi, je vais commenter la forme en premier. L'ouvrage est de bonne facture : une couverture sobre et accrocheuse, un ton direct et sans concession, un discours assertif, des idées honnêtement documentées et chiffrées. La lecture est agréable et instructive.
Cependant, 10 chapitres pour briser l'élan du rapport Gallois – en avait-il ? - ; 12,5% de l'ouvrage pour annoncer quelques pieuses propositions. Déséquilibre, non ? Cela a rappelé en mémoire ce que Winston Churchill disait : « Construire peut être le fruit d'un travail long et acharné. Détruire peut être l'oeuvre d'une seule journée.  » le couperet est acéré ; il tombe vite et net. Être frappé permet de se remettre en cause mais être moqué ou tourné en dérision s'y prête moins... Crier haro sur l'hypercentralité de l'État français et sa politique d'interventionnisme néo-keynésien s'entend mais, à sa décharge, ne s'inspire-t'il pas de qui a déjà marché dans l'histoire ?
Dommage que les auteurs ne se tournent pas plus clairement dans une activité de conseil. Après les coups de marteaux, il faut procurer l'onguent guérisseur ! La grande solution que d'embrasser l'économie des services et de la connaissance reste largement théorique. Ces deux volets nécessitent des réformes structurelles conséquentes et engagent des changements à trop long terme pour que cela soit de suite convaincant.
Au final, la qualité de cet ouvrage est d'être proposé. On ne reste pas de marbre. Et sur certains chapitres, une séduction peut s'opérer. Il faut donc le lire, à tout le moins ! Mes remerciements à Masse critique et Flammarion pour cet intense moment de réflexion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
simonbu
  25 octobre 2013
Dans 10 idées qui coulent la France, les co-auteurs Augustin Landier et David Thesmar, vont, comme indiqué au dos du livre, décrypter dix préjugés qui « coulent la France ». J'avouerai que malgré des explications claires et précises, il est parfois dur de comprendre exactement les arguments des auteurs, surtout quand on manque de culture politique et économique, ce qui est mon cas. Mais il en reste que c'est un livre qui fait réfléchir. Les phrases et les exemples sont bien choisis pour faire comprendre que ce que nous rabâchent à longueur de journée les politiques n'est que mensonge.
En conclusion, je ne peux pas dire que j'ai pris du plaisir à lire ce livre, mais ce ne fut pas une perte de temps, et je me rend déjà compte que la lecture de ce livre a eu une influence sur moi lors de débats endiablés sur la politique économique du pays avec mes amis !
Commenter  J’apprécie          10
njussien
  09 juin 2014
Des chapitres courts et percutants sur certaines contradictions qui minent notre pays. A méditer.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
LesEchos   16 septembre 2013
Dans un livre incisif, le duo Landier-Thesmar s'en prend vivement au mythe de la réindustrialisation.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
DavalianDavalian   11 octobre 2013
Avec un taux de suicides élevé et une consommation de psychotropes record, les Français s'estiment les plus malheureux des citoyens des pays riches. Partout, la méfiance règne : à l'égard des autres, des institutions, des politiques. Sur le plan économique, comparé au reste de l'opinion publique mondiale, le Français fait figure d'anticapitalisme illuminé : il affiche une défiance extrême à l'égard de la propriété privée des entreprises, de la concurence, de l'économie de marché en général.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
redblueredblue   06 octobre 2013
Les universitaires apportent un point de vue différent de celui des managers : du fait de la nature même du travail scientifique fondé sur la contestation et la confrontation aux arguments contraires, ils sont certainement plus habitués à jouer le rôle d'empêcheurs de tourner en rond, voire d'avocats du diable, que souvent personne n'incarne dans nos conseils d'administration.
Commenter  J’apprécie          40
redblueredblue   06 octobre 2013
Chaque époque choisit ses mythologies et ses sources de lyrisme. (p.119)

... chez nous, le baratin fait office de stratégie, l'intelligence se concentre sur les mots d'esprit et les effets de style. [...] Les Allemands [...] sont déconcertés face à ces partenaires qui refusent de considérer que les questions d'arithmétique sont au cœur de l'économie, semblent tenir pour admis qu'une chose et son contraire peuvent être simultanément vrais, et se complaisent dans es tirades lyriques et le ping-pong des petites phrases.(p.54)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Augustin Landier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Augustin Landier
Augustin Landier - 10 idées qui coulent la France .Augustin Landier vous présente son ouvrage "10 idées qui coulent la France" aux éditions Flammarion. http://www.mollat.com/livres/augustin-landier-idees-qui-coulent-france-9782081315648.html Notes de Musique : Glass - Metamorphosis 1 - One
autres livres classés : ServicesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Histoire et généralités sur la Normandie

TOUS CONNAISSENT LA TAPISSERIE DE BAYEUX, QUI EN EST LE HÉROS ?

RICHARD COEUR DE LION
ROLLON
MATHILDE
GUILLAUME LE CONQUERANT
GUILLAUME LE ROUX

20 questions
37 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , célébrité , économieCréer un quiz sur ce livre