AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2896942548
Éditeur : Alto (07/03/2017)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Cinq jours, quatre randonneurs, trois survivants…

Le jour de son dix-huitième anniversaire, Wolf entreprend l’ascension de la montagne surplombant Palm Springs, avec en tête le projet de se jeter dans le vide. En chemin, il rencontre trois femmes : Nola, qui a décidé de souligner son anniversaire de mariage malgré le décès de son mari, Bridget, qui s’entraîne pour un triathlon, et Vonn, en pleine crise d’adolescence. Ces trois âmes brisées lui sauvero... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Nadouch
  22 avril 2018
Tombée par hasard sur ce roman, j'ai vite été happée par cette histoire de randonnée qui vire au cauchemar. le narrateur, un jeune homme de 18 ans, se retrouve perdu dans les montagnes avec trois femmes novices en randonnée, et dont il ne tardera pas à découvrir que des liens étroits mais complexes les ont menées là. Quant à lui, il n'est pas là par hasard : une vie pourrie, un meilleur ami que l'on devine disparu (mystère...). Les passages d'aventure proprement dite alternent avec les souvenirs de Wolf, et peu à peu tout se met en place sur les deux plans.
Un roman très efficace, haletant, physique et sensible à la fois, très entier et sincère.
J'ai beaucoup aimé l'écriture, les personnages, l'ambiance.
Excellente découverte !
Commenter  J’apprécie          130
Madame_lit
  31 août 2017
Tout d'abord, je tiens à remercier les Éditions Alto car j'ai eu le privilège de recevoir en service de presse Les égarés de Lori Lansens. L'écrivaine d'origine canadienne n'est pas une inconnue du domaine littéraire. Elle a déjà fait paraître, entre autres, en 2002 La Ballade des adieux et en 2006 Les Filles. Mais que raconte Les égarés ?
Wolf Truly est un jeune homme malmené par la vie. Il a été marqué par la mort brutale de sa mère, les déboires de son père, les actes violents de son cousin, la pauvreté des siens, l'alcoolisme de sa tante et par l'accident terrible de son meilleur ami Byrd. Pour ses 18 ans, il a décidé de se suicider en faisant le saut de l'ange (se jeter dans le vide) à partir du sommet de la montagne surplombant Palm Springs. Wolf connaît cette montagne puisqu'il y est allé à quelques reprises avec son meilleur ami. Au cours de sa première journée en montagne, il fait la rencontre de trois femmes ayant des connaissances limitées de la randonnée et de la survie en forêt. Il y en a même une qui est chaussée de tong ! le groupe finit par se perdre sans nourriture, sans eau à la suite de mauvaises décisions et de quelques étourderies. Ainsi, Wolf devient celui qui peut guider les 3 dames et les ramener à bon port. le quatuor est alors plongé dans le froid de novembre au milieu d'une faune et d'une flore sauvages. Ces êtres apprennent les uns des autres et ils deviennent solidaires.
Dès la quatrième de couverture, j'ai été happée par le récit. Ainsi, j'ai retrouvé cette phrase pour le moins percutante : « Cinq jours, quatre randonneurs, trois survivants… ». À cause de cette mention, j'ai voulu découvrir ce qui allait se produire… Qui allait perdre la vie ? Pourquoi ? Comment et surtout quand ?  Je me suis bien vite attachée aux protagonistes et surtout à Wolf, un gentil jeune homme… Durant la lecture, il y a beaucoup de retours en arrière afin de dresser le portrait de son histoire familiale tordue. le lecteur est confronté au passé traumatisant de Wolf et à son présent angoissant. Mais encore, le lien d'amitié se tissant entre Wolf et les trois femmes est bien traité. le lecteur voit également se développer une relation entre les trois personnages féminins.
Et bien entendu, il y a la forêt encerclant les protagonistes, les rendant prisonniers, les enfermant en eux-mêmes…
La nature offre un miroir d'une grande précision et je regrettais parfois la lucidité que la montagne avait suscitée en moi, voire la raison d'être que notre calvaire nous avait fournie. (p. 433)
Et cette lutte pour survivre s'avère tout simplement enivrante…
Nous étions tour à tour glacés dans les longs segments encaissés entre les rochers et rôtis par le soleil sur les crêtes dénudés. Tous les quarts d'heure environ, nous nous arrêtions pour nous reposer, mais brièvement car nous savions que le lieu de notre prochaine escale risquait aussi d'être celui de notre dernier repos. Nos pas étaient lents. Nos estomacs étaient vides. Notre soif était terrible. Nous avions le moral à zéro. (p. 384)
Lori Larsens possède une belle plume. Elle sait créer un univers haletant, palpitant pour son lecteur. Elle maîtrise bien le concept du dialogue et elle a certainement fait des recherches pour ce récit.
Ce roman permet à un homme et à 3 femmes d'apprendre que survivre c'est aussi aller à la rencontre de l'autre…
Le soleil brillait, nous réchauffait. Dans le bruit blanc de l'eau, nous avons entendu des hélicoptères, des avions et les chuchotements de nos morts. (p. 413)
J'ai passé un excellent moment de lecture ! Cela m'a fait du bien de vibrer avec ces égarés, ces perdus ! Une belle surprise littéraire !
https://madamelit.me/2017/03/22/madame-lit-les-egares/
Lien : https://madamelit.me/2017/03..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MarianneRichard
  24 septembre 2018
Troisième lecture pour moi de l'auteure Lori Lansens et ce n'est malheureusement pas ma préférée.
Ici, ont retrouve Wolf, le jour de son dix-huitième anniversaire, ayant l'intention avoué de monter la plus haute montagne de Palm Spring et de se jeter dans le vide. le choix de cette montagne est symbolique, un hommage a son plus grand ami. Mais ses plans sont contrecarrés par la famille Devine, trois générations de femmes qui montent cette montagne ensemble, toutes pour des raisons différentes. Une suite d'évènements les mèneront a reconsidérer leurs choix, leurs divergences d'opinions, a revoir leur priorité dans la vie et dans la mort.
J'avais lu Les filles au printemps et j'avais parler de mon bonheur a faire cette lecture au club de lecture auquel je participe. Une participante et amie m'a donc prêtée Les égarés. A la fin de cette lecture je dois dire que je suis moins enthousiasmée que je l'était a la fin des filles. J'aurais préférée qu'ont s'attardent d'avantage aux raisons qui ont fait que ces quatre personnes se sont retrouvées là et a la suite de leurs vie, lorsqu'ils sont rescapés. Par contre, si ont s'amusent a prévoir qui y resteras (je ne fais pas de spoliers, la quatrième de couverture nous annonce toute suite le décès d'une personne) c'est très difficile de le deviner avant l'instant fatidique. Un bon roman en outre, mais j'ai préféré les filles qui m'a brassés les émotions plus que celui-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mallard
  25 mai 2017
J'ai fort apprécié ce livre. Cela m'apparaît évident que l'auteur écrit des scripts. D'ailleurs celui-ci ferait un excellent scénario ciné. Nous nous demandons tout au long de ce livre, ce qu'il est advenue de Byrd. Nous nous demandons, si enfin, les personnages seront bel et bien secourus ou s'ils vont tous mourir. À vous de le découvrir. Si vous n'avez pas peur de vous perdre.
Commenter  J’apprécie          20
biancaf
  06 septembre 2017
Quel excellent roman !
Lori Lansens est une conteuse hors pair!
Nous vivons et ressentons tout ce que la montagne peut inspirer, infliger, donner et reprendre.
J'ai apprécié toutes les pages ! Partez, vous aussi, avec ces randonneurs. La montagne vous paraîtra à la fois plus belle et plus dangereuse.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   20 mars 2017
Un page turner qui vaut vraiment le détour.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
CarjoCarjo   26 avril 2018
Dans ces logis étroits grandissaient des enfants précoces qui avaient vu trop de choses trop tôt, mais qui, hélas, semblaient apprendre trop peu et trop tard. p. 19

On se demande toujours si on a déréglé nos enfants ou s'ils sont nés comme ça. p. 224

Quand tu seras plus vieille, tu verras la tristesse d'un autre oeil. - Je vais aimer la tristesse ? - Il ne s'agit pas d'aimer la tristesse. Disons qu'on apprend à en apprécier la valeur. Alors ne la juge pas trop sévèrement. p. 247

Tu n'as pas fermé l'oeil depuis deux jours. - Comment as-tu su que je ne dormais pas? - Tu es tellement déshydraté que j'entends tes yeux cligner. p. 251
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Madame_litMadame_lit   31 août 2017
Nous étions tour à tour glacés dans les longs segments encaissés entre les rochers et rôtis par le soleil sur les crêtes dénudés. Tous les quarts d’heure environ, nous nous arrêtions pour nous reposer, mais brièvement car nous savions que le lieu de notre prochaine escale risquait aussi d’être celui de notre dernier repos. Nos pas étaient lents. Nos estomacs étaient vides. Notre soif était terrible. Nous avions le moral à zéro.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Madame_litMadame_lit   31 août 2017
Le soleil brillait, nous réchauffait. Dans le bruit blanc de l’eau, nous avons entendu des hélicoptères, des avions et les chuchotements de nos morts. (
Commenter  J’apprécie          00
gboss1976gboss1976   04 juillet 2017
Mon père, Frankie, répétait qu'il existe deux types de personnes : celles qui remarquent les autres et celles qu'on remarque.
Commenter  J’apprécie          00
LucreciaLucrecia   08 novembre 2017
Le trajet, je crois, parle à notre caractère, et le panorama, à notre âme.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : littérature canadienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1560 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre