AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2700256360
Éditeur : Rageot Editeur (12/09/2018)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 44 notes)
Résumé :
D'après mes parents, ça me ferait du bien d'exprimer ce que je ressens.
Mais même si parfois je meurs d'envie de tout leur raconter, je n'en ai pas le droit.
Ce secret ne m'appartient pas.
Alors j'ai ouvert un cahier et j'ai commencé mon récit, juste pour moi.
Par le tout début.
Par le jour où Chloé est entrée dans ma vie ...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
coquinnette1974
  25 septembre 2018
La vie dure trois minutes de Agnès Laroche m'a été envoyé par net galley et Rageot Éditeur, que je remercie :)
Automne, 17 ans, va mal depuis ce jour de fin juin où il est arrivé quelque chose à Chloé, sa meilleure amie. Sa petite soeur Avril, ne la comprend plus, ni leurs parents.
Automne ne pleure pas, elle semble indifférente à tout alors que deux moins ont passés et que la rentrée approche...
Sa maman pense qu'elle devrait parler à quelqu'un de ce qui la ronge... Alors la jeune fille se met à écrire LEUR histoire, à elle, à Chloé, à lui... Elle se confie à un journal avec pour but de tourner la page une fois leur histoire écrite... Y arrivera t'elle ?
La vie dure trois minutes est un très bon roman pour adolescents et pour adultes.
Automne est une jeune fille très touchante. Elle a vécue un drame, que l'on découvre au fil des pages, et qui la changera à tout jamais. Elle ne sait pas comment faire face, et elle espère que se confier à son journal lui fera du bien, voir la délivrera de ses souffrances.
J'ai commencé ce roman dimanche soir en me disant que je lirais la suite le lendemain soir. Raté ! Une fois commencé impossible de le lâcher, j'avais trop envie de connaître la fin de cette histoire.
Je me suis retrouvée happée par ce très bon roman.
J'ai aimé Automne mais aussi le personnage de Chloé, ou encore Avril, la petite soeur.
L'histoire est simple mais très bien ficelée et j'ai trouvé l'ensemble vraiment réussi.
Je mets un très gros cinq étoiles à La vie dure trois minutes, et je vous invite à le lire à votre tour :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
letilleul
  27 septembre 2018
Trois minutes, le temps d'un tango, le temps d'un adieu. L'air de musique donne le mouvement à une formidable histoire qui donne une belle leçon de vie. Il y est question d'une amitié prodigieuse, d'un amour naissant et de la découverte d'une passion, le tango.
A travers le cahier intime d'Automne, la jeune fille se livre pour mieux se reconstruire, assemblant petit à petit les pièces d'un puzzle menant à une tragédie…et l'écriture poignante embarque dans la vie de l'héroïne « après » qui traverse amour, trahison, passion et renaissance.

Lien : http://www.liresousletilleul..
Commenter  J’apprécie          330
sylvaine
  16 septembre 2018
La vie dure trois minutes Agnès Laroche Rageot éditeur 12 septembre 2018.
Quand Automne et sa jeune soeur Avril apprennent qu'elles vont devoir accueillir Chloe fille d'amis de leurs parents c'est la révolte et puis à la surprise générale tout se passe au mieux. Chloe élève brillante de terminale est une jeune fille lumineuse , Automne trouve une amie-soeur et Avril une seconde grande soeur . Automne découvre aussi le plaisir de la danse et avec Medhi ils forment un couple éblouissant.. et puis , et puis le drame survient ..
Agnès Laroche trouve les mots, le ton juste pour nous conter une histoire ancrée dans notre époque. Amour et amitié , amitié ou amour, colère, jalousie, désespoir, les sentiments exprimés sont forts et violents, Un roman qui cible les adolescents et les "Young adults" mais qui ne peut que plaire à tous .Encore une fois un grand merci aux éditions Rageot via NetGalley pour ce partage. Une auteure à suivre ..#LaVieDureTroisMinutes #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          230
Sharon
  03 septembre 2018
Voici un livre tendre et délicat, sur un sujet qui ne l'est pas vraiment. Ou comment rédiger un avis sans en dévoiler plus que le quatrième de couverture, très réussie.
Il s'agit d'amour et d'amitié. Automne écrit après coup. Elle n'écrit pas pour se souvenir, elle écrit parce qu'elle espère qu'en mettant des mots sur ce qu'elle, Chloé et Mehdi ont vécu, elle pourra oublier. Puisque tout le monde, sa mère en premier, sa petite soeur Avril en second lui dit que parler lui fera du bien, puisque tous tentent de la sortir de l'état dans lequel elle se trouve, elle prend le contrepied en prenant sa plume - même si le dernier mot, finalement, c'est Chloé qui l'aura, en un procédé narratif des plus émouvants.
Le langage utilisé dans les dialogues est des plus actuels, les situations racontées sont des plus crédibles, l'intrigue ne perd pas son temps en se diluant dans des péripéties secondaires. Même s'ils sont jeunes, nos protagonistes n'ont pas de temps à perdre - et Chloé, boule d'énergie solaire, n'en a jamais perdu.
Un récit que j'ai commencé et lu d'une traite - vous allez me dire : je le dis souvent. Mais là, nous ne sommes pas dans une intrigue policière, mon genre de prédilection, nous saurons très vite ce qui a bouleversée Automne : l'auteur ne joue pas sur le suspens, mais sur l'expression des sentiments et des émotions, sur la douleur, sur le fait de reprendre le cour de sa vie, de revoir des lieux - seule, sans eux.
Une interrogation aussi : pourquoi vit-on ? Chloé, au début du récit, se devait de vivre les rêves de sa mère - est-ce vraiment vivre sa vie ? Non. Que les enfants accomplissent leur rêve à eux - message implicite à faire passer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Capridegh
  04 avril 2019
Il y a des périodes où je lis guère, ou, en tout cas, pas autant que je le souhaiterais. Alors pour remédier à ça, je choisis deux ou trois livres courts, comme pour rattraper mon retard de lecture. Lire n'est pas une course ; le but n'est pas non plus de lire le plus de livres possibles. Mais je n'aime pas rester trop longtemps sans approvisionner mon blog ou mon compte Babelio, mais, surtout, sans approvisionner mon imaginaire de personnages nouveaux. Nos vies en l'air et La vie dure trois minutes, deux de mes dernières lectures, font partie de ces livres lus entre deux ouvrages plus gros et plus longs choisis pour leur format principalement (mais aussi, choisi, pour le premier, pour l'auteure que je voulais découvrir depuis longtemps). Mais c'est sans grande surprise que La vie dure trois minutes m'a guère enthousiasmée, malgré le mystère captivant des premières pages. La vie dure trois minutes parle de reconstruction. Pendant les deux tiers du roman, Automne, l'adolescente héroïne du roman, n'en dit jamais assez au lecteur quant au mystérieux événement de l'année précédente qui lui a fait perdre la face mais aussi, sa meilleure amie. Comment et pourquoi ? le suspense est entier et rend la lecture addictive au point qu'il tarde au lecteur de venir à bout de son livre.
L'histoire que nous raconte Automne m'a donné l'impression d'être froide, avec un ton monotone, presque trop détaché du lecteur. Bien qu'elle mette tout son coeur à poser ses mots sur le papier des pages de son journal en guise de thérapie, je me suis sentie spectatrice pendant une bonne partie du roman de la vie de la narratrice, sans plus. J'ai de la peine à ne pas avoir été touchée plus que ça par son histoire. Sans doute ne suis-je pas non plus la meilleure des lectrices car je ne doute pas une seule seconde que ce roman plait à de jeunes adolescentes qui se retrouvent à travers l'héroïne qu'une passion emporte au-delà d'elle-même et que des doutes inondent et brisent. Sa passion, c'est la danse, et une fois encore, je me suis trouvée trop vieille pour prendre plaisir à participer à ses cours de danse et à ses concours de tango.
Automne saura cependant faire de ses jeunes lectrices des confidentes passionnées par ses secrets et elle saura tout autant les tenir en haleine avec le plus gros d'entre eux. Elle a quand même réussi à me surprendre avec ce dernier que je n'avais pas totalement deviné. La surprise a été très bonne mais elle n'a pas non plus rendu ma lecture plus trépidante, l'enthousiasme retombant après la révélation. J'attendais d'elle qu'elle aille encore plus loin dans le secret et la puissance de celui-ci, que les effets renversants durent un petit peu plus de... trois minutes.
J'accorde ★ ★ ☆ ☆ ☆ à La vie dure trois minutes. Il a manqué un peu plus de chaleur à la narratrice pour me captiver et me donner envie de dévorer son histoire. Même si la révélation du plus gros secret teasé dès la première page fait son effet, la totalité du roman n'a pas marché avec moi, sans aucun doute parce que je suis trop vieille pour lui. Pour les plus jeunes, La vie dure trois minutes les accompagnera dans une épreuve douloureuse et leur reconstruction. Pour les plus jeunes indemnes, La vie dure trois minutes racontera l'histoire peu commune d'une jeune fille touchante qu'ils sauront aimer.
Lien : https://lirecestboireetmange..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Nat_85Nat_85   18 mars 2020
Ma prof de français cette année, assurait que l'écriture aide à apaiser les peines passagères et les grands chagrins, à prendre du recul. À renaître même, parfois.
Commenter  J’apprécie          130
letilleulletilleul   26 septembre 2018
Je vais Me raconter notre histoire, pas tout, uniquement les moments marquants, les étapes.
Je l’écrirai, puis je la déposerai dans une boîte que j’enterrerai loin d’ici.
Aux oubliettes, à jamais.
Saboureau, ma prof de français cette année, assurait que l’écriture aide à apaiser les peines passagères et les grands chagrins, à prendre du recul.
A renaître même, parfois.
Renaître…
Exactement ce dont j’ai besoin.
Retrouver la fille que j’étais, et qui m’échappe, s’efface, au risque de disparaître à jamais.
Oui, renaître, pour ne pas mourir à petit feu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
CielvariableCielvariable   21 février 2019
Après la crise, j’ai les cheveux collés sur le front, le cœur en vrac, la migraine, je ne suis pas belle à voir.

Creepy, dirait Chloé, fan de ces petits mots anglais glanés dans les séries qu’on regardait ensemble, avant.

Mais ce n’est pas fini.

Ensuite vient « la boule ».

Une boule pesante qui se pose juste au-dessus de mon estomac, entre mes côtes, et gêne ma respiration.

Selon les jours, elle a la taille d’une orange, d’un pamplemousse, d’un melon ou d’une pastèque.

Et elle ne me quitte pas de la journée, ou presque.

Je n’ai parlé de tout ça à personne.

J’imagine trop bien Avril, du haut de ses treize ans.

Elle lâcherait un truc du genre « À tous les coups t’es enceinte ». Ah ah, très drôle, Avril.

Et les parents, pas mieux. Ils me proposeraient encore de consulter un psy, leur obsession depuis « ce qui est arrivé à Chloé », comme ils disent.

Mais non.

Pas question de déballer ma vie à un inconnu.

Devant mon énième refus, ils pousseraient un énième soupir impuissant.

– Ça te ferait du bien, pourtant, Automne, soufflerait ma mère, d’exprimer ce que tu ressens à un tiers, ou même à nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   21 février 2019
Je suis réveillée depuis un bon moment, allongée sur le dos, paupières closes.

En quête de courage.

Parce que depuis le 23 juin, soit cinquante-quatre jours exactement, quand j’ouvre les yeux pour la première fois le matin, c’est le parcours du combattant.

De la combattante.

J’ai d’abord droit à la double peine, nausée ET vertige, comme si mon lit se lançait dans un rodéo diabolique.

Les murs de ma chambre tournent autour de moi à toute allure, et je me plaque la main sur la bouche pour ne pas gémir. Pas question que mes parents ou Avril m’entendent, s’inquiètent ou s’affolent. Ils en ont assez bavé comme ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Anais511Anais511   08 juillet 2018
[...] C'est fou ce qu'on ne se ressemble pas.
Elle avec sa silhouette sportive, bien ancrée dans le sol, son visage rond et ses yeux bruns, si vifs. Cheveux courts.
Le portrait de mon père.
Moi, immense et trop mince, tout en angles comme dit ma grand-mère, grand bras, grandes jambes, grande bouche, grand nez et grosses lunettes, cheveux longs pour mieux me cacher.
Le portrait de personne.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Agnès Laroche (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Laroche
Agnes Laroche, "Duo pour une enquête"
autres livres classés : tangoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le fantôme de Sarah Fisher

Comment est t-elle morte ?

En tombant
En la poussant
Noyer
Suicidé

5 questions
93 lecteurs ont répondu
Thème : Le fantôme de Sarah Fisher de Agnès LarocheCréer un quiz sur ce livre
.. ..