AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782360840328
Éditeur : Inculte éditions (11/03/2020)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Quelques blocs de béton qui stagnent au large, comme couchés sur la mer, quelques blockhaus et un petit musée. Aujourd’hui, ce sont les seuls vestiges que le village d’Arromanches conserve du débarquement de Normandie. Le 6 juin 1944, en une nuit, c’est pourtant sur cette plage que les alliés construisirent le port artificiel permettant d’engager la grande bataille qui mit fin à la deuxième guerre mondiale.
En arrivant dans ce haut lieu de l’Histoire que l’Hi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Bookycooky
  12 avril 2020
Un écrivain en panne d'inspiration, débarque à Arromanches dans le Calvados, pour s'isoler dans une villa pour écrire. C'est l'hiver. L'endroit désert garde les souvenirs du grand Débarquement des Alliés en 1944, " « un chapelet de bunkers aplatis, ensablés sur la plage » et dans la mer les traces du port artificiel construit peu aprés le Débarquement. Un paysage de science fiction, que l'écrivain narrateur décrit comme un "amphithéâtre de béton surgi des ondes, démonté, croulant " et dont le spectacle laisse une forte impression. D'où le nom du livre Blockhaus, mais pas que....
Il erre sur le bord de mer désert, observe de sa fenêtre les tribulations d'un poivrot sur la digue, reçoit sa copine le temps d'un week-end , fait la connaissance des tenanciers du bar local, écoute leurs confidences.....bref trois semaines d'un film en noir et blanc, où il observe et noue "une étrange forme d'intimité" avec des personnages qui lui tiendront compagnie même à distance, dans ce décor de cette petite parcelle de Manche d'une imagerie post apocalyptique. Une brèche dans sa Vie, sur fond d'une brèche dans L Histoire, pour finalement retourner à sa propre nuit, "c'est ce que nous faisons tous".

Une très belle prose riche en détails. Un livre insolite, un petit bijou, paru très récemment, juste avant le confinement, donc ne passez pas à côté !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          917
AuFildesPages76
  21 mai 2020
Un admirable travail d'orfèvre qui sculpte dans le texte un pur bijou littéraire !
Tout débute avec le narrateur venu en retraite à Arromanche pour y trouver son « lieu à soi » et amorcer la rédaction d'un roman. C'est dans cet environnement désolé et dépeuplé que le narrateur va saisir l'atmosphère à la fois ordinaire et mystérieuse des lieux. Tout entier offert aux sensations et impressions des paysages et des êtres, il s'en imprègne et nous les restitue dans une écriture minutieuse et poétique, sans se départir d'une facétieuse auto-dérision. Les phrases se déploient alors par touches successives pour composer un morceau d'une parfaite harmonie. Au fil du récit, on croise quelques personnages cocasses et fragiles qui se sont aimantés par on ne sait quel mystère et en toile de fond, le souvenir de la seconde guerre mondiale, de ces fantômes, de ces morts qui sont reliés aux vivants par les blockhaus, masses sombres, solides, immuables face aux mouvements et au ressac de la mer. Tout au long de ce récit tendu, on se laisse happer par le vagabondage de l'esprit du narrateur et on referme ce livre avec une troublante sensation de mélancolie et de ravissement.
Mathieu Larnaudie signe un roman fascinant d'une rare subtilité, à déconfiner immédiatement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nuitet0ilee
  18 mai 2020
Un écrivain en mal d'inspiration débarque à Arromanches-les-Bains. Ville où le port artificiel de la Seconde Guerre mondiale laisse des décors étranges, de science-fiction ou post-apocalyptique.
L'écrivain se laissera bercer par l'histoire de la tenancière du seul bar de la ville, regrettant de n'avoir pas eu la vie qu'elle aurait rêvé ou encore il est happé par la vision d'un ivrogne sur la digue chaque nuit.
Un hommage à ces jeunes adolescents emportés dans une des guerres les plus ignobles de l'humanité mais aussi "la tache", "le vilain souvenir" des viols de Normandes pendant ce Débarquement.
Dans une atmosphère brumeuse avec un décor post-apo, l'auteur nous conseille de ne pas s'enfermer dans notre blockhaus intérieur.
Belle leçon d'humanité.
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2
  24 mars 2020
Retrouver la possibilité du lien social et de la parole politique au coeur du béton de l'Histoire réputée achevée. Une fabuleuse parabole contemporaine, pas du tout hors saison.
Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2020/03/24/note-de-lecture-blockhaus-mathieu-larnaudie/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   12 avril 2020
Il y a dans ces restaurants de bord de mer, dès lors qu’ils ne se satisfont pas d’être des bouis-bouis de bout du quai et affichent la prétention d’un standing amélioré, un doux mélange de kitsch contemporain, impersonnel –idem sur toutes les côtes –et de vieille auberge maritime, de tanière où se donne en partage l’archaïque nourriture des hommes tirée de leur hostile et chère adversaire abyssale.
C’est dû aux poissons que l’on y fait griller, qu’on dirait tout juste extraits de l’étendue obscure qui prend sous les fenêtres, sautés aussitôt dans l’assiette après un bref détour par les cuisines où les ont vidés, préparés et mis à cuire des mains candides et chevronnées, répétant des gestes sans âge ; c’est dû aux huîtres qui sortent de leurs casiers trempés à quatre cents mètres de là, aux coquillages ramassés sur les plages d’à côté par d’autres mains calleuses, gercées, entaillées de cicatrices dans et malgré leurs gants de protection. Une caravelle ou un chalutier vogue à l’intérieur d’une grosse bouteille sur une étagère. Les serviettes sont tire-bouchonnées dans les verres à pied ; on les retire pour verser le vin blanc qui accompagnera les bulots, les crevettes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
Charybde2Charybde2   24 mars 2020
On devinait encore, au loin, les spectres de béton qui imprimaient une densité supérieure de noir sur le noir de la mer – à moins que ce ne fût le sentiment de leur présence, le fait de savoir qu’ils se trouvaient là, quelque part à l’horizon, qui me faisaient croire en distinguer les contours sur le fond uniforme de la nuit. Nous connaissons tous, je suppose, ces moments d’attraction hypnotique qu’exerce la mer lorsqu’on la contemple : le spectacle a beau nous en sembler immuable, la répétition du ressac lancinante, morne, ses variations immédiates peu perceptibles à l’œil, on peine à s’en extraire, on demeure médusé, encollé à sa monotonie, comme si une force magnétique nous y aimantait. Tout conscience du temps paraît s’être dissoute à travers l’infinie dormance océanique ; et dans l’obscurité, quand seules les oscillations les plus rapprochées de l’écume et les miroitements infimes du rivage parviennent jusqu’à notre regard, cette sensation narcotique n’en devient que plus intense encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2Charybde2   24 mars 2020
Le nom d’Arromanches est passablement oublié. Il n’a pas grand-chose en commun avec ces noms que le monde entier connaît, ni avec ces lieux que leur dénomination écrase, efface, disproportionnée par rapport au patelin qu’elle désigne ; ainsi de Verdun, de Waterloo ou de Gettysburg. Toutefois, aussitôt associée à quelques autres – à une petite constellation de noms fleurant bon le chewing-gum, le maïs en conserve et la cigarette blonde, venus se répandre à l’été 1944 le long des plages normandes, inscrits d’abord, avant de l’être dans les mémoires, sur des cartes d’état-major par des stratèges qui, de ces plages, de ces patelins, ne savaient que leur configuration dessinée sur du papier cassant et qui, dans l’indifférence aux vieux noms de pays les ayant précédés, sans égard pour les lentes sédimentations étymologiques ni les strates d’histoire vernaculaire dont ils sont formés, ne rebaptisaient les lieux que dans le but de transformer le paysage en théâtre des opérations, usant ainsi de noms qui devenaient noms de code et, en tant que tels, sont passés à la postérité : Omaha, Sword, Utah ou Juno Beach -, alors Arromanches s’agrège à nos souvenirs du récit usuel du débarquement allié. Et si ses sonorités évoquent moins l’odeur de tabac blond ou du chewing-gum que celle des étables et des embruns, elles y prennent leur place au même titre que celles des noms de guerre.
Ce nom, nous l’avons entendu prononcer dans des salles de classe où l’on pouvait suivre, sur des cartes aux contours cornés, aux couleurs fanées, punaisées au mur, les reliefs découpés des côtes sur lesquelles les événements s’étaient déroulés ; nous l’avons vu inscrit dans des livres où, sur des plans mêmement colorés, un appareil schématique de flèches et de pictogrammes ajoutait au récit l’autorité d’une image experte. Enfant, on ne l’apprend pas vraiment, on oublie ça vite, une fois passée l’interrogation écrite qui atteste qu’on a pris la peine de se mettre cette page sous les yeux et qui semble alors le seul horizon de nos connaissances.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nuitet0ileenuitet0ilee   18 mai 2020
On estimerait que grâce aurait été rendue aux boys et à leurs alliés autochtones, aux résistants du pays et puis, pourquoi pas, aux soldats ennemis, dont la plupart n'avaient certes pas demandé à être enrôlés pour servir de bouclier à la plus criminelle des tyrannies sanguinaires. Et avec tout ça, tant qu'on y était, dans les cœurs et les esprits du moins, grâce aurait peut-être été rendue aussi aux paysannes normandes que les boys avaient violées et engrossées sur leur passage dans les granges de la région (bien que d'elles, aucun discours évidemment n'aurait honoré la mémoire, ni même rappelé l'existence : de cette histoire elles étaient la tache aveugle, le vilain petit souvenir inavouable que chacun garde secrètement en tête lors des rassemblements de famille et que personne n'ose déballer de peur de troubler le repas, de contrarier les aïeux ennoblis par leur âge canonique, de gâcher la fête).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   24 mars 2020
En traînant ma valise, dont les roulettes sur le goudron humide me paraissaient commettre un vacarme du diable propre à déranger les riverains engourdis dans le silence – mais les volets étaient unanimement clos et il était peu probable, de fait, que mon bazar dérangeât quiconque -, je parcourus l’avenue qui mène en ligne droite jusqu’à l’étroite rue commerçante, laquelle trace une parallèle à la plage. Il n’y avait pas grand monde là non plus : quelques échoppes aux devantures ouvertes, des présentoirs à cartes postales avancés sur le pavé, une poignée d’âmes qui se battaient en duel et me regardèrent passer d’un air absent, moins par curiosité pour un nouveau venu ou par réprobation à l’encontre du boucan que faisait ma valise que par désœuvrement manifeste.
Je pris encore une ruelle, puis, juste avant d’arriver sur la digue, à main gauche, j’ouvris le portail de la petite cour arrière de la dernière bâtisse, ainsi que m’avait recommandé de faire l’amie qui m’en avait confié les clefs. Après que je m’étais ouvert auprès d’elle de mes affres du moment, elle m’avait proposé de passer quelque temps dans la maison de famille qu’elle possède au bord de la mer ; j’avais accepté l’aubaine de ce havre hors saison en espérant qu’une telle atmosphère marine et studieuse pourrait débloquer les choses, me relancer, et en me disant qu’au pire, cela ne me ferait pas mal de prendre l’air.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Mathieu Larnaudie (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mathieu Larnaudie
« INCULTE & MICHARD, UNE HISTOIRE LITTÉRAIRE » - Arno Bertina, Claro, Maylis de Kérangal, Mathieu Larnaudie, Mathias Enard & Hélène Gaudy
En marge du colloque consacré à la revue Inculte et au collectif du même nom, il nous a semblé nécessaire de réécrire l'histoire de la littérature à notre sauce. « Inculte et Michard » sera donc l'occasion de reparcourir l'histoire littéraire en plaçant au premier plan des oeuvres étranges ou dissidentes, potaches, superbement libres. du Moyen de parvenir, de Béroalde de Verville (présenté par Arno Bertina), publié en 1616, au Jérôme de Jean-Pierre Martinet (présenté par Claro), en passant par Casanova (Mathias Enard) Louise Labé (Maylis de Kérangal) le groupe des Hydropathes (Mathieu Larnaudie) et Lydia Tchoukovskaïa (Hélène Gaudy), nous tenterons de faire les funambules sur ces branches qui n'ont pas donné de fruits, qui étaient en même temps la branche et le fruit.
À lire – Jean-Pierre Martinet, Jérôme, Finitude – Béroalde de Verville, le Moyen de parvenir, Folio – Giacomo Casanova, Histoire de ma vie, édition complète (Bouquins, Laffont) ou Anthologie Livre de poche – Louise Labé, Oeuvres complètes : Sonnets, Elégies, Débat de folie et d'amour, éd. de François Rigolot, Flammarion, « GF » – Lydia Tchoukovskaïa, La Plongée et Entretiens avec Anna Akhmatova, éd. le bruit du temps.
Le vendredi 7 février 2020 - 20h
+ Lire la suite
autres livres classés : Normandie (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
270 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre