AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809408653
Éditeur : Panini France (07/10/2009)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :
M. Terror est charmant, fringant, dirige sa propre société... et, ah oui, il est vieux de mille cinq cents ans et en décomposition rapide ! Condamné à pourrir pour l'éternité, Terror remplace perpétuellement ses membres en décomposition par de nouveaux. Aujourd'hui, il dirige une société de détectives privés et s'occupe de grosses affaires : espionnage, enquêtes et assassinats. Mais après avoir éliminé celui qu'il pensait être un criminel, Terror apprend qu'il s'agi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Presence
  20 mars 2015
Ce tome regroupe les 5 épisodes de la minisérie parue en 2007/2008. David Lapham a réalisé le scénario, Patrick Zircher a effectué les dessins et l'encrage. La mise en couleurs a été effectuée par June Chung. Il s'agit d'une histoire complète.
Le récit commence en juin 455, alors que les Vandales mettent Rome à feu et à sang. Malheureusement leur roi finit par signer un traité de paix avec Rome. Une créature surnaturelle vient ravager le village des soldats pour venger Rome. L'un d'entre eux en réchappe, mais il a contracté une vilaine maladie dégénérative surnaturelle. Il ne peut survivre qu'en assimilant des parties corporelles de remplacement prises sur des animaux, ou mieux sur des êtres humains. Après quelques siècles d'isolement, il se met au service d'un chevalier appelé Draghignazzo.
De nos jours, cet individu se fait appeler Terror et loue ses services aux plus offrants, à travers une société écran appelée Terror Incorporated. Il est contacté par un certain Roger Harper, par l'intermédiaire de Mrs. Alexis Primo (sa secrétaire particulière) pour abattre Roy Montgomery, le directeur d'une agence de renseignements secrète, oeuvrant pour le gouvernement des États-Unis. Terror accomplit le boulot sans difficulté ; il s'est bien fait avoir par Harper.
En 2001, l'éditeur Marvel crée la branche Marvel MAX, spécialement pour publier des histoires plus adultes (comprendre avec un niveau de violence supérieur). Pour la majeure partie, les responsables éditoriaux proposent à des créateurs de réaliser une version plus crue de certains héros Marvel. David Lapham va rechercher un personnage des plus obscurs. Il trouve son origine dans la deuxième incarnation de la ligne Epic Comics (1988-1990), dans la sous-branche "Shadowline" (composée de 3 titres : St. George, Power Line, Doctor Zero, et répertoriée plus tard sous le nom de Terre 88194). Bref, dans un numéro de St. George apparaît un personnage capable d'assimiler des parties de cadavres. Il aura droit à sa propre série, cette fois-ci dans la branche Marvel, en 1992/1993, 13 numéros écrits par DG Chichester (Daredevil - Fall from grace) et dessinés au départ par Jorge Zaffino (Punisher - Kingdom gone).
Lapham reprend tout depuis le départ avec une origine bien développée en 8 pages dans le premier épisode. Puis il plonge le personnage dans un récit de type espionnage, peu crédible, mais bien tordu. Terror ne fait pas dans la dentelle, il abat froidement ses opposants. Il arrache les membres de ses ennemis au fur et à mesure qu'il en a besoin pour remplacer les siens troués de balles d'arme à feu. Patrick Zircher dessine dans une veine réaliste avec un encrage un peu appuyé et sale. Les blessures par balle mettent la chair à nu, la tripaille pendouille à l'air libre, le sang dégoutte des blessures. Il y a même quelques cases gore. June Chung utilise des teintes un peu sombres qui renforcent l'ambiance malsaine.
Toutefois, dès le début, le lecteur détecte une forme d'humour noir à tendance parodique. Alors que Terror fait la découverte de sa condition dégénérative, il se rend compte par hasard qu'il peut contrer le processus en remplaçant une partie de sa jambe par celle d'une chèvre. Lapham et Zircher ne font pas semblant d'essayer de faire croire à la plausibilité de cette assimilation : ils la montrent comme allant de soi. Par la suite, Zircher dessine Terror dans les rues de Los Angeles et à la terrasse d'un café, avec une tête dont le crâne est apparent, sans peau. À nouveau il ne s'agit pas de croire à la vraisemblance de cette apparence et à l'absence de réaction des piétons. C'est une licence artistique indiquant que Terror se soucie peu de son apparence et que personne ne prête attention à cette bizarrerie.
Rapidement le lecteur se rend compte que Lapham et Zircher manient la parodie avec une dextérité certaine. En particulier, l'un des défis qu'ils relèvent est de maintenir une forme de suspense alors que le pouvoir de Terror lui assure une forme d'immortalité et de régénérescence à partir de n'importe quel animal qui passe à sa portée. Pas de chance : ses ennemis sont bien renseignés sur lui et ils ont amené assez d'acide pour le dissoudre. Cela va donner lieu à quelques amalgames corporels et charnels peu ragoutants, mariant l'horreur visuelle avec l'absurde né l'impossibilité de ces fusions contre nature.
Les 3 premiers épisodes fournissent un bon niveau de divertissement avec ce mélange d'action violente, d'horreur gore et de parodie moqueuse, rehaussé par des relations assez cyniques entre les personnages. Puis le scénario se prend un peu au sérieux avec une ennemie Talita, vraiment très méchante, organisant des actions terroristes et souhaitant détruire la race humaine. le trait de la parodie devient trop forcé, Lapham et Zircher perdent le point d'équilibre de leur dosage. La parodie perd en humour, et il ne reste plus de l'intrigue que de grosses ficelles sans âme. Les dessins insistent sur le gore et la violence, perdant leur dimension satirique. le lecteur attend patiemment le dénouement qui ne fait aucun doute quant à sa nature.
David Lapham et patrick Zircher remettent au goût du jour un personnage Marvel dont le plus grand titre de gloire est d'avoir disposé d'une série à son nom le temps de 13 épisodes. Ils gardent sa capacité grotesque et macabre à renouveler ses membres par ceux d'autres individus et démarre un récit d'espionnage bien noir et horrifique, avec un second degré assumé de série Z. Malheureusement, ils perdent le bon dosage à la fin du troisième épisode et il ne reste plus qu'une série Z à l'humour lourd et inopérant. En 2009, David Lapham a écrit une deuxième minisérie pour le personnage : Apocalypse soon (en VO) dessiné par Koy Turnbull et encré par Scott Hanna et Mark Pennington.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : parodieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14769 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre