AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207030891X
Éditeur : Gallimard (09/03/2006)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Pourquoi change-t-on de nom, ce signe attestant de qui l'on naît et d'où l'on vient, qui classe et parfois déclasse ? Quelles sont les contraintes imposées par la loi française ? Autant de questions qui tissent la trame de cette première étude exhaustive d'une pratique mal connue et largement taboue. Mêlant les récits de Juifs, d'Arméniens et de Maghrébins ayant changé de nom à ceux de résistants ayant gardé leurs surnoms de clandestinité, évoquant la tentation litt... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Luniver
  06 août 2018
Un nom, c'est quelque chose de particulier. Même si on ne l'a pas choisi soi-même, il nous définit en grande partie. On supporte d'ailleurs difficilement que quelqu'un l'écorche, que ce soit à l'oral ou à l'écrit. Les parents ne s'y trompent pas, et le choix du prénom de l'enfant est parfois source d'âpres débats, soutenus par des livres décrivant l'histoire et les caractères associés à chaque prénom possible.
Pourtant, chaque année, l'état reçoit des demandes de changements de nom. L'auteure s'est ici penchée sur les demandes concernant les noms de famille, et le voyage qu'elle propose a été passionnant.
Rappelons d'abord que le nom de famille n'est pas si vieux que ça. Il n'est apparu que lorsque que l'État est devenu assez étendu et l'administration efficace. Les noms de famille évoquent d'ailleurs généralement un trait distinctif qui était suffisant pour distinguer un individu à l'échelle d'un village, soit de lieu (« Dupont », « Dupré », « Dujardin »), un nom de métier (« Lefebvre », « Mercier »), ou un trait physique (« Leroux », « Legrand »). Si le nom était assez souple au départ et pouvait changer de génération en génération, les lois concernant l'héritage et les passages de patrimoine ont fini par imposer la transmission du nom du père.
À quelques exceptions près donc, et très encadrée. Tout d'abord, le changement est possible si le nom peut porter préjudice à son porteur : des noms peuvent devenir sujet à moquerie avec le temps (« Labitte » (grosse pierre), « Bordel » (planche), …) ou être incompatible avec une profession (« Barbant » pour un professeur, « Poulet » pour un policier, …).
Deuxièmement, la transformation des noms étrangers pour les rendre plus « locaux », point qui cristallise le plus les débats, et qui divise tous les camps. Les uns chercheront à éviter aux immigrés le racisme et les discriminations en leur permettant d'adopter un nom plus passe-partout ; on leur répliquera que c'est alors aux mentalités de changer, pas aux noms de famille. Les plus xénophobes, reconnaissant que les étrangers sont là et qu'on ne peut plus rien y faire, seront un peu soulagé de rhabiller tout ça d'une consonance nationale, histoire que le pays ressemble à quelque chose vu de l'extérieur. D'autres soupçonneront des manoeuvres de ces étrangers sournois, qui tentent de se fondre dans la masse des « vrais » citoyens à leur insu, et voudraient au contraire que cette marque leur colle éternellement à la peau ; des listes exhaustives de changement de noms sont d'ailleurs toujours tenues par certains groupuscules.
Du côté des demandeurs, les motivations sont également diverses : éviter effectivement les discriminations, avec un soulagement mêlé d'amertume en constatant que ça fonctionne, et en devant subir la réprobation de leur communauté d'origine et/ou de leurs parents directs qui se sentent reniés ; se débarrasser d'un nom trop connoté (« trop arabe », « trop juif ») qui date de plusieurs générations, et qui ne correspond plus vraiment à la situation actuelle de la personne, qui ne se reconnaît pas dans cette « identité imposée » ; ou au contraire vouloir adopter un nom qui correspond mieux avec sa nouvelle religion ou ses nouvelles idées politiques ; voire encore couper symboliquement les liens avec une famille abusive.
L'auteure prolonge aussi l'enquête chez les enfants des demandeurs. Certains vivent parfois mal le fait de se retrouver avec un arbre généalogique d'un seul étage, au point parfois d'essayer de retrouver le nom d'origine. Mais si passer d'un nom d'origine étrangère à un nom plus local est faisable, l'inverse est généralement impossible. D'autres au contraire relativisent beaucoup l'importance du nom de famille qui a parfois beaucoup varié lors des dernières générations (comme une famille arménienne dont le nom a d'abord été changé de force vers un nom turc, puis une nouvelle fois vers un nom français à leur arrivée en France)
Le changement de nom est donc une question complexe, car il touche à la fois à l'idée que se fait la personne de sa propre identité, mais aussi aux stéréotypes qui existent dans la société dans laquelle elle évolue. Des demandeurs mettent ainsi en avant leurs cheveux blonds, ou leur respect des autorités, pour justifier qu'ils ne « font pas du tout arabe ». Des alsaciens cherchent tout à coup se débarrasser d'un nom à consonance germanique à la fin de la seconde guerre mondiale. Ainsi que ceux qui portent un nom d'origine juive, sceptiques sur la pérennité du cri général « plus jamais ça ».
On se retrouve ainsi au carrefour entre psychologie, histoire personnelle, Histoire avec un grand H, politique, … L'instauration du nom de famille contient à la base tellement de décisions arbitraires (choix du nom initial, choix de transmettre le nom du père uniquement) que la moindre remise en question révèle toutes les crispations d'une société. Un excellent sujet de conversation, donc, lors d'un dîner de famille ennuyeux…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
topocl
  12 décembre 2015
Changer de nom, pour qui, comment, pourquoi ?
Nicole Lapierre évoque les aspects législatifs, historiques, culturels, affectifs et sociologiques du changement de nom. D'un côté le législateur, dont elle décrit l'évolution au fil des siècles et des lois, dans un souci quasi constant d'assimilation (là où d'autres voient une dissimulation) et dont l'un des axes premiers est la francisation. de l'autre côté des individus, leur histoire, leur appartenance (souvent juifs maghrébins ou Arméniens ) à la recherche d'une identité salvatrice, que Nicole Lapierre a longuement interrogés, écoutés, et dont elle nous rapporte les témoignages avec une grande sensibilité et beaucoup de clairvoyance.
Ça n'a l'air de rien, comme sujet, « changer de nom », c'est en fait un livre passionnant, très instructif, attentif à l'autre, qui nous parle de d'identité, de paternité, de filiation, d'assimilation et de différence.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LuniverLuniver   30 juillet 2018
Ceux qui, changeant de port et se cherchant un havre, las de porter l'encombrement bagage d'un « nom à coucher dehors », ont préféré s'en délester au bout de leur voyage ne sont pas de hautes figures de la geste légendaire ou mythologique mais les principaux héros de ce livre. Certains, las des persécutions, ont pris cette décision au lendemain d'une guerre ou d'une mortelle offensive contre la minorité à laquelle ils appartenaient, espérant qu'avec un nouveau patronyme, on les laisserait désormais en paix, eux et leur descendance. D'autres ont voulu se défaire d'un nom difficile à porter, à écrire ou à prononcer, dont l'exotisme, l'étrangeté, la consonance ou la provenance gênaient leur vie sociale et leurs chances de promotion, ou les réduisaient à un particularisme dans lequel ils ne se reconnaissaient pas, du moins pas tout entiers. D'autres encore, ou le mêmes d'ailleurs, souhaitaient ainsi signifier et signer une adhésion et une affiliation.

Tous ont voulu déjouer un destin trop scellé par un nom. Pari aventureux : mal nommés avant – à leurs yeux et, plus encore, aux yeux de ceux pour qui leur patronyme était une marque, voire un stigmate –, mal vus après, notamment par leur communauté d'origine, ils dérangent la logique univoque de l'identité et de l'appartenance, dont ils révèlent en même temps la redoutable puissance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LuniverLuniver   01 août 2018
Changer de nom, c'est moins prendre un masque qu'acquérir un passeport pour franchir les contrôles d'identité dans son propre pays.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Nicole Lapierre (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicole Lapierre
Bibliothèque Médicis Olivier BLEYS "Discours d'un arbre sur la fragilité des hommes" - éditions Albin Michel Nicole LAPIERRE "Sauve qui peut la vie" - éditions du Seuil Tobie NATHAN "Ce pays qui te ressemble" - éditions Stock Alice ZENITER "Juste avant l'Oubli" - éditions Flammarion
>Biographie générale et généalogie>Généalogie, onomastique>Noms de personnes. Prénoms (19)
autres livres classés : identitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre