AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290080979
510 pages
Éditeur : J'ai Lu (05/11/2014)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 100 notes)
Résumé :
Le morceau manquant de la saga, enfin disponible en roman !

Dans les plaines inconnues d’un territoire sauvage, un Barbare court en direction des cités humaines. Il pense à une femme, sa cousine, qu’il espère impressionner en cherchant l’aventure. Au même instant, au fond d’une ruelle sombre, un Voleur marche vers un destin qu’il devine flamboyant. Une Elfe court vêtue de vert fait un premier pas hors de sa forêt, tandis qu’un Nain négocie âprement a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
Enki
  15 janvier 2015
Merci aux éditions Octobre et à Babelio, dans le cadre de l'opération Mass Critique, de m'avoir offert l'occasion de lire ce réjouissant ouvrage.
Ce premier volume du Donjon de Naheulbeuk nous narre les origines du groupe d'aventurier aujourd'hui célèbre. Comment ces joyeux drilles se sont rencontrés pour former une équipe aux méthodes peu orthodoxes, à la morale douteuse mais à l'efficacité indiscutable, ou presque. Réuni autour d'un même objectif, retrouver une mystérieuse statuette pour un non moins mystérieux commanditaire, nos héros vont devoir se confronter au Donjon de Naheulbeuk. Recelant de nombreux trésors et objets aux pouvoirs insoupçonnés, cet antre légendaire attire de nombreux et cupides aventuriers. Peu reviennent vivants de ce périple, victimes des nombreux pièges et monstres du donjon. Les personnages ne sont pas franchement originaux, et pour cause, l'auteur a volontairement réuni les principaux stéréotypes d'une table de jeu de rôle dans un univers médiéval fantastique. Barbare, elfe archer, nain guerrier, rôdeur, mago, ogre et voleur viennent éprouver les dangers d'un donjon, également poncif du genre. D'abord conté à un publique de rôlistes dans des conventions dédié à ce loisir, le Donjon de Naheulbeuk est enregistré en 2001 au format mp3 pour être proposé en ligne. le succès permettra l'adaptation en bande dessinée puis roman. Si les mésaventures du petit groupe provoqueront le rire du profane, c'est bien l'adepte de Donjons & Dragons ou encore Warhammer qui en percevra tout le sel. La conduite des personnages peut évidemment être imputée à leurs traits de caractère, exacerbés par l'auteur, mais c'est bien une feuille de personnage et l'opportunisme du joueur qui définit leur comportement. le joueur devient personnage, ou peut-être l'inverse. Comment ne pas s'esbaudir devant des situations, ô combien caricaturales, mais que nombre d'entre nous ont vécues à une table, des dés à la main. Bien sûr les esprits chagrins regretteront quelques maladresses de plume, ou encore le côté récurrent de certaines situations. Cet ouvrage reste cependant éminemment recommandable, a fortiori, aux nostalgiques de méd-fan et de grosbillisme à l'ancienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
Pois0n
  20 février 2017
Même s'il est sorti en avant-dernier, "A l'aventure, compagnons" constitue le premier tome de l'adaptation en roman des deux premières saisons du feuilleton audio bien connu des rôlistes.
A la lecture, on ressent très nettement la coupure entre les deux parties: la première étant consacrée au fameux donjon de Naheulbeuk, la seconde tenant davantage du road-trip catastrophe bucolique.
Il y a longtemps, j'avais lu "La couette de l'oubli" et les deux tomes qui avaient suivi à leur sortie, avant de décider d'attendre le début et la fin de l'aventure pour tout relire d'une traite. Le moment est donc venu, et même s'il ne me reste plus masse de souvenirs, force est d'avouer qu' "A l'aventure, compagnons" est moins drôle. Certes, on sourit bien à deux-trois moments, mais il n'y a eu aucun fou rire, c'est moins porte-nawak, moins absurde. Pour un peu, on se croirait presque dans de la fantasy classique, avec une belle bande de bras cassés en guise de héros, certes, mais c'est tout.
Attention, ça ne signifie pas que le roman est mauvais, loin de là. On suit sans déplaisir les (més)aventures du petit groupe, d'autant que l'on ressent en permanence le soin apporté par John Lang à la création de son univers. C'est fouillé, bourré de détails et de petites références pas forcément indispensables à l'intrigue mais rendant la Terre de Fangh très vivante, très crédible. De là à dire que Naheulbeuk n'a pas à rougir face à la Styrie d'Abercrombie, il n'y a qu'un pas que je franchirai allègrement: light fantasy ne veut pas dire bâclé ni sans profondeur, et l'on en a ici la preuve. Le "glossaire" placé en fin de tome apporte son lot d'anecdotes intéressantes revenant sur des termes/objets/lieux/sorts/etc figurant dans l'aventure sans alourdir inutilement celle-ci. De quoi pardonner aisément des descriptions parfois un peu longuettes, d'autant que même si l'humour ne fait pas mouche, la plume de l'auteur reste toujours agréable.
Cependant, reste que ce premier tome n'est pas vraiment transcendant, au final. Nos aventuriers pas dégourdis jouissent d'une chance insolente et pas toujours justifiée par le "Ta gueule, c'est magique!" parfois à l'oeuvre, le récit n'est pas exempt de longueurs, manque clairement de spectaculaire (un défaut qui disparaît dans les volumes suivants, si ça peut vous rassurer), bref, si l'influence jeu de rôles est clairement perceptible, tout ça reste un peu léger sur le fond.
Enfin. La fin du livre ne marque absolument pas celle de l'histoire, et nos baltringues préférés se voient contraints de reprendre aussitôt la route: vous l'aurez compris, si le tome ne se suffit absolument pas à lui-même, la suite promet d'être plus mouvementée.
"A l'aventure, compagnons" est donc un "premier" volume honnête, manquant certes un peu de folie, mais constituant une très bonne introduction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Tsukibou
  24 juin 2013
Merci aux éditions Octobre et à Babelio pour cette lecture divertissante.
Imaginez une bande de vaillants aventuriers, recrutés séparément par un puissant mage pour partir dans une quête pleine de danger, à la recherche d'une statuette indispensable à la réalisation d'une prophétie mystérieuse, dans un donjon d'où personne n'est jamais ressortie... Hors mis le fait que ces aventuriers ne sont pas vraiment vaillants la base de l'histoire est posée. Qu'est-ce qui varie ?! Et bien la bande de baltringues qui compose la « guilde », un Ranger pas très doué, un Voleur débutant auquel il manque une partie de sa formation, un Nain avare qui déteste les elfes, une Elfes un peu cruche et trop naïve, une Magicienne inexpérimentée qui sort de l'université, un Ogre goulaffe, et un Barbare débile qui fonce dans le tas à la première occasion... Comment voulez-vous que tout se passe sans accroc alors qu'aucun ne communique, ni n'écoute les autres ? Et bien, pour le savoir il va falloir vous plonger dans la lecture de ce récit plein d'humour, de répliques cultes, de rebondissements farfelus, d'actions inattendus et d'une fin des plus... surprenante (ou pas).
Je ne sais pas si vous connaissez, ne serait-ce que de nom, le Donjon de Naheulbeuk, pour la petite histoire, il s'agit avant tout d'une série d'épisode au format MP3 racontant l'épopée atypique d'une bande de personnages hors du commun qui se retrouve toujours embarqué dans les délires hallucinants des créateurs des épisodes. L'aventure mélange différents concepts issus du jeu de rôle, de la fantasy et du jeu vidéo mais aussi parfois de séries télé et de films. N'est-ce pas attrayant comme concept ?! Je l'ai connu lorsque j'étais au lycée et suis devenue plutôt fan de l'univers, de l'humour et du décalage de ses personnages bien allumés. J'ai donc écouté tout ce qui était sorti et ai commencé à me procurer les BD, car oui, ça existe aussi en bande-dessiné, c'est la première adaptation « papier » du projet avant les romans qui composent les saisons suivantes mais, ce n'est pas le sujet ici.
Le tome 0 est une version littéraire des deux premières saisons disponibles en MP3, avec des passages en plus, sorte de bonus pour les personnes connaissant déjà l'univers du Donjon de Naheulbeuk, des personnes comme moi quoi :P
Alors que dire sur cette version littéraire ?! J'ai été heureuse de retrouver l'univers qui m'a tant fait rire il y a quelques années, je me suis même replongée dans les épisodes MP3 pour véritablement me remettre dans le bain, avec les voix des personnages tout ça, tout ça. Les parties en plus sont intéressantes et plaisantes à lire, comme par exemple le journal de bord des personnages qui intervient au milieu d'un récit soit pour en faire un résumé, ou pour partager des pensées sans queue ni tête mais souvent drôle !
En soit je n'ai pas grand chose à reprocher à cette version littéraire mais, tout de même j'ai tout de même un ou deux points à soulever ici, rien de particulièrement négatif mais... voilà, certains qui ont l'habitude du format MP3 ou même du format BD, pourront parfois trouver le style un peu lourd et longuet d'une description tirée par tous les bouts pour en ajouter toujours plus, ça m'a parfois perdu et j'ai quelques fois décroché, ne me souvenant plus ce que je venais tout juste de lire... c'est assez perturbant et tu te demandes alors parfois de quoi ils parlent quelques lignes plus loin parce que ce détail t'ait passé au dessus... C'est le plus gros point dérangeant que je note.
Je note aussi que ce qui peut être... perturbante pour les personnes connaissant et aimant déjà cet univers c'est l'envie de retrouver des dialogues, des répliques que l'on avait trouvés cultes lors de notre écoute et d'être plutôt déçu en s'apercevant que le passage que l'on attendait s'est vu écourté, coupé au montage, non mais QUELLE HONTE, quelle déception immense pour ce petit coeur qu'est le mien !! Bien entendu j'en fais un peu beaucoup trop, mais c'est vrai que j'ai été un tantinet déçue à un certain moment, car j'avais tellement ri à l'écoute de ce passage que je m'attendais vraiment à le retrouver dans cette version... mais non... qu'à cela ne tienne, d'autres répliques ont bien été retranscrites telles que celle qui m'a vraiment le plus marqué au tout début de l'aventure
« - Moi j'ai pas besoin de torche je suis nyctalope, précisa l'Elfe.
- Hein ?!
[…] le Nain n'avait pas compris non plus, mais il rétorqua néanmoins :
- Je le savais bien que t'étais une salope.
- Mais non, nyctalope ! Ça veut dire que je vois dans la nuit !
- Pfff … »
Bon désolée si ça ne fait rire que moi, j'ai peut-être un humour moisi mais, j'étais et je suis encore pliée, chaque fois que j'entends ou lis cette réplique !!
Pour ce qui est de la plume de John Lang, je pense que le côté « négatif » a déjà été énoncé, j'ai trouvé quelques passages un peu longs, des passages qui peuvent alourdir le récit, coupé l'élan de l'aventure par des descriptions parfois peu utiles mais dans l'ensemble j'ai trouvé que le rythme était bon, que le découpage des paragraphes, le passage des aventuriers, ceux de Zangdar et autres sont judicieux et font parfois la blague car l'on croit que l'on a pas quitté les aventuriers d'un passage à l'autre alors que nous avons rejoint un autre groupe dans une situation qui aurait pu être similaire, je parle notamment d'un passage où le Ranger tombe, nouveau paragraphe qui décrit une chute mais celle de Zangdar et Reivax... ça m'a un peu perdu mais, par la suite j'ai trouvé cela plutôt intelligent !
Enfin bref, en conclusion j'ai beaucoup aimé retrouver l'univers que je connaissais déjà, je ne sais pas si c'était un avantage ou non, si le fait de connaître fait que j'ai été plus « exigeante » sur cette version littéraire, mais en tout cas c'était un plaisir de retrouver les personnages farfelus, et pas qu'un peu, leur répliques à deux balles, leurs folles aventures vont me faire rire encore un moment je pense ! Et puis j'ai retrouvé des références aux chansons du Naheulband, dans le journal de bord du Barbar avec le secret du fer de Crôm... comprendra qui pourra, un clin d'oeil à Harry Potter, à Kaamelott et aux réunions du corbeau sans alcool de Merlin... toutes ses petites choses qui font que ça me plaît, n'étant pas une adepte de jeu de rôle, je ne relève peut-être pas tout mais ça ne gâche en rien mon plaisir !
Laissez vous tenter, soit par ce tome zéro, soit par les BD ou encore par les épisodes MP3 ! Ça fait toujours du bien de rire un bon coup non ?!
Lien : http://www.tsuki-books.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
M_a_r_c
  05 janvier 2020
Naheulbeuk… Que de souvenirs évoque ce nom. Et surtout que de fous rires !
Le nain barbu, aussi radin et râleur. L'elfe, délicate et un peu niaise, qu'il ne supporte pas. L'ogre omnivore (et nécrophage à ses heures, au grand désespoir de l'elfe). La magicienne aux sorts trop souvent calamiteux. le barbare qui ne pense qu'à cogner sur tout ce qui bouge pour gagner des XP et les faveurs du dieu Crôm. Sans oublier le malheureux ranger, qui essaie de diriger tant bien que mal cette troupe d'aventuriers un peu bancale.
Face à eux, le légendaire et terrible donjon de Naheulbeuk, du sinistre Zangdar. Un donjon au plus profond duquel nos aventuriers devront se risquer pour tenter de récupérer la douzième statuette de Gladeulfeurha et permettre l'accomplissement de la prophétie de la Porte de Zaral Bak.
Cet univers d'heroic fantasy loufoque, sorti de l'imaginaire débordant de John Lang (mieux connu alors sous le pseudo de Pen Of Chaos), infatigable rôliste, a d'abord vu le jour sous forme de saga audio. C'était au début des années 2000. Quel plaisir de découvrir alors qu'un nouvel épisode était disponible et d'y plonger les oreilles en sachant que les éclats de rires allaient fuser !
Pen Of Chaos a ensuite décliné sa saga en BD (il doit y avoir maintenant plus de vingt tomes). Puis en romans. L'intégrale de ceux-ci se compose de deux épais volumes et compte environ 2500 pages. Preuve de l'imagination débordante de John Lang !
A L'Aventure, Compagnons est le premier opus de cette intégrale. Il retrace les deux premières saisons du Donjon et les (més)aventures de nos aventuriers préférés pour récupérer la légendaire statuette et la remettre à leur mystérieux commanditaire en échange de… 8000 pièces d'or. Une somme dont la seule évocation fait frémir d'excitation le montagnard radin quand il n'est pas trop occupé à râler sur l'elfe ou à mourir. (Heureusement qu'il existe des points de destin !)
Si vous connaissez le Donjon en version audio, vous apprécierez obligatoirement les romans de John Lang. Les intonations, bruitages et autres délicieux délires disparaissent évidemment de la version écrite. Les éclats de rire sont un peu moins fréquents. Mais l'aventure reste déjantée à souhait et les bulletins cérébraux des divers personnages sont souvent hilarants !
Si vous n'avez jamais entendu parler du Donjon, ruez-vous d'abord sur la saga audio, histoire de vous imprégner de l'ambiance d'origine. Tous les épisodes sont disponibles gratuitement sur le site de Pen Of Chaos ! Et poursuivez avec les BD ou, mieux, avec les romans.
Une petite connaissance du monde des jeux de rôles (D&D, les livres dont vous êtes le héros, etc.) vous permettra de savourer pleinement les frasques de la troupe d'aventuriers la plus hétéroclite de toute la Terre de Fangh !
J'avais adoré la saga audio. L'adaptation en romans est évidemment un peu moins drôle. Pour les raisons évoquées ci-dessus et aussi parce que l'effet de surprise est passé. J'ai pourtant passé un excellent moment en lisant A L'Aventure, Compagnons. J'ai éclaté plusieurs fois de rire (c'est pourtant rare !). Et mon personnage préféré reste incontestablement le petit bonhomme roux et râleur vivant dans les montagnes et les mines ! (Qui a dit mimétisme ?) 😉
Une bien bonne façon de commencer l'année ! Crôôôm !!!

Lien : https://livrelecteur.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
EliseBabelio
  24 décembre 2014
Même si je ne suis pas très portée sur l'heroic fantasy et autres littératures de l'imaginaire, j'étais curieuse de me plonger dans ce "Donjon de Naheulbeuk" dont les aventures en saga mp3 ont été une des références cultes de mon adolescence.
J'ai pris plaisir à retrouver les aventuriers toujours aussi peu doués dans leur parcours, qui suit fidèlement celui des épisodes audio, si ma mémoire est bonne. le livre permet une vision plus claire et plus complète de l'aventure, car ici on ne risque pas de confondre les voix des personnages. le style est fluide et le rythme suffisamment soutenu pour que l'on ne s'ennuie pas au fil des près de 500 pages de l'ouvrage.
Cependant, si ce roman constitue une agréable plongée dans nos souvenirs pour les fans de la saga, il me semble que certaines scènes clés manquent un peu de relief par rapport à la version audio (celle du grand Pot au Feu notamment). Par ailleurs, si l'humour et les références sont bien présents, ne vous attendez pas à retrouver toutes les répliques cultes, car certaines ont été supprimées, sans doute pour ne pas alourdir l'ensemble.
Bref, un agréable moment de lecture mais qui ne doit pas dispenser d'une écoute de la géniale saga de Pen of Chaos !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91


critiques presse (1)
Elbakin.net   29 juillet 2013
La mayonnaise a du mal à prendre. Est-ce parce que les saisons 1 et 2 ont été écoutées en boucle qu’une certaine lassitude s’installe au fil de la lecture ? En tout cas, malgré des ajouts intéressants, on ne vibre pas à la lecture de ce roman.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
EnkiEnki   16 janvier 2015
Le Barbare baissa les yeux, examina la bourse et le collier qui lui appartenaient désormais. Il y avait beaucoup de pièces dans la bourse. Il trouva étrange qu’aucun os d’animal, ni griffe ni pièce de dentition ne soit utilisé pour orner le bijou. Les colliers, c’était fait pour montrer qu’on avait tué des bêtes, ou des monstres. Le sien, par exemple, était orné de plusieurs dents d’un jeune ours des plaines, animal féroce qu’il avait tué à mains nues quand il était plus jeune, en s’aidant d’une pierre. Mais les perles, ça servait à quoi ? Pouvait-on se vanter d’avoir tué une huitre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
SlavaSlava   21 mai 2016
BULLETIN CÉRÉBRAL DU BARBARE

Faudrait tout de même savoir si on tape où si on tape pas. Moi, on me dit qu'il y a un ennemi, je tape ! Après, faut pas se plaindre s'il est mort. Mais c'est toujours compliqué, les trucs dans l'aventure. Y'a les ennemis qu'on peut pas taper parce qu'ils sont trop nombreux, y'a ceux qui sont trop forts, ceux qui sont trop faibles, ceux qui rapportent pas d'expérience, ceux qu'ont pas d'argent... Et alors maintenant faudrait faire gaffe à pas tape ceux qui sont dans les livres ? Mais comment on fait pour savoir si on n'a pas de livres ? Je suis un guerrier moi, merde ! Crom doit pas se compliquer la vie comme ça, c'est sûr. Lui, il tape toujours. De toute façon, il s'en fout, c'est un dieu, alors il fait ce qu'il veut.
En plus j'ai faim.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SlavaSlava   21 mai 2016
Le Ranger souriait déjà de leur bonne fortune. Des monstres décédés, une clef, un coffre qui correspondait... Tout allait pour le mieux et l'aventure se déroulait comme dans les livres. Il se pencha vers le coffre :
-Super ! Donne-moi cette clef !
Le Nain se rebiffa :
-Pas la peine d'essayer de me baiser ! C'est ma clef, alors c'est mon coffre !
-Mais tu dois partager avec le groupe ! s'offusqua le Voleur.
-Je partage pas avec les voleurs et les elfes !
Le petit monde du rôdeur venait de s'écrouler, il était abasourdi :
-Mais quel caractère de merde !
A bout de patience, il fit un signe à leur compagnon d'assaut. Il s'en suivit alors une discussion rapide et chargée de menace :
-Donne la clef ! gronda le Barbare en tendant sa main calleuse.
-Non !
-Aie !
Après chaque refus, le guerrier administrait au Nain une gifle puissante sur le casque, manquant de lui arracher la tête, si bien qu'à la troisième occurrence il parvint à changer son humeur.
-Donne la chef !
-Tiens, la voilà.
L'objet changea de main.

-Merci pour ta bienveillante coopération, railla le Voleur.
-Connard !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SlavaSlava   21 mai 2016
Une grosse créature à la peau verdâtre, à la panse rebondie et au regard bovin écarta soudain les broussailles, provoquant un sursaut dans la compagnie nouvelle formée. Le mastodonte humanoïde souleva une branche pour laisser passer une jeune femme rousse accoutrée d'une robe de couleur criarde. Elle s'appuyait sur un bâton de bois bleuté à l'extrémité ornée d'un globe minéral vert.
-C'est quoi ça ? gronda le Nain.
Il n'aimait pas trop ce qui était vert. Ses pires ennemis étaient les gobelins, et ils étaient verts. Les orques aussi étaient verts. Les légumes étaient verts et ils n'étaient pas bons, les arbres de la forêt étaient verts et il n'y avait rien de plus ennuyeux qu'une forêt. En y réfléchissant, les vêtements des elfes, qui étaient très moches, étaient de la même couleur. C'était forcément un signe et ça voulait dire : le vert, c'était pourri. Et en plus, la créature massive semblait dangereuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SlavaSlava   21 mai 2016
L'aubergiste balbutia quelque chose en lui tendant un menu, et il était clair, à voir sa tête, qu'il luttait pour garder ses yeux dans leurs orbites. Un client finit par se décider à brailler :
-Hé, la mignonne... Si tu veux manger quèquechose, j'ai bien une idée !
Quelques rires gras saluèrent le commentaire.
-Merci ! chantonna l'Elfe sans même e retourner. Mais je veux lire le menu que le gentil monsieur m'a donné ! Et puis je vais prendre un jus de poire !
Elle ignora d'autres remarques un peu plus précises, lesquelles concernant la forme des poires, des comparaisons avec les pastèques, l'usage personnel qu'on pouvait faire des saucissons ou encore la disponibilité des genoux de certains clients pour s'asseoir. Elle ne comprenait pas grand-chose à tout cela et c'était troublant. Les humains lui avaient toujours semblé bizarres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de John Lang (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Lang
À l'occasion de son 20e anniversaire, Japan Expo vous propose une soirée musicale Donjon de Naheulbeuk avec le Naheulband !
En 2002, le créateur de la saga, John Lang, alias Pen of Chaos, réunit autour de lui quelques musiciens pour créer le Naheulband, suite au succès des premières chansons rolistichaotiques et des premiers concerts semi-improvisés par le Maître. Bientôt sort également un CD, Machins de Taverne.
Composé à l'origine par Pen of Chaos, Knarf, Lady Fae of Chaos, Tony Beaufils, Ghislain Morel et Dimitri Halby, remplacé un temps par Jade de Nazca, le groupe est rejoint en 2004 par Lili la guerrière. Cette formation donne des concerts à travers le monde (France, Belgique, Suisse, Québec) avec un succès grandissant.
Naheulband est avant tout un hommage drolatique à l'univers médiéval du Donjon de Naheulbeuk, fort de ses personnages les plus farfelues. le groupe séduit les fans comme les curieux qui passent un bon moment entre partage, rire et fête.

Retrouvez nous sur nos réseaux sociaux : - Abonnez-vous ici pour ne rien rater : https://www.youtube.com/channel/¤££¤33Du Donjon de Naheulbeuk11¤££¤1_¤££¤31Du Donjon de Naheulbeuk29¤££¤?sub_confirmation=1 - Facebook : https://www.facebook.com/japanexpo - Twitter : https://twitter.com/japanexpo - Instagram : https://instagram.com/japanexpo_fr/ !
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le Donjon de Naheulbeuk

Quel personnage mange souvent des "chiantos" ? Les bonbons qui rendent chiant, grincheux, désagréable...

Le ranger
l'elfe
Le nain
Le barbare

10 questions
75 lecteurs ont répondu
Thème : John LangCréer un quiz sur ce livre