AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782211233705
416 pages
Éditeur : École Des Loisirs * (11/04/2018)
3.88/5   38 notes
Résumé :
Je ne peux pas passer une année de plus dans ce costume de graisse, mais je peux terminer cette année dans une apothéose. "Il a tout essayé, rien n'y fait : Butter est malade de son poids. Et sa vie est devenu un enfer, avec les autres et avec lui-même. Alors, pour en sortir, il lance un défi désespéré sur Internet : le 31 décembre, en direct, il mangera, mangera, mangera, jusqu'à ce que tout soit terminé.
Et vous, que ferez-vous ce soir-là ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,88

sur 38 notes
5
6 avis
4
10 avis
3
1 avis
2
2 avis
1
0 avis

ange77
  16 juin 2018
« Au bout du compte, j'étais moi-même ma plus grosse déception. »

Je remercie toute l'équipe de Babelio et les Eds MÉDIUM+ pour m'avoir offert la possibilité de découvrir Érin Lange avec son roman coup de poing « Butter ».

Percutant et efficace.

Avant tout, je tiens à préciser que je ne savais pas du tout vers quoi je me dirigeais.
Le résumé, certes particulier, m'a beaucoup tenté, et puis cette couverture jaune vif si attrayante a achever de me convaincre. Il ne m'en fallait guère plus pour plonger dans l'aventure, et quelle aventure ^^ - même si on imagine facilement qu'il ne s'agit pas ici d'un récit d'action au sens strict du terme.
Pourtant, une fois les premiers mots compulsés, il m'est rapidement apparu que je ne pourrai pas le lâcher de si tôt, ce fameux Butter...

Pour cette critique, je n'ai pas couché mes idées sur papier directement, comme cela arrive en général ; j'ai pris mon temps. Le bouquin en lui-même fût vite lu, mais j'ai préféré laisser couler un peu avant de m'atteler à la tâche.
Ça m'a permis d'aller voir d'autres avis, souvent mitigés d'ailleurs. C'est ainsi que j'ai pu voir sur la toile l'horreur qu'inspirait ce livre à certains lecteurs...
Si j'avais écrit mon ressenti sur le coup, juste après avoir refermé l'objet du désaccord, j'aurais probablement été assez primesautière dans mon analyse : j'aurais même peut-être porté Butter aux nues. Car en effet, j'ai beaucoup aimé.
Quand je suis tombée sur des chroniques « assassines », je me suis surtout demandé ce qu'en pensait l'auteure, non pas des commentaires de personnes ayant aimé, ou non, mais plutôt du pourquoi de ce récit. Quel message - si message il y a - veut-elle transmettre ?
J'ai notamment remarqué qu'on lui reprochait par exemple l'emploi excessif de clichés, et c'est vrai qu'il y en a pas mal... Cependant l'écrivaine les démantèle un par un, en tous les cas est-ce là l'impression que j'en ai eue.
Alors j'ai visionné quelques interviews de mademoiselle Lange, afin de me faire une idée plus précise de ses intentions - Et j'avais vu juste.
Il ne faut pas non plus prendre les lecteurs pour des imbéciles (comprendre : des gens qui marchent sans béquilles...)
Le personnage de Butter est certes sarcastique, mais en souffrance malgré tout. C'est un adolescent, et donc un être qui se cherche, susceptible de faire des bêtises et capable du meilleur à la fois. Influençable, paradoxal et les sentiments à fleur de peau.
S'il est évident que ce livre n'est pas à mettre entre toutes les mains, les règles sont simples et explicites dès la quatrième de couv. : on a affaire à un jeune homme en surpoids extrême - obèse morbide dit-on - , qui n'en peut plus de ce « costume de graisse » qui l'empêche de vivre une adolescence, sinon sereine, à tout le moins plus acceptable à ses yeux. À bout, il crée un site internet au nom suffisamment évocateur pour attirer l'attention de ses congénères, avec un rdv le soir du 31 décembre où tous pourront le voir s'empiffrer jusqu'à ce que mort s'ensuive...
Bon.
C'est tout de même assez clair : ce roman, qui de facto est une fiction, n'est pas à classer dans la catégorie « feel good » ... C'est sans équivoque aucune.
Enfin, un lectorat averti est certainement préférable, mais je maintiens : c'est surtout une histoire fictive, excellemment bien écrite et avec beaucoup de dérision, qui vaut le détour.

En revanche, je reste mitigée quant à la fin que nous délivre Erin Lange...
> L'explication risquant fort de contenir un spoiler, je déconseillerai, à ceux qui voudraient le lire, de cliquer sur le texte caché qui suit.

En tous les cas, je suis ravie d'avoir découvert une très belle plume que je vais désormais suivre de plus près.
Bonne lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Glittery_books
  04 juin 2018
Je tiens tout d'abord à remercier Babelio ainsi que la ME pour ce livre, reçu dans le cadre d'une masse critique.
Je n'avais jamais entendu parler de ce livre, sur youtube ou sur la blogosphère, et j'ai trouvé cela dommage, parce que quand j'ai vu la quatrième de couverture, j'ai de suite été intéressé, puisque c'est un sujet qui me touche particulièrement. Malheureusement, je ne pense pas faire de publicité pour ce bouquin, vu ma déception...
Ici, nous rencontrons Butter, un garçon de 16 ans je crois, qui est malade de son poids. Il se voit grossir d'années en années et a atteint un poids qu'il n'aurait jamais imaginé atteindre. Il ne se supporte plus lui-même, ça ne va plus chez lui, son père ne lui adresse plus la parole, sa mère le fait un peu trop manger, et des choses grasses, pour le consoler, en cours, ce n'est pas le top non plus, et il est amoureux d'une fille qu'il "n'aura jamais". Donc il décide, un soir, de se faire un dernier repas. le pire des repas, celui qui le mettra en danger, qui le tuera. Et toute l'histoire est basé sur ça...
Le personnage de Butter est tout simplement détestable. Je suis désolée, mais je n'ai pas pu. Il a des réflexions idiotes, par exemple, il va utiliser anorexique en tant qu'adjectif : toutes les personnes minces sont anorexiques pour lui, évidemment, en plus si c'est une fille qui prends soin d'elle, se maquille, elle a forcément cette maladie mentale ! Aussi, la boulimie, ce n'est QUE pour les filles d'après lui. Enfin, certains garçons sont boulimiques aussi, mais du coup, ils ne lui arrivent pas à la cheville ! Et puis... Les bouquets de fleurs c'est que pour les filles !! Ouais... Comme vous pouvez le voir, ce personnage est immature et bête. le suicide, la mort n'est qu'un jeu pour lui. Les maladies mentales ne sont que des adjectifs, pour lui. Il a 16 ans, mais je lui donnerai 12 ans, et encore, ce serait critiquer les adolescents de 12 ans. C'est un personnage qui est prêt à tout pour avoir l'attention de tout le monde, mais une bonne attention, pas celle parce qu'il est voyant, trop imposant. Oh bah non, c'est pas une bonne attention ça.
Comme vous pouvez vous en douter, au fur et à mesure du bouquin, il a des doutes sur ce dernier repas. Mais en voyant qu'il est apprécié par ses camarades, qu'il est considéré comme populaire parce que "Butter, tu vas entrer dans la légende, le premier ado qui mange à en crever", eh bien il s'enfonce dans cette bêtise. Il fait sa liste, il ment aux gens qui sont bons pour lui, qui l'entourent depuis un certain moment, contrairement à ses faux amis. Et puis, il sème plein de petites choses, il récolte plein de petites infos, égoïstement, et ça m'a fait penser à 13 reasons why, la connerie du "je me suis tué, j'espère que tu t'en veux, tu m'y as un peu poussé". C'est un raisonnement idiot, et loin d'être réaliste d'ailleurs. Enfin bon, il y a tellement de clichés sur tout dans ce bouquin, qu'il en fallait bien sur les suicidaires...
Ce livre m'a vraiment énervé, j'ai eu l'impression de me faire prendre pour une gosse. Les élèves du lycée sont beaucoup trop immatures pour leur âge, et c'est tellement dommage ! Par contre, ils sont le cliché de al'ado en soirée : alcool à flot, vomis, coma éthylique non pris au sérieux...
L'auteure aurait pu faire un excellent livre, vraiment, mais c'est tout simplement un concentré de clichés sur tous les sujets abordés dans les YA. Sur les adolescents en général. le centre, par exemple, ce qu'on appelle ici centre d'amaigrissement est vu comme l'enfer, c'est la pire chose au monde ! Il y a le rejet des "minces" par Butter : lorsque son ami perds du poids, il le repousse brusquement. En plus de ses réflexions sur les pseudos anorexiques... le cliché du gros qui peut manger tout plein de junk food à la suite, qui a un sacré ventre alors il peut stocker tout vous savez ! le cliché du gros qui rêve de peloter une fille (pas l'embrasser, oh non, mais lui toucher les seins!) parce qu'il n'a jamais eu l'occasion de faire quoique ce soit. le cliché du gros qui se cache derrière un faux compte, en ligne... Pour info, je suis grosse, et je ne suis rien de tout ça. Et j'en ai marre de ces clichés.
De plus, où sont les Trigger Warning ? Il y a tellement de choses qui peuvent déclencher le rappel d'un traumatisme ! D'abord le suicide, évidemment, et d'ailleurs, il ne faut pas qu'une personne suicidaire tombe sur ce livre. Peut-être qu'on ne se rends pas compte, mais ce livre peut donner des idées et des techniques pour se mettre en danger. Les maladies mentales, la boulimie, l'anorexie... Et puis, il ne faut pas mettre ce livre dans les mains d'un adolescent mal dans sa peau. Vraiment pas. Pour qu'il apprenne qu'il sera toujours repoussé pour son poids? Pour qu'il apprenne que les filles ne jugent que le physique, et qu'elles ne veulent surtout pas de gros ? (petite info, c'est faux, j'ai eu des copines, merci. :)) Non. Il y a aussi des parties où il vomit, et ça se rapproche à de la boulimie mais je l'ai déjà dis un peu plus haut.
Il y a aussi le bon gros cliché de "hôpital psychiatrique = fou", ah, on adore les clichés...
Je lui ai mis deux étoiles parce que le docteur qui s'occupe de Butter est juste exceptionnel, il n'est pas montré comme le vieux médecin strict, loin de là et c'est le seul cliché auquel on a échappé, alors ça mérite deux étoiles.
Je suis tellement déçue et triste, pour être honnête. Je m'attendais à un coup de coeur vu les avis, et je ressors de ma lecture énervée. J'ai mis presque une semaine pour le lire et j'ai l'impression d'avoir perdue mon temps.
Je déteste descendre un livre. Et si vous voulez le lire, faites le, mais faites attention, c'est tout. Si vous n'allez pas bien, que vous avez des idées noires, ne le lisez pas, vraiment. Si certaines réflexions dans ce bouquin vous touchent, posez ce bouquin et dites vous que ce n'est que des clichés.
Je déteste faire des chroniques négatives, vraiment, mais je ne pouvais pas faire autrement avec ce livre, je suis désolée. L'école des loisirs est une excellente ME, et c'est la toute première fois que j'ai une déception chez eux. Par contre, je ne pense pas lire d'autres livres de cette auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
NanouAnne25
  28 février 2019
Butter a 16 ans, il fait 192 kilos. Son addiction : la nourriture. Mal dans son corps, mal dans sa peau, il décide de mettre fin à sa vie en direct sur Internet de façon originale : manger manger manger jusqu'à en crever. Son dernier repas aura lieu le soir du Nouvel An. Qui regardera ?
En découvrant le résumé, je m'attendais à lire un roman dénonçant le harcèlement scolaire, à découvrir un ado mal dans sa peau nous racontant tous les malheurs et les tourments qu'il subit depuis qu'il est obèse. Je pensais lire les propos rageurs d'un dépressif. Mais en réalité non. Bon ok, Butter n'a pas vraiment d'amis, pas de vie sociale hyper épanouie, son poids y est pour beaucoup. Mais comme il le dit lui-même, il ne subit pas le harcèlement scolaire à proprement parler. C'est-à-dire qu'au début de son obésité, c'est sûr qu'il en a entendu. Mais à présent qu'il a dépassé un cap aux yeux de ses camarades, son obésité est devenu pathologique et ne prête pas à rire. Donc il n'est plus embêté. Ce qu'il subit surtout, ce sont les regards dans lesquels il lit de la pitié. C'est sûr que ça ne l'enthousiasme pas. Mais on est surtout en présence d'un ado qui se cherche, qui est apathique dans sa vie, qui n'essaie rien, un ado qui cherche un peu de reconnaissance et d'affection de la part de son entourage (quête de beaucoup d'ados), mais il s'y prend mal. Donc on ne lit pas une complainte, et j'en suis plutôt contente, juste un récit de vie dans lequel Butter est assez lucide sur la situation : il n'incrimine pas les autres en totalité.
Entre le moment où Butter fait son annonce et le Nouvel an, il se passe un mois. Et le récit se concentre donc sur ce mois-là. Sachant qu'il ne lui reste qu'un mois à vivre, il va lister les choses qu'il aimerait faire une dernière fois (voire une première fois…), il va se bouger. Et de par ce défi (stupide, il faut le dire), sa cote de popularité monte en flèche au lycée (ce à quoi il ne s'attendait pas du tout) et des gars cool qui ne prêtaient pas attention à lui commencent à lui parler et à l'inclure dans leur cercle d'amis. Et la question qui nous tient tout au long du roman, c'est : va-t-il le faire ou non ?
Plusieurs questions de réflexion à l'issue de cette lecture : pourquoi attendre de savoir que l'on va mourir pour commencer à vivre ? Pourquoi faut-il attendre que quelqu'un lance ou fasse un truc hyper hard pour s'intéresser à lui ? Mentir aux autres, mentir à soi-même : quelles conséquences ? Qu'est-ce qu'un véritable ami ? Il y a aussi une interpellation des consciences : j'apprends qu'un de mes camarades de classe s'apprête à faire un truc débile et dangereux, dois-je me taire ou parler ? La leçon que je retiens surtout du livre, valable pour tous : ne pas s'arrêter aux apparences, on ne doit pas s'empêcher de se lier d'amitié avec quelqu'un juste parce qu'il ne correspond pas à nos critères physiques.
C'est un roman de littérature jeunesse, et je trouve que pour les jeunes, qui sont justement dans cette période à la fois riche et difficile de l'adolescence, en phase de doute, de quête d'eux-mêmes, ces petites réflexions induites par le roman sont les bienvenues.
Alors, le livre est là pour nous faire accepter les gens tels qu'ils sont, mais attention, il n'est pas là pour cautionner l'obésité. Les camarades de Butter doivent faire des efforts dans la façon dont ils se permettent de juger, mais Butter doit en faire aussi par rapport à son poids. D'ailleurs le jeune héros le fait lui-même remarquer, de gros soucis de santé découlent d'un poids aussi important. Il doit reprendre les choses en main, il y va de sa santé.
Une lecture qui n'a pas déclenché en moi d'émotions particulières mais que j'ai trouvé sympathique et que je recommande pour les ados ne serait-ce que pour les réflexions que l'on peut en tirer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
lebazarlitteraire
  12 novembre 2018
Butter est un adolescent avec les mêmes aspirations que ses camarades du lycée : avoir une petite copine, réussir ses examens, avoir des amis, faire la fête, intégrer un groupe de musique grâce à son don pour le saxophone… Sauf que Butter fait 192 kilos. Et à cet âge ingrat, l'apparence physique compte, pour une bonne intégration dans la société. Butter n'a aucune confiance en lui, il a tendance à rejeter la raison de ses problèmes sur ses parents, il pense être une cause perdue, et n'a pas d'ami au lycée, à part l'un de ses professeurs. Il a pourtant eu des regains de bonne volonté et a tenté à plusieurs reprises de perdre du poids. Mais les moqueries incessantes de ses camarades et l'histoire du beurre qui lui a valu son surnom de Butter, ont eu raison de sa détermination. Butter passe maintenant son temps à jouer au saxophone seul dans sa chambre ou en ligne avec sa petite amie virtuelle, qui n'est pas au courant du surpoids de son interlocuteur.
Il arrive à tenir ainsi, jusqu'à un incident à la cantine de son lycée. Butter craque et annonce via internet que le jour du 31 décembre sera son dernier sur cette terre : puisque la nourriture est un problème pour lui, il va se gaver à s'en faire exploser. Tout ça en live devant sa web cam.

J'ai été attirée en premier lieu par ce roman, tout simplement parce que les problèmes de surpoids ne me sont pas étrangers. Mais très loin des 192 kilos de notre Butter et n'ayant jamais subi toutes les humiliations que lui endure, je me suis vite détachée d'une identification complète. Et pourtant, pas besoin d'avoir des problèmes de poids pour s'attacher à notre héros et être captivé par le récit. Cependant, je dois dire que l'intérêt porté à ce roman est à double tranchant : j'ai en même temps eu un regard attristé et blessé sur ce qui arrive à ce jeune ado, en me disant que malheureusement ce n'est sûrement pas exagéré et que cela a déjà dû se produire dans la réalité. Et en même temps j'ai eu l'impression d'avoir un regard malsain sur certains aspects de l'histoire. Car oui, on reste tenu en haleine jusqu'au bout pour savoir s'il va ou non passer à l'acte, si oui comment cela va se dérouler et va-t-il vraiment mourir de trop manger. On est également pris dans l'engouement de la liste d'aliments que Butter va ingurgiter et qu'il dresse au fur et à mesure, avec des ingrédients qui risquent en effet de lui être fatal (il faut préciser qu'il est diabétique et allergique à certains aliments).
Je me suis sentie un peu souillée d'observer la vie de ce jeune homme en plein mal-être, comme si c'était la réalité. Et cela parce que la force d'écriture de l'autrice est vraiment puissante. Je me laisse facilement prendre dans un roman bien écrit, je pleure, je ris, je suis joyeuse, je vis avec les personnages. Mais jamais cela ne m'était arrivé de me dire que ce que j'étais en train de faire était vicieux et que je ne devrais pas épier ainsi le malheur d'un autre. Et pourtant j'ai continué.

Le roman prend un tournant neuf quand les bourreaux principaux de Butter retournent leur chemise et se mettent à l'apprécier pour l'audace qu'il a de s'imposer un tel défi. Malgré sa date buttoir, Butter se remet à vivre grâce à l'attention qu'on lui porte enfin. Mais est-ce vraiment de l'amitié ? Et que dira son amoureuse virtuelle s'il ose enfin se montrer ? Les tourments psychologiques que vit Butter, assaillent également le lecteur, notamment grâce à l'écriture à la première personne. Jamais je n'ai eu l'impression qu'il exagérait dans ses réflexions, pourtant il va loin, on ne peut que comprendre ses souffrances. Et jusqu'à la fin on reste un espion de sa vie, tout en espérant qu'il ne passera pas à l'acte.

Je ne connaissais pas Erine Lange et pourtant c'est une autrice apparemment connue aux USA, avec seulement quatre romans à son actif, tous sur les tourments de l'adolescence. Seulement deux parus en France, dont Ma dernière chance s'appelle Billy D., qui parle cette fois de l'acceptation du handicap. Je suis plus qu'heureuse d'avoir découvert de récit, qui n'est absolument pas dans mes habitudes de lecture. Il aborde des thèmes essentiels et malheureusement encore trop souvent d'actualité, notamment le harcèlement. Ce qui subjugue au fil de l'ouvrage c'est que l'on voit à la fois le point de vu de la victime et quelque peu celui des harceleurs. On arrive à percevoir que ces jeunes ne se rendent pas compte de ce qu'ils font et qu'il y a une vraie éducation à mener de ce côté.
Lien : http://lebazarlitteraire.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
dadotiste
  27 avril 2018
Butter est trop gros pour qu'on ose encore se moquer de son poids au lycée. Il a dépassé le stade simple de l'obésité. Ce soir, il a décidé de manger. Manger à en mourir.
Comment en est-il arrivé là ? C'est ce qu'il va nous raconter.
Traumatisme, amitié, amour, manipulation, culpabilité. Il raconte tout.
C'est très bien fait. L'auteur n'en fait pas trop et rend réellement son personnage plausible. On y croit. Et pourtant, cela ne tourne jamais au pathos. On s'attache au personnage et à ce qu'il vit. Peu à peu, nous aussi attendons de savoir s'il fera vraiment ce qu'il nous a promis en début de roman.
Ce roman fera réfléchir sur les réseaux sociaux et sur les différents types de harcèlements qui, de premier abord n'y ressemble pas toujours.
En conclusion, je recommande fortement à partir de 13 ans.
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
Ricochet   01 octobre 2018
Un roman psychologique à l'écriture addictive sur une Amérique à la dérive.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ange77ange77   05 juin 2018
(...)
- Peut-être qu’un jour les gens « ressentiront » ma musique grâce à la radio, je risquai.
Billy eut un petit sourire narquois.
- Mon pote, faire ressentir la musique via la radio est à peu près aussi satisfaisant que le sexe par téléphone. C’est sympa, mais c’est carrément pas la même chose.
Commenter  J’apprécie          50
ange77ange77   31 mai 2018
Si Mum avait cessé de me parler de mon poids, Dad, lui, à l’époque où j’avais franchi la barre des cent quatre-vingt kilos, avait cessé de me parler tout court.
Commenter  J’apprécie          50
agelagel   22 janvier 2019
Enfin bref, aux infos on parlait des compagnies aériennes qui avaient décidé de faire payer deux places aux passagers obèses.
Remarquez, je comprends. C'est gonflant d'être assis à côté du gros dans l'avion. Il empiète sur l'accoudoir ou il vous contraint à vous tasser contre le hublot, mais croyez-moi, personne n'est plus mal à l'aise que ce gars-là, le gros, qui doit s'écraser dans ce siège minuscule et qui sait que personne n'a envie d'être à côté de lui. Le coup de l'humiliation est déjà assez élevé, pas la peine de surtaxer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ange77ange77   01 juin 2018
Je n’avais plus faim, cependant j’étais loin de la satiété.
Commenter  J’apprécie          50
AujardinsuspenduAujardinsuspendu   09 juillet 2018
Quand je dis gros, c’est qu’il est effectivement énorme. Un monstre, sans blaguer. Ce mec est une erreur de la nature. Rendez-vous le 31 décembre pour voir Butter crever....
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Erin Lange (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erin Lange
Benjamin a un vrai coup de c?ur pour : "Ma dernière chance s'appelle Billy D.", Erin Lange, École des loisirs https://www.librest.com/tous-les-livres/ma-derniere-chance-s-appelle-billy-d--9782211231848.html
autres livres classés : obésitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Livres et auteurs chez PKJ (pocket jeunesse)

Qui est l'auteure de "Eleanor & Park" et "Carry on" ?

Cat Clarke
Marika Gallman
Rainbow Rowell
Jo Witek

20 questions
72 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature pour adolescents , jeune adulteCréer un quiz sur ce livre

.. ..