AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226437235
416 pages
Éditeur : Albin Michel (27/02/2019)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Rowan Petty est un escroc à bout de souffle. Quand il n'arnaque pas des veuves esseulées, il triche au poker. Sa femme l'a quitté pour un autre escroc, sa fille ne lui parle plus depuis sept ans, et même sa voiture l'a planté... Jusqu'au jour où une vieille connaissance lui propose une dernière chance : filer à L.A. où des soldats en poste en Afghanistan auraient planqué deux millions dollars détournés. En compagnie de Tinafey, une sublime prostituée lasse de tapine... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
nadiouchka
  22 avril 2019
Un auteur de polars connu ? Richard Lange.
Son dernier livre paru pour la rentrée littéraire 2019 dans la collection « Terres d'Amérique – Albin Michel » ? « La dernière chance de Rowan Petty ».
Le héros ? Un anti-héros, Rowan Petty, escroc à la petite semaine, fatigué, un tricheur au jeu – un arnaqueur au téléphone…
Manque de bol, sa femme Carrie l'a quitté (il y a douze ans) pour suivre un malabar pas si honnête que ça. Quant à sa fille Samantha (Sam), elle ne veut plus entendre parler de lui.
Pas bien rigolo tout ça.
Rowan, qui en a un peu marre de répéter son baratin au téléphone à des inconnus pour leur proposer une affaire juteuse, va se laisser convaincre par Don O'Keefe (Don le Dandy), quand celui-ci lui propose « le coup du siècle. » Cela lui met l'esprit en ébullition car il est plutôt mal barré côté finances. Mais il ne veut surtout pas « d'un truc foireux ». Mouais…
Don lui assure qu'il y aura deux millions de dollars à la clé (oh la vache !) et il faudra aller les chercher dans un coffre. Rowan se dit qu'il n' a rien perdre (et tout à gagner) et va se rendre à Los Angeles où il espère, par la même occasion, revoir sa fille.
Entre temps il fait la connaissance d'une femme superbe, une prostituée certes, mais ô combien sublime : Tifaney, à laquelle il s'attache vraiment et vice versa. D'ailleurs, au moment de sortir pour son « affaire », Rowan dit : « Je dois te laisser.
- Attends, dit Tifaney, avant de l'attirer à elle et de l'embrasser sur les lèvres. Pour te porter chance.
- Qu'est-ce qui te fait croire que j'en ai besoin ?
- Tout le monde a besoin de chance. 
Ce n'était pas Petty qui allait prétendre le contraire. » (p.52/53)
Au début de ma lecture, j'ai trouvé que c'était un peu languissant mais l'histoire finit par se corser ; ça va dézinguer ; on va prendre du plomb dans l'aile avec les méchants…
Rowan qui a un ami, Tony, un soldat mutilé (un vétéran de la guerre en Afghanistan qui survit grâce à sa pension) lui propose de s'associer avec lui.
Donc, direction Los Angeles pour tout le monde. En voiture please !
Tifaney est éblouie par tout ce qu'elle voit. Rowan qui a gratté toutes ses économies, ne cherche qu'à lui faire plaisir et lui offre tout ce qu'elle veut. de toute façon il devrait bien se renflouer avec le magot au bout de la route. Mais il finit par recompter ses dollars et il devient urgent de conclure ce fameux casse.
Il y a d'autres « mais » : Sam réapparaît « mais » elle est très malade – on l'hospitalise – il faut l'opérer - « mais » les frais sont très élevés (le système américain : il va falloir un million de dollars ...)
On trouve donc deux histoires qui s'entrecroisent : Rowan qui veut subvenir aux frais médicaux ainsi qu'aux désirs de la belle Tifaney – et la fameuse "affaire" qu'il faut mener à bien tandis que des tueurs sortent de l'ombre.
Mon ressenti ? Eh bien finalement j'ai plutôt apprécié ce roman noir avec pas mal de scènes violentes – avec du sexe et beaucoup d'émotion, non seulement pour Tony qui va tant bien que mal avec sa prothèse – une grande émotion bouleversante pour Sam (c'est elle qui m'a le plus touchée : elle joue la dure mais sous sa façade il y a des cicatrices) – un dénouement inattendu…
Si cet ouvrage est bien un roman noir, ❤, je ne l'ai pas trouvé aussi « horrible » que ça (à moins que je sois blindée à force d'en lire).
Ce qui est agréable c'est que pendant la lecture, on entend pas mal de musique avec, entre autres : « Les Beatles » - « Neil Diamond » - « Les Rolling Stones »…
La description des paysages traversés offre un bien beau spectacle avec : « Le temps resta au beau fixe, de sorte qu'ils purent admirer un double spectacle, celui des cimes blanches de la Sierra Nevada à l'ouest et celui des bosses poussiéreuses du Desert Range à l'est. (…) Ils s'arrêtèrent ensuite à Bishop pour faire le plein d'essence et une dernière fois à Lone Pine pour que Petty montre à Tifaney le majestueux mont Whitney qui se dressait au loin, avec sa couronne de nuages vaporeux.
La plus haute montagne des États-Unis contigus, commenta-t-il.
Contigus ?
A l'exclusion de l'Alaska et d'Hawaï. » (p.69).
Ainsi, avec ce road trip de la dernière chance pour Rowan qui DOIT absolument réussir à trouver le magot, de nombreux événements surviennent et agrémentent la sauce qui devient bien piquante.
Alors, si je ne mets « que » quatre étoiles (n'oublions pas que nous sommes à Hollywood), c'est seulement parce que j'aurais préféré un peu plus d'excitation, de sensations fortes.
Mais rien de grave donc et ainsi que l'a écrit T.C. Boyle, Richard Lange a bien su décrire les bas-fonds de Los Angeles et pour lui, l'écrivain en est « le nouveau Raymond Carver. »
⭐️⭐️⭐️⭐️
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
fannyvincent
  07 mars 2019
Rowan Petty est un petit escroc, à la vie chaotique (divorcé, une fille qui ne lui parle plus). Une vague relation va évoquer avec lui la possibilité d'un gros coup, portant sur deux millions de dollars détournés par des soldats américains en Afghanistan. Intéressé par le magot, et accompagné par Tinafey, splendide prostituée avec laquelle il entame une relation, Petty prend la direction de L.A. pour étudier la faisabilité du coup. Bien entendu, tout ne va pas se passer comme prévu...
En toute franchise, cette histoire n'est ni particulièrement originale, ni très vraisemblable. Les personnages ne sont guère approfondis, leurs relations plutôt superficielles.
Pourtant, une fois ces réserves posées (admises, et dépassées), j'ai trouvé ce roman noir plutôt plaisant, ce dernier nous emmènant dans l'envers du décor des States. Au-delà des personnages attachants de Petty et Tinafey, on y côtoie, entre autres, une star déchue, un vétéran mutilé. C'est un peu l'Amérique des loosers, des cabossés. Quant au récit, malgré quelques ficelles un peu grosses et une conclusion plutôt décevante, il n'en demeure pas moins assez fluide et prenant.
Je remercie en conclusion le Picabo River Book Club pour m'avoir permis de découvrir "La dernière chance de Rowan Petty" pour lequel, même si mon avis est relativement mitigé, la balance penche finalement très légèrement du côté positif...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Sharon
  20 mars 2019
Nom : Petty.
Prénom : Rowan.
Profession : petit escroc.
Il connaît toutes les petites arnaques, il les a presque toutes testées, il a même formé de jeunes arnaqueurs, il a vu la déchéance d'anciens arnaqueurs. Ce n'est pas qu'il survit, non, sa situation n'est pas aussi désespérée, c'est plutôt qu'il vit littéralement au jour le jour, empilant les petites arnaques les unes par dessus les autres pour se maintenir la tête hors de l'eau. Il faut dire qu'il n'a pas charge d'âme : sa femme l'a quitté en lui laissant leur fille, lui-même l'a confié à sa mère, et cela fait sept ans que Samantha refuse de lui parler.
Seulement, l'occasion fait le larron – ou l'escroc, comme vous voulez, et il se retrouve mis sur une superbe affaire, via un de ses amis, une affaire tellement belle qu'elle le paraît trop pour l'être réellement. Rowan se laisse tenter : se rendre à Los Angeles, c'est l'occasion de tenter de revoir sa fille. Il n'est jamais trop tard pour tenter de bien faire.
Sur fond d'escroquerie à plus ou moins grande échelle, c'est un tableau de ce qui dysfonctionne aux Etats-Unis que nous propose Richard Lange. En premier lieu, on peut parler de l'armée : engagez-vous, rengagez-vous qu'ils disaient, et tant pis pour l'état dans lequel les soldats sont renvoyés. Même ce secteur n'est pas à l'abri des petites escroqueries, cependant c'est le portrait du corps de Tony, ses cicatrices, ces mutilations qui m'a surtout frappée. En second lieu, je parlerai de la famille traditionnelle, tellement valorisé par certains leaders politiques (et pas qu'aux Etats-Unis). Que transmettre à ses enfants quand on cumule les petits boulots pour vivre, quand on se laisse submerger par la douleur ? Que deviennent les enfants quand ils ont été ressentis comme entrave à leur bonheur, à leur épanouissement ? Ils s'en sortent comme ils peuvent, reproduisant parfois le comportement de leurs parents ou parvenant malgré tout à réussir assez bien.
Vient ensuite le secteur de la santé. En France, on a tendance à l'oublier : vous êtes atteint d'une maladie de longue durée, tout est prix en charge. Aux Etats-Unis, c'est bien plus compliqué. Il faut trouver des solutions pour les patients « à faible revenu ». Ou comment Rowan doit-il trouver un million de dollar pour soigner le cancer de sa fille.
Je parlerai aussi du racisme. Il ne s'exprime pas toujours franchement, non. Disons plutôt qu'il peut rejaillir brusquement. Tinafey, la toute nouvelle compagne de Rowan, est noire, il est blanc. Il en est encore que cela dérange, et tant pis pour les qualités de Tinafey.
Ce roman m'a permis de découvrir un nouvel auteur américain, et de voir l'envers de cette ville mythique qu'est Los Angeles.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
elodiekretz
  25 mars 2019
Une déception que ce livre au regard de la fan absolue que je suis de la collection "Terres d'Amérique" (qui édite certains de mes auteurs préférés) et de la singularité du recueil de nouvelles de Richard Lange, Dead boys, dont certaines figurent parmi mes nouvelles culte.
La dernière chance de Rowan Petty n'est pas un mauvais livre, la lecture est fluide et agréable mais il m'a vraiment manqué la dimension immersive que j'aime tant dans cette collection.
Le pitch de départ est simple et efficace : Rowan est un petit escroc sympathique mais à bout de souffle. Sa femme l'a plaqué pour un escroc avec bien plus d'ambition, sa fille le fuit, sa mère ne cesse de lui reprocher ses choix et ses arnaques ne fonctionnent plus. La ruine le guette.
Une relation lui fait miroiter la possibilité de mettre facilement la main sur un magot de 2 millions de dollars détournés par des soldats ripoux. Sans vraiment y croire, il saisit l'occasion, car il n'en a pas beaucoup d'autres, car il a envie d'évasion aussi - d'autant qu'il a rencontré une sublime prostituée Tinafey qui rêve de L.A. Et les voilà partis.
Au départ, le livre m'a bien plu et Rowan m'a rappelé le héros d'Un coeur sombre de RJ Ellory, que j'ai tant aimé. Mais ensuite ça n'a pas vraiment décollé pour moi et pour plaisant qu'il soit l'exercice est resté un exercice justement, superficiel, léger, comme si l'auteur ne voulait pas vraiment nous faire croire à l'histoire.
En fait, je ne sais pas si son intention était d'offrir un roman noir - mais dans ce cas il y a un vrai déficit de noirceur et d'intensité - ou un hommage au genre - mais le propos pour le coup n'est pas assez décalé. Bref, l'entre-deux nuit à la force du livre.
Du coup, je suis restée extérieure et tout en prenant plaisir aux aventures rocambolesques de nos héros, j'ai lu tout cela un peu de loin, comme une série qu'on regarde d'un oeil. Paradoxalement ce sont les à côtés de l'histoire qui m'ont le plus plu, la critique de l'inhumanité du système de soins américain et les plongées dans un LA méconnu et là pour le cas formidablement restitué. Dommage que Richard Lange n'ait pas apporté autant d'attention et de profondeur à ses personnages qu'à sa ville. Je continuerai toutefois à le suivre car la qualité de Dead boys reste gravée en moi. Un grand merci au Picabo River Book Club et à la collection Terres d'Amérique pour ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
KateMoore
  08 mars 2019
Richard Lange a planté le décor de son nouveau roman dans le Los Angeles qu'il connait si bien. Il revient avec une histoire plus noire que ses précédents livres.
Nous sommes loin des voyous bling bling et des criminels comme le sait si bien les filmer Martin Scorsese avec « Casino », « Les Affranchis » …..
Dans « La dernière chance de Rowan Petty », l'auteur nous décrit des loosers, des paumés, des ratés….. de l'arnaque.
Rowan Petty, le personnage principal, fait justement partie de ces petits arnaqueurs. Par exemple, pour se faire de l'argent facile et assez rapidement, il poste en ligne de fausses annonces pour des locations « bidons ».
Cette fois-ci, on lui propose une belle combine à deux millions de dollars : c'est du lourd, l'arnaque de sa vie. Il est obligé d'accepter, même si l'affaire lui paraît très louche. Il a besoin de cet argent car sa fille, Sam, est gravement malade.
Mais les choses se corsent, trop de protagonistes qui ne jouent pas dans le même camp. Et cette fois-ci, l'arnaqueur devient l'arnaqué. Il va devoir user de toutes les ruses possibles et imaginables pour se sortir de ce foutu « bordel ». Il doit sauver sa peau et se débarrasser des chacals qui sont à ses trousses.
Ce roman est, pour moi, inclassable. Il nous parle plus largement de l'Amérique.
Car Richard Lange fait un pas de côté, dans son histoire, pour parler de la fille de Rowan, Sam. Pour elle, et en tant que père, il est obligé d'affronter sa relation avec sa fille. Elle est très compliquée. Elle est vécue d'un côté comme de l'autre avec beaucoup de tensions : elle a été une première fois abandonnée par sa mère, puis par son père quelques années plus tard. Pour Sam, son père est à son chevet comme un cheveu sur la soupe. Cela fait très longtemps qu'elle se débrouille très bien, seule dans la vie. Et ses parents ne font pas partie de cette vie.
Cette dernière est hospitalisée pour une tumeur et l'auteur en profite pour démontrer l'inhumanité du système de santé américain.
En marge de son intrigue policière, l'auteur nous montre à voir la Cité des Anges sous des aspects très loin de ce que nous vantent les publicités sur papiers glacés.
Plus qu'un roman noir, Richard Lange, dans « La dernière chance de Rowan Petty » écrit sur des héros oubliés, des types à terre, sur cette Amérique du self made men, broyant tous les Américains ne rentrant pas dans cette case.
En quatrième de couverture, T.C. Boyle ne nous trompe pas : « Richard Lange est le Raymond Carver des bas-fonds de Los Angeles. Lisez-le et vous serez éblouis »
Je tiens à remercier le #PicaboRiverBookClub et les #EditionsAlbinMichel avec sa collection #Terresd'Amérique pour m'avoir permis de lire un auteur tout nouveau pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
KateMooreKateMoore   08 mars 2019
"Le Dr Avakian m'a fait savoir que vous souhaitiez être informé des détails concernant la prise en charge de Samantha.
- En effet.
- Je suis bien consciente que ce n'est pas évident pour vous en ce moment, mais nous devons évoquer ensemble l'aspect financier de son séjour chez nous.
- Je vous écoute.
- Malheureusement, Sam n'a pas de mutuelle, et elle gagne trop pour pouvoir prétendre à une aide sociale de type Medicaid.
- Ce qui veut dire ?
- Ce qui veut dire qu'en sa qualité de patiente "indépendante", comme on les appelle, le coût du traitement sera à sa charge. Nous pourrons lui accorder une remise, mais je ne vous cache pas que la facture finale sera lourde. Dans ce genre de cas, nous proposons un transfert au County USC Médical Center, qui est un établissement public. On y pratique des tarifs moins élevés , et ils ont davantage de solutions à proposer aux patients à faibles revenus."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KateMooreKateMoore   08 mars 2019
Petty se carra dans son siège et contempla avec satisfaction la végétation désertique qui défilait au bord de l'autoroute. Dans ce paysage lunaire de neige à moitié fondue, les touffes d'herbe jaune poussant tant bien que mal lui évoquaient des flammes dansantes. Il était toujours content de prendre la route. C'était le signe qu'il allait se passer quelque chose. Peut-être en bien, peut-être en mal, mais quelque chose. Et ce brusque flot de possibilités atténuait toutes les déceptions qui avaient pu le précéder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KateMooreKateMoore   08 mars 2019
Quand le cocktail de Petty arriva, il leva son verre pour trinquer.
"A nous, dit-il simplement.
- Et à tous les autres", ajouta Yvonne. (Tinafey)
Oui, pensa Petty. Pourquoi pas ? A tous les autres. A Sam et Joanne, à Beck et aux Frenchies, au pauvre Tony et au cow-boy qui s'était fait prendre entre deux feux, à Hug et Carrie, et - tu sais quoi ? Après tout, on s'en fout - à Don, et même à ce connard d'Avi, à tous les chanceux et les malchanceux, les escrocs et les escroqués, les vivants et les morts. A tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Corboland78Corboland78   11 mars 2019
Diaz remit le flingue dans sa poche et se rendit à la cuisine. La bestiole qui fouillait dans les déchets s’enfuit à son arrivée. Il perçut distinctement le bruit de ses griffes sur le lino gondolé. Il se mit à la fenêtre qui donnait sur le garage en ruine au bout de l’allée. Devant lui, l’évier débordait d’assiettes sales. Respirant par la bouche, il regarda le flic actionner la poignée et faire basculer la porte en métal. (…) Le flic sut tout de suite où chercher, bizarrement. Il déplaça une marmite à tamale et un sac de couchage, enfonça une main dans le trou et en sortit deux cabas de chez 99 Cents Only. Il regarda à l’intérieur pour vérifier puis ressortit du garage, qu’il referma. Ce mec est un ripou. Ca fit tilt dans l’esprit de Diaz.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nadiouchkanadiouchka   22 avril 2019
Donde haya amor en el corazón, hay alegría  en el hogar.
(Quand il y a de l’amour dans le cœur, il y a du bonheur dans la maison).
P.368
Commenter  J’apprécie          52

Videos de Richard Lange (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Lange
Richard Lange parlede "Angel Baby" . Partie 1
autres livres classés : losersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1914 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..