AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2875806726
Éditeur : Kennes Editions (27/03/2019)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 68 notes)
Résumé :
J'ai souvent entendu dire que la chose la plus difficile dans la vie c'est de commencer quelque chose. Alors 3-2-1 : GO ! Je m'appelle Fanny Cloutier, j'ai quatorze ans, presque quinze. Les deux choses que je sais faire le mieux dans la vie, c'est dessiner dans mon journal intime ou bien subir les décisions excentriques de mon père. D'ailleurs, il doit bientôt se rendre à l'étranger pour tenter de développer une invention personnelle. Et moi, je vais devoir aller ch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (67) Voir plus Ajouter une critique
Jmlyr
  12 juin 2019
Je remercie le site de BABELIO et les éditions KENNES pour ma participation à cette Masse Critique privilégiée ; je ne m'attendais pas à recevoir un livre de si belle facture.
Je ne fais pas partie du public cible, puisque ce journal joliment décoré s'adresse aux adolescentes, mais j'ai su en apprécier toute la qualité, tant au niveau de l'histoire que des illustrations variées. Pour cela, je me suis vue de nombreuses années en arrière, et hormis quelques détails anachroniques, la projection a fonctionné. Je n'avais pas de téléphone portable, mais les mêmes questions existentielles, d'autres problèmes que les siens, mais la même manière de dialoguer avec mon journal pour mettre à distance des émotions trop douloureuses parfois.
Si j'avais eu un tel livre, je m'en serais probablement inspirée pour rédiger quelques pages et les embellir, à la différence que mon style n'était pas très « girly », mais plutôt noir et morbide ! Ici, malgré une trame sur fond de drame, les couleurs sont pastel, bien assorties, les textes ont des polices qui varient au gré des humeurs de Fanny. La couverture est très réussie dans son ensemble, en relief, gaie, même si, seul bémol pour moi, je n'ai pas aimé le visage de Fanny. Tout est dans le détail, on note même un marque-page délicat, vert d'eau en ruban soyeux, etc.
Son imagination est sans limites, mais son histoire ressemble à celles de bien des jeunes : failles et force, amours, amitiés et inimitiés, difficultés relationnelles parentales, transgressions ou punitions, rêves et réalité. Stéphanie LAPOINTE a rédigé un texte intelligent qui cache plein de messages à l'intention des ado. Marianne FERRER l'a complété de sa créativité graphique et colorée avec beaucoup de finesse et de délicatesse. Une belle association.
Les petits mots et les états d'âme s'étalent sur près de 400 pages que l'on tourne avec un plaisir non feint. Je crois que l'envie de recommencer un journal intime me taraude, et tant pis si je ne suis plus une ado !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5616
Yendare
  14 juin 2019
Je remercie beaucoup Babelio et Kennes Éditions pour l'envoi de cette petite merveille qui mérite bien les 5 étoiles que je lui donne et même plus.
Pour tout dire la lecture de ce livre fut une excellente surprise, en effet à la lecture de la quatrième de couverture sur Babelio, l'image de la couverture ainsi que du titre je m'attendais à recevoir un ouvrage du style du Journal d'une petite peste de de Virginy L. Sam, du journal d'une grosse nouille de Rachel Reée Russell ou encore du journal d'un dégonflé de Jeff Kinney. le nombre de série ayant cette forme de journal intime ne manque pas et son souvent très apprécié des plus jeunes. Cependant Fanny Cloutier ou l'année où j'ai failli rater ma vie est pour moi un niveau au-dessus de toutes celles que j'ai eu l'occasion de lire jusqu'à maintenant.
Rien que pour la forme ce livre sort du lot. L'objet en lui-même et vraiment très sympathique, la couverture est surprenante et surtout extrêmement bien faite, j'aime beaucoup quand il y a un peu des reliefs sur celle-ci, cette couverture ne donne qu'une seule envie : ouvrir le roman.
L'ouverture du roman : seconde excellente surprise, j'ai feuilleté le roman du début à la fin une bonne dizaine de minutes une fois que celui-ci fut sorti de son colis (très bien emballé au passage). Ce roman est tel un véritable arc-en-ciel de couleur une fois ouvert. Il y a des couleurs de partout jaunes, vertes, bleues, orange, etc… aucune n'est oubliée avec des illustrations très variées à chaque page, en plus des paroles de chaque personnage qui sont colorées d'une couleur différente. Rien que pour les yeux ce livre est un véritable petit bijou, chaque page donne envie de tournée la suivante pour découvrir quelles nouvelles merveilles s'y cache.
Ainsi si le visuelle global de se livre est très réussi, l'intrigue n'est pas en reste en plus, bien au contraire. Nous faisons la connaissance de Fanny qui apprend que son père qu'elle croit être sa seul famille part pour le Japon en la confiant durant ce voyage chez la famille de sa tante dont elle ignorait jusqu'alors l'existence. le déracinement est plutôt brusque pour l'adolescente qui se croit alors seul au monde. le personnage est intéressant et bien travaillé. Il est très plaisant de voir Fanny évolué tout au long de son journal. En plus il se crée au fil des pages un suspense sur les circonstances de la mort de sa mère alors qu'elle n'était âgé que de trois ans. Les circonstances de cette mort recèle en effet un secret de famille bien gardé et Fanny est bien décider à découvrir la vérité. le tout extrêmement bien fait, et les pages se tournent toute seule. J'ai d'ailleurs lu ce livre d'une seule traite et suis encore quelques jours plus tard sous le charme de cette lecture jeunesse d'excellente qualité.
Ainsi grâce à un visuelle très bien réalisé, une écriture agréable et fluide avec une touche d'humour, des personnages travaillés et une intrigue prenante ce livre j'en suis convaincu ravira les plus jeunes mais aussi les plus grand. Encore merci à Babelio et Kennes Editions pour l'envoi de ce livre. Cela faisait un moment que je n'avais pas lu un roman jeunesse de cette qualité. Une chose est sure, j'achèterai la suite dès sa sortie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Fleitour
  18 juillet 2019
L'étrange document que je manipule dans mes mains, meublé de Rose, ressemble à un livre. Il en a toutes les apparences, même si un trou hexagonal laisse entrevoir une jeune fille sur une bicyclette hors d'age, et des vraies pages écrites dont la dernière paginée, est la 366 ème.

Je n'ai pas su m'y prendre au début, je l'ouvris néanmoins sur un" Marguerite Duras" en bleu-gris m'invitant à hurler, ou pour paraphraser Duras, écrire, car "écrire c'est hurler sans réveiller son papa".
Pourtant est-ce un roman, une BD, un carnet de voyage, ou un journal intime ? le mot journal est écrit en bleu clair ( les couleurs semblent exprimer des sentiments ! Alors je les note).

Où j'ai failli tout rater, c'est le jour où j'ai cru y voir un cahier de dessins. "Mais Papou, là, regarde le titre", me dit Louise, " Où j'ai failli rater ma vie". Tu as raison c'est le récit au jour le jour de Fanny, Fanny Cloutier.
Mais l'initiative est celle de Stéphanie Lapointe, l'auteure, cachée sous des fleurs roses !

Aujourd'hui Stéphanie Lapointe habite Montréal dans une maison blanche et rose, c'est là qu'elle s'est lancée dans l'écriture après avoir posé ses pieds au Pérou, au Rwanda, au Soudan... Elle écrit certes, mais peut-on qualifier ce type d'écriture
d' oeuvre littéraire.

Oui c'est bien une première, un genre littéraire nouveau, qui emprunte à la BD les couleurs et les dessins, comme l'art d'exprimer en quelques flashs les sentiments contradictoires qui peuvent traverser l'itinéraire d'une jeune fille dont la maman un jour, elle avait deux ans, a quitté l'horizon laissant un père démuni, et même disloqué.

C'est une très belle histoire, qui monte progressivement, en prenant son temps, en provoquant des petits drames qui peu à peu vont donner une vraie couleur à la vie de Fanny.
Les personnages s'affirment à commencer par le père qui se lance enfin dans l'inconnu. Puis il y a la découverte de sa famille, de son cousin Henry, de Sainte Lorette. Et il y aura cette petite fille dont la voix chouinte à cause d'un appareillage dentaire.

La découverte de l'amie de sa maman est pour Fanny l'événement le plus hallucinant qu'elle devra affronter, pour apprendre tellement de choses sur son passé.
Auand on change de lieu de vie, on change aussi d'école et c'est la ronde des classes et des professeurs qui va animer avec drôlerie et parfois avec mélancolie la deuxième partie de ce journal.

Cette bizarrerie de la vie éclate avec le rouge à lèvres de Madame Lisière et sur le livre en ivoire s'étalera les deux lèvres de Fanny dans un rouge grenat. Il traîne ainsi comme un parfum de quelque chose qu'elle a vue, est-ce possible, si loin de chez elle, un truc bizarre dans l'air, car la sauce à spaghetti de la mère de Léonie était en tout point pareille à celle de son papa, il lui faut entourer par un éclat et un dessin exubérant ce point insensé.

Entre mémoire du passé et joutes verbales, de nouveaux rayons de soleil s'ouvrent, et tracent de nouveaux chemins pour son père à Kyoto, qui semble si heureux avec ses méduses, à inventer tous les remèdes du monde
Et à Sainte Lorette quand Fanny cria "rien de nouveau, rien de nouveau je te préviens journal". Si ça bouge en ce mois de décembre en grandes lettres, écrivant néanmoins page 278 je suis embrouillée de partout, c'est qu'elle s'éveille à l'amitié, elle s'éveille aux autres, avec plein de petits coeurs qui se disputent un peu de place sur les pages.

La limite, peut-être, de cet exercice m'a été suggérée par ma petite fille de 15 ans, qui ne retrouvait pas le plaisir de lecture, des oeuvres romanesques du XIXe ou du XXe siècle. Pour le dire un peu crûment la présentation des textes lui semblait trop fleur bleue, trop gamine.
Sa soeur plus jeune par contre a eu l'opportunité d'adorer.

Pour ma part je trouve que cet instrument, ou ce récit, qui se décline comme un journal peut facilement manquer de profondeur. Ce n'est pas le cas du récit de Stéphanie Lapointe, en revenant régulièrement sur des interrogations plus essentielles.
J'ai néanmoins trouvé que la place laissée aux dialogues était finalement excessive et qu'un autre équilibre pourrait être trouvé, pour donner plus de place aux souvenirs et à la réflexion.

Je suis à la fin de ce récit sous le charme de l'histoire de Fanny, est-ce que ce sont les couleurs qui se glissent dans des dessins émouvants, est-ce l'écriture elle-même et sa spontanéité ou sa fraicheur qui m'a séduit ?
Il y a en tout cas une unicité de ton et une singularité stylistique qui en fait une oeuvre littéraire en tous points intéressante.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
sabine59
  12 juin 2019
D'habitude , les livres arrivent tout simplement dans ma boîte aux lettres. Pour celui-ci, ce fut mystérieux. D'abord, il m'attendait à la poste, dans un paquet cartonné étiqueté fragile et je l'ai enfin découvert sous une impressionnante épaisseur de papier bulle...
Quel bel objet-livre! Je suis tombée en amour avec le journal de cette adolescente canadienne: après la première de couverture très girly, on tourne avec ravissement les pages. Tout est attirant et bien représentatif des écrits d'une fille de 13 ans: coloré, fleuri, créatif, plein d'ajouts, de parenthèses, de papiers pliés, de dessins en tous genres. Superbe! Cela m'a rappelé les journaux que j'écrivais au même âge mais j'étais une piètre dessinatrice, je compensais par des poèmes...
Bon, j'arrête de m'extasier sur le packaging, comme on dit. Qu'en est-il de l'histoire? Parce qu'au départ, je l'avoue, je me suis demandée si j'allais supporter de lire les confidences et émois d'une ado... Eh bien, j'ai été agréablement surprise. Car déjà, Fanny ( prénom cher à mon coeur, celui de ma fille...) a un caractère bien trempé, mais n'en est pas moins fort sensible.Elle vit des moments difficiles puisque son père a décidé de se rendre au Japon pour présenter ses recherches et qu'elle se retrouve brutalement transplantée loin de Montréal, dans la famille de la soeur de sa mère décédée. Comment va-t-elle vivre cet exil et cet abandon paternel? A vous de le découvrir...
Merci beaucoup à Babelio et aux éditions Kennes pour cet envoi réjouissant. La beauté de cet ouvrage a un prix (22,50€) , mais il est justifié. Je vais l'offrir à la fille d'une amie, je pense faire une heureuse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          376
1967fleurs
  09 juin 2019
Merci à Babelio et masse critique privilégiée de m'avoir proposée cette lecture et aux éditions Kennes pour l'envoi de ce livre « Fanny Cloutier ou l'année où j'ai failli rater ma vie de Stéphanie Lapointe. »
C'est un ouvrage original aux couleurs pétillantes, acidulées. Il est très attractif.
C'est ma première incursion dans la littérature jeunesse.
J'aime son graphisme, ses nombreuses illustrations, ses couleurs, ses papiers pliés au milieu d'une page. Sa présentation incite à la détente et à la légèreté. Chaque page est unique.
Ces éléments sont vraiment de qualité et j'imagine aisément comment une ado peut en être captivée.
Je me suis plongée dans cette lecture avec décontraction et délice.
J'ai aimé le personnage de Fanny, cette adolescente de presque 15 ans, qui vit seule avec son père et se retrouve confiée du jour au lendemain à une tante, pendant que celui-ci s'envole pour le Japon à cause de sa carrière.
C'est l'inconnu pour Fanny et elle va passer par de nombreuses émotions, interrogations, doutes, hésitations qu'elle déposent dans ce journal.
Elle va faire des rencontres qui vont la transformer et la modeler au fil des pages.
C'est ce qu'elle nous partage avec maturité et humour.
Une lecture agréable, divertissante, rafraîchissante.
J'ai hâte de découvrir la suite des aventures de Fanny Cloutier…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          367
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
TandaricaTandarica   07 juin 2019
Mon père est un être complexe, habité par une peur constante de perdre le contrôle qu'il a sur les choses. Ça se manifeste à travers des détails absurdes de la vie.
1. Comme le fait qu'il possède une tasse à café et une cravate pour chaque jour de la semaine.
2. Comme le fait qu'il fait sonner son réveil à 6h 22 tous les matins (même le dimanche) juste parce que son chiffre porte-bonheur et le 10 et qu'en additionnant 6+2+2 on obtient 10.
RI-DI-CU-LE
3. Comme le fait qu'il a inventé un système hyper-louche qui permet de garder en vie (sans qu'elles poussent) différentes graines de légumes et de fruits. Un genre de jardin intérieur irrigué en permanence dans notre salle de bain, mais où AUCUN légume n'a jamais vu le jour ! L'argument de mon père : s'il y avait une catastrophe, Fanny on serait préparés, on mangerait à notre faim ! Et tu me remercierais !
(p. 17-18)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
YendareYendare   14 juin 2019
La conductrice a fait preuve d’une surdose extrême d’enthousiasme pour décrire le paysage (sans grand intérêt) qui défilait à travers les vitres salles de l’autobus. J’enviais la vieille dame de deux cents ans à côté de moi qui avait subtilement retiré son appareil auditif pour ne plus avoir à supporté la voix nasillarde de notre chauffeuse/guide touristique improvisée.
Commenter  J’apprécie          190
TandaricaTandarica   08 juin 2019
Fêter Noël avec mon père, c'est un peu comme vivre dans une publicité de McDonald's pour un soir.

C'est difficile à expliquer avec des mots mais tu verras bien.
(p. 291)
Commenter  J’apprécie          200
letilleulletilleul   25 juin 2019
Ça fait des jours et des jours que j’essaie d’être forte. Mais honnêtement, journal, qui arriverait à traverser une épreuve pareille ?
Commenter  J’apprécie          140
asnicoasnico   12 juin 2019
J'ai lu un truc dans le magazine Psychologie, la vie (ben quoi j'attendais chez le dentiste, et j'ai peur chez le dentiste, alors je me change les idées en lisant des revues).
Donc, j'ai lu que les ruptures sont souvent causées par des disputes banales et sans importance mais qui provoquent un tsunami d'émotions refoulées depuis longtemps entre deux personnes. (p 36)
Commenter  J’apprécie          30
Video de Stéphanie Lapointe (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphanie Lapointe
Marina Orsini et ses invitées du club de lecture ont eu un gros coup de coeur pour le premier tome de la nouvelle série de Stéphanie Lapointe!
Pour voir l'épisode en entier, c'est par ici : https://ici.tou.tv/marina-orsini?r
autres livres classés : journal intimeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Fanny Cloutier tome 1

Avec qui Fanny vit-elle au début du roman ?

ses parents
son père
son chat
sa grand-mère

15 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Fanny Cloutier, tome 1 : L'année où j'ai failli rater ma vie de Stéphanie LapointeCréer un quiz sur ce livre
.. ..