AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782081286511
347 pages
Éditeur : Flammarion (06/02/2013)
4.07/5   7 notes
Résumé :
Tout en enquêtant sur les manigances de l'infecte gouvernante du manoir Holmes, Sherlock doit faire face à la soudaine disparition de Crowe et Virginia.

Pour les retrouver, il parcourt les grandes plaines hostiles d'Ecosse, à la merci de ses habitants les plus terrifiants.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
belette2911
  17 février 2013
"Chouette" me suis-je dit en apprenant la sortie de ce quatrième tome des premières aventures de mon futur détective préféré.
C'est donc avec plaisir que je me suis plongée directement dans la suite de ses aventures, en espérant que l'on verrait un peu plus la jolie Virginia et de son père, mentor et professeur de Sherlock, monsieur Crowe.
Ah, une bonne nouvelle : on sait ENFIN ce que cette fichue gouvernante (et je reste polie) manigançait à Holmes Manor.
C'est Sherlock qui résoudra l'affaire qui a un léger goût de l'affaire canonique de Charles Auguste Milverton.
Belle réussite, mais je m'étonne toujours de ces truands qui racontent leur vie, leurs buts, leurs projets à voix haute, discutant avec leur complice comme nous parlerions de la pluie et du beau temps.
Dans mon imagination fertile, je m'attendais à une autre "raison" que celle donnée par l'oncle de Sherlock sur le pouvoir de la gouvernante sinistre.
Mais en y repensant à tête reposée et en remplaçant le tout dans l'époque et son contexte, je comprends que cela lui ait fichu les chocottes, à tonton Holmes.
Comme dans un roman précédent, il n'y a pas qu'une seule aventure dans le roman et c'est la disparition de monsieur Crowe et de sa fille Virginia qui va entraîner Sherlock et Matthew dans les plaines hostiles de l'Écosse à la merci de ses habitants les plus terrifiants... Et à côté d'eux, Heathcliff fait petit joueur.
Sherlock se retrouve une fois de plus "seul" pour résoudre le problème de la fuite de son mentor, aidé juste par son ami Matthew puisque Stone a disparu lui aussi.
Il s'affirme, peaufine sa future méthode, apprend un peu plus sur la société et sur le manque de logique des gens.
Son sentiment pour Virginia s'affirme aussi, le rendant un peu jaloux, lui faisant découvrir des émotions et des sensations qu'il ne connaissait pas, lui faisant peur aussi parce quand on aime, on est dépendant de cette personne.
Il y a même une scène pour laquelle j'aurais vendu père et mère au diable pour la lire (mon âme ne vaut pas grand-chose) ! La belle américaine n'a pas froid aux yeux et j'avais un sourire béat en lisant le passage (non, pas de sexe ! Mais vous ne pensez qu'à ça !).
Sherlock n'étant pas infaillible, il fera des erreurs assez énorme durant son périple qui lui seront reprochées par son mentor et pour un amoureux de la logique, notre Sherlock fera aussi preuve d'un manque total de discernement...
Je m'explique : lorsqu'on a des truands aux fesses et qu'on est dans les bois, on se terre dans un terrier de lapin (oups, pardon madame Lapine) ou de renard (mes excuses, monsieur Fox) si on veut plus de place, mais en aucun cas on ne va se cacher dans une petite maison abandonnée dans les bois et on ne fait encore moins du feu !
Désolé, là, c'est digne d'un garçon sans cervelle !
On me rétorquera que s'ils s'étaient planqués tous les deux dans un terrier, l'aventure n'aurait pas pu poursuivre son cours avec ses rebondissements...
Bref, Sherlock est en période d'essai, fait des erreurs, analyse la société et l'auteur se donne la peine de nous écrire les pistes qui nous donnerons le détective que nous connaissons dans les écrits de Sir Arthur Conan Doyle.
Ce qui me chagrine un peu, c'est qu'il se sorte si vite des situations les plus difficiles. L'auteur prend parfois des raccourcis faciles. Faire durer la difficulté n'aurait pas été plus mal, cela aurait fait plus sérieux.
Mon coup de gueule ?
Le premier est une scène de torture sur mon pauvre futur détective.
Le second est pour avoir fait une fin à la "cliffhanger" qui me donne envie de fouetter l'auteur ! Et le cinquième tome va emmener Sherlock sur une certaine Gloria Scott...
Ceux qui trouvaient que les aventures de Sherlock s'enchainaient très (trop ?) vite auront une autre pierre à mettre à leur édifice !

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Yumemori
  12 avril 2016
Un tome qui continue de suivre l'enfance de Holmes et ce dernier a le don de rencontrer des types de plus en plus psychopathes ! Même si quelque fois invraisemblable, on passe un agréable moment de lecture ! En espérant que Flammarion nous fasse un jour profiter de la suite de ces aventures prenantes et rocambolesques !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
belette2911belette2911   16 février 2013
- Le problème, c'est que si tu ne crois pas vraiment que tu es devenu un vieil homme, une femme, ou un vagabond, tu ne peux pas t'attendre à ce que ton public le croie. Ressembler au rôle, c'est bien. Être le personnage, ça, c'est vraiment se transformer en un autre.
Commenter  J’apprécie          120
belette2911belette2911   16 février 2013
Le garçon regarda le demi-shilling avec un peu de regret mais ne tendit pas la main.
- Le grand type nous paie assez bien pour qu'on ait pas besoin d'accepter l'argent de quelqu'un d'autre. Il dit que celui qui accepte l'argent de deux maîtres n'est digne de la confiance d'aucun des deux.

Sherlock hocha la tête et rempocha sa pièce.
Commenter  J’apprécie          90
EvadeeEvadee   14 avril 2013
Quelqu'un d'intelligent, avait-il dit, ne recherche pas la confirmation de ce qu'il sait déjà. Il recherche la contradiction. Confirmer une théorie n'avance pas à grand-chose, mais découvrir qu'on se trompait, ça n'a pas de prix. Ne cherche pas à avoir raison, cherche à avoir tort.
Commenter  J’apprécie          60
belette2911belette2911   16 février 2013
- Matty, je l'ai déjà dit et je le répète : tu n'es peut-être pas un génie, mais tu as le don de révéler le génie chez les autres !
Commenter  J’apprécie          110
belette2911belette2911   17 février 2013
- A quoi tu penses ? demanda Virginia.
- Je pensais aux abeilles, répondit Sherlock.
- Des abeilles ? Nous sommes poursuivis gang d'assassins, séparés des nôtres, et tu penses aux abeilles ? Je ne saisis pas.
- Je comprends les abeilles, expliqua-t-il. Elles ne sont pas compliquées; tout ce qu'elles font, elles ont une raison de le faire. Ce sont comme de petites mécaniques vivantes.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : énigmesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2187 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre