AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9782362010422
Éditeur : L’Editeur (25/08/2011)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Hermine, après un bref passage comme pensionnaire dans une maison close, devient concierge dans un immeuble parisien. Elle raconte son quotidien pendant la Seconde Guerre mondiale.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
horline
  03 août 2014
La Mimine, quoi qu'on en dise, c'est une brave fille ! Elle est pô bien née là-haut dans le nord, elle a dû quitter l'école pour se retrouver dans un bobinard à Paris mais elle ne peut s'empêcher de "ramasser les rayons du soleil avec une cuiller à soupe".
Elle connaît ptêt rien à la politique, sait pas faire de "grandes phrases longues comme le bras et creuses comme un ballon" mais depuis sa loge de concierge au 62 rue Montorgueil du côté des Halles, son nouveau job, elle est toujours prête à rendre service à son petit monde, les gentils comme les pas gentils. Oui au turbin, elle se débine pas la Mimine, car concierge c'est "presque directrice, patronne quoi".
Mais lorsque la guerre est déclarée, elle sait qu'il "va y avoir du grabuge". Il y a les mobilisés qui partent pour le front, ceux qui préfèrent se cacher, les tanneurs de cuir du deuxième étage obligés de prendre la fuite, ceux qui font pleins de mystères pour aider à franchir la zone nono et ceux qui vont trouver moyen de faire du "biseness" ou sortir de l'ombre et laisser éclater au grand jour leur haine des juifs. Depuis sa loge, Mimine a l'oeil pour constater qu'il y a du changement dans le quartier, entre ceux qui vont "se mettre en noir parce qu'on a perdu la guerre" et d'autres qui vont se remplir la panse.
Et Mimine dans tout ça ? Elle est à l'image des petites gens sous l'Occupation qui ne veulent nullement être héroïques, ni faire de la lèche aux Schleuhs, mais simplement tenir bon. Remplir l'assiette et se chauffer durant l'hiver. Aider quelques fois si ça ne l'empêche pas de distribuer le courrier de plus en maigre mais aussi accepter les cadeaux d'où qu'ils viennent parce que faut bien "parfois s'amuser un peu pour oublier tout ce qui ne va pas". Elle est comme ça Mimine…

S'il était musicien, Gérard Landrot serait un joueur d'orgue de Barbarie. Avec une gouaille pour manivelle, il déroule une histoire rythmée par une écriture agréable et mélodieuse, une gamme de mots pleine de verve laissant flotter une spontanéité rafraichissante. Un style bien séduisant qui rend le récit vivant et laisse le sentiment de capter entre les lignes l'atmosphère du quartier des Halles de la première moitié du XXe siècle où fourmillaient mille petits métiers et artisans.
Rempli d'anecdotes vraies, ce roman est aussi un miroir reflétant une histoire douce et amère de Paris sous l'Occupation. Entre les restrictions de plus en plus fortes, les obligations de plus en plus contraignantes, le temps de guerre est celui de la débrouille, du troc, des petits gestes qui deviennent des actes héroïques de l'ordinaire, mais aussi des petites lâchetés et des petits arrangements. C'est dans le récit de ces ambiguïtés humaines à travers le personnage de Mimine que l'auteur démystifie la ligne de démarcation entre les bons et les salauds, comme celle entre justice et vengeance à la Libération…
Roman captivant qui a le mérite de mettre en lumière certains faits encore passés sous silence aujourd'hui, notamment la haine et la violence de la fin de guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
yv1
  22 septembre 2011
Mimine sort de l'école très tôt, de sa campagne nordiste pour venir à Paris. Elle arrive dans cette période trouble et ne comprendra jamais les enjeux, les causes ni les conséquences de ses actes. Ceux qu'elle commet pour elle-même. Ceux qu'elle commet pour aider des copains. Ceux qu'elle commet pour faire plaisir. Elle découvre alors qu'il peut être facile d'entrer dans la belle société de l'époque sans vraiment se compromettre -du moins le pense-t-elle. Tout brille, tout est artifice, mais tout attire : les belles tables, le champagne, les robes, ...
Le lecteur est dans la loge de Mimine et vit la guerre par ses yeux innocents. Un bon moyen pour se rendre compte du quotidien des Parisiens pendant cette période difficile. Il est assez simple 50, 60 ou 70 ans après de prendre une position manichéenne entre le bien (les bons Français résistants) et le mal (les mauvais Français collaborateurs). Il y en eut certes, mais la plus grande partie de la population fut sans doute moins aisément classable. Il fallait bien penser à s'en sortir, à aider ses proches. Mimine, c'est cela. Elle agit au quotidien, pas toujours légalement, elle chaparde, s'approprie des objets ne lui appartenant pas, mais en d'autres temps et d'autres lieux elle eut fait de même : elle n'a point d'opinion politique, notamment sur les juifs et ne sait d'ailleurs même pas ce qu'est un juif. Loin de moi l'idée de dire que les dénonciations de juifs, les brimades permanentes des gens qui portaient l'étoile étaient excusables, mais je ne suis pas sûr qu'elles furent le sport national. Certains s'y adonnèrent assûrément, d'autres ne cherchaient qu'à vivre ou survivre sans en arriver à ces recours extrêmes et inqualifiables. Dans son rôle de concierge, Mimine croisera les salauds habituels : les miliciens ou ceux qui veulent profiter de l'exode pour acquérir un logement plus grand, ceux qui veulent absolument faire du chiffre, comme ce commissaire qui lui demande de dénoncer les locataires, ceux qui profitent du marché noir pour bâtir une fortune, ..., mais aussi ceux qui ne peuvent se résigner, qui résistent à l'envahisseur. A la fin de la guerre, elle fera aussi connaissance des "naphtalinards", ceux qui, les derniers jours de guerre revêtirent rapidement "les uniformes, comme neufs, [qui] quittaient fissa les armoires" (p.238), les plus enragés à se faire justice eux-mêmes : normal, ils n'étaient pas fatigués, ils s'étaient économisé pendant l'occupation !
Gérard Landrot construit son roman à partir de détails, d'anecdotes coincés dans la grande Histoire. Beaucoup de noms de gens qui ont su profiter de cette période, "Hugo Boss qui fabriquait tous les vêtementspour l'armée allemande" (p.121), les acteurs et actrices qui n'ont pas cessé de tourner, les gars du Jeune Front, groupuscule pronazi, créé et dirigé par Robert Hersant -dont je viens d'apprendre en faisant une petite recherche sur Internet (et oui, même pour écrire mes billets, je me documente. Trop fort le Yv ! = Tournure de phrase on ne peut plus moderne en vue de me ramener du lectorat jeune et dynamique) qu'il était né dans la ville dans laquelle je vis depuis 15 ans ! Personne ici ne s'en enorgueillit. Heureusement !
Gérard Landrot écrit dans un langage parlé qui sied à Mimine. Un peu dérangeant au départ pour qui n'aime point ce style -dont je fais partie : l'absence systématique du "ne" de négation en est la marque la plus nette. Finalement, je me suis habitué à l'écriture, et elle s'accorde très bien avec les restes du langage, la gouaille de Mimine, la proximité des Halles de Paris avant Rungis.
Laissez-vous donc prendre par l'histoire de Mimine, par sa bonne volonté et sa joie de vivre. Gérard Landrot écrit là, la vie d'une jeune femme simple en des temps qui ne eux ne le sont point et qui peuvent briser bien des destins aussi modestes soient-ils. Un roman drôle, touchant, bouleversant qui montre une galerie de personnages pas glorieux, simplement humains, qui cherchent à vivre ou à survivre chacun selon ses convictions, ses goût ou les opportunités plus ou moins bienveillantes.
Lien : http://lyvres.over-blog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Saint-Luc
  07 octobre 2011
Autant le proclamer tout de suite, j'ai été littéralement emballé par cette autobiographie présentée comme un roman.
Hermine S, dite « Mimine » raconte sa pauvre histoire : celle d'une gamine tôt conduite à une prostitution pour laquelle elle n'est pas douée et qui devient concierge avant de finir, tondue à la libération, remailleuse de bas aux Halles parisiennes. Son histoire commence peu avant, et finit peu après la seconde guerre mondiale qu'elle vit comme le petit peuple de Paris.
Elle utilise notre arme nationale, le système d'et, si elle fait du mal parfois elle n'est pas méchante : un peu ignorante, ça oui, pas instruite mais dotée d'une certaine intelligence de la survie ; ce livre est le récit de la survie d'une personne ordinaire pendant les années noires
Je m'ennuie généralement beaucoup en lisant une autobiographie, j'évite donc. Je dois cette lecture à un bloggeur, YV, dont la critique avait éveillé mon intérêt, et je ne saurais trop le remercier de son conseil, car ce bouquin m'a fait passer un moment formidable.
Le style peut choquer dès les premières pages : « Mimine » s'exprime comme une fille de cet état à cette époque doit s'exprimer. En fait, non seulement ça passe mais ça passe même très bien ; ça passe tant qu'on en redemande au fil des pages. Pour tout dire, il y a bien longtemps que je n'avais lu quelque chose d'aussi frais.
Pourquoi ce style ne rebute-t-il finalement pas ? Parce que l'auteur s'est en fait livré à une odieuse et géniale supercherie : écrire un bouquin assez littéraire, puis le retravailler phrase par phrase pour le rendre crédible raconté par une « Mimine ». Parfois, il a oublié de retoucher son écriture. Ainsi lorsqu'elle dit « On avait l'impression, pas de s'habituer, non, c'était impossible mais de diluer la peur qui nous vrillait les moelles », la seconde partie de la phrase est-elle correcte dans sa bouche ? Non, bien sûr. Mais le travail sur un roman au départ littéraire est si parfaitement réalisé qu'on y croit et qu'on n'a aucune envie de se laisser gâcher son plaisir.
Une découverte remarquable. Précipitez-vous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Ziliz
  08 mars 2012
Quand son père meurt en 1929, Hermine, dite Mimine, a 12 ans. Aînée d'une fratrie de cinq, elle quitte l'école pour aider son oncle à travailler sur les marchés parisiens. Elle doit aux fréquentations de l'ignoble tonton de se retrouver prostituée, puis, par un concours de circonstances plus heureux, de devenir concierge dans un immeuble parisien, dans le quartier des Halles. de marchés douteux pour se nourrir en trafics juteux pour s'enrichir, cette jeune fille de province va être capable du meilleur (protéger des Juifs, aider des Résistants) comme du pire (dénoncer)... par amour, amitié, lâcheté, bêtise, mais sûrement pas par sadisme.

A travers les yeux naïfs de Mimine, ses mots de Titi parisien, Gérard Landrot recrée parfaitement l'ambiance de la capitale sous l'Occupation, telle que nous l'imaginons, nous qui l'avons connue à travers des témoignages, des documentaires. Quant au destin de cette jeune femme, il illustre à merveille la complexité de l'être humain, ses forces et ses faiblesses, exacerbés quand le monde devient chaos.

Un sans-faute pour cet ouvrage, très agréable à lire et hautement instructif même si l'on croit s'être déjà beaucoup documenté sur la question. Encore un récit qui prouve qu'il est bien difficile de juger des actions humaines en-dehors de leur contexte socio-historique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Apikrus
  19 mars 2012
Mimine, née en 1917, raconte sa vie, en particulier pendant l'occupation allemande, puis à la Libération et durant les premiers mois qui l'ont suivie.
Le récit est intéressant et l'ambiance de l'époque m'a semblé très bien restituée, sans doute grâce à un travail de documentation important sur la vie quotidienne des Parisiens.
Les comportements et la psychologie de Mimine sont finement exposés, sans caricature, l'auteur laissant au lecteur le soin de juger ses actes, et donc de s'interroger sur ce que lui-même aurait pu faire en pareilles circonstances...
Le ton du récit est très cohérent avec le profil de la narratrice, ce qui renforce sa crédibilité. Toutefois, ma seule réserve sur ce livre porte précisément sur le style. En effet, s'il est adapté à une narration comme celle à laquelle procède Mimine, il n'est en revanche selon moi pas agréable à lire, dès lors que j'attends des phrases complètes. Dans le cas présent, l'auteur semble avoir délibérément supprimé le "ne" dans les tournures négatives. Son objectif est atteint mais au prix de ce désagrément (pour moi en tout cas).
Malgré ces réserves, je recommande vivement ce roman, a fortiori si vous vous intéressez aux époques de l'occupation nazie et de l'immédiat après-guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   06 mars 2012
Il paraît que rien qu'à la Plaine St Denis, il y a eu au moins 600 morts et je sais plus combien de blessés [cette nuit-là sous les bombardements]. Des femmes, des enfants, des vieux... (...) Malgré les évacuations forcées, because les pillards, c'est plein de gens qui fouillent dans les ruines pour retrouver un parent, un voisin, ou des objets au milieu des canalisations d'eau ou de gaz éventrées. Et le pire c'est que dans ces ruines il y a des bombes à retardement qui continuent à tuer les sauveteurs... Du coup les gens en ont vraiment plein le dos des Anglais et surtout des Ricains qui lâchent leur purée de mort de très haut.
Pétain en a profité pour redorer son blason et il a vite fait de rappliquer à Paris où il était plus revenu depuis 40. Et mine de rien, il a fait un gros succès.
(p. 205-206)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ZilizZiliz   06 mars 2012
Les journaux écrivent ce qui leur chante ou ce qu'ils peuvent. On est même pas certains de ce que racontent les canards clandestins parce que tout le monde exagère dans un sens ou dans un autre. Tout le monde veut tirer la couverture à soi. Alors : à qui se fier ? Chacun y va de son petit discours. C'est le règne du n'importe quoi et les bobards vont bon train. (p. 215)
Commenter  J’apprécie          80
ZilizZiliz   05 mars 2012
(...) un type tellement radin que dès qu'il voyait des cantonniers refaire la route, il allait marcher dans le goudron frais pour faire l'économie d'un ressemelage. (p. 133)
Commenter  J’apprécie          80
yv1yv1   22 septembre 2011
Et c'était un peu ma vie résumée : j'étais concierge et pourtant, par hasard, je me retrouvais au milieu des gens les plus importants de Paris. (p.149)
Commenter  J’apprécie          90
Saint-LucSaint-Luc   07 octobre 2011
"Confiscation des biens et suppression du droit de vote". Je me bidonne: j'ai plus rien du tout à moi, quant au droit de vote, ça fait même pas six mois que nous, les femmes, on y a droit. Je m'en passerai bien encore pendant cinq ans!
Commenter  J’apprécie          50
Video de Gérard Landrot (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard Landrot

La chronique de Gérard Collard Tout autour des halles
En ce début de week-end, notre chroniqueur Gérard Collard a décidé de vous présenter un livre sur une période bien particulière. L'histoire de "Tout autour des Halles quand finissait la nuit" (de Gérard Landrot aux éditions de l'éditeur) se déroule à Paris sous l'occupation et après la libération. Un livre qu'a particulièrement apprécié notre libraire... Regardez... La présentation du livre "Tout autour des halles quand finissait la nuit" par l'éditeur : Après avoir été violée par son oncle, Hermine S., dite Mimine, se retrouve pensionnaire d'une maison close du quartier des Halles à Paris. Mais, n'ayant ni goût ni talent pour son nouveau métier, elle accepte de devenir la concierge du 62, rue Montorgueuil. C'est de ce poste d'observation qu'elle traverse la drôle de guerre, l'Occupation et la Libération. le récit, écrit à la première personne, dépeint la vie quotidienne sous la botte allemande, du marché noir à la rafle du Vel d'Hiv ; raconte la résistance, la collaboration, l'épuration et ses cortèges de femmes tondues... Écrit dans une langue gouailleuse et imagée, Tout autour des Halles quand finissait la nuit met en scène le petit peuple d'un Paris disparu, décrit par une femme drôle et bouleversante. Vous pouvez commander "Tout autour des halles quand finissait la nuit" sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : délationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1472 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre