AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782258199767
416 pages
Presses de la Cité (25/08/2022)
4.09/5   17 notes
Résumé :
Entre 1898 et 1950, de Normandie en Lorraine, un destin de passions : Ange, brillante jeune fille issue d’une famille campagnarde modeste, devient une des grandes figures de la facture d’orgues, un univers très masculin.

Le jour inoubliable de l’enfance d’Ange, qui décide de son destin, est celui où elle entend l’orgue de Saint-Georges de Boscherville, une abbaye de sa Normandie natale. Aussitôt, sa conviction est faite : elle consacrera sa vie à cet ... >Voir plus
Que lire après Le souffle d'AngeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
La vie d'une femme forte, volontaire et déterminée.
C'est en Normandie que débute le récit, en juillet 1898. Garin Levral est jardinier au domaine de la Maizerie, plus exactement responsable des bosquets, massifs et pièces d'eau. Sa femme, Emelie est brodeuse. Leur fille Ange est très belle.
C'est lors d'une visite à l'Abbaye St Georges de Boscherville qu'elle entend pour la première fois le son d'un orgue. Elle est émerveillée par le son de cet instrument et décide d'en faire son métier, non, pas organiste comme on pourrait le penser, Ange souhaite devenir facteur d'orgue, un métier masculin. Pour réaliser son rêve, elle partira vivre dans les Vosges où elle apprendra à construire ces merveilleux instruments.
L'auteur nous conte le parcours insolite de cette jeune femme de 1898 à 1948. Son métier, sa famille, ses amours, ses bonheurs, ses chagrins et même une rencontre avec l'acteur Jean Marais.
Je lis Gilles LAPORTE pour la seconde fois et retrouve avec plaisir sa belle écriture classique, documentée, précise. A travers ce livre nous partons de la Normandie où un petit clin d'oeil est fait aux Abbayes de Saint-Wandrille de Fontenelle et St Georges de Boscherville. Région qu'Ange quitte pour aller travailler dans les Vosges, via Nancy.
Comme toujours sur un fond de roman, l'auteur nous fait découvrir le métier de facteur d'orgue. Il nous fait traverser les deux guerres mondiales ainsi que les dégâts psychologiques des combattants rescapés. Et puis il nous fait faire une visite de la Ville de Nancy sans oublier un petit coucou aux créateurs de l'Ecole de Nancy ; la colline de Sion fait partie du périple. Un parcours à travers les Vosges bien commenté. Bref, un livre très complet où chaque fait est décrit avec un rappel de l'histoire du pays ainsi que des personnages qui ont fait son histoire.
En résumé : un beau roman, une belle histoire d'amour (même deux à y bien réfléchir), une visite de la Normandie et de la Lorraine, un rappel de l'histoire de France pendant les deux guerres mondiales.
Un livre très complet, bien documenté et surtout tellement bien écrit.
Commenter  J’apprécie          371

Mon avis

Je remercie les Editions PRESSES DE LA CITE et en particulier Marie-Jeanne de m'avoir permis de lire, en service de presse, « Le Souffle d'Ange », roman de Gilles LAPORTE, auteur dont j'ai lu pratiquement tous les ouvrages tant j'aime sa très belle plume fluide et précise.

Je remercie également Gilles pour la très gentille dédicace qui m'a beaucoup touchée.

Gilles LAPORTE nous transporte en 1898 où nous faisons connaissance avec la famille Levral : Garin, le père jardinier à la Maizerie, Emilie son épouse et Ange leur fille.
Après une visite à l'Abbaye de St-Wandrille en Normandie et avoir entendu l'orgue de Saint-Georges de Boscherville, la jeune fille a une révélation : elle sera facteur d'orgues.

Nous découvrons le destin d'Ange, son parcours semé d'embuches pour pouvoir exercer un métier qui, à l'époque était réservé aux hommes. Fort heureusement, la jeune Ange est courageuse, forte et déterminée mais également passionnée par les orgues. Pour ce faire il lui faudra quitter sa famille et partir en Loraine, dans les Vosges.

Nous assistons aux rencontres qu'elle fera tant au cours de sa vie amoureuse que professionnelle.

Beaucoup d'émotions sont palpables au fil des mots de l'auteur. Il faut dire que Gilles LAPORTE décrit à merveilles les Vosges, région si chère à son coeur, mais aussi les spécialités régionales, nous faisant ainsi saliver à l'évocation de certains plats tels que l'andouille du Val d'Ajol, le pâté lorrain, l'omelette au lard, le munster sans oublier le vin de Moselle et l'eau de vie de mirabelle !

J'ai beaucoup aimé ce roman historique régional très bien écrit qui nous apprend énormément de choses sur le métier de facteur d'orgues.

J'ai également apprécié le clin d'oeil de l'auteur au Docteur Schweitzer, à Jean Marais, Louise Michel et Julie Victoire Daubié.

Un excellent ouvrage que je recommande aux amateurs du genre, qui, comme moi, passeront un très bon moment de lecture.


Page FB : https://www.facebook.com/joellemarchal74/

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com !





Commenter  J’apprécie          20
Je découvre la plume de cet auteur avec ce roman et je peux vous dire que j'en suis tombée amoureuse. Quelle belle histoire Gilles Laporte nous livre ici!

Nous suivons la vie d'Ange, jeune normande prédestinée à devenir maîtresse d'école. Mais un jour, son père l'emmène en voyage durant lequel elle entendra pour la première fois le son d'un orgue. Elle en sera tellement émerveillée que son avenir en sera à jamais changé, car ce qu'elle veut devenir, c'est facteur d'orgue.
Elle part donc en Lorraine, abandonnant sa terre natale et ses parents pour apprendre ce métier. Femme dans un métier d'hommes au début des années 1900, tout ne sera pas facile pour elle.
Elle connaîtra les 2 Guerres Mondiales et ses conséquences, mais jamais sa détermination et l'amour de son métier ne seront mis à mal.

L'auteur relate une histoire magnifique, avec de très beaux côtés comme des plus mauvais. Mais toujours avec douceur. Il aborde dans ce livre différents thèmes fort.

Premièrement, la place des femmes au début du siècle dernier. Surtout que la protagoniste choisit un métier qui n'est pas destiné aux femmes.

Deuxièmement, la guerre et ses conséquences. le mari d'Ange reviendra de la Première Guerre Mondiale complètement anéanti et alcoolique. Il n'est plus que l'ombre de lui-même.

Et troisièmement, l'amour! Ange est une amoureuse fidèle, mais il arrivera que son coeur bascule pour un autre. le destin fera bien les choses et jamais elle ne devra rompre avec ses convictions.

J'ai eu un véritable coup de coeur pour ce livre et la protagoniste. C'est un récit rempli d'espoir, de bienveillance, de douceur et de force en même temps. Ange montre que "quand on veut, on peut".

Je ne peux que vous conseiller de plonger au coeur de cette merveilleuse histoire où se mêlent passion du travail, amour et difficultés de la vie.
Commenter  J’apprécie          20
Un roman qui allie la tendresse et la force, le courage, la ténacité et la passion. Une fois de plus, c'est d'une femme dont il va s'agir, la belle Ange.

L'auteur fidèle à ses habitudes, s'emploie à mettre un point d'honneur à réhabiliter dans ses ouvrages toutes ces femmes d'antan qui ont oeuvré pour acquérir notre liberté et les droits dont nous bénéficions, nous les femmes d'aujourd'hui.

Dans cet ouvrage, il est question d'une toute jeune fille, Ange, normande,14 ans en 1898, issue d'une famille modeste. Sa destinée va tout à coup s'affirmer et son choix se porter sur "un métier d'hommes" à l'issue d'un voyage en pays De Caux, terres de naissance de ses parents.

Il a suffi d'un pèlerinage à l'abbaye de Saint Wandrille, réhabilitée après des siècles de contre-emploi grâce au nouvel abbé Dom Joseph Pothier, un Lorrain, pour que ce dernier lui ouvre son horizon en parlant de musique et de chants grégoriens. Puis sur le chemin du retour, d'un arrêt à l'abbaye St Georges de Boscherville, où happée par la voix des grandes orgues se répandant dans la nef jusqu'à atteindre les grandes voûtes et pénétrer le choeur de l'édifice, pour que ce souffle majestueux opère ; ses vibrations coulent en elle, l'envahissent dans toute son âme, dans son coeur, dans tous ses pores. A l'issue de ce concert-répétition envoûtant et improvisé et la rencontre avec l'organiste, facteur d'orgues de surcroît, qui l'emmène auprès du Buffet d'orgue pour lui en expliquer tous les rouages, quelque chose se déverrouille en elle, sa vocation est née, c'est "Facteur d'orgues" qu'elle sera. Alibert de la Maizairie, le patron de son père, approuve le choix audacieux de la jeune fille et l'aide en la recommandant à ses amis Lorrains, c'est dans les Vosges plus précisément qu'elle ira étudier. Un dur combat pour elle va commencer, s'affirmer dans ce monde d'hommes, dans une époque où les femmes sont peu considérées. Une volonté de fer chez cette toute jeune fille, malgré son amour pour Fortunato, les obstacles, les déceptions, les deuils et deux guerres, sa passion ne déviera jamais. Elle deviendra Facteur d'orgues et sera connue, reconnue et respectée

Persévérance, passion, ruptures, un voyage au coeur de la musique entre Normandie et Lorraine, agrémenté des bonnes saveurs des mets locaux dont l'auteur nous régale et, surtout un hommage à ce métier fort mal connu que celui de facteur d'orgues qui requiert des qualifications en dessin industriel, menuiserie, mécanique, formage des métaux, travail des peaux etc. en plus de connaissances musicales et musicologiques ça va de soi. Un très bel ouvrage, un fabuleux destin, une femme déterminée !

Un grand merci à Gilles Laporte, merci aussi aux Éditions Presses de la Cité-Terres de France et à Marie-Jeanne pour son envoi en SP.
Lien : http://jose-lire-et-le-dire...
Commenter  J’apprécie          30
Un retour vers le passé, où nous allons osciller entre la Normandie et la Lorraine. La famille Levral se compose du père Garin est jardinier à la Maizerie et Emilie son épouse et Ange leur fille. Ange est une toute jeune fille vivant à la fin du XIXe siècle jusqu'après la seconde de guerre mondiale.
Pour la récompenser de l'obtention de son certificat d'études, le père décide de l'emmener voir sa terre natale, le Pays de Caux, où se situe l'Abbaye de Saint-Wandrille. Et là Ange entend pour la première fois l'orgue, elle a une révélation, elle sera facteur d'orgues, sa destinée est trouvée. Elle ne veut plus rien d'autre, ses parents convoitaient qu'elle soit institutrice ou secrétaire de mairie. Elle a choisi, elle sera facteur d'orgues, métier exercé jusqu'à présent par des hommes.
Au fil du roman, nous découvrons le parcours d' Ange, pour apprendre son métier, elle devra quitter sa Normandie et rejoindre la Lorraine. le chemin set semé d'embûches, mais elle accédera à ce métier d'homme. Elle fréquentera des familles bourgeoises, mais restera simple dans ses choix de vie. Son ami d'antan, Fortunato viendra la retrouver et ils se marieront . La guerre éclate, et il doit partir combattre. Elle assumera un dur labeur tout au long de sa vie. Lors de la guerre, elle se réfugie dans son travail. Elle se déplace d'église en église et restaure les orgues. Au retour de la guerre, Fortunato n'est plus le même. Peu de temps après, elle sera seule. D'autres perspectives s'offrent à elle .En 1944, Ange qui a atteint la maturité dans son art, ressentira une très grande joie en restaurant l'orgue de Saint-Martin-de-Boscheville Cet orgue splendide lui rappelle celui qui a décidé sa vocation, en 1903 à Saint-Wandrille.
Au fil du texte, on est dans l'Histoire de France avec un aperçu de la société de l'époque, de la vie des femmes. Ange est une femme indépendante, avant-gardiste, émancipée, qui s'est toujours battue. Gilles Laporte nous renseigne sur le métier de facteur d'orgue, avec ses exigences. Il nous fait voyager dans les régions citées, non seulement par les différents lieux mais par la gastronomie.
Un bon moment de lecture que je vous invite à découvrir.
Lien : https://livresdunjourblog.wo..
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Elle d'approcha de l'orgue, actionna l'interrupteur, toucha l'ivoire du clavier, libéra quelques notes du buffet de châtaignier.
(.......)
Nouvelles notes, épousées par les chants d'oiseaux en noces quelque part dans les lilas du jardin.
Commenter  J’apprécie          80
- On ne peut pas manquer de ce dont on ne soupçonne même pas l'existence... n'est-ce pas ?
Commenter  J’apprécie          170
La vie est là oû l on se trouve, dans le partage du quotidien et dans les projets communs , pas dans les souvenirs , encore moins dans la nostalgie.
( p 367 )
Commenter  J’apprécie          50
p. 254, l’action se déroule en 1922, : « Partout, en canotier ou voile de mousseline, on voulait oublier les effets conjoints de la maladie, de la guerre et de ses saignées, de l’économie bousculée par les prétentions des États-Unis à devenir les banquiers exclusifs d’une Europe exsangue et soumise. On chantait sur scène, on dansait en guinguette, on canotait sur toutes les rivières, on badinait et fumait des blondes, défilait derrière des fanfares, s’enivrait de bulles, se persuadait que le monde était enfin devenu un paradis, que le vrai ressort d’une humanité heureuse venait enfin de se révéler : l’aspiration au bonheur ! »
Commenter  J’apprécie          00
Je serai ce que je dois être, facteur d orgues , et j aiderai à faire entendre ce qui libère plutôt que ce qui soumet !
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Gilles Laporte (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilles Laporte
Gilles Laporte - Un parfum de fleur d'oranger
autres livres classés : orgueVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (50) Voir plus



Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
307 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre

{* *}