AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782809822366
800 pages
Éditeur : L'Archipel (07/06/2017)
3.75/5   53 notes
Résumé :
Nouvelle-Zélande, 1875. Lizzie et Michael cultivent l’espoir d’un jour posséder leur propre domaine. Mais ces perspectives heureuses sont soudain assombries par la disparition de leur fille adoptive, kidnappée par un chef maori…
Pendant que Michael se démène pour retrouver sa fille, Kathleen – son ancienne fiancée – apprend une bonne nouvelle : son fils Colin rentre au pays. Mais nul ne mesure les conséquences de ce retour pour les deux familles…
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
3,75

sur 53 notes
5
5 avis
4
9 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

RLSblog
  27 avril 2020
A l'ombre de l'arbre kauri est la preuve qu'il faut parfois lire le tome 2 même quand on a moyennement apprécié le tome 1 (Les Rives de la terre lointaine). J'espérais que l'histoire des enfants de Michael, Lizzie et Kathleen serait plus passionnante et plus heureuse que celles de leurs parents et je n'ai pas été déçue !
Dans ce tome, on découvre les aventures de Matariki, fille de Lizzie et fille adoptive de Michael, et de Violette Paisley, une fille de mineur anglais fraîchement débarquée en Nouvelle-Zélande. le destin de Matariki nous permet de suivre une aventure qui mêle Pakeha (comprendre les hommes blancs) et Maoris : elle est la figure, qu'il y a toujours dans les livres de Sarah Lark, qui sert de pont entre ces deux cultures. L'histoire de Violette, quant à elle, aborde les thèmes de la pauvreté, de la misère sociale et de la débrouillardise.
Ce roman est réellement une bonne surprise. En plus de suivre des destins passionnants dans les paysages verdoyants de la Nouvelle-Zélande, on découvre des combats que Sarah Lark n'avait pas abordés avant. Quelle ne fut pas ma surprise quand j'ai découvert que les héroïnes s'engagaient dans la lutte pour le droit de vote des femmes ! C'est un thème que j'ai beaucoup recherché dans des livres mais j'ai toujours été déçue de l'angle d'approche que les auteurs prenaient. Ici, le sujet est traité avec brio, à travers des caractères attachants. Parmi ces personnages, on retrouve Sean, le fils de Kathleen et de Michael. Je regrette qu'il n'arrive qu'au milieu du livre car j'espérais le revoir bien avant, mais je comprends que Sarah Lark ne l'ait pas fait revenir plus tôt. Son implication dans la deuxième partie du roman est juste parfaite. Autre thème abordé par l'autrice : l'homosexualité féminine. Alors qu'elle avait déjà traité de l'homosexualité masculine dans le Pays du Nuage Blanc, dans A l'ombre de l'arbre kauri on suit un personnage (je ne dirai pas qui pour garder le suspense) qui s'épanouit lorsqu'elle comprend que les stéréotypes sexuels sont sociaux et qu'elle a le droit d'aimer qui elle veut.
Si je devais décrire ce roman en un mot, je dirais qu'il est féministe : homosexualité féminine, droit de vote des femmes, émancipation de la femme et soutien de certains personnages masculins à la cause féministe.
Parmi tous les romans de Sarah Lark qu'il m'a été donné de lire, c'est certainement celui que j'ai préféré car les combats menés par les personnages sont puissants et sincères.
Plus de chroniques littéraires sur :
Lien : http://raisonlectureetsentim..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Dupuisalex
  01 décembre 2019
Matariki, fille de Lizzie et Michael, fille de chef, se fait enlevé par de drôle de maoris. Ceux-ci ne l’approche pas, ne la touche pas, ni elle, ni son ombre. Ses origines sont la raison de son enlèvement, la guerre qui se prépare contre les « Pakeha » en est la cause.
Lorsque la mère de Violette meurt accidentellement en tentant de fuir son marie violant , le monde s’écroule pour la jeune fille. Aidé pas Heather Coltrane qu’elle rencontre pour des raisons d’héritage de son beau-père, celle ci avec sa sœur, espère fuir son père, en partant pour la Nouvelle-Zélande. C’était sans compter sur son père qui décide de faire partie du voyage. La vie sereine tant espérée est encore loin.
A l'ombre de l'arbre kaurie de Sarah lark
Suite direct De, les rives lointaines et deuxième opus de la trilogie, le roman peut se lire sans avoir lus le précédent car l'auteure nous fait quelques rappelles essentielles sur les personnes principaux du premier roman, sachant que ceux-Ci passent au second plan pour laisser place à la génération suivante.
Matariki, Violette, les enfants Coltrane, enfants d'hier deviennent les protagonistes d'aujourd'hui. Sarah Lark reste dans la même veine du drame familial, avec une note plus que présente de féministe. Des personnages féminins aux charismes évoluant. Un petit attachement principalement à la petite Violette.
Dans un premier temps, on évoque la vie des maoris avec les restrictions faite par la couronnes anglaise qui souhaite les européanisés des plus en plus et leur faire oublier leur culture. Ensuite , l'auteure évoque les conditions de vie des femmes, leurs droits, le droit de vote et bien sûr les suffragettes.
Plumes toujours intéressante et touchante, même si on reste dans la même construction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Valmyvoyou_lit
  24 avril 2019
Cet ouvrage est la suite de « Les rives de la terre lointaine ». Même si j'aime lire tous les tomes d'une saga dans l'ordre, ils peuvent se lire indépendamment. En effet, À l'ombre de l'arbre Kauri concerne la deuxième génération et de nombreux rappels du premier tome sont faits au début de l'histoire. Il a une vraie fin, aussi, il est possible de lire l'un ou l'autre des romans sans connaître les autres.

Cet opus, qui se déroule de 1875 à 1893, concerne essentiellement Matariki, la fille de Lizzie et Violette, une jeune fille en souffrance. Leurs caractères sont complètement opposés, leurs réactions face aux épreuves diffèrent, n'ayant pas le même vécu et la même assurance, mais elles mènent toutes les deux un combat pour les droits des femmes.

Dans l'ombre de l'arbre Kauri, Sarah Lark montre les conflits qui ont opposé les maoris aux Pakehas (hommes blancs). Face aux armes des colons, les tribus ont riposté par des actions pacifistes que l'auteure décrit de manière très détaillée et circonstanciée.

Sarah Lark dépeint les conditions des femmes et leur combat pour l'abstinence de l'alcool, mais surtout pour leur droit de vote. Les Maoris se battent aussi pour l'obtenir eux aussi. En raison de sa double culture, Matariki est dans toutes les batailles.

A l'ombre de l'arbre Kauri alterne les chapitres au sujet de Matariki et de Violette. Cette dernière m'a énormément émue. J'aurais aimé pouvoir la protéger.

Le début m'a paru un peu long. Matariki a été enlevée par un chef maori et les descriptions de ses épreuves donnaient un rythme lent au récit. Mais une fois que l'humain a été remis au centre de l'histoire, j'ai été emportée.

Je me suis attachée aux personnages, en particulier à Violette. Nous la rencontrons jeune fille, puis femme. Elle n'est pas épargnée par les hommes de son entourage...
La suite sur mon blog
Lien : http://www.valmyvoyoulit.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Bislys
  05 juillet 2019
Depuis les premières pages du Pays du nuage blanc, je suis sous le charme de la plume de Sarah Lark et cette nouvelle lecture ne fait pas exception. J'ai eu cependant un peu plus de mal à me remettre en tête les personnages du tome précédent et il m'a fallu une centaine de pages pour rentrer dans le récit. Si l'histoire est toujours aussi addictive, j'ai trouvé qu'il souffrait de quelques longueurs. Tout le temps que passe Matariki chez les Maoris et à Parihaka est très long, sans doute à cause des descriptions des rites maoris, intéressants mais redondants. Si j'adhère toujours autant au style et aux histoires de Sarah Lark, je trouve cependant que ces romans manquent cruellement d'originalité. Dans chaque tome de ses trilogies, on retrouve les mêmes éléments: des femmes battues et/ou violées puis une grossesse, une histoire d'amour où la femme finit par partir mais se découvre enceinte et décide d'élever son enfant envers et contre tous. L'auteure nous avait déjà fait le coup avec la trilogie du Nuage blanc et elle a remis ça avec la trilogie kauri. Ne pourrait-elle pas trouver d'autres ressorts romanesques que des viols à tout bout de champs?! Je poursuis directement avec le tome 3 en espérant que Sarah Lark trouve autre chose à raconter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
montmartin
  22 septembre 2017
Ce roman nous permet de suivre le destin croisé de deux jeunes filles Maratiki et Violette .
Matariki a seize grand-mères, dans la tribu Maori proche de la ferme de ses parents Michael et Elizabeth, il est usuel d'appeler grand-mère les femmes âgées. A moitié Maori puisque son géniteur est en fait Kahu Heke un chef Maori, elle est une enfant des étoiles. Un jour son vrai père l'a fait enlever, elle appartient à son peuple et doit assumer les devoirs d'une fille de chef. Elle assiste à une cérémonie où les guerriers maoris s'apprêtent à partir en guerre contre les anglais, elle réussit à s'enfuir et on la retrouve bonne chez des commerçants genre Thénardier. Elle va s'installer ensuite chez les Parihaka une tribu Maori qui oppose une résistance pacifique à l'invasion des colons blancs.
Pays de Galles, Violette veille sur sa petite soeur Rosie, pendant que son père Jim et son frère aîné Fred dépensent dans les pubs le peu d'argent dont la famille dispose. Recueillies dans la chaleur du foyer du révérend Burton les deux filles embarquent pour la Nouvelle Zélande, le nouveau monde où Jim et Fred espèrent faire fortune. A leur arrivée, elles vont partager la chambre de prostituées, pendant que les hommes s'enivrent. Puis se retrouvent dans une baraque,véritable taudis sale et puant sur un site minier où Jim et Fred on réussit à se faire embaucher.
Un début un peu lent et puis le récit prend du rythme et on se laisse emporter dans cette épopée qui de 1875 à 1893 nous entraîne des mines du Pays de Galles à la Nouvelle Zélande où des rêveurs, déguenillés et pauvres arrivent chaque jour en bateau attirés par l'appel de l'or, en passant par les ateliers des peintres et les galeries des grandes villes européennes. Deux portraits de femmes courageuses et volontaires qui vont se retrouver dans un même combat pour obtenir le droit de vote pour les femmes, la Nouvelle Zélande sera le premier pays au monde a l'adopter. Au fil des pages, le lecteur fait connaissance avec des personnages qui vont jouer un rôle dans la vie des deux jeunes femmes, certains les aideront d'autres violents, cyniques ou manipulateurs tenteront de les briser. Une plongée dans les rites et les coutumes d'un peuple Maori dont les membres veulent conserver leurs terres et leurs traditions face à l'invasion des colons venus du royaume d'Angleterre, les constructions des premières pistes hippiques, le développement des courses de chevaux et des paris truqués. Mais surtout la lutte de ces femmes qui en se libérant du corset qui emprisonne leur corps vont se libérer du joug de l'homme.

Lien : http://notreavis.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
montmartinmontmartin   21 septembre 2017
Les hommes et les femmes sont égaux, ici dans notre pays comme dans d'autres, mais toujours dans les domaines où les hommes y voient une utilité. Si l’égalité menace d'être utile aux femmes,ce sont soudain d'autres lois qui entrent en vigueur.
Commenter  J’apprécie          70
LadyRomanceLadyRomance   19 juillet 2017
- Il y aura quand même quelques hommes, observa Julia quand Violette lui fit part de cette réflexion. Mon mari, par exemple. Nous poursuivons en effet tous les mêmes objectifs. Quoique avec cette Mme Sheppard... je n'en suis pas si sûre... Elle est... elle a des opinions extrêmement radicales ! Le droit pour les femmes de voter... je veux dire...
- Tu ne t'en sens pas capable ?
- Mais ce n'est pas le problème, répondit Julia avec étonnement. La question est davantage de savoir si c'est ce que Dieu veut ! Il a en effet créé Eve à partir d'une côte d'Adam... et la première décision qu'elle a prise était fausse, ajouta-t-elle en se signant.
- Peut-être à cause de ça !
- Hein ?
- Oui, à cause de ça peut-être. Parce que... euh... elle venait de la côte d'un homme... Si Dieu s'était donné un peu plus de mal et avait repris de l'argile... ou s'il avait mis un peu de cervelle dans la tête d'Adam...
Julia se signa à nouveau, indignée cette fois.
Mais tu blasphèmes Violette !
- Je crois juste qu'il y a eu un peu de négligence. Mais qu'Eve n'ait peut-être pas été très maligne ne signifie pas que toutes les femmes prennent de mauvaises décisions. Les filles d'Adam et d'Eve, par exemple, ne peuvent pas être directement descendues de la côte d'Adam, elles ont bien dû hériter d'un peu de sa raison.
Pour échapper à des considérations aussi hérétiques, Julia changea de sujet, évoquant Kate Sheppard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   29 juin 2017
N’ayant appris à l’école que l’histoire de l’Europe, elle pensa d’abord à une politique d’alliance par le mariage. Son père voulait-il la marier ? Avec un prince maori afin d’amener sa tribu à soutenir les Hauhau ? Mais non, c’était ridicule ! Elle avait un jour lu le récit de missionnaires qui s’indignaient que, dans les familles de chef des îles polynésiennes, c’étaient toujours des frères et sœurs qui s’épousaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   29 juin 2017
Le révérend avait aimé Kathleen de longues années avant qu’elle ne lui dît enfin oui. Aujourd’hui encore, il était fier de ne pas avoir capitulé devant tous les fantômes, morts ou vifs, du passé de la jeune femme. Elle avait d’abord fui son premier mari, un homme violent. Après sa mort, son premier amour, Michael Drury, était soudain réapparu. L’ultime obstacle au mariage – le passage de Kathleen de l’Église catholique à l’Église anglicane – lui était ensuite apparu un insignifiant monticule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   29 juin 2017
Notre fille est intelligente, mais je ne qualifierais pas ses dons de surnaturels. Sa préceptrice, Haikina, n’a fréquenté que l’école des missionnaires, elle sait lire et écrire et elle a transmis ses connaissances à nos enfants avec rigueur et amour. Mais elle ne parle ni le français ni le latin et est dans l’incapacité de préparer notre fille à des études supérieures ainsi qu’à un mariage avec quelqu’un de la même classe sociale que la nôtre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Sarah Lark (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sarah Lark
#LaValleeduLotusRose #KateMcAlistair #Inde
Le nouveau volet de l'enivrante saga du Lotus Rose, dans la lignée des grands romans de Sarah Lark (Le Pays du nuage blanc) et de Tamara McKinley (La Dernière Valse de Mathilda).
• émotion et évasion : un roman qui s'inscrit dans la lignée des sagas de Tamara McKinley et Sarah Lark • parution simultanée chez Archipoche du deuxième volet de cette saga : La Cité du Lotus rose • le livre audio de la Vallée du lotus rose s'est hissé dans le top 30 Amazon « On ne résiste pas à l'histoire de cette héroïne déterminée à échapper au carcan de son éducation », Ici Paris ; « Voyages rocambolesques, villes légendaires, amours, passions et haines émaillent ce roman », Maxx ; « Un grand roman d'évasion, une magnifique histoire romanesque » Babelio
------ Le livre : http://www.editionsarchipel.com/livre/lheritiere-du-lotus-rose/ Facebook : https://www.facebook.com/larchipel Instagram : https://www.instagram.com/editions_archipel/ Twitter : https://twitter.com/Ed_Archipel
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvelle-zélandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2408 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre