AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791036000690
144 pages
Éditeur : L'Atalante (20/05/2021)
4.5/5   2 notes
Résumé :
" ... et hop ! coincée. Pas mal, non ? Avoue que tu ne t'y attendais pas, à celle-là ! Tu coupes les ponts, tu pars au bout du monde, tu restes dix ans sans donner la moindre nouvelle ; quand je tente de reprendre contact, paf ! tu me flanques hors de ta maison et de ta vie, sans l'ombre d'une hésitation... et te voilà malgré tout obligée de me lire. On sous-estime toujours sa vieille mère. " Le livre est construit sous la forme de lettres d'une mère à sa fille.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
gruz
  14 juin 2021
Clark est un roman qui nous arrive dans son plus bel ABI, même sans la cape. Oui, ce roman est Atypique, Barré et Inclassable.
Par la forme, par le ton, par le concept, par l'écriture, rien ne vous prépare à la jubilation de lire ce court texte. 160 pages bourrées de créativité et d'émotions, qui en valent bien le double.
Anouk Langaney nous propose la lettre d'une mère à sa fille. Elle s'y explique, elle argumente, tente d'imposer sa vision des choses. Parce qu'elle n'a plus rien à perdre. Sa fille aînée est partie loin de cette mère très spéciale. le lecteur va entrer dans une intimité familiale qu'il n'imagine absolument pas.
L'autrice n'a pas (encore) la renommée qu'elle mérite, jusqu'à maintenant publiée par un petit éditeur corse, Albiana. Deux romans noirs très différents et une dystopie de SF pour la jeunesse qui avaient déjà mis en lumière son talent unique (et son coté barré). Aucun de ses livres ne se ressemble, tous liés par une véritable singularité.
Qu'on soit clair, Clark n'est absolument pas un roman de SF, ni un livre pour un public circonscrit. Au contraire ! Ce texte noir, original, a de quoi parler à nombre de lecteurs. Ceux qui aiment les écritures marquées, ceux touchés par les relations familiales complexes ou encore les enjeux de notre société en danger.
Les armes de l'écrivaine ? L'humour noir, un ton décalé, une vision sombre de l'avenir, un brin de paranoïa. Et une appétence claire pour tout ce qui concerne l'éducation (elle est enseignante dans son autre vie).
C'est donc, par le biais de cette lettre, le portrait d'une maman qui se veut exemplaire. du moins avec son fils, nommé « judicieusement » Clark, qu'elle a décidé de façonner selon l'image qu'elle se fait d'un sauveur de l'humanité. Et tant pis si ses deux autres filles n'ont pas fait l'affaire avant lui.
C'est l'histoire d'une mère qui a décidé de pousser à l'extrême ses principes d'éducation, pour que son enfant devienne le modèle parfait de sa vision d'un libérateur. Qui est pour le moins particulière…
Une tragi-comédie qui va loin, très loin dans l'initiation du jeune homme. Apprentissage rime avec dressage, avec des méthodes de pédagogie de bazar, et une initiation qui frôle l'aliénation.
Mais rien n'est tout blanc ou noir dans ce monde repensé par cette mère un « brin » obsessionnelle ; nuances de gris. Elle a des tendances psychopathiques, mais son constat de l'état du monde sonne juste. L'état des lieux est plutôt bon, les méthodes très discutables. Quand la monstruosité de nos sociétés actuelles pousse à créer un monstre pour les délivrer. Quand la volonté de sauver s'entrechoque au narcissisme.
Une observation cruelle, que l'autrice va prendre un malin plaisir à étirer jusqu'à la caricature. Pour mieux amuser tout en faisant passer certains messages. En glaçant le sang aussi. Et se poser des questions sur le pouvoir d'une maman sur sa progéniture. Il y a clairement plusieurs degrés de lecture dans ce roman.
L'influence de la culture pop, des BD de super-héros servent de terrain de jeu. Et la plume fait le reste, du genre à magnifier chaque passage. Chaque mot, chaque phrase sont réfléchis. Pas de superflu, mais une vraie personnalité d'écriture. Pour le bonheur du lecteur qui se voit offrir une bonne dose d'éclate. Et d'émotions aussi, parce que le sort de ces enfants, face à cette mère à l'empathie déformée, touche vraiment.
Clark est un divertissement étonnant, doublé d'une vision acerbe du monde, couplé à un fantasme d'éducation flippant. Sauver le monde par procuration n'est pas une mission aisée, Anouk Langaney en a une approche singulière.
Lien : https://gruznamur.com/2021/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
EvlyneLeraut
  03 juillet 2021
« Clark » est un fameux pas de côté. Atypique, grinçant, il pointe du doigt là où ça fait mal. Doté d'une contemporanéité hors norme, il casse les codes du conventionnel. Affranchie, cette satire des temps moderne est affirmée. Elle ne laisse pas indemne le lecteur et c'est tant mieux. Cette missive est un pavé dans la mare. Ouvrir l'enveloppe. Lire cette lettre d'une mère à sa fille. Ici, nous ne sommes pas dans la candeur, la tendresse et le charme relationnel. Crissante, extrême, violente, sans garde-fou, Anouk Langaney ose l'écriture exutoire. Tout dire quoiqu'il arrive quoiqu'il en coûte. Pourtant cette mère veille sur ses filles comme du lait sur le feu. La cadette étant handicapée. Pourtant le bas blesse. Elles sont les boucs-émissaires.
« Toi, tu me regardais de travers - tu le fais comme personne, je crois que tu as un angle à toi. J'étais une bonne mère. Artiste ratée, socialement inadaptée, sentimentalement ruinée et physiquement usée, mais malgré tout- et d'autant plus- une très bonne mère. »
Eloignée des diktats conformistes, criblée d'esprit libre, engagée, l'homme pour elle n'est que le géniteur. On poursuit la lecture de cette missive addictive. Sa fille reçoit de plein fouet les explications de cette éducation quelque peu non étrange plutôt dérangeante et décalée. Elle assume ses désirs et projets. Envers et contre tout elle est une mère assoiffée d'espace. Elle bouscule tout sur son passage. Son besoin de maternité est l'arbre que cache la forêt. Clark, son fils bien aimé sera pour elle plus qu'un Dieu mais un moyen, un outil pour arriver à ses fins. Elle est le gourou des intériorités tant elle est manipulatrice. Clark malgré tout deviendra son siamois dans les sulfureuses aventures, tant il est endoctriné par sa mère. Cette fable est un pied de nez au conformisme. Cette mère est l'emblème des Cyniques tel Diogène et elle assume immanquablement les bouleversements et les défaillances de ses actions. Les mises en gardes écologiques, les bruissements sociétaux, les alertes politiques, les petites combines et les signaux face aux grandes puissances sont son cheval de bataille. Son fils sur le cheval derrière elle et tant-pis si les pertes sont gagnantes. Pour elle, il faut renverser les chaises. C'est un saut dans la flaque du bien-pensant. le récit épistolaire bascule. Banquise, adrénaline, entre le fantastique et le thriller la marche est étroite. L'écoterrorisme gonfle la trame dans un paroxysme incontrôlable. Cette mère qui flirte avec les extrêmes : les siens et ceux de ses enfants frôle la folie. On ressent la torpeur qui foudroie son antre, tout ce qu'elle a fait par idéologie. Ce livre hypnotique, puissant et original est captivant et intuitif. La psychologie est souveraine. Anouk Langaney vient de mettre au monde l'antithèse de la soumission, tant cette mère est l'emblème de la liberté absolue. Mordant et imprévisible. Publié par les Éditions L'Atalante. Collection : Fusion, « le crime est notre affaire ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   01 juin 2021
J’étais une bonne mère. Artiste ratée, socialement inadaptée, sentimentalement ruinée et physiquement usée, soit, mais malgré tout – et d’autant plus – une très bonne mère. N’est-ce pas une noble fonction ? Un destin valable ? Pour l’admettre, il a fallu que je réajuste certains des repères mis en place par ta féministe grand-mère. Si elle n’était pas déjà morte depuis plusieurs années, son cœur aurait sans doute lâché à l’idée que sa fille ait la maternité pour vocation exclusive !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   01 juin 2021
Mère et fille, main dans la main. La dream team. Quelle chance pour Clark, et pour moi ! Ç’aurait été la voie royale.
Mais peut-être pas. Peut-être que l’histoire aurait déraillé. Peut-être que tu m’aurais regardée comme une cinglée, comme tu as fini par le faire quelques années plus tard. Peut-être que tu aurais bondi vers la chambre pour tout répéter à ton frère, et qu’à compter de ce moment tu aurais cherché à ruiner mes efforts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   01 juin 2021
Je n’en sais rien, en fait. À vrai dire, je nous confonds. Nous nous ressemblons tellement ! Tu es plus belle, cela dit. Je n’étais pas mal non plus, à ton âge, mais belle à ce point ? Pas sûr. J’ai vu tes photos sur Facebook. (Ne me demande pas comment : j’ai eu du mal, mais j’ai fini par réussir.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   01 juin 2021
J’ai mes défauts – ce n’est pas à toi, mon ange, que je prétendrai le contraire – mais l’inertie n’en est pas un. Si moche que soit le monde dont on hérite, il faut le sauver : c’est ce que j’ai lu, j’applique.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   01 juin 2021
Notre vie est un Livre dont vous êtes le héros auquel il manque des pages.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : roman épistolaireVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les super-héros et super-héroïnes de comics

Eternel amoureux de Loïs Lane, il vient de Krypton :

Batman
Superman
Spiderman

15 questions
508 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , super-héros , comicsCréer un quiz sur ce livre