AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782874951534
260 pages
Éditeur : André Versaille éditeur (14/09/2011)
4.5/5   4 notes
Résumé :
Dans ce livre, Gilles Lapouge nous entretient de Nicolas Bouvier, mais aussi des ses soixante ans de service dans le même journal brésilien ; des fous rires d’Adamov et des bouts du monde qui flottent dans sa tête ; des lectures de son enfance et de sa tentative de se faire embaucher comme chasseur de lapins en Australie ; de la mort de sa sœur ; de Bernard Pivot et de ses débuts au théâtre…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
tilly
  28 septembre 2011
"Je vais où je suis. Je file dans les jours perdus. Je me défais de ma mémoire."
Le Flâneur de l'autre rive est une suite mnémosique composée de 38 petites pièces, un peu comme des nouvelles dans un recueil. On peut les lire ou les relire indépendamment les unes des autres, dans un ordre différent, à son propre rythme, en flânant. Par contre on peut comme moi aimer les randonnées plus longues, l'endurance, la lecture de bout en bout, avec de rares étapes. Comme ça on a une meilleure vue, un panorama à 360° ou presque, on domine mieux le paysage dessiné par l'écrivain, les chemins de la mémoire qu'il nous invite à suivre derrière lui.
Qui est Gilles Lapouge ? Ne vous précipitez pas sur wikipedia, pas tout de suite.... Faites appel à vos souvenirs d'Apostrophes, de France Culture, à vos lectures dans le Monde ou Le Figaro, ou si vous avez des attaches brésiliennes dans O Estado de Sao Paulo. Peut-être avez vous eu le bonheur de parcourir le festival Étonnants Voyageurs à Saint-Malo, de lire ses livres ? Et si vous ne voyez toujours pas, ou que décidément vous êtes très jeune, lisez le Flâneur de l'autre rive !
On n'est pas grand reporter et journaliste depuis soixante ans pour le même journal sans avoir de nombreuses anecdotes goûteuses et des rencontres pittoresques à raconter. On n'est pas grand lecteur et écrivain sans aimer parler avec enthousiasme de ses lectures et de son expérience d'auteur. On n'est pas grand voyageur, même malgré soi, sans vouloir faire partager ses étonnements.
Alors, Gilles Lapouge est-il vraiment ce dilettante au charme ironique et léger (comme son écriture), porté par les hasards d'une vie idiote et bienheureuse ? le champion du monde auto proclamé des chroniques (à peu près 54000 pages d'écriture) ? le spécialiste mondial du café, auteur d'une monographie dont il ne reste trace dans aucune bibliothèque ? le chercheur de bouts du monde ? le collectionneur de bruits ? L'expert en batailles de vents ?
Tout à coup, au détour d'une anecdote sur sa carrière dans le journalisme, l'air de ne pas y toucher, il balance, Gilles Lapouge. La poésie malicieuse, l'observation empathique, la sagesse philosophique, laissent place à l'indignation du journaliste jadis privé un temps de sa carte de presse pour d'obscures raisons soi-disant politiques. Mordant.
J'ai relevé dans les flâneries de Gilles Lapouge plusieurs thèmes récurrents : les souvenirs, la mémoire, l'ennui. Peut-être la mort aussi, mais tellement en filigrane que je suis moins assurée de ce que j'avance que pour le reste. On les trouve jusque dans les histoires les plus drolatiques racontées par le Flâneur, ce qui donne à tout le recueil une profondeur nostalgique infiniment touchante.
Gilles Lapouge dresse au fil de ses flâneries une typologie hyper détaillée de ce que sont les souvenirs et la mémoire . Il y a les souvenirs enfouis, les souvenirs fantômes, les mauvais souvenirs que l'on voudrait perdre, les souvenirs rectifiés, barbouillés, empruntés, les faux souvenirs, les souvenirs qui tombent en ruines comme des châteaux de sable après la marée. Il les connait si bien ses propres souvenirs, qu'il leur parle comme à des enfants. Il les personnalise pour mieux les apprivoiser, les discipliner.
« Ce sont des souvenirs dodus et même musclés, pas très anciens, et sur lesquels on pensait pouvoir se reposer. Ils semblaient si calmes. Ils répondaient au premier appel. Ils inspiraient confiance. [...] Et voilà qu'il vous font faux bond sans crier gare et vous ne savez plus où ils sont passés. [...] Je ne serais pas étonné d'apprendre qu'ils se sont tout simplement perdus [...]. Sans doute ils se sont trompés de chemin quand ils ont voulu rentrer à la maison et ils ont débouché dans une autre tête. ils ont réussi à se faire adopter, comme font les chats de gouttière. Ce sont des souvenirs de "gouttière". Leur départ a laissé dans votre mémoire une blessure et une déchirure, un vide qui vous fait de grandes douleurs et des nuits tourmentées. »
Et puis, il y a l'ennui. Gilles Lapouge parle beaucoup de l'ennui, mais pour en faire l'apologie. Il s'est souvent et longtemps ennuyé, à l'armée, au sanatorium. Il a aimé l'ennui. Il a même voulu devenir trappiste, vocation avortée, mais jamais oubliée.
« C'était reposant. Les horloges étaient aux commandes de notre existence au point que le temps finissait par dépérir, comme dépérira le pouvoir, à ce que dit Karl Marx, dans la société communiste accomplie. Nous étions nous-même des sortes d'horloges et les heures étaient abolies. »
Oui, mais le temps perdu, passé, renvoie à la mort...
« A ces premiers bouts du monde, qui sont de facture classique, j'en ajoutais plus tard quelques autres, dont les bornes ne sont pas plantées dans l'espace mais dans le cadran des horloges. Par exemple, la mort de ceux que j'aimais, dont chacune me confirmait qu'après un événement pareil, il n'y a plus de minutes, même plus de secondes, et que le bout du monde est le bout du temps. »
Il y a au milieu du recueil, une flânerie au titre ultra court et qui elle-même ne comporte que quatre lignes imprimées. C'est étrange, différent, glaçant, mais très parlant.
« Froid
Mon père, quand il fut devenu vieux, disait par-
fois : "J'ai froid dans les os." Je ne comprenais
pas ce qu'il voulait dire. Maintenant, j'ai froid dans
les os. »
Je voulais finir sur cette belle note sombre mais je ne veux pas laisser l'impression que les souvenirs de Gilles Lapouge sont tous de cette veine lapidaire et morbide. Au contraire, une fois refermé le Flâneur de l'autre rive, je retiens surtout le partage réussi du bonheur rare d'avoir vécu une vie peu contrainte. A lire, et à faire lire.

Lien : http://tillybayardrichard.ty..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Norlane
  19 mars 2013
Lire le flâneur de l'autre rive, c'est comme regarder les formes des nuages, allongé(e) dans l'herbe par un après-midi ensoleillé. C'est écouter passer les souvenirs d'un homme voyageur, des souvenirs aux contours mouvants qui nous emmènent un peu au Brésil, un peu dans le désert algérien, un peu dans la neige et le froid français, à la fois dans le silence et dans les mots (ah le plaisir de trouver au détour d'une phrase, un mot ancien, oublié, peu commun, posé là comme un sourire plutôt qu'une volonté d'étaler sa science !), au coeur des rencontres, avec en fond sonore "que retient-on des moments vécus ?"
J'ai découvert la collection Chemin faisant de l'éditeur André Versailles avec Ecrivain et oiseau migrateur par Alain Mabanckou. Je n'avais jamais lu cet auteur venu du Congo mais je l'avais vu et entendu quelques fois. Depuis, j'ai aimé Mémoires d'un porc-épic et je vais commencer Black Bazar. Là, j'avoue, Gilles Lapouge m'était totalement inconnu... Encore une fois, la magie a opéré : je referme le livre avec l'envie de me promener plus avant sur le chemin de Gilles Lapouge et parmi les autres livres de la collection.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
letteratura
  27 septembre 2011
Tout d'abord, j'aimerais remercier Newsbook et André Versailles éditeur de m'avoir permis de découvrir cette autobiographie. J'ai découvert un livre mais non seulement une personnalité dans cette autobiographie, moi qui ne connaissait même pas le nom de Gilles Lapouge.
Le personnage est vraiment essentiel dans une autobiographie, il est le premier personnage, et il ne doit pas avoir une vie ennuyeuse ce qui n'est pas le cas puisqu'on voyage tellement avec Gilles Lapouge du Brésil en Islande, d'Adamov à Bouvier, on aperçoit le personnage, on sent qu'on le connait très bien, il nous dévoile tous ses secrets sans faute. A la fin, on éprouve le sentiment d'avoir connu ce personnage qui a fait le tour du monde, qui connait tout le monde, c'est vraiment très agréable d'avoir ce sentiment à la fin d'une autobiographie, sa caractérise sa réussite ! Pour finir avec le personnage, on apprend qu'il est très nostalgique !
Les aventures que Gilles Lapouge nous relatent sont vraiment intéressantes, rien n'est normal chez lui, il nous dévoile son âme sans craindre les critiques, par exemple, il dévoile ses sentiments paranos sur les pensionnaires, ses “fautes” dans l'écriture de ses romans, sa vie du début à la fin. On voit que le personnage a beaucoup d'amis, puisqu'il nous les présente, eux et leurs vies. Toutes ces péripéties sont utile pour son écrit, puisqu'il continue avec ce qu'il a dit, donc l'ennuie est absent du livre de Lapouge, il est même très éducatif.
En effet, dans ce livre, on apprend beaucoup de choses utiles dans la vie courante, comme beaucoup de théories philosophiques et littéraires qu'il nous relate, de noms de livres et leur histoire, des leçons de vie (il ne faut jamais forcer quelqu'un à faire quelque chose), même s'il n'insiste pas beaucoup sur cela, sa vie nous apprend de nombreuses choses, on voit qu'il a de l'expérience.
Son écriture est vraiment très plaisante et de qualité à lire, il y a beaucoup de métaphores filées qui nous surprennent en aboutissant à quelque chose de complètement différentes, ce qui est très stimulant pour continuer la lecture. de plus, il a une écriture avec laquelle il réussit à nous faire rire ,donc ne vous fiez pas aux préjugés que c'est ennuyant parce que c'est une autobiographie, on apprend beaucoup d'autre vies. de plus, son écriture est vraiment pas vieillotte, il a une écriture contemporaine très agréable à lire.
Finalement, je vais vous parler de plagiat, non, je ne dis pas ce livre est un plagiat, loin de là, mais dans ce livre, Gilles Lapouge nous raconte comment il a plagiat quelques dialogues et personnages de Guerre et Paix de Tolstoï et aussi deux ou trois pages d'une oeuvre de Rimbaud, mais il dit qu'il l'a fait pour rendre hommage aux auteurs, il écrit cela tellement naïvement, que l'on ne peut pas lui en vouloir ! Mais il a été déçu que personne ne le remarque !
Je voudrais aussi ajouter que dans ce livre, il y beaucoup de références de livre que vous pourrez noter, des livres à lire, je crois, voilà mon ajout. Ma chronique est donc fini avec une belle touche, j'ai aimé ce livre et aussi apprécié le personnage particulier de Gilles Lapouge. Donc je vous conseille le livre pour découvrir l'autobiographie !
Lien : http://litteraire-en-herbe.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
letteratura
  04 octobre 2011
Tout d'abord, je tiens à remercier Madame Charlotte (ou bien Bibliofolie qui s'est éteint il y a peu) et les Editions des Deux Terres. J'ai lu ce livre avec un curiosité de savoir ce qu'était un thriller psychologique et j'ai appris à peu près ce que c'était. J'ai globalement apprécié cette lecture mais non sans bémol.
Premièrement, parlons de l'écriture qui est vraiment agréable à facile à lire, sans beaucoup de vocabulaire spécifique, Jesse Kellerman réussit d'abord par nous séduire avec son écriture plaisante. J'ai surtout aimé lire les pensées du personnage que je vous raconterai dans un autre paragraphe. Donc, l'écriture est un très bon point de ce livre qui suffirait même à le conseiller mais pas que !
En effet, il y a la chose principale d'un roman, l'intrigue, l'histoire qui est vraiment très originale dans celui-ci, il y a un externe qui sauve une vie, mais il croit avoir fait quelque chose de mal et il apprend que… Voilà, vous n'avez rien compris mais l'histoire est vraiment très difficile à raconter, il faut le lire, car la suite est vraiment ambigüe, si je commençait à vous raconter, ce serait un spoiler, donc je vous dis que c'est un thriller psychologique dans lequel on est dans la tête d'un personnage ayant un doute sur ce qu'il a fait, de plus, il est harcelée par… mystère. Donc, l'intrigue est vraiment très intéressante, elle va beaucoup vous plaire.
Les personnages sont vraiment très bien développés, on entre dans leur cerveau pour savoir ce qu'il pensent, ils sont humains, donc leurs pensées sont parfois très complexe, il se demande que faire, c'est la situation de Jonah Stem. Ce personnage est très intéressant à lire, vous allez l'aimer, mais parfois il sombrera dans la folie à cause de quelqu'un. le deuxième protagoniste est d'autant plus intéressant, c'est un personnage qui a de l'ambition, pour cette ambition, elle va aller jusqu'au plus haut point…
Le seul bémol de ce livre est vraiment les moments plats qui ennuient le lecteur comme moi, mais ces moments sont certes rares, mais diminue la volonté, mais ne vous affolez pas, ils ne sont pas si longs que ça.
La fin, j'allais l'oublier, mais dans ce roman, elle est vraiment très originale, très bien trouvé, on n'imagine pas cette possibilité mais on y va jusqu'à la folie. J'ai vraiment été bluffé par la fin, on comprend jusqu'à quel point peut-on aller pour sa seul ambition. Cette fin fait vraiment réfléchir sur ce personnage vraiment dérangé. Donc, ce livre est vraiment à lire juste pour savoir la fin.
Finalement, c'est une très bonne lecture qui est à conseiller sans modération aux accros du thriller !! Bonne lecture !
Lien : http://litteraire-en-herbe.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
NonFiction   20 février 2012
L’abécédaire voyageur de Gilles Lapouge, intrépide journaliste et écrivain sans frontière, nous ouvre au monde !
Lire la critique sur le site : NonFiction
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
tillytilly   28 septembre 2011
Lire (je ne lisais pas)

Dès ce moment, je lisais tout, les notices des remèdes, les papiers déchirés que le vent chasse dans les rues, les affiches, les romans. Don Quichotte était comme moi. Il savait aussi que chaque bribe de feuille imprimée ou crayonnée est une magie. Au début, j’essayais d’en démonter les ressorts, mais les mécanismes d’une magie sont si nombreux et ses rouages si frêles que je ne suis jamais arrivé à dévisser tout ça. Je me réduis à en éprouver les effets. Je me dis seulement que j’ai de la chance. Nous avons fait bonne pioche. Nous sommes comme ces mineurs de la Californie ou du Yukon qui envoient un coup de pelle dans la montagne et qui deviennent riches à perpétuité.


Un jour, un individu a déposé des griffures sur un parchemin ou sur un papier, après quoi ces embrouillaminis de charbon ou d’encre ont été imprimés. Ils ont été collés à d’autres embrouillaminis, ça a fait un livre, et on les a entreposés dans le fond d’une bibliothèque. Ils n’ont plus fait de bruit. Mais il suffit qu’une main ouvre ce livre, qu’un regard frôle ces jambages, et ça se remet en marche. Les voix sont aussi claires qu’au premier jour. Un pays se déplie. J’entends le bruissement que la vie fait à mesure que mon œil se promène sur les lettres. Un cavalier gaulois traverse la route et son cheval croque une touffe d’herbe en ronronnant. Un notaire de Clermont-Ferrand reçoit une châtelaine et un mendiant beugle dans une ruelle d’un autre siècle. J’ai poussé une porte qui n’existe pas et je pénètre dans la vie. Bien sûr, on m’assure qu’en dehors du livre, des événements continuent à se produire. On me dit qu’ils sont intéressants et qu’ils peuvent me concerner, mais je ne suis pas naïf au point de croire à leurs manigances. Ils sont nuls. Face à Vautrin, à Julien Sorel et au prince André, face à Mrs Dalloway et à la princesse de Clèves, ils font petite figure et les énergies qu’ils déploient pour faire mine d’exister me font bien rire. Je fais semblant de croire qu’ils sont réels et même méritants mais, dès qu’ils ont tourné leurs talons d’événements, je regagne la vraie vie, les provinces où Madame Bovary pleure et meurt, où Smerdiakov ourdit ses mauvaises logiques.

Un livre est la plus modeste des usines et rien n’est plus robuste que ce petit truc. Les raffineries de l’étang de Berre et les hauts-fourneaux du Creusot, Cap Canaveral même, sont des primitifs et des rudimentaires si on les compare à un in-folio. Jetez un roman dans une cave, un grenier. Oubliez-le pendant mille ans, le temps que quelques empires passent, que la Chine s’éveille, que meurent cent milliards d’humain et qu’un savant invente l’ordinateur. Ensuite, soufflez sur la poussière qui emmitoufle les reliures, tournes les pages, et l’instrument s’agite. Des bielles et des pistons cliquettent. On dirait qu’un cœur recommence à battre. On dirait qu’un bon Dieu ranime les heures. Le livre est une pendule, un réveil Jaz. Il suffit de remonter ses ressorts et l’éternité se termine. Elle devient du temps qui passe. Sous vos yeux se lève un opéra fabuleux : une femme pleure ou bien elle danse, une famille de souris ronge un gruyère, une guerre éclate entre deux provinces, une tempête est sur la mer et le vent est glacé, ce matin-là.

Si je devais être mort, j’emporterais un livre dans mon bagage. Les jours où l’ennui piétinerait, j’ouvrirais Thomas Hardy, Jules Supervielle ou Bécassine, et les douceurs et les diaprures de la terre se déploieraient dans ces gribouillis. Une ponctuation, un point d’exclamation et un adjectif seraient comme des petites portes. Je pousserais ces portes. Je me glisserais dans une ville et parmi des fleurs, dans un Moyen-Age et dans la tristesse des cœurs, dans une auberge, et j’oublierais ma mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
versailleversaille   14 septembre 2011
Je n’ai pas beaucoup d’autorité sur mes souvenirs. Ils n’en font qu’à leur tête. Je suis voué à les suivre. Parfois, ils se moquent carrément de moi. Si je leur donne l’ordre d’aller vers le sud, c’est à l’ouest que je me retrouve. Ils mettent malice à me contredire. Comme ils vont trop vite pour mon pas, je boite. Ils me distancent. Ils en profitent pour me semer, comme les parents indignes, dans les contes de fées, entraînent leurs enfants dans les forêts obscures. Ils me mettent un bandeau sur les yeux. Ils me font tourner et, quand ma tête est un vertige, ils arrachent le foulard. Je me demande alors en quelle géographie je suis tombé et dans quel moment de ma vie. Je ne reconnais rien. Je suis dans un lointain. On se chamaille un peu, mais après une rapide altercation, je suis bien obligé de reconnaître qu’en effet je suis passé dans ces écarts, il y a longtemps, longtemps, comme en un songe, et que j’avais tout oublié.
En général, mes souvenirs ont meilleure mémoire que moi. C’est pourquoi je les laisse faire. Je leur donne tous les pouvoirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
versailleversaille   14 septembre 2011
Je n’ai pas beaucoup d’autorité sur mes souvenirs. Ils n’en font qu’à leur tête. Je suis voué à les suivre. Parfois, ils se moquent carrément de moi. Si je leur donne l’ordre d’aller vers le sud, c’est à l’ouest que je me retrouve. Ils mettent malice à me contredire. Comme ils vont trop vite pour mon pas, je boite. Ils me distancent. Ils en profitent pour me semer, comme les parents indignes, dans les contes de fées, entraînent leurs enfants dans les forêts obscures. Ils me mettent un bandeau sur les yeux. Ils me font tourner et, quand ma tête est un vertige, ils arrachent le foulard. Je me demande alors en quelle géographie je suis tombé et dans quel moment de ma vie. Je ne reconnais rien. Je suis dans un lointain. On se chamaille un peu, mais après une rapide altercation, je suis bien obligé de reconnaître qu’en effet je suis passé dans ces écarts, il y a longtemps, longtemps, comme en un songe, et que j’avais tout oublié.
En général, mes souvenirs ont meilleure mémoire que moi. C’est pourquoi je les laisse faire. Je leur donne tous les pouvoirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Gilles Lapouge (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilles Lapouge
Dani Legras, journaliste franco-brésilienne, nous fait le plaisir de nous parler du livre d'Adriana Brandão, "Les Brésiliens à Paris, au fil des siècles et des arrondissements"... Elle évoque pour nous le spirite Allan Kardec, la grande artiste Tarsila do Amaral, la lutte des brésiliens et des brésiliennes contre la dictature militaire ... On a envie de lire et relire ce texte en l'écoutant ! Et de l'utiliser comme la "lanterne magique" évoquée par Gilles Lapouge. Pour plus d'informations sur le livre, veuillez cliquer sur ce lien : https://editionschandeigne.fr/livre/bresiliens-a-paris/https://editionschandeigne.fr/livre/bresiliens-a-paris/
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1190 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre