AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205058134
Éditeur : Dargaud (05/05/2006)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 87 notes)
Résumé :
Par une belle après-midi d’été, Attila arrive en Beauce et s’aperçoit qu’il vient enfin de conquérir le monde. Se pose alors la question fondamentale de tout dictateur, quel challenge reste-il à relever une fois que l’on a fini d’égorger, piller et violer toutes les populations de notre terre ?

La dépression guette vite le Hun à qui il ne reste plus qu’à se tourner vers Dieu.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  28 mars 2015
Année 451, entre la vallée de l'Eure et la Gâtinais. Attila le Hun, suivi de ses troupes, entre en Beauce, seul territoire qui ne lui appartienne pas encore à ce jour. Evidemment, cela ne saurait tarder. Etrangement, même si le roi sait que le monde entier est à lui, il ne ressent rien, ni joie ni plaisir. Ses hommes avancent sur ce territoire... et reviennent bien vite. En effet, tous les habitants, ayant prévu l'arrivée d'Attila et ses hommes, avaient déjà mis toutes les richesses en tas et fui la Beauce. Pas de viol (sauf un chat ou deux), pas d'éviscération, pas de pillage... bien triste bataille! D'autant plus que la Beauce, c'est chiant! C'est plat, c'est triste et morne! Les barbares sont très déçus de cette conquête expéditive. Quant à leur chef, il ne se sent pas très bien, il n'arrive pas à expliquer l'étrange sentiment qui le ronge et encore moins pourquoi il ne ressent aucune joie à posséder toutes ces terres. Même son "petit barbare" ne se lève plus devant cette belle Svettie. Alors que les barbares décident de continuer à piller ce qui, paradoxalement, leur appartient, le mage polythérapeute diagnostique une dépression à Attila...
Manu Larcenet met à nouveau en scène un personnage de l'Histoire et lui fait vivre une aventure rocambolesque! Ce "phare sanguinaire", "cette magnificence sanglante", "ce prince des ténèbres", bref, ce chef barbare couve un bien étrange mal pour qui possède tout: la dépression. Bien au-delà de l'aspect humoristique et loufoque, l'auteur soulève des grandes questions: à quoi sert de tout posséder? Que peut-on acquérir, une fois qu'on a tout? Autant de réflexions qui feront sombrer ce fléau des Dieux dans une dépression. Larcenet ne manque pas d'ironiser les propos et de nous offrir un album tout aussi décalé que les autres, un chouïa en dessous malgré tout. Une fois n'est pas coutume, il a lâché ses crayons et les a confiés à Daniel Casanave. Bizarrement, le trait ressemble à s'y méprendre à du Larcenet, tout aussi nerveux et hachuré.
Une aventure rocambolesque d'Attila le Hun... En avant!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Shan_Ze
  12 février 2018
An 451. Attila le Hun remporte la bataille de Beauce avec sa horde. Il est posséde maintenant le monde entier. Ils fêtent ensemble l'événement mais Attila n'éprouve plus rien, le verdict tombe : il fait une dépression.
De Manu Larcenet j'avais lu Retour à la terre, j'ai vu cette BD avec le titre intriguant sur les étagères de mon chéri, je n'ai pas hésité ! J'ai bien aimé l'humour de Larcenet que je retrouve. Une dépression d'Attila, il fallait y penser ! Les réparties sont cinglantes mais tellement drôles. Les dix dernières sont moins jouissives : l'intérêt d'un Ratko étêté est limité voir nul, trop poussé.
Je ne savais pas que c'était Daniel Casanave qui dessinait sur le scénario de Larcenet, ça ressemble beaucoup à ceux de ce dernier. Une Bd légère qui questionne sur la (non-)nécessité de tout posséder pour être heureux mais qui finit de façon assez étrange...!
Commenter  J’apprécie          240
kouette_kouette
  23 février 2018
En enregistrant cette BD sur ma bibliothèque Babelio, j'ai découvert qu'il s'agissait du tome 3. Pendant une minute, j'ai cru que ma bibliothécaire avait foiré sa minute « conseil ». Sacré choc. Mais non, au bout de cette minute, j'ai enfin compris que chaque tome avait pour sujet une figure historique différente. Ouf ! Ma bibliothécaire est formidable.
Donc ! Attila roi des Huns est purement et simplement ridiculisé dans cette BD. Après avoir conquis le monde, le voilà qui veut se mesurer à Dieu. Mais comme le ridicule ne tue pas, Attila ne meurt pas… Par contre, le ridicule fait marrer le spectateur.
Ça donne envie de découvrir les autres tomes, histoire de rire de tout le monde. Pour ne pas faire de jaloux.
Commenter  J’apprécie          194
Ziliz
  04 août 2011
L'histoire d'Attila revisitée, je ne saurais dire sur quoi, puisque je connais très peu l'originale... Ici, le redoutable guerrier subit une sorte de dépression "post partum" : que désirer, que faire, quand on a tout conquis ? quand tout nous appartient ? Ce triste constat pourrait être le point de départ de réflexions intéressantes (sur la société de consommation, par exemple), il y a bien quelques tirades vaguement philosophiques, mais trop peu, et pas forcément très percutantes ni drôles. On sourit rarement, on s'ennuie surtout.
Le trait est sec et brut, contrairement au graphisme doux et rond des albums de Larcenet que j'ai lus précédemment. Bon, ok, Attila, n'est pas un bisounours non plus.
Cette BD s'avère donc bien décevante, au final - et dès le début, même ! Rien à voir avec la réjouissante parodie déjantée des aventures de Robin des bois.
Le seule mérite : l'album m'a donné envie d'en savoir plus sur ce personnage mythique, trop brièvement évoqué au collège, faute de temps.
J'espère moins m'ennuyer avec Freud et le soldat inconnu, dans cette même série !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Vexiana
  31 janvier 2017
A travers cette BD loufoque et faussement légère où Attila le Hun est aux prises avec la dépression, Larcenet pose des questions sur le matérialisme, l'absurdité de la possession à tout prix et sur la difficulté de l'examen de soi.
De nombreuses pistes ouvertes mais malheureusement peu exploitées au final...
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (1)
Lecturejeune   01 mars 2007
Lecture jeune, n°121 - La Beauce est enfin conquise ! C’est la « der des der » pour Attila : le monde entier lui appartient. Pourtant, le roi des Huns s’ennuie ferme, il « souffre de la vie », en un mot il déprime. Alors il congédie ses troupes, ses femmes, et part à la conquête de Dieu. Pas facile et totalement imprévisible ! Le voilà condamné à errer sans fin dans la plate Beauce : quel supplice pour le grand homme. Après Freud et Van Gogh, Larcenet prend Attila pour cible et son humour dévastateur met le doigt là où ça fait mal. Les interrogations existentielles et philosophiques du guerrier rencontrent celles du lecteur. Le graphisme, confié à Daniel Casanave, donne allégrement vie aux fantaisies de l’auteur. Un très bon album, peut-être moins facile que les précédents. Agnès Donon
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
miladomilado   15 mars 2013
- Mais... Tu ne devrais pas être en train de mettre la Beauce à feu et à sang toi ?
...
- Bin.... C'est qu'on a fini, ô terreur universelle... la Beauce est à nous... Mais la troupe vous fait dire que ce fut très décevant... Les gens d'ici connaissent votre réputation alors ils ont mis toutes leurs richesses en tas et ils sont partis...
- Pas de pillage ?
- Non
- Pas d'éviscérations ?
- Non
- Pas de viols ?
- N... Euh... Disons que quelques chats auront du mal à s'asseoir pendant plusieurs jours...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          109
miladomilado   16 mars 2013
- Je vais provoquer Dieu en duel ! Aucun gentleman ne refuserait un bon vieux duel à l'arme blanche ! Et excuse moi, mais d'après la bible, Dieu est un sacré gentleman ! ... Sauf peut-être à un ou deux passages où il est chafouin... Mais globalement, c'est un gentleman...
Commenter  J’apprécie          140
philkikouphilkikou   12 juillet 2015
-Vous êtes tellement perdu que même l'évidence vous fuit !! Vous geignez, vous vous apitoyez, vous accusez le monde alors qu'il vous suffirait de tourner le regard vers l'intérieur...
Mais pour ça il faudrait du courage...

-je dis que ce que vous verriez remettrait toute votre existence en cause et que le renoncement qui s'ensuivrait vous est inacceptable...

-Mais j'ai déjà renoncé à tout !!!

-Non...vous avez renoncez à ce que vous aviez entre les mains...mais pas à ce que vous avez dans le crâne!
-Vous n'avez jamais eu le courage de vous attaquer à vous-même, c'est sans doute là votre immense défaite (page 43/44)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
marina53marina53   28 mars 2015
On ne commence pas une nouvelle vie en fuyant l'ancienne.
Commenter  J’apprécie          260
kouette_kouettekouette_kouette   23 février 2018
Sans sa horde, un fier barbare n'est qu'un modeste assassin... Et sans son roi, ce n'est qu'une bête-homme...
Commenter  J’apprécie          50
Lire un extrait
Videos de Manu Larcenet (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Manu Larcenet
Voilà 10 ans que Manu Larssinet, Mariette et tout le petit monde du "Retour à la terre" n'avaient pas donné signe de vie... C'est donc avec un grand bonheur qu'on retrouve la série culte de Jean-Yves Ferri et Manu Larcenet ! Entretien avec Ferri, le scénariste de la série Tome 6 - Les métamorphoses - En librairie http://www.dargaud.com/bd/Retour-a-la-terre-Le/Le-Retour-a-la-terre/Le-Retour-a-la-terre-tome-6-Les-Metamorphoses
autres livres classés : attilaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15318 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..