AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : SIE95498_3664
Éditeur : Gérard&Cie (30/11/-1)
3.98/5   25 notes
Résumé :
Chacun a éprouvé, un jour, le brusque passage de la réalité quotidienne à une réalité seconde, étrange et inquiétante. Cela peut durer quelques instants. Cela peut durer toute une vie.
L’anti-monde de George Langelaan est un univers où le temps prend des formes surprenantes et où le lecteur est pris à la gorge par des souvenirs oubliés dans les tréfonds de la conscience. Cette exploration de l’homme compose un évangile de l’invisible, à ne lire qu’avec pruden... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Deidre
  20 juin 2021
George Langelaan est un personnage assez fascinant : journaliste (et écrivain donc) né d'une mère française et d'un père britannique, il fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, agent secret presque malgré lui, et dû, pour ce faire, se faire refaire le visage. Cela est bien difficile de l'imaginer lorsque l'on voit son allure distinguée et débonnaire.
Après en avoir appris un peu plus sur l'auteur donc, je m'aperçois avec plaisir que les éditions de l'Arbre Vengeur ont eu la bonne idée de rééditer son recueil de nouvelles : Nouvelles de l'Anti-Monde, paru initialement chez Robert Laffont en 1962.
Dans ce recueil, outre La mouche, se trouvent 12 autres nouvelles fantastiques qui m'ont marquée par leur modernité. Si elles accusent parfois tout de même un peu leur âge, le style est, dans l'ensemble, loin d'être daté et les thèmes abordés, souvent à dominante scientifique, le sont avec finesse et grande intelligence, rendant les situations imaginaires particulièrement crédibles.
Les histoires de Langelaan s'éloignent peu du réel, mais en décrivent certaines distorsions inquiétantes. Son écriture est claire et précise, souvent parsemée de traits d'humour.
En plus de la mouche, j'ai eu la surprise d'y retrouver une autre nouvelle dont l'adaptation cinématographique m'a marquée : le miracle, adapté avec quelques libertés par Jean-Pierre Mocky en 1987 sous le titre le miraculé, une nouvelle aussi cruelle que jubilatoire. J'ai été également particulièrement conquise par la formidable Temps mort, qui mêle expériences scientifiques et menace atomique avec une atmosphère de désolation et une précision démente, ou par Fauteuils et déductions, à la fin très étonnante.
Au sortir de cette lecture, je me suis vraiment dit que le travail de George Langelaan méritait beaucoup plus de visibilité et je remercie énormément les éditions de l'Arbre Vengeur de l'avoir remis en lumière. Ce recueil a tout à fait sa place au milieu des autres grands classiques du fantastique.
Lien : https://unspicilege.org/inde..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
madameduberry
  29 octobre 2013
Voilà un livre fantastique! Avec ou sans jeu de mot. le format "nouvelles" convient très bien à ce genre littéraire, illustré entre autres par Maupassant, Poe, Villiers de l'Isle Adam, excusez du peu, et bien d'autres que les contributeurs de Babelio ajouteront à cette liste non exhaustive.
Georges Langelaan est l'auteur de la Mouche,( porté à l'écran il y a plusieurs années) dont la lecture m'a terrifiée quand je l'ai faite il y a très longtemps. Je ne suis pas allée voir le film, je ne me souviens pas avoir vu le nom du romancier sur l'affiche, ou alors c'était en tout petit. Les droits avaient-ils été intégralement cédés? S'agit-il d'une histoire différente (mais très semblable aussi, alors). En tout cas Langelaan m'est resté en mémoire comme un très très grand du fantastique. A connaître absolument.
Commenter  J’apprécie          93
Yvonnele
  03 septembre 2014
Mon tout premier livre de science fiction, il y a bien longtemps (1966), lu et relu ! de bonnes nouvelles dont certaines m'ont laissé de bons souvenirs. D'autres que j'ai oublié... de quoi les relire encore :-))
Commenter  J’apprécie          122
enzo92320
  18 février 2021
WANTED ! Merci de votre aide
Je suis à la recherche d'une nouvelle de SF que j'ai lue dans les années 80, dans un recueil très proche de celui-ci :
C'était un savant qui découvrait au moment de sa mort que, fort des ses idées préconçues, ils s'était trompé d'ennemi pendant des années dans ses recherches (de mémoire il croyait que l'ennemi c'était des petits animaux parasites alors qu'ils étaient juste colonisés par une bactérie)
Commenter  J’apprécie          20
VBL
  07 janvier 2017
Temps mort
Commenter  J’apprécie          54

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
enzo92320enzo92320   11 mars 2021
La nouvelle "Récession" est évoquée par Emmanuel Carrère dans "Yoga" :

C'est au bout de la rangée que m'attend une autre surprise, énorme celle-ci : une édition fatiguée, en anglais, du recueil de nouvelles de George Langelaan, The Fly and other stories. J'ai lu adolescent, et jamais oublié, ce livre qui est paru en français, sous le titre Nouvelles de l'antimonde, dans une collection bon marché de romans fantastiques et de science-fiction, Marabout, dont je peux aujourd'hui encore réciter tout le catalogue : rien n'a autant compté dans la formation de mon goût que ces livres-là. Sur la dernière page figure une brève notice sur l'auteur, assortie d'une photo, et ces informations laissent songeur. En dehors de sa très occasionnelle activité d'auteur de fiction, George Langelaan a été pendant la guerre un agent de liaison anglais au service de la Résistance gaulliste et il a poussé le dévouement jusqu'à subir avant d'être parachuté une opération de chirurgie faciale afin de s'introduire chez l'ennemi sous les traits d'un collabo français - enfin, de l'image qu'il s'en faisait. La photo, éloquente, montre un petit monsieur chafouin, rondouillard, bas de plafond, et on se demande forcément à quoi ressemblait George Langelaan avant de faire à la France libre le sacrifice d'un physique peut-être plus avenant. Quand on connaît ce trait biographique, il est troublant que son récit le plus connu, La Mouche, raconte la tragique métamorphose d'un savant qui tente une audacieuse expérience de téléportation. Contrairement à mon camarade de Tiruvanamalai, il ne compte pas pour cela sur les seuls pouvoirs de l'esprit et de la méditation Vipassana, mais sur un attirail typique de la science-fiction des années cinquante, l'idée étant de s'enfermer dans une armoire hérissée d'électrodes, de se volatiliser et de se reconstituer à l'identique, cellule par cellule, dans une autre armoire hérissée d'électrodes, à l'autre bout du laboratoire. Les premières expériences sont encourageantes, mais la catastrophe arrive sous la forme d'une mouche que le savant enferme par mégarde avec lui dans l'armoire, en sorte que ce qui est désintégré puis reconstitué cellule par cellule ce n'est pas seulement lui mais lui et la mouche, un mélange effroyable de lui et de la mouche. Cette nouvelle mémorable a été adaptée deux fois au cinéma, la version la plus justement célèbre étant celle, non seulement terrifiante mais déchirante, de David Cronenberg. Ce que je raconte là, c'est plutôt pour votre gouverne, car cette nuit-là, pour ce qui me concerne, ce n'est pas La Mouche que j'ai relu, mais une autre nouvelle, Récession, que je m'étais promis de relire pendant la retraite Vipassana, et puis il y a eu Charlie Hebdo, et puis ma débâcle personnelle, tout cela m'est totalement sorti de l'esprit jusqu'à ce que je me retrouve, aux abois, chez cette médiéviste mélomane de Boise, Idaho, qui en m'enfermant à double tour dans son humide et lugubre maison me fait le cadeau de ces vingt pages que je n'ai pas lues depuis quarante-cinq ans et dont je m'aperçois pourtant que je les connais presque par cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
oliviersavignatoliviersavignat   25 juin 2020
Sans cesser de mâchonner mon sandwich, je sortis dans la rue, enveloppé du même silence total, et je me mis à crier à la ronde. C'était comme si j'avais crié dans de l'ouate, mes cris étaient étouffés. Je regardais mes mains, et j'eus l'idée d'applaudir, mais j'entendis seulement une sorte d'explosion étouffée, proche du soupir. L'atmosphère avait dû s'épaissir, changer de pression, et les sons ne se propageaient plus sur les mêmes longueurs d'ondes. Près de moi il y avait un avertisseur d'incendie, une de ces boîtes trapues peintes en rouge. J'envoyai un bon coup de coude dans le petit panneau de verre, et j'écartai d'un revers de manche les morceaux de verre suspendus en l'air.
"Allô ? Y-a-t-il quelqu'un de vivant ?" m'écriai-je.

Temps mort
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de George Langelaan (1) Voir plusAjouter une vidéo

Récession
La pièce radiophonique qu'Emile NOEL nous présente est une adaptation d'une nouvelle de George LANGELAAN où se mêlent la légèreté de l'humour et la profondeur des choses simples et (pourquoi pas?) possibles. La mort n'est qu'un récession. C'est ce que dit une voix. Mais d'où vient cette voix? Quand on est étendu là sur son lit de mort, une vérité éclate comme du dedans : "c'est...
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3589 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre