AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Penny Lewis (Traducteur)
EAN : 9782377354658
552 pages
Éditeur : Archipoche (28/05/2020)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 51 notes)
Résumé :
Londres, 1732. Nora, la fille d’un riche négociant, a perdu Simon, son premier amour, avec qui elle rêvait d’horizons lointains. Pour satisfaire ses envies d’exotisme, la jeune femme accepte d’épouser un veuf bien plus âgé qui possède une plantation en Jamaïque.
Nora embarque alors pour les Caraïbes, à la découverte d’une île enchanteresse. Mais, bien vite, elle déchante : les conditions de vie des esclaves dans les champs de canne la révoltent.
Décidé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
jeunejane
  25 juin 2019
Londres, 1729, la jeune Nora Reed est une jeune fille de 17 ans choyée par son père, riche négociant.
Elle est réellement amoureuse de Simon, un employé de son père. Ils rêvent tous deux de la lointaine Jamaïque pour aller y cultiver des cannes à sucre ou ouvrir un comptoir commercial.
Quand Simon, très sincère, demande la main de Nora, le père lui refuse. Il est trop pauvre.
Simon, habite dans l'East End, un quartier très pauvre et est hélas très malade. Nora s'enfuit de chez elle pour le soigner et découvrira dans ce quartier une solidarité humaine et un désir de soigner comme elle le peut les plus pauvres qu'elle.
Simon décède et Nora fait difficilement son deuil.
Deux après, son père lui présente un riche cultivateur de la Jamaïque, plus âgé qu'elle. Elle accepte de l'épouser pour réaliser son rêve d'évasion qu'elle avait échafaudé avec Simon.
Arrivée sur place, c'est d'abord l'enchantement mais elle est vite écoeurée du sort réservé aux esclaves.
Elle découvrira aussi que son mari est loin d'être un homme sain et honorable.
Elle fait la connaissance de Doug, le fils de son mari qui est nettement plus humain.
A ce moment, on vit avec Nora une aventure effroyable d'abord dans un ouragan, ensuite en pleine rébellion des esclaves avec un sort non enviable réservé à la jeune femme.
Un livre aux mille péripéties dramatiques avec une jeune héroïne bien courageuse, pas superficielle du tout.
Les lectures se recoupent : j'ai retrouvé de représentants des Ashantis, vendeurs d'esclaves que j'avais rencontrés dans "No home" ainsi que la fuite vers la liberté pour certains.
Le 18ème siècle en Jamaïque est aussi une période de l'esclavage que je connaissais moins.
Intéressant aussi, la hiérarchie qui existait entre les esclaves domestiques et les esclaves des champs.
N'empêche, ils n'avaient aucun droit d'être humain et à plusieurs reprises, on voit le maître les comparer à un animal de trait.
Très beau grand roman que j'ai découvert grâce à Mylène et aux éditions de l'Archipel que je remercie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          534
kateginger63
  14 octobre 2019
Une épopée dans la Jamaique du 18eme siècle
*
Une saga flamboyante comme je les aime. De temps en temps, une lecture-plaisir est la bienvenue après des romans noirs ou des thrillers aux personnages torturés.
Ce livre est un one-shot, une histoire complète sur près de 600 pages.
*
Le récit commence dans la Londres froide et sombre de 1732. Un 18ème siècle aux idées de conquêtes, de colonisations outremers. Justement, Nora, fille d'un riche négociant, rêve d'un voyage vers des îles exotiques avec son bien-aimé. Mais l'infortune la guette puisque son fiancé meurt dans ses bras.
*
Arrêt sur image en Jamaique, l'île aux mille sources.
Nora, jeune mariée se retrouve dans une plantation. Elle découvre avec grande surprise un royaume où l'esclavagisme est de rigueur. Elle essaiera par tous les moyens de se révolter contre l'injustice faite aux esclaves.
*
Quelle lecture dépaysante! Outre la luxuriance et la beauté de cette île, on entre dans L Histoire. Les Marrons (esclaves rebelles cachés) en négociation avec le gouverneur, les relations des planteurs avec leurs domestiques, la révolte, les raids, la société anglaise de la colonie et leur fameuse "bienséance féminine", le machisme des riches planteurs...
Tout cela est conté avec fluidité, une bonne accroche visuelle, agréable et beaucoup de rythme.
Des personnages attachants très vraisemblants sans surenchère, apportent une valeur ajoutée à l'ensemble.
*
C'est un superbe roman d'évasion où le mot "aventure" prend tout son sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Srafina
  06 juillet 2019
Dernier roman en date de Sarah Lark et début d'une saga apparemment.
Roman historique au XVIII ème siècle plus précisément 1729/1739.
Nous voici partis en compagnie de Nora Reeds jeune Londonienne, vers la Jamaïque 'L'île aux mille sources » . Celle-ci vient de se marier avec un planteur colon britannique vivant dans cette île ayant appartenu auparavant aux Espagnols. Elle fut aussi l'une des îles de Christophe Colomb lorsqu'il vécu dans les Caraïbes.
Île conquise sur les Espagnols et ayant laissé des esclaves libres « Les Marrons » en opposition avec les noirs Africains qui sont raflés et vendus comme marchandise sur cette île prospère mais rude.
Le climat est très dur et étouffant pour l'Européen, climat tropical chaud et humide. Nora n'y voit pas d'inconvénient tout l'enchante dans cet environnement mais voilà elle entre vite en conflit avec son mari, car elle ne supporte pas l'esclavagisme du moins la maltraitance qu'il engendre. Elle se consacrera aux soins à apporter aux esclaves de sa plantation ce qui est nouveau pour la « bonne » société de l'époque en Outre-mer.
De nombreuses aventures l'attendent dans son nouveau pays, elle y découvrira la beauté et la luxuriance de la végétation, l'amitié, l'amour et la détresse.
Un roman qui se lit avec plaisir, les personnages surtout Nora sont très charismatiques, elle sait ce qu'elle veut et ne se laisse pas démonter par l'attitude machiste des colons et de leurs subordonnés.
On découvre aussi l'Histoire de l'île, avec les négociations menées avec les Marrons pour que cessent leurs raids sur les plantations.
Je découvre l'auteur Sarah Lark et j'en suis ravie. J'ai beaucoup aimé son style, l'histoire est très fluide et nous entraîne à travers les aventures de Nora sans temps morts, tant au niveau romance qu'historique et c'est ce qui me plaît.
La narration est très visuelle, je m'imaginais très facilement la plantation, le typhon, les montagnes et la luxuriance de la végétation, les champs de canne à sucre, la mer et le soleil de plomb.
Merci aux Éditions l'Archipel et à Mylène pour cette belle découverte. En attendant je pense que je lirai d'autres trilogies de Sarah Lark, je viens de me rendre compte qu'elle en a plusieurs à son actif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          266
Marie-Nel
  12 août 2019
Je viens de faire un excellent voyage en Jamaïque grâce à ce roman et à son auteure, Sarah Lark. Je ne la connaissais pas du tout et pourtant elle a déjà écrit deux trilogies. Je ne sais pas si ce roman est le début d'une nouvelle série, il a en tout cas le potentiel et je serai ravie de retrouver les personnages dans la suite de leur destinée. Je suis très contente d'avoir découvert Sarah Lark. Grâce à la fluidité de sa plume, elle a su m'embarquer dès le départ dans son histoire pour me lâcher quelques quatre-cents pages plus tard, complètement conquise. Elle a su planter les différents décors avec beaucoup de justesse et de minutie. Ce livre est un dépaysement total et m'a procuré quelques heures de vacances.
Ce roman, c'est tout d'abord l'histoire d'une femme, Nora Reed. Elle est la fille d'un négociant en Angleterre. L'action va se passer sur une dizaine d'années, entre 1729 et 1739. Nora est secrètement amoureuse de Simon, elle le rejoint régulièrement, ils ont le même rêve tous deux de partir vivre en Jamaïque, dans une hutte sur le bord de plage. Simon va demander la main de Nora à son père, qui refusera, Simon n'étant pas d'une classe sociale assez élevée. le jeune homme est en plus d'une constitution fragile et atteint de tuberculose. Malgré les soins que Nora lui prodiguera, elle n'arrivera pas à sauver Simon qui mourra, laissant la jeune fille complètement désemparée. Son père décide alors de la marier à un riche propriétaire d'une plantation en Jamaïque. Comme cette destination est pour elle synonyme de souvenirs de belle vie avec Simon, elle acceptera ce mariage. Elias est veuf, et beaucoup plus âgé qu'elle. Ce qu'elle va découvrir en arrivant sur l'île va la marquer à tout jamais. Elle n'avait qu'entendu parler des esclaves, elle va vite se rendre compte de leurs difficiles conditions de vie et se révolter contre cela. Elle ne supporte pas comment sont traitées ces personnes, elle est bien obligée d'accepter les servantes, mais elle est contre leur déshumanisation. Elle va s'attacher à celle qui lui sert de bonne, Maanu, elle va la défendre face aux hommes blancs qui n'en ont que faire de ces personnes noires. Elle fera connaissance également du fils de Elias, du même âge qu'elle, qui n'a pas les mêmes idées que son père. Mais la révolte gronde, et il suffira d'une petite étincelle pour bouleverser la vie de Nora et des autres.
Nora est une femme dont le caractère va s'affirmer et se renforcer au fur et à mesure des événements qu'elle va vivre. de la jeune fille un peu tête en l'air et naïve, elle va devenir une jeune femme sûre d'elle, sachant affirmer ses idées et tenir tête à n'importe quelle personne qui se met en travers de son chemin. Elle va surtout défendre ses opinions, se révolter et s'offusquer devant les conditions de vie des esclaves que les hommes là-bas appellent des Nègres. Elle va leur apporter des soins, demander à son mari de construire de meilleurs abris. Au fur et à mesure, elle sera respectée par les esclaves. La jalousie peut cependant faire de grands carnages, et Nora en subira les conséquences. Elle saura s'adapter une nouvelle fois face à ceux qui lui veulent du mal. Sa gentillesse et sa capacité d'adaptation feront qu'elle arrivera toujours à survivre.
L'auteure décrit à la perfection les différentes tribus vivant sur l'île à ce moment là, allant des blancs, propriétaires, abusant des esclaves, appelés les Nègres. Certains esclaves libres se cachent dans les montagnes et sèment la terreur parmi les exploitants de canne à sucre, ceux là s'appellent les Marrons. Bien évidemment, ils ont beaucoup de mal à cohabiter les uns les autres et on comprend aisément que les esclaves cherchent à se révolter contre des conditions de vie ignobles décrétés par les Blancs. Sarah Lark en parle sans fard et avec beaucoup de justesse, elle souligne bien l'ignominie des hommes envers des personnes qu'ils pensent inférieurs à eux. J'ai eu, moi aussi, envie de me révolter aux côtés de Nora pour que ces esclaves soient mieux considérés, mieux soignés, que les jeunes filles soient sauvées des griffes de l'homme.
Je me suis très vite attachée à Nora, je l'ai trouvée très courageuse. À soutenir les esclaves, elle va aussi avoir les Blancs à dos. L'auteure lui fait vivre des péripéties terribles qui la transformeront à jamais. Tout ce que l'auteure décrit sur les conditions humaines de cette époque est tellement réel qu'il est impossible de ne pas se sentir outré en lisant. Et pourtant, j'ai déjà lu d'autres romans parlant de ce sujet, mais ça n'empêche qu'à chaque fois, c'est toujours aussi poignant et horrible de s'imaginer le comportement de ces humains.
Des personnages attachants, des décors bien retranscrits, une plume fluide, un sujet bien maitrisé, tout cela fait que cette lecture a été passionnante pour moi. Les scènes sont décrites sans lourdeurs donnant une lecture très visuelle, il était très facile de s'imaginer et de voir évoluer les personnages. C'est également une histoire très complète où se mêlent l'histoire d'une femme à L Histoire avec un grand H, avec un léger fond de romance. Tout est savamment dosé. On va retrouver bien sûr tous les codes de la romance avec l'amour interdit, la trahison, la découverte de la vraie nature des personnes, mais j'ai trouvé que tout cela était fait subrepticement, sans outrance. Mon coeur a chaviré plus d'une fois avec ce que fait vivre l'auteure à son héroïne.
Cette lecture m'a passionnée et je me suis régalée, par le dépaysement des lieux comme par le fond de l'histoire. Je note le nom de l'auteure dans un coin de ma tête pour continuer de la suivre et la lire à nouveau. Il n'y a pas eu de temps morts pendant ma lecture, l'auteure a su me divertir sans pour autant chercher toujours à surenchérir dans l'action. Tout ce qu'il se passe coule de source et vient naturellement.
Je ne peux que vous conseiller cette lecture si vous aimez le voyage, l'engagement pour une cause, les histoires de femmes, la romance.
J'ai passé un très bon moment avec ce roman et j'espère pouvoir lire une suite à la vie de Nora.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Mariloup
  06 juillet 2020
Sarah Lark. Une autrice dont j'entends énormément parler depuis plusieurs années, en bien bien sûr! J'ai toujours voulu découvrir une de ses oeuvres ainsi que sa plume. J'ai mis longtemps avant de me lancer et je n'ai pas commencé par sa saga la plus connue le pays du nuage blanc mais par L'île aux mille sources que j'ai pu lire récemment grâce aux éditions L'Archipel que je remercie fortement pour l'envoi de ce titre.
Nora, fille d'un riche négociant anglais, part aux côtés de son mari plus âgé qu'elle, Elias Fortman pour la Jamaïque où il est maître d'une plantation de cannes à sucre et où il règne en maître. Si elle l'a suivi, c'est suite à la perte de son premier grand amour et pour réaliser leur rêve commun de vivre en Jamaïque. Mais en arrivant dans la colonie, la vie s'avère très différente de ce qu'elle avait imaginé. La Jamaïque est certes un pays de toute beauté en apparence mais l'esclavage y est absolument partout. Elle y voit alors la triste réalité et aura à coeur d'aider aux mieux les esclaves, tout comme le fils de son mari, Doug dont elle tombera amoureuse. C'est une toute nouvelle vie qui commence alors pour elle!
J'ai beaucoup aimé l'héroïne, Nora. Elle est passionnée, rêveuse, différente de ce que l'on attend d'une jeune femme de l'aristocratie. Elle a bon coeur et quand elle aime, c'est de tout son coeur. Elle oeuvre pour les autres car elle est généreuse et déteste les injustices. Elle a à coeur de changer les choses et n'hésite pas à mettre la main à la pâte. C'est également le cas de Doug, il m'a aussi beaucoup plu. Il s'est affirmé de plus en plus au cours du roman et tous deux ont les mêmes aspirations, les mêmes rêves, c'était donc évident qu'un amour naisse entre eux. Quant à Akwasi et Elias, je les ai absolument détesté du début à la fin! Ces hommes sont des horreurs sur bien des plans! Et pour Manù, si je ne l'ai pas aimé au début à cause de ses agissements, je l'ai plus apprécié vers la fin, je la comprenais mieux. Nos héros sont très éprouvés dans ce roman! de bonnes et de très mauvaises choses leur arrivent! le contexte historique m'a beaucoup plu, m'a choqué aussi, révolté parce qu'il est question d'esclavage principalement et c'est vrai que j'ai lu très peu d'ouvrages mettant en avant ce terrible mouvement donc c'était enrichissant et cela m'a permis de mieux ouvrir les yeux.
La plume de Sarah Lark m'a énormément plu! Quelle belle plume! Agréable, qui emporte, très immersive. Il y a des descriptions très visuelles qui ont fait que j'avais l'impression d'être moi-même en Jamaïque aux côtés des personnages! C'est très fluide et c'est terriblement addictif, à tel point que j'ai eu du mal à lâcher le roman avant la fin!
En bref, j'ai adoré L'île aux mille sources! ça n'est vraiment pas passé loin du coup de coeur! Ce fut une très belle découverte et une révélation. Sarah Lark n'a rien à envier aux grandes autrices de sagas familiales/historiques, de romances et de voyages telles que Tamara McKinley et Colleen McCullough! Je sens que ça va être de mes autrices préférées dans le genre! Et j'ai très hâte de découvrir toutes ses oeuvres! La prochaine sera L'île de la mangrove rouge, la suite directe de L'île aux mille sources!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   25 juin 2019
À peine Nora eut-elle posé cette question qu'elle se mordit les lèvres. La religion était un sujet délicat qui lui avait déjà valu une dispute avec Elias. Celui-ci était d'accord pour qu'un révérend vint évangéliser les esclaves mais refusait qu'ils fussent baptisés, sous prétexte que c'était leur reconnaître une âme.
Commenter  J’apprécie          210
LadyRomanceLadyRomance   15 juin 2019
Nora feignait de ne pas s'intéresser aux bals et autres mondanités auxquels elle accompagnait son père. Mais au fond, ces sorties lui plaisaient, elle aimait la danse et les belles toilettes. Toutefois, elle ne se laissait séduire par aucun des jeunes hommes qui remplissaient son carnet de bal. Nora Reed attendait impatiemment de danser son premier menuet avec Simon et se prit même à rêver d'un Nouvel An sous les tropiques. On entendait parler jusqu'à Londres des soirées féeriques que les planteurs de canne à sucre donnaient dans leurs demeures des Caraïbes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JangelisJangelis   20 juin 2019
Peut-être qu'au fond, les Noirs et les Blancs sont semblables, dit Nora. Tout dépend qui tient le fouet.
[...]
- Il y a des choses qu'un être humain ne devrait pas faire, nuança Nora. C'est une question de bien et de mal, pas de Noir et de Blanc.
Commenter  J’apprécie          120
SrafinaSrafina   06 juillet 2019
Nous disposons d'assez de ressources en eau pour irriguer les plantations et de nombreuses rivières prennent leur source dans les montagnes, d'où le nom de l'île "Jamaïque" qui vient de "Chaymaka", l'île des sources.
Commenter  J’apprécie          120
jeunejanejeunejane   25 juin 2019
- Mais je doute que vous sachiez manier le fouet, mon garçon, et c'est indispensable avec les Nègres. Parfois, quand les choses tournent mal, il faut même les pendre, et vous n'en seriez pas capable.
McArrow tapota l'épaule de Simon qui n'en revenait pas.
Fouetter ? Pendre ? C'était un travail de bourreau!
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Sarah Lark (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sarah Lark
#LaValleeduLotusRose #KateMcAlistair #Inde
Le nouveau volet de l'enivrante saga du Lotus Rose, dans la lignée des grands romans de Sarah Lark (Le Pays du nuage blanc) et de Tamara McKinley (La Dernière Valse de Mathilda).
• émotion et évasion : un roman qui s'inscrit dans la lignée des sagas de Tamara McKinley et Sarah Lark • parution simultanée chez Archipoche du deuxième volet de cette saga : La Cité du Lotus rose • le livre audio de la Vallée du lotus rose s'est hissé dans le top 30 Amazon « On ne résiste pas à l'histoire de cette héroïne déterminée à échapper au carcan de son éducation », Ici Paris ; « Voyages rocambolesques, villes légendaires, amours, passions et haines émaillent ce roman », Maxx ; « Un grand roman d'évasion, une magnifique histoire romanesque » Babelio
------ Le livre : http://www.editionsarchipel.com/livre/lheritiere-du-lotus-rose/ Facebook : https://www.facebook.com/larchipel Instagram : https://www.instagram.com/editions_archipel/ Twitter : https://twitter.com/Ed_Archipel
+ Lire la suite
autres livres classés : jamaïqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2107 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..