AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782818006030
344 pages
Éditeur : P.O.L. (26/08/2010)

Note moyenne : 2.67/5 (sur 388 notes)
Résumé :
La vie est brève et le désir sans fin est un livre sur les affres de l’amour, vues du point de vue masculin. Il met en scène deux hommes, l’un marié, à Paris, l’autre pas, à Londres, tous les deux amoureux de la même femme, assez énigmatique, et qui va de l’un à l’autre. Il y a celui qui hésite, et celui qui attend, tous les deux souffrent. Comment choisir? Qui choisir? Ce roman est l’histoire d’une inépuisable et inéluctable souffrance amoureuse plus forte que tout... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (77) Voir plus Ajouter une critique
ericlesapiens
  26 juillet 2019
Après deux essais infructueux avec Ohran Pamuk (Neige) et Virginie Despentes (Vernon Subutex), deux livres que j'ai abandonnés très rapidement malgré l'intérêt que je porte à ces deux auteurs, j'ai déniché ce roman de Patrick Lapeyre, auteur inconnu pour moi, au fond d'une petite bibliothèque.
Ne me laissant pas rebuter par la couverture sale, très usagée et maculée de taches de café.
Je suis très vite entré dans cette intrigue, banale histoire d'un homme incapable de choisir entre son épouse et sa maîtresse. L'auteur nous plonge dans les pensées, les doutes quasi obsessionnels de cet homme, en parallèle avec ceux de son amante et dans une moindre mesure, du deuxième amant de celle-ci. le rythme est lent, l'écriture décortique la moindre pensée, le moindre geste, un peu à la manière de Robbe-Grillet. Mais c'est à ce prix que l'on saisit les difficultés existentielles – pathologiques - des personnages qui sombreront à peu près tous dans la dépression ou du moins dans des questionnements et des choix de vie douloureux. Cette mise à plat de la temporalité du récit nous permet à nous lecteurs, d'évoluer au rythme des personnages et de comprendre leur désarroi. L'action se situe entre Paris et Londres puisque Nora, la jeune amante est anglaise mais partage son temps et ses deux amants entres ces deux villes. Pour autant, l'auteur ne s'appesantit pas à décrire outre mesure l'environnement urbain. Les personnages sont seulement ancrés dans leur milieu, juste pour les définir socialement. L'un, traducteur d'anglais occasionnel végétant d'une commande à l'autre et l'autre, trader à la City qui finira par être licencié. L'inconsistance sociale de Nora l'oblige à vivre d'expédients et de la sollicitude de ses amants et d'amis. le livre est centré sur les hasards de la vie, les rencontres fortuites, mais aussi les passions amoureuses et les désirs qui nous déterminent dans nos actions. Le quotidien est décortiqué à outrance, ce qui a pu dérouter et agacer certains lecteurs. Pour ma part, je me suis souvent retrouvé dans dans ces personnages, leurs pensées, leurs actions, leurs doutes. Un autre aspect intéressant du livre est évidemment la différence essentielle entre le mode de pensée des hommes et des femmes. On recherche la même chose, mais pas du tout par les mêmes perceptions. Nos attentes sont souvent en décalage. A ce propos, on retrouve un peu cette problématique récurrente chez Kundera. On a toujours l'impression que l'homme et la femme ne vivent jamais dans le même « espace-temps ».
En résumé, c'est un livre riche, même si l'histoire est d'une banalité déconcertante, qui nous fait réfléchir sur nos choix, notre vie, nos sentiments...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          443
Aela
  14 août 2012
"La vie est brève et le désir sans fin".. un titre bien pompeux; c'est le livre lui-même qui m'a paru sans fin, tant l'histoire me paraît banale et les personnages du livre peu consistants.. Et pourtant le livre a reçu le prix Femina en 2010..
Louis Blériot, personnage principal, a 41 ans. Il est marié et ne semble pas particulièrement heureux dans sa vie conjugale avec Sabine qui l'"écrase" un peu avec sa réussite professionnelle.
Il rencontre Nora, vit une histoire avec elle. Nora part à Londres et rencontre une autre homme, trader sur les marchés de la City.
Tout ce petit monde vivote, se laisse flotter sans arriver à prendre de décision: qui choisir entre les deux hommes, entre les deux femmes?
Finalement à force de se laisser flotter, n'ont-ils pas perdu toute énergie?
Un seul point me sembre réussi: l'évocation de la crise financière et des licenciements qui ont suivi.
Commenter  J’apprécie          361
liratouva2
  29 septembre 2011
Voilà le type même des livres que je n'aime pas : prétentieux, ambitieux et ennuyeux mais primé, encensé, catalogué comme étant de grande qualité.
Les personnages me sont antipathiques. Ils aiment une femme qui n'est là que quand elle le veut bien et ils s'en contentent préférant l'attendre ou dénier la réalité. Ils sont sans colonne vertébrale, mollassons, masochistes, elle est absente et fatale, chacun peut l'imaginer à sa façon. Elle veut surtout de l'argent et de la liberté.
J'ai lu la plupart des articles qui en parlent, dithyrambiques à la suite de l'attribution du prix Femina 2010.
Qui le compare à Sénèque, d'autres plus modestement à Jules et Jim, mais du moins, ce dernier livre ne m'est pas tombé des mains, lui.
Désolée, vraiment mais j'ai totalement raté "cet écrivain rare".
Seuls ont osé dire que cette lecture les a ennuyés, des blogueurs peut-être comme moi plus sincères qu'inspirés évidemment.
Que dire d'un livre que l'on trouve insipide alors même qu'il vient de recevoir un Prix et qu'il est encensé par la presse unanime sinon qu'on se sent deux fois plus déçue justement?
Voilà bien longtemps que je me méfie de ce genre d'articles toujours si admiratifs. Je n'aime pas toutes ces fumées d'encens qui finissent par m'écoeurer tant je ne reconnais pas le livre que je viens de lire. J'aurais été heureuse si j'avais pu trouver de réels moments d'émotion dans ce roman. Je n'y ai trouvé qu'une déception de plus qui me rejette toujours davantage vers la littérature étrangère.
Je renonce même à en raconter l'intrigue tant je désire quitter le souvenir de ce livre au plus vite. Je laisse ce soin à mes co-lectrices puisque c'était une lecture commune faite avec Val dont je ne connais pas encore l' avis et Tiphanie qui a été également déçue ainsi d'ailleurs que Nina et peut-être d'autres encore.
En revanche, si vous trouvez que je suis trop dure, lisez les éloges de presse, tous pleins d'admiration et de ferveur. On les trouve réunis chez P.O.L., l'éditeur.
Lien : http://liratouva2.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
AquinER
  03 février 2013
Les infidélités de Blériot - le héros traducteur à temps très partiel - l'angoissent ; à l'inverse, sa fidélité le déprime ! Notre Blériot (ne pas oublier de prononcer le "i"), qui ménage la chèvre et le chou, entre sa femme Sabine et sa maîtresse Nora, fume des cigarettes et contemple sa situation. Sclérosé, il n'arrive pas à se sortir de cette "polygamie caractérielle". Mais un coup de théâtre, bien malgré lui, n'est pas exclu !
Si vous cherchez de l'intrigue, du suspense et des rebondissements, passez votre tour. Ce n'est pas du tout le genre de Patrick Lapeyre. le lauréat du prix Femina de 2010 préfère jongler avec les mots (enfin, c'est pas l'OuLiPo non plus), les expressions et les figures de style tel un magicien de la contemplation. le récit, lui, est secondaire. Or, c'est bien écrit, extrêmement bien écrit. On peut piocher un passage, généralement une phrase ou un court paragraphe, à mémoriser ou à réciter tel un mantra pratiquement à chaque page. Jetez un coup d'oeil aux nombreuses citations associées à ce roman sur Babelio et vous comprendrez.
J'avais énormément apprécié L'homme-soeur de cet auteur qui se lit à petites doses. On y revient donc souvent ; pour ma part, toujours avec un sourire à la Mona Lisa car finalement, la vie est brève et le désir sans fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
aaahhh
  01 janvier 2014
Argh ! La vie est brève et ce livre sans fin ! Quelle perte de temps que cette lecture que j'ai pourtant menée jusqu'au bout dans l'espoir d'y trouver un petit quelque chose qui mériterait son prix fémina... Quelle déception, la fin est pire encore que le reste! Ça se veut beau, ça se veut intelligent, poétique, moderne, pur et passionné... Et bien personnellement j'ai trouvé ça vide, arrogant, futile et inutile. C'est vrai je suis un peu trop dure, certains passages sont quand-même jolis et l'auteur a bien sûr un style intéressant et agréable mais vraiment le tout ne vaut pas le détour et les états d'âmes insipides de Louis Bleriot, Nora Neville et autres personnages tout aussi antipathiques ne m'ont vraiment en rien intéressée...
Commenter  J’apprécie          270

Citations et extraits (97) Voir plus Ajouter une citation
VALENTYNEVALENTYNE   06 octobre 2019
Murphy Blomdale a beau parfois paraître résigné et mener depuis des mois une vie terne et autarcique, le temps n’a pu supprimer son besoin de revoir Vicky, parce qu’elle demeure son unique lien avec Nora.
Au point que ce soir on pourrait croire à les voir chuchoter qu’ils sont les deux dernières personnes à parler une langue disparue.
Vous aviez vos habitudes dans ce bar ? lui demanda-t-elle.
Elle venait souvent m’attendre ici, quand je sortais du travail et qu’on avait décidé d’aller dîner quelque part.
À présent, il n’y retourne plus que le week-end, presque toujours en solitaire, lui confie-t-il. D’abord parce qu’il n’a pas beaucoup d’amis à Londres, ensuite parce qu’il a aussi envie d’être seul pour le cas très improbable où Nora reviendrait et pousserait la porte d’entrée.
Je suis resté romantique, s’amuse Murphy en la regardant, émerveillé par la beauté et la plénitude de ses formes, mais sans trouble, en tout cas sans aucune excitation.
Confidence pour confidence, Vicky lui avoue que de son côté elle continue de sursauter à la moindre sonnerie de téléphone, convaincue d’entendre enfin la voix de Nora.
Je ne sais pas si tu te souviens, lui dit-elle, de ce personnage de Bradbury, dans les chroniques martiennes, qui a la particularité de changer de sexe et d’identité dès qu’il rencontre quelqu’un.
Je n’ai jamais lu Bradbury.
En fait, sans le vouloir, il prend chaque fois le visage de celui ou de celle que l’autre attendait depuis des années. Comme s’il devenait la projection de son désir.
À la fin, tout le monde lui donne la chasse et il n’est plus qu’une silhouette galopante, épouvantablement malheureux.
Murphy doit convenir que ce pourrait être une bonne définition de Nora.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
ElisanneElisanne   29 octobre 2010
" Malgré la distance qui les sépare, on a l'impression permanente que Murphy et Blériot se déplacent de part et d'autre d'une paroi très fine, aussi transparente qu'une cloison en papier, chacun connaissant l'existence de l'autre, y pensant forcément, mais sans pouvoir lui donner un nom ou un visage, de sorte qu'ils paraissent tous les deux progresser à tâtons comme des somnambules avançant dans des couloirs parallèles
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
AelaAela   14 août 2012
A l'est, du côté de Canary Wharf, les chiffres des cotations boursières continuent de défiler sur la tour de l'agence Reuters comme si de rien n'était.
Alors je vous quitte rassuré. Je suis convaincu qu'on se retrouvera tous les deux à Philadelphie, lui dit Borowitz en lui broyant la main d'émotion.
En bas, ses collègues expédient les affaires courantes et commencent leurs cartons tels des fonctionnaires démissionnés. La cafeteria est quasi-déserte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Sophie_BazarSophie_Bazar   19 janvier 2011
Peut-être que les souvenirs sont beaux à cause de cela. Parce qu'avec le temps, le filtre des années, ils deviennent comme des produits purifiés, débarrassés des scories du chagrin et de la peur.
Commenter  J’apprécie          190
AquinERAquinER   27 janvier 2013
Il marche pendant qu'elle dort dans son lit, avec la sensation d'avancer de salle en salle à l'intérieur de son sommeil, jusqu'à la chambre secrète où bat le coeur de l'enfant.
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Patrick Lapeyre (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Lapeyre
Patrick Lapeyre La Splendeur dans l'herbe éditions P.O.L : où Patrick Lapeyre s'entretient avec Norbert Czarny à la librairie Gallimard, boulevard Raspail, à Paris, le mardi 9 février 2016, à l'occasion de la parution de "La Splendeur dans l'herbe". "Au début, on dirait des ombres. Un homme et une femme parlent ensemble de ceux qui les ont trahis. Ils en parlent sans cesse, obsessionnellement, à chaque fois qu?ils se revoient. Jusqu?à ce que se noue entre eux, et presque malgré eux, une étrange relation amoureuse, dont l?accomplissement semble continuellement retardé. Comme si l?envoûtement de la conversation leur faisait oublier tout le reste."
+ Lire la suite
autres livres classés : adultèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3784 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..