AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782210966215
176 pages
Éditeur : Magnard Jeunesse (12/02/2019)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Nell a 13 ans et vit avec sa cousine qui s'occupe d'elle pendant l'absence de ses parents, chercheurs chevronnés partis travailler au Japon. Absorbés par leur projet qui permettra à l'humanité de ne plus souffrir de la pénurie d'eau mondiale, ils lui font livrer un cadeau pour son anniversaire : une e-friend, un robot qui devrait combler sa solitude… D'abord réticente, Nell finit par s'y intéresser. Grâce à son voisin, Arno, qui en possède un également. Mais Nell a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Shan_Ze
  19 août 2019
Dans un futur où la technologie a beaucoup progressé, Nell, une adolescente de treize ans, reçoit un robot de compagnie pour son anniversaire. Elle n'est pas enchantée de ce cadeau de ses parents, elle qui trouve du réconfort surtout dans la nature. Un groupe extrême de revendication prend le contrôle des nouveaux robots pour demander qu'ils soient retirés de la vente car ils ne peuvent remplacer une véritable personne. Pour Nell, c'est le début de gros ennuis...
Un roman jeunesse qui se lit facilement et qui aborde des thèmes importants comme l'amitié, la technologie, l'avenir de la planète. Agnès Laroche met en avant l'importance de la préservation des différentes ressources vitales mais aussi de ne pas la technologie au détriment de l'essentiel, les hommes et la nature.
L'histoire se met très vite en place, ça permet de rentrer vite dans le sujet mais j'aurais aimé avoir plus de détails que d'actions (du moins, au début). Une découverte agréable pour les jeunes adolescents afin de leur faire prendre conscience de notre planète en danger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Saiwhisper
  18 avril 2019
Ce roman dédié aux 8-13 ans a attiré mon attention en raison de la thématique abordée dans la quatrième de couverture : la technologie servant à ne plus ressentir de la solitude… Or, on n'est malheureusement pas très loin de cette fiction. Certains individus exploitent déjà la technologie de façon abusive. On notera par exemple un japonais qui s'est marié avec un hologramme en novembre 2018, un Chinois qui s'est uni avec son robot humanoïde en 2017 ou encore une américaine qui a prononcé ses voeux avec une poupée zombie avec qui elle a passé une nuit de noces en février 2019… Bien sûr, ce sont des individus isolés qui ont opté pour un mode de vie aussi extrême que déroutant cependant, « Better World » n'est finalement pas si loin du compte avec son idée d'androïde de compagnie… J'étais donc curieuse de découvrir ce qu'allait proposer Agnès Laroche.
Ce roman d'anticipation met en avant des thématiques actuelles comme l'écologie, les pénuries, l'abus des écrans dans la société, les modifications organiques, les technologies, ainsi que la sécurité informatique, etc. Il est assez rare de trouver autant de sujets dans un livre de moins de deux cent pages… Et je dois reconnaître que j'aurais souhaité que l'histoire soit plus longue, afin de développer certaines choses. C'est un peu frustrant, car l'univers est très intéressant, puisqu'il s'agit du nôtre, mais dans le futur. L'eau est devenue une denrée rare, si bien qu'il est à présent interdit de posséder des végétaux naturels (tout est remplacé par des arbres transgéniques et des aliments modifiés) ou des animaux domestiques. On est dans un monde totalement artificiel où les humains subsistent grâce à de l'ultra-technologie que ce soit au niveau des moyens de transport ou de la communication. Les gens ne semblent plus avoir aucun contact entre eux et ce, dès le plus jeune âge, puisque les élèves utilisent un casque virtuel, plutôt que d'aller physiquement en cours. On est loin du concept de « vivre ensemble »… Ce qui fait assez froid dans le dos ! Évidemment, la petite Nell ne fait pas exception : ses parents travaillent sans cesse, si bien qu'elle vit loin d'eux avec sa cousine Julia. Ses journées sont calmes et dénuées de rencontres ou de contacts humains…
Pour que leur progéniture ne se sente plus seule, ses parents lui offrent alors un e-friend, un robot humain chargé de rester à ses côtés. Hélas, Nell est une demoiselle vive, un peu ingénue, mais surtout capricieuse, menteuse et colérique ! Elle n'a donc pas du tout été enchantée par ce cadeau, rejetant alors tout son courroux envers les adultes, même envers Julia qui a beaucoup de patience… Je n'ai pas spécialement adhéré au tempérament de la jeune héroïne : en plus de son côté sanguin, elle est souvent très naïve, ce qui va la conduire dans des situations périlleuses, notamment dans la seconde moitié de l'ouvrage. En revanche, j'ai apprécié sa relation avec Arno, un camarade de classe dont elle va se rapprocher et qui possède également un e-friend. Bien sûr, des événements étranges voire des débordements en lien avec les robots vont avoir lieu. En tant qu'adulte, je me doutais du chemin qu'allait prendre le scénario, si bien que j'ai trouvé la trame très prévisible… Néanmoins, les jeunes lecteurs seront peut-être surpris par toutes les conséquences de la fameuse option Omega… Par ailleurs, j'ai trouvé le dénouement précipité et trop facile. C'est dommage, car je n'aurais peut-être pas eu cette sensation avec une trentaine de pages supplémentaires !
Je ressors donc satisfaite, mais loin d'être totalement conquise ! « Better World » propose un bon message et aborde des thématiques pertinentes cependant, les choses ne sont pas assez abouties pour satisfaire les grands ados ou un lectorat adulte. En attendant, je pense que cela plaira à mes CM2-6ème qui cherchent un roman de science-fiction. Je leur recommanderai et croise les doigts pour qu'ils soient satisfaits.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124
Enoxalia
  04 février 2020
Un message…
Better World est un livre intéressant de par notamment le message qu'il tente de faire passer. À prime abord, en lisant le résumé, je ne m'attendais pas forcément à découvrir une sorte de discours politique au sein de l'oeuvre, mais plutôt à une aventure parmi tant d'autres qui mette en scène notre monde dans le futur avec son lot de nouveautés : la pénurie d'eau mondiale et des nouvelles technologies.
Pour le premier, la science a sorti de son chapeau de magicienne quelques merveilles : des tubes d'Hydra+ (de l'eau synthétique ? le texte ne donne aucun indice à ce sujet) pour éviter de finir déshydrater et de piocher dans le quota, des plantes transgéniques qui n'ont pas besoin d'apport en eau, optimisation des ménages pour récupérer la pluie… Des nouvelles réglementations viennent saupoudrer le tout : interdiction de cultiver des plantes non-transgéniques, interdiction de posséder des animaux de compagnie, interdiction de faire du sport favorisant les pertes d'eau… Un monde futuriste tout à fait plausible dans lequel on découvre Nell, une petite fille qui se démarque juste assez pour ne pas être jugée révolutionnaire.
Plus besoin d'être physiquement en cours pour la jeune fille, le monde est à portée de clic. Elle passe donc ses journées chez elle en compagnie de sa cousine-baby-sitter. Cependant, la présence physique de ses parents lui manque. Cette absence se fait ressentir notamment lors de lors entretien holographique pour son anniversaire : Nell aurait aimer pouvoir se blottir contre eux. La jeune fille souffre de cette distance avec ses parents : elle a l'impression que son avis ne compte pas, que ses désirs ne sont pas pris en compte. On retrouve en elle un égoïsme propre à son âge et qui n'est pourtant pas agaçant. Nell admet que le travail de ses parents est important ; cela rend d'autant plus touchant son besoin d'attention car nous n'avons pas simplement affaire à une enfant pourrie gâtée.
Par ailleurs, Nell a un esprit très affûté quant à ce qui l'entoure. Elle est parfaitement consciente que le monde dans lequel elle vie est superficiel, créé de toute pièce par l'homme. Son intérêt pour la botanique vient d'ailleurs renforcer cette impression. Elle rêve d'avoir un vrai olivier dans son jardin, pas une des plantes transgéniques. Elle pose un regard critique sur son quotidien et se fait des réflexion très intéressante à ce sujet. « Je suis trop jeune pour m'en souvenir, mais il paraît qu'avant les gens dépensaient l'eau sans compter, comme l'air qu'on respire. Je n'arrive même pas à l'imaginer. » par exemple.
Malgré tout ça, la petite Nell est bien en peine d'accuser les nouvelles technologies. Elle ne fait d'ailleurs pas tout de suite le rapprochement avec l'éloignement autant avec ses parents qu'avec la nature. le fait de recevoir une e-friend, un robot pour lui tenir compagnie, ne la choque pas plus que ça. Certes, cela fait partie de son quotidien les gadgets de dernière génération qui servent les fainéants, mais tout de même : une mordue de la nature comme elle devrait réagir plus violemment que cela. Elle ne fait qu'un petit commentaire rageur à ce sujet : ce n'était pas le cadeau qu'elle attendait. Et c'est d'ailleurs autour de ce manque de réaction, que l'on pourrait même dire actuel, que l'intrigue principal tournera : jusqu'à quel point la technologie peut remplacer l'humain ?
… Une forme
Noter le « tenter » dans le premier paragraphe. Par exemple, si pour l'ensemble des protagonistes les personnages tiennent relativement la route, ne sortant franchement pas du lot, les antagonistes sont pas des plus crédibles. Et des méchants pas crédibles, c'est un tue-l'histoire. Je dirais que pour des lecteurs de plus de 10 ans, la pilule risque d'être dure à avaler. Des « sérieusement ?! », des « pff », il y en aura. Pour un exemple se rapprochant de ça, c'est comme si le héro se retrouve face à face avec son ennemi juré et que ce dernier lui disait qu'il a tué tout ces gens pour se venger du héro qui lui avait volé son beignet quand ils étaient petits. C'est dommage, vraiment, car les antagonistes avaient une raison valable de faire ce qu'ils font, même si cela me semble quelque peu léger pour de telles mesures. Malheureusement, la manière de présenter ce motif et la manière de la mettre en scène ne le dessert pas.
Pour revenir au monde décrit dans Better World, les différences mises en avant sont intéressantes et parfaitement plausibles – exceptions des plantes transgéniques qui me semblent très peu probables – mais elles ne sont pas suffisamment approfondies pour offrir un monde complet et riche dans lequel on peut s'immerger. On reste à la surface des choses. Et encore une fois c'est bien dommage. Il y avait vraiment matière à développer. Plutôt que de suivre une ligne rectiligne, une intrigue unique, l'auteur aurait pu exploiter les détails pour forger des intrigues secondaires et faire ressortir d'avantage son message. Non seulement le livre se serait étoffé de détails enrichissants, mais cela aurait pu aussi servir à développer les personnages quelques peu bateau que l'on a servi.
Une autre maladresse que j'ai pu noter, et cela ne relève que de moi, est la difficulté à mettre en rapport la pénurie d'eau et les e-friends. J'ai trouvé le lien entre ces deux problèmes très… flageolant ? Très maladroit à plus d'un titre. le besoin en eau est une thématique importante et cette réunion avec les nouvelles technologies ne joue franchement pas en sa faveur dans ce livre. J'ai presque envie de dire que cela sert de « prétexte » – je ne suis pas sûre que ce soit le bon mot pour ce contexte – pour l'éloignement des parents de Nell. Sans parler que ce thème est largement sous-traité.
Le mot de la fin
Better World est un livre intéressant, mais pas suffisamment développé pour plaire à des lecteurs aguerris ou plus âgés que 10 ans. le message est amené de manière maladroite et n'est pas vraiment mis en valeur. Malheureusement, cette oeuvre laisse un goût amer d'inachevé. Better World n'aura pas réussi à passer outre la barrière de l'âge avec sa forme et son fond abordés superficiellement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lagagne
  14 mai 2019
Un roman jeune ado qui se laisse lire presque tout seul.
Nous sommes ici dans une dystopie : l'eau est devenue une ressource extrêmement rare, rationnée et source de magouilles, les technologies sont omniprésente et la solitude règne, avoir un animal ou de vraies plantes est interdit...
Nell est une ado qui se sent parfois un peu seule, malgré la présence de sa cousine qu'elle adore, avec ses parents chercheurs à l'autre bout du monde, et ce monde qui n'encourage pas les interactions humaines. Mais des événements dramatiques vont la forcer à briser les interdits, à retrouver de l'humanité là où elle se trouve.
L'intrigue est très actuelle : amitié superficielle, solitude, écologie, technologie. Les sentiments sonnent plutôt juste, et les mots sont simples. On entre très facilement dans l'histoire qui nous tient jusqu'au bout.
Commenter  J’apprécie          110
orbe
  12 février 2019
Que serait un monde sans eau ?
Nell a 13 ans et elle aime plus que tout essayer de dénicher de vraies plantes même si cela devient très rare de pouvoir en voir.
Ses parents qui travaillent dans un autre pays, ont justement pour mission de trouver un palliatif au manque d'eau.
Comme ils ne peuvent être présents à son anniversaire, ils lui envoient un e-ami, un robot censé interagir avec elle et lui tenir compagnie.
Mais une alerte arrive bientôt : ce dernier modèle d'humanoïdes recèlerait des dangers...
Un roman qui évoque le scénario d'un monde sans plantes ni animaux et bientôt sans authentiques amis.
Le second thème abordé est celui de la répartition des richesses et de la manipulation des populations par une élite au profit du profit d'une minorité.
Alors est-il encore possible de construire un meilleur monde pour tous ? Ce n'est pas si évident...
Un roman de science-fiction qui évoque les enjeux d'aujourd'hui et de demain.
A lire !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
SaiwhisperSaiwhisper   17 avril 2019
Je suis trop jeune pour m'en souvenir, mais il paraît qu'avant les gens dépensaient l'eau sans compter, comme l'air qu'on respire. Je n'arrive même pas à l'imaginer.
Commenter  J’apprécie          110
SaiwhisperSaiwhisper   17 avril 2019
Nell sourit, elle n'hésite plus. Après tout, elle a treize ans, l'âge de prendre ses propres décisions, non ? Elle est peut-être là, la différence, après tout ?
Commenter  J’apprécie          30
SaiwhisperSaiwhisper   17 avril 2019
L'e-friend a pour seule vocation de vous offrir des moments de partages enrichissants. Grâce à votre e-friend, la solitude n'existe plus !
Commenter  J’apprécie          20
pommerougepommerouge   21 février 2019
- Ce n'est en aucun cas un combat, mais une marche pacifique ! s'exclame-t-elle. La violence ne mène nulle part, jamais !
Commenter  J’apprécie          10
SaiwhisperSaiwhisper   17 avril 2019
Je suis Ashita, ton e-friend. je suis là pour te distraire, t'informer et te conseiller...
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Agnès Laroche (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Laroche
Agnes Laroche, "Duo pour une enquête"
autres livres classés : robotsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le fantôme de Sarah Fisher

Comment est t-elle morte ?

En tombant
En la poussant
Noyer
Suicidé

5 questions
93 lecteurs ont répondu
Thème : Le fantôme de Sarah Fisher de Agnès LarocheCréer un quiz sur ce livre