AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2747035913
Éditeur : Bayard Jeunesse (02/09/2012)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 23 notes)
Résumé :
New York, été 1923. L'amour est-il plus fort que tout ? Gloria, Clara et Lorraine n'en sont plus si sûres... Trahisons, chantages, vengeances, sont au menu de ce second volet, plus noir et toujours plus palpitant... Gloria et Jerome tentent de survivre et de faire carrière dans la musique. Mais tous les clubs leur claquent la porte au nez. En fait, Carlito Maccharelli a retrouvé leur trace et interdit aux patrons des cabarets de les engager. Les gens voient toujours... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Melisende
  21 octobre 2012
Voilà la suite des aventures de nos trois jeunes héroïnes de bonnes familles de Chicago, catapultées pour différentes raisons dans le New York des années 20. Autant le dire tout de suite, ce deuxième tome m'a moins emballée que le premier car il m'a paru encore moins crédible et j'ai soupiré un nombre incalculable de fois. Des invraisemblances n'ont eu de cesse de me sauter aux yeux, les héroïnes m'ont exaspérée mais heureusement, une nouvelle figure féminine fait son apparition et sauve un peu la donne. Si l'immersion dans le New York des années folles et la lecture n'étaient pas aussi aisées, la note aurait pu être beaucoup plus salée !
A mon avis, cette lecture peut se résumer par deux expressions : invraisemblable, pas du tout crédible. Ce sentiment était déjà présent lors de ma lecture du premier tome, mais là on atteint des sommets. Je m'explique.
On retrouve les héroïnes du premier tome, quelques mois seulement après la fin de celui-ci. Nous sommes donc toujours en plein milieu des années folles, écartelés entre les garçonnes et la Mafia de Chicago (qui s'exporte à New York pour l'occasion). le cadre est superbe et m'intéresse au plus haut point, je ne m'en cache pas. Mais, parce qu'il y a un énorme mais, les héros et héroïnes ont 17 ou 18 ans. Alors je ne connais absolument rien à cette époque et je me trompe peut-être mais il me semble complètement aberrant qu'une gamine de 18 ans et qu'un jeune homme d'à peine 20 ans soient déjà, respectivement, tenancière d'un bar clandestin et patron de la Mafia. Je veux bien que les moeurs étaient différentes il y a de cela presque cent ans, je veux bien croire que les jeunes adultes (d'ailleurs, la majorité c'était pas 21 ans à cette époque ?!) étaient plus matures qu'aujourd'hui… mais quand même, faut pas pousser mémé. Ces presqu'encore adolescents étaient-ils déjà si respectés qu'ils parvenaient à atteindre des statuts si importants dans la société alors qu'ils n'étaient même pas encore majeurs aux yeux de la loi ?! Franchement, j'ai des gros doutes. de même pour tout ce qui touche à Clara et au monde des garçonnes. En effet, la demoiselle a à peine 18 ans et pourtant, elle a déjà des années de pratique dans le domaine, elle semble avoir tout fait et tout tenté et est la reine de la nuit… mouais. Franchement, si tous avaient eu environ 25 ans, je n'aurais pas chipoté. Là, j'ai vraiment eu l'impression que Jillian Larkin avait écrit toutes ces aventures pour des héros ayant plus de la vingtaine mais, afin de toucher un public « Young adult » avait dû rabaisser l'âge de ses personnages…
Je sais, il s'agit d'un livre de fiction et je suis du genre tatillon mais j'aime croire à ce que je lis et si, en plus, l'auteure se permet de citer des personnalités qui ont vraiment existé, je m'attends à ce que tout le reste respecte la réalité. Ou alors je lis de la fantasy qui m'entraîne dans un monde inventé qui n'a absolument rien à voir avec le notre et possède ses propres codes sociaux, géographiques, historiques, religieux… Bref, ok il s'agit d'un roman dit « jeunesse » mais ce n'est pas une raison pour raconter des trucs complètement aberrants aux adolescents. Ou alors Jillian Larkin offre un témoignage parfaitement fidèle aux réalités de l'époque et dans ce cas-là je m'excuse bien platement.
Outre leur âge pas du tout en accord avec leurs aventures, c'est aussi le comportement et les choix des héroïnes qui m'ont déçue. Et notamment Clara car c'était ma préférée dans le tome précédent. Ici, elle fait tout de travers. Je la pensais réfléchie et sensée mais en fait, elle va droit dans le mur et le fait presque exprès. Gloria n'est toujours pas une héroïne passionnante à mon goût, je la trouve tiède et sans surprise. Malgré tout, le dénouement de ce tome lui promet de nouvelles aventures « intéressantes » (même si encore une fois, niveau crédibilité, on repassera !). Lorraine reste le personnage antipathique du premier opus. C'est bien simple, à chaque fois que je lisais le chapitre qui la concernait, j'avais envie d'aller la gifler. Ce personnage m'a exaspérée d'un bout à l'autre avec son égoïsme et son égocentrisme (vous comprenez, Gloria lui fait des cachotteries alors la pauvre petite Lorraine délaissée n'est plus le centre du monde et ça la fout en rogne. Alors pour se venger - d'où le titre - elle balance son ancienne meilleure amie à la Mafia. Y a pas comme un écart entre la faute et la punition Cocotte ? T'as un cerveau ou bien ?!). Une gamine capricieuse et détestable, voilà ce qu'elle est. Heureusement, une nouvelle figure féminine, juste aperçue à la fin du tome précédent, fait son entrée : Vera, la petite soeur de Jérôme (le pianiste noir). C'est le seul personnage à peu près sensé et réfléchi dont les aventures paraissent « crédibles ». C'est d'ailleurs la demoiselle que j'ai préféré suivre et de loin !
Quant aux hommes, c'est bien simple, ce sont des personnages plus que secondaires. L'auteure insiste lourdement sur l'indépendance et l'émancipation des femmes au détriment de ses personnages masculins qui ne sont que des potiches sans relief. Manichéisme bonjour. Même le grand méchant mafieux n'a pas de charisme.
Malgré tous ces points que je pointe du doigt, comme pour le premier tome, j'ai été facilement transportée dans les Etats-Unis des années 20. L'immersion est rapide et facile. Alors oui, on peut reprocher à Jillian Larkin son côté « catalogage » (elle passe son temps à énumérer les tenues de ses héroïnes), mais bon, ça passe et a au moins le mérite de planter un décor précis. Ce n'est pas forcément très subtil comme façon de faire mais soit.
Par contre, une nouvelle fois, je me questionne sur la réalité historique des faits. Les personnes de couleur avaient-elles le droit de prendre les mêmes transports en commun que les Blancs dans les années 20 ? Dans le film Hairspray (que j'adore et recommande au passage), on voit bien que les lycéens ne prennent pas le même bus et ne participent pas aux mêmes émissions. Il y a un vrai clivage et chacun reste de son côté de la barrière. Et pourtant, ça se passe au début des années 60... Dans Cabaret, Gloria et Jérôme prennent le métro ensemble comme si de rien était. Était-ce possible historiquement parlant ? J'en appelle aux spécialistes car sincèrement, je n'en sais rien mais, j'aurais tendance à faire confiance à Hairspray… (Et puis bon, l'affaire Rosa Parks c'était quand même en 1955, soit plus de 30 ans après les aventures des héros de Cabaret…).
Enfin, du côté de la forme… Les quatre figures féminines : Vera, Gloria, Lorraine et Clara, ont chacune droit à leur chapitre. Vous avez donc des blocs de quatre chapitres qui s'enchaînent avant de reprendre du point de vue de la première héroïne. J'aime assez ce choix de découpage qui donne du rythme et permet d'avoir toutes les pièces du puzzle au fil des pages. C'est une bonne idée.
Dans l'ensemble, cette série et notamment ce tome, ne sont pas mal écrits (à part les énumérations des tenues vestimentaires qui peuvent parfois être un peu lourdes à toutes les pages) mais je note tout de même dans ce second opus, des tournures de phrases et des choix de mots assez étranges (chose que je n'avais pas remarqué dans le tome précédent). Problème de traduction ? Voilà un exemple ou deux : « C'était la tâche de Lorraine de veiller à ce que les choses en restassent là » (pourquoi pas en « restent » là ?) et un peu plus loin, « […] précisa Lily en passant un tube de rouge sur sa jolie bouche en cerise. » (gnié ?! En « coeur » plutôt, non ?).

Je sais qu'il s'agit d'un titre « Young adult » mais « Young adult » ne veut pas dire qu'on peut raconter n'importe quoi et multiplier les invraisemblances, surtout lorsqu'on place son histoire à une époque passée réelle, faisant donc entrer son texte dans la famille des romans « historiques ». J'ai été déçue par les héroïnes et leur comportement mais heureusement, Vera, plus crédible, sauve un peu la mise. Malgré tout, si on met de côté tout ce qui précède, la lecture est assez immersive et n'est pas désagréable. Les dernières pages offrent même un dénouement surprenant (dans le bon sens du terme). A voir si je pourrai me réconcilier avec les héroïnes dans le troisième et dernier tome…
Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Salsera15
  01 décembre 2012
Un gros merci aux éditions Bayard Jeunesse de m'avoir permis de découvrir la suite du premier volet de Cabaret Ingénue. Cette lecture fut un vrai plaisir pour moi, bien que mon avis ne soit pas aussi positif que pour le tome précédent.
Tout d'abord, je n'ai rien à redire sur le style de l'auteure. On retrouve le même type de divisions que dans le premier volume et l'écriture est toujours aussi fluide. le vocabulaire et précis et bien choisi. Cependant, j'ai trouvé que le deuxième livre était beaucoup moins chargé en émotions et qu'on s'attachait beaucoup moins aux personnages. Certes, l'histoire est beaucoup plus centrée sur l'action, mais il y aurait eu plus de place pour des personnages plus expressifs.
Concernant les personnages, l'équipe de Carlito prend beaucoup plus d'espace. C'est la mafia qui est à l'origine de la majeure partie des péripéties de l'histoire. Lorraine travaille maintenant pour eux et souhaite se venger de Gloria. Elle élaborera un plan d'acier pour arriver à ses fins, mais aura une grande surprise qui la prendra au dépourvu. Elle a toujours une personnalité aussi glamour et se prend pour la reine. Elle souhaite tout diriger à sa manière. Gloria, quant à elle, apprend à vivre dans un milieu totalement différent de Chicago. Il est loin d'être ce dont elle rêvait, mais elle est prête à tout pour Jérôme auquel elle voue un amour profond. Clara part finalement à New-York avec son copain Marcus, mais son passé la rattrapera rapidement. Son esprit est confu et ses décisions nébuleuses. Je crois qu'elle n'a pas encore décidé ce qu'elle voulait vraiment comme vie. Les personnages sont toujours aussi intéressants bien que l'histoire est racontée de façon à ce qu'on s'attache moins à eux. le contexte est un peu plus impersonnel et on ne vit plus avec autant d'ardeur leurs difficultés d'adolescence.
L'histoire se déroule à New-York. Vera recherche son frère Jérôme partout dans la ville, ce dernier et Gloria cherchent un boulot tandis que Marcus veut voir Clara habiter près de lui. Cependant, entre les histoires personnelles de chacun, on a un contexte de mafia italienne et un meurtre en arrière-plan qui pèse lourd. Qui est la fameuse tueuse à gage et que veut-elle? L'histoire est très noire et remplie d'action. Il ne s'agit plus du conte de fée et des maisons de luxe du premier tome, le rose bonbon a beaucoup moins sa place dans ce deuxième volume. Est-ce un atout? Je ne suis pas certaine, car en apprenant à découvrir l'univers de ces filles, j'aurais aimé pouvoir y retrouver une trace de leur vie à Chicago dans leur évolution à New-York. Malheureusement, je n'ai pas trouvé que c'était le cas. La mère de Gloria n'est plus dans l'histoire alors qu'elle occupait une place importante auprès de sa fille dans le premier tome. Bastian aussi n'est plus présent pour une raison que vous découvrez au début, mais que vous ne comprendrez pas sur le coup...Bref, il y a des personnages que j'aurais aimé voir revenir, car ils apportaient du piquant à l'intrigue.
Cependant, pour ce qui est de la fin du deuxième tome, elle est supérieure au premier. Que de revirements de situation et de découvertes surprenantes! L'action la plus prenante est vraiment située à la fin. Impossible de ne pas vouloir connaître la suite dans le troisième tome! En conclusion, il s'agit d'un bon roman, mais qui manque cruellement de sentimentalité. La narration est plus froide alors que j'aurais plutôt aimé voir mêlé l'action et le côté réflexif des personnages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LesLecturesDeCledesol
  10 octobre 2013
J'ai lu il y a peu, le premier tome de cette saga, et j'avais vraiment apprécié, je n'ai donc pas résisté longtemps avant de me replonger dans l'histoire de Gloria, Clara et Lorraine.
Si le premier tome, nous permettait d'entrevoir le monde des garçonnes, des bars clandestins, ça restait tout de même assez bon enfant. Ici le ton change beaucoup. Ce second opus est plus sombre, nos trois héroïnes, ont été bousculées dans leur quotidien, et leur vie a complètement changé.
Gloria s'est enfuie à New York avec Jérôme, le pianiste noir dont elle est tombée amoureuse. Mais même dans la grosse pomme, dans les années vingt, ils ne peuvent vivent leur amour au grand jour, d'une part parce qu'un noir ne peut s'afficher avec une blanche, et d'autre part, parce que Gloria et Jérôme sont recherchés. Je ne peux en dire plus, surtout si vous n'avez pas lu le premier tome. Leur vie n'a donc rien de simple, il ne mange pas à leur faim, ils ne trouvent pas de boulot.
Lorraine est le personnage que j'avais le moins apprécié dans le premier tome, ça change ici, on la découvre plus humaine et plus touchante, on sent qu'elle n'est pas seulement la petite peste qu'on peut entrevoir au premier abord.
Clara quant à elle, qui était mon personnage préféré dans le premier opus, m'a un peu déçue, je l'ai trouvé assez égoïste dans ses choix. Elle a tendance à devenir beaucoup plus indépendante, bref, une vraie garçonne.
Vera, la jeune soeur de Jérôme, tient ici un rôle important, elle tente de retrouver son frère. Et elle devient ainsi la 4ème voix de ce roman.
Dans ce tome, la mafia prend une grande part de l'histoire, ce qui la renforce et la rend plus plausible que dans le premier livre. Mais j'ai tout de même trouvé parfois certaines longueurs dans l'histoire, il ne se passait pas grand chose, à part de nouvelles histoires d'amour. Mais tout vient à point qui sait attendre, n'est-ce pas ? Les derniers chapitres sont vraiment géniaux, je ne m'attendais pas du tout à cette fin, qui ne peut que me donner envie de découvrir rapidement le troisième et dernier tome, que j'ai la chance d'avoir en ma possession, grâce à une copine blogueuse, qui a eu la gentillesse de me le prêter, elle se reconnaîtra.
En bref : Un second tome, un poil en dessous du premier pour moi, mais qui reste un très bon moment lecture, vivement que j'ai le temps de me lancer dans la lecture de ce troisième tome !
Ce livre a été publié en 2012, aux Editions Bayard Jeunesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ingridfasquelle
  03 octobre 2013
Dans le tome 2 de sa série Cabaret, Jillian Larkin plonge à nouveau le lecteur dans le faste des années folles. Les fans d'intrigues romantiques ne pourront pas résister à cette histoire d'amour contrariée sur fond de Prohibition et de mafia !
Intrigues amoureuses, trahisons, vengeance... Jillian Larkin reprend les thèmes qui ont fait le succès de son premier tome. Mais cette fois, les garçonnes, les vraies, sont de retour ! Alors qu'on pouvait regretter, dans le tome 1, que l'auteure n'aille pas tout à fait au bout de son roman, on se réjouit ici que son intrigue gagne en profondeur. Il n'est plus question de suivre les tribulations et les frasques d'adolescentes issues de la haute société américaine ! C'en est fini du luxe, de l'insouciance et de l'oisiveté ! L'auteure laisse entrevoir un univers plus noir et dangereux où il flotte un délicieux sentiment de danger et d'interdit...
Dans Vengeance, les personnages, indéniablement, ont mûri. Ils ont appris, souvent à leur dépens, que les rêves de gloire, d'indépendance et de liberté se paient parfois au risque de leurs vies. Sorties de leurs cages dorées, nos garçonnes expérimentent la vie, la vraie. Contraintes d'assurer elles-mêmes leur subsistance, elles vivent dans les quartiers pauvres et mal famés de New-York, courent les petits cachets et se démènent pour dénicher des petits boulots. On est loin du faste de la haute société de Chicago !
"Derrière la bâtisse, dans la cour de terre battue, quelques plaques d'herbe achevaient de s'étioler. Gloria s'avança vers la palissade de bois et chercha à tâtons, du côté gauche, la planche branlante sur le bas de laquelle courait une estafilade brun foncé. Elle la trouva bientôt, l'écarta facilement et se faufila à travers une brèche juste assez grande pour laisser passer une personne. du moins une personne ultra-mince, à la limite de la maigreur, qui ne mangeait pas tous les jours à sa faim."
Débarrassées de leur carcan et de toutes les conventions imposées par leur milieu social, les personnages féminins de Vengeance ont enfin la possibilité d'exprimer pleinement leur potentiel ! On prend un réel plaisir à les suivre dans leur quotidien difficile et tourmenté.
Jillian Larkin exploite également davantage le milieu mafieux et le thème de la Prohibition. Dès les premières pages, on comprend que le rythme de son intrigue sera soutenu. Et en effet, la cadence de lecture est effrénée ! Les scènes d'action sont nombreuses, les rebondissements surprenants. Grâce à une écriture fluide et nerveuse, Jillian Larkin happe le lecteur et l'entraîne sans mal dans une histoire où le danger, les gangsters et les tueurs à gages rôdent à chaque page... C'est palpitant !
Ajoutez à cela une bande-son jazzy impeccable et vous aurez une idée très précise de l'ambiance àla fois pétillante et sulfureuses du roman de Jillian Larkin !
"C'était effectivement de la musique comme elle n'en avait encore jamais entendu. [...] Les morceaux débordaient de partout avec des solos impromptus et des improvisations de toutes sortes; ils débordaient de vie, d'énergie et de la joie sauvage de la jeunesse. La musique, ici, à New-York, était en train de connaître quelque chose de fou et de merveilleux."
Bien entendu, il faut garder à l'esprit qu'il s'agit d'un roman young adult ! Il ne faut donc pas s'étonner de trouver, ça et là, quelques invraisemblances et/ou facilités dans le récit. Mais dans l'ensemble, l'intrigue, plus sombre et plus mature, est correctement menée et le contexte historique bien reconstitué.
Vengeance est une suite très réussie, un excellent divertissement qui transporte le lecteur dans l'atmosphère jazzy et le décorum des années 20. A lire pour s'évader !
Lien : http://histoiredusoir.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Aethel_Lataniereauxlivres
  03 juillet 2017
Après le très bon premier tome (même s'il n'était pas dénué de défauts) j'étais curieuse de savoir si le charme allait opérer avec cette suite, et même si elle n'est pas désagréable je suis tout de même moins séduite et assez agacée par certaines choses.
Après leur fuite, Gloria et Jerome ont commencé leur nouvelle vie à New York où ils tentent de survivre et de percer dans la musique.
Les deux amoureux sont recherchés par la mafia et Vera, la soeur de Jerome, essaie de les sortir de ce pétrin (mais encore faudrait-il qu'elle les retrouve !)
Pendant que Lorraine qui travaille maintenant pour Carlito essaie au contraire de les faire plonger…
Quand à Clara… euh… quelqu'un pour me rappeler ce qu'elle glande dans ce tome ?! Non ce n'est pas ma mémoire qui débloque, c'est juste Clara qui est devenue complètement inintéressante !
Bon, dans ma chronique du premier tome j'avais dit que je ne voulais pas être méchante malgré les défauts évidents mais là je ne vais pas trop avoir le choix, j'adore toujours le cadre et se retrouver dans les années folles est toujours aussi plaisant et rien que pour y être transportée encore une fois je lirai le troisième et dernier tome de « Cabaret ».
Mais pour le reste, si j'ai pardonné la facilité et les clichés de l'histoire et des personnages dans le premier tome, j'attendais de l'amélioration dans cette suite et finalement c'est l'inverse qui est arrivé, les mauvais points sont accentués et ce qui était à peu près valable se dégrade…
Je ne parlerai pas de l'histoire de Clara parce que comme je l'ai dit elle est sans intérêt et ses « aventures » sont tellement ennuyeuses que je ne me souviens de pratiquement rien la concernant, c'est elle qui amenait le piquant du premier tome mais maintenant elle est complètement fade et assez nunuche.
Mais finalement elle n'est pas aussi nunuche que Gloria qui même après avoir abandonné sa vie de petite fille pourrie gâtée et doit se débrouiller avec Jerome pour pouvoir manger à leur faim reste toujours aussi naïve et aussi peu fute-fute que dans le premier tome, elle fonce tête la première dans les ennuis et en redemande, il serait temps de prendre du plomb dans la tête et même chose pour Jerome qui est une sacrée tête à claques !
Quant à Lorraine, dans le premier tome c'était la garce que j'aimais bien et là elle est juste devenu la garce idiote qui est prête à faire descendre Gloria juste parce qu'elle lui a caché certaines choses, bonjour le sens de la mesure ! Et pour le reste, il ne lui arrive rien d'intéressant, elle gère un club en écrasant les employés qui s'y trouvent et quand elle ne se comporte pas comme une pouffe elle se fait malmener par Carlito et ses larbins, passionnant…
En dehors de ces trois dindes, nous suivons aussi Vera qui est un nouveau personnage et qui part à la recherche de Jerome et veut le faire innocenter (vu qu'il est accusé d'avoir buté le mec qui a en fait été tué par Gloria) et c'est surement la partie la plus correcte de ce tome, du moins jusqu'à ce que l'auteure lui colle une romance sortie de nul part et franchement dispensable. Son enquête ne casse pas des briques non plus mais entre elle, une rancunière puérile et deux fadasses qui passent leur temps à foncer dans le mur, le choix est vite fait !
J'ai été plus sèche que prévu dans cette chronique mais en y repensant je ne vois pas comment je pourrais défendre cette suite, j'ai été indulgente avec le premier tome parce qu'il avait beaucoup de charme à mon gout, là à par le cadre qui reste le gros plus de cette saga le reste est médiocre et j'ai peur de ce que va donner le dernier tome…
Lien : https://lataniereauxlivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   23 novembre 2012
C' était effectivement de la musique comme elle n'en avait encore jamais entendu. C' était le jazz tel qu'en lui-même, tel qu'il devait être. Jadis, les musiciens obéissaient à la même pulsion monotone du même vieux batteur - et quel ennui ! Mais ce n' était pas le cas a présent, car chaque mélodie pouvait être interprétée de mille manières possibles. Les morceaux débordaient de partout avec des solos impromptus et des improvisations de toutes sortes; ils débordaient de vie, d' énergie et de la joie sauvage de la jeunesse. La musique, ici, à New-York, était en train de connaître quelque chose de fou et de merveilleux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CielvariableCielvariable   07 avril 2013
Elle ne porterait pas de jarretière, ce soir. Sa petite robe brodée de perles dorées,ourlée d'une cascade de franges cristallines, s'arrêtait juste à l'endroit où commençait ses bas satinés.
Elle glissa un pied, puis l'autre, dans ses Mary-Jane bicolores, ramena les fines lanières noires autour de ses chevilles, et clipsa les boucles argentées.
Examinant les objets éparpillés sur sa coiffeuse, elle choisit ses armes avec soin: un rouge à lèvres de bonne tenue, un poudrier compact, un peigne en écaille de tortue et un étui à cigarettes. Elle les rangea dans un réticule en résille dorée, puis s'admira dans le miroir. Tout était parfait: ses grands yeux verts fardés de noir, ses pommettes rehaussées de blush, ses lèvres carmin...Ce soir, sa peau scintillait d'un éclat presque magique.
Alors qu'elle posait une dernière goutte de parfum au creux de sa nuque, à l'endroit où ses flamboyants cheveux coupés au carré effleuraient son cou, elle se ravisa: tout compte fait, une jarretière pourrait bien se révéler utile...
Enfin, juste avant de fermer son sac, elle y glissa son petit revolver noir.
Cette fois, elle était prête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   15 octobre 2016
Il l’attira à lui pour l’embrasser, et elle en oublia aussitôt ses soucis: la faim, permanente, son existence mondaine d’autrefois, etc. Comment avait-elle pu rester aussi long-temps fiancée avec Bastian et supporter une éternité ses chastes petits baisers sans jamais avoir l’occasion d’expérimenter à quel point un vrai baiser pouvait être merveilleux?
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   15 octobre 2016
La mode peut être meurtrière.
Rester longtemps accroupie n’est certes pas une partie de plaisir, mais avec des salomés en cuir verni à talons hauts, ça tourne carrément au cauchemar. D’habitude, Vera s’arrangeait pour porter des souliers plus confortables quand elle filait quelqu’un, mais, ce soir-là, elle n’avait pas eu le temps de se changer.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   15 octobre 2016
L’argent. Le fric.
En dépit de sa valeur, il pesait si peu.
Elle posa la sacoche sur la table, l’ouvrit avec un léger déclic et, d’un geste vif, rejeta le rabat en arrière. Il y avait là des douzaines de billets verts répartis en grosses liasses entourées d’élastiques. Des centaines et des centaines de dollars.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : années 20Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3556 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre