AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782260030416
Éditeur : Editions Julliard (01/08/2017)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 63 notes)
Résumé :
Chaque après-midi, Fatima quitte Molenbeek vêtue de noir et d'un hijab, se dirige à pied vers la Porte de Flandre, franchit le canal, se faufile discrètement dans un immeuble et en ressort habillée à l'occidentale, robe légère et cheveux au vent. Puis, toujours en flânant, elle rejoint le quartier malfamé de l'Alhambra ou Dieu sait quel démon l'attire... Depuis plusieurs semaines, cet étrange rituel se répète inlassablement. Jusqu'au jour ou Fawzi, un voisin inquisi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
jeunejane
  05 septembre 2019
Fatima, jeune fille de Molenbeek, en contact avec des cours de littérature, avec des jeunes de sa région, sort pourtant de sa maison enveloppée, dissimulée sous un hijab.
Elle se dirige dans un autre quartier et entre chez son amie Emma.
Elle en ressort habillée à l'européenne avec toutefois des lunettes de soleil et...surprise, elle entre dans un club érotique où elle danse nue dans une petite salle close avec un loup sur les yeux. Les hommes venus la reluquer sont enfermés dans des cabines dans lesquelles ils glissent des pièces pour que le rideau se lève.
Deuxième acte : Fawzi, le jeune homme marocain qui s'imagine qu'il va demander Fatima en mariage la suit et reçoit un grand choc en assistant à la transformation de la jeune fille. Il entre dans une grande violence et cela tourne bien mal.
L'auteur a transcrit les pensées imaginaires du jeune homme au sujet des femmes et on n'aimerait pas se trouver à la place de son épouse. Non seulement, il est bête mais en plus il est tyrannique et sans respect.
Troisième acte : un journaliste free lance assis à une terrasse croit avoir mis le doigt sur un attentat terroriste : il n'a rien compris et alerte les autorités avec une version tout à fait fantaisiste. Heureusement, sa parole n'aura aucune valeur car on connaît son alcoolisme et ses divagations.
Un court roman bien intéressant qui a attiré mon attention car voilà plusieurs années, une jeune femme marocaine, mère de quatre enfants, partait travailler chaque matin avec un foulard. A l'arrêt de bus, elle l'enlevait.
J'avais ses enfants à l'école et elle voulait participer aux activités, aux repas. le boucher, à notre demande, préparait de la viande pour elle et les enfants.
Le livre m'a rappelé les faits.
Je n'ai pas été jusqu'au bout des 5 étoiles car l'auteur aurait pu développer un peu plus les motivations de Fatima quant à son activité lucrative, aurait pu expliquer un peu mieux ses relations avec Emma mais je suis peut-être trop exigeante. A nous d'imaginer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          486
Annette55
  12 juillet 2020
En treize chapitres courts lus d'une traite Fouad Laroui construit un ouvrage percutant ,à la fois fin et subtil ouvrant nombre de pistes de réflexion au lecteur, sorte de tragédie contemporaine où , factuellement , il dénonce , avec talent , ironie féroce et humour sans égal, l'insupportable fondamentalisme et l'aveuglement occidental.
Fatima , intelligente et rebelle, qui fait des études , quitte Molenbeek, en Belgique, chaque après- midi , vêtue de noir et d'un hijab, , le prétendu «  voile islamique » serré sur sa tête, tombant sur une djellaba noire si ample qu'elle ressemble à un drap dans lequel la jeune femme se serait enroulée .
Sur le trottoir elle hésite , se dirige à pied vers la porte de Flandre , franchit le canal, se faufile discrètement dans un immeuble , en ressort habillée à l'occidentale , cheveux au vent et robe légère ...
Puis , en ayant l'air de flâner, rejoint un drôle de quartier , celui de l'Ablhambra, où on ne sait pas quoi l'attire....
Elle a l'apparence de la jeune musulmane engoncée dans les préceptes durs et intangibles de sa religion...
Il faut dire qu'à Molenbeek, la religion domine , les femmes y sont voilées, surveillées , niées, niqabisées, chastes, absolument négligées dans leur féminité , pourtant reluquées par des hommes .
Fatima désire se libérer de ces contraintes , vêtue à l'occidentale , elle pousse très loin l'écart absolu entre deux mondes.
Afin de réduire à néant , du moins en pensée ces hommes qui prétendent la réduire à un corps femelle .
Depuis plusieurs semaines ce rituel se reproduit sauf qu'un voisin Fawzi Stitou , engoncé dans sa culture archaïque , inquisiteur , secrètement amoureux transi, espion , va la suivre....jusqu'à la prendre , lors de sa filature , dans sa folie haineuse «  pour sa femme » ....
Les événements se précipiteront ....
Je n'en dirai pas plus , ce serait trop dévoiler ....
Fatima , en fait n'aspire qu'à une seule chose ,une troisième voie : LA LIBERTÉ et L'ÉGALITÉ ...
L'auteur , dans le chapitre «  Fawzi expliqué par les experts » tourne en ridicule ou se moque gentiment , comme l'on voudra, des théories soulevées par les spécialistes de ces questions , entre autres , Monsieur Gilles Kepel.
Un roman bien ficelé , réjouissant ,audacieux, qui met le doigt avec humour sur les déséquilibres de notre temps.
Il décrit à merveille les métamorphoses d'une femme décidée à se jouer des préceptes religieux radicaux mais aussi sur les stigmates et les fantasmes liés au corps..
..Percutant, il traite avec intelligence de l'identité de la femme musulmane dans une société occidentale entre comédie et tragédie !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Marcuyttendaele
  10 février 2018
Un beau roman, bref, percutant, subtil. Fatima a l'apparence de la jeune femme musulmane engoncée dans les préceptes durs de sa religion. Elle vit à Molenbeek, dans un monde où la religion est cardinale, où les femmes sont voilées, abolies, niées dans leur féminité, où les femmes mêmes invisibles sont surveillées et reluquées par des hommes au cerveau rétréci par le fondamentalisme. Mais une fois franchie la Porte de Flandre, elle se libère, pousse jusqu'à l'extrême la liberté de la femme sur son corps, sur ses actes. Exorcisme excessif, grand écart absolu entre deux mondes et deux cultures. Elle doit passer d'un extrême à l'autre pour trouver le milieu d'elle-même et y tracer sa voie singulière. Dissociation complète et éclatement d'un être en quête d'unité et d'harmonie intime. Et elle est suivie par Fawzi, homme sans beaucoup d'intérêt, engoncé dans sa culture archaïque, pas même religieux et qui se voit épouser Fatima en la confinant, dans une vie traditionnelle, en lui confisquant toute aspiration à la liberté et à l'égalité. Il la suit, la voit, devient fou et perpètre un meurtre qu'il ne peut signer que d'un Allah Akbar. Seule signature possible, signature de désarroi, signature réflexe qui d'emblée est comprise, analysée, vantée comme un acte terroriste. Parce que nul n'essaye même de comprendre le malentendu. Mieux, cela nourrit les thèses des uns et des autres, des intellectuels professionnels qui sont parfois là plus pour étiqueter que pour comprendre. Une fois son père mort, sa mère revenue au pays, Fatima ferme la porte lourde de sa maison de Molenbeek et s'en va vers sa vie, sa vraie vie, celle d'une femme libre. Fouad LAROUI délivre un message fort, rassérénant. Un message à contre-courant d'une religiosité de plus en plus oppressante. Il signe aussi l'échec de cette cohabitation entre deux mondes qui ne connaissent pas, qui ne se comprennent pas, qui ne s'aiment pas, qui ont tout pour s'opposer. La Porte de Flandre comme symbole absolu du point de passage, entre une forme d'ombre et une possibilité de lumière. Mais une lumière qui n'est pas forcément réjouissante, où la femme peut être aussi objet, un objet pour d'autres jeux mais toujours l'objet de toutes les frustrations masculines. Sans le dire explicitement, Fouad Laroui dénonce tout à la fois l'insupportable fondamentalisme et une forme d'aveuglement occidental… Rêver d'une troisième voie, d'une voie vers la liberté et l'égalité qui est celle qui s'offre à Fatima. Elle ne reviendra jamais à Molenbeek mais elle n'oubliera jamais d'où elle vient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
nathavh
  15 octobre 2017
Fatima est issue d'une famille marocaine vivant à Molenbeek. Son quartier a changé les dernières années, de longues robes noires recouvrent les corps, un voile cercle l'ovale des visages des femmes, c''était pas comme cela avant...
Fatima est très intelligente et cultivée, elle poursuit des études supérieures à l'université libre de Bruxelles avec brio, elle est libre mais depuis deux mois elle a décidé aussi de porter le niqab et la djellaba à la surprise de ses parents, influencée sans doute par le poids des regards dans son quartier.
Lorsqu'elle quitte son quartier, elle se métamorphose en se changeant chez sa copine en jeune fille moderne, libérée, sexy même. Elle a "mis en suspens " ses cours pour disparaître l'après-midi rue de Malines où elle devient Dany et exhibe son corps nu dans un sex-shop. Elle a dit-elle envie de se venger du regard des hommes. Elle reviendra bientôt à ses études fermant cette parenthèse.
Tout va pour le mieux si l'on peut dire mais il y a Fawtzi. Il vend des téléphones portables dans son quartier et il s'est auto proclamé son fiancé... Un jour il la prend en filature et tout basculera. Un journaliste Eddy Koekboek sera témoin de l'affaire à sa façon....
Je m'arrête ici pour ne pas gâcher votre plaisir de lecture et les rebondissements à venir.
Un sujet d'actualité, dans un quartier hypermédiatisé ; Molenbeek, on parle des "corbeaux" comme certains les appellent , toutes vêtues de noir, telle est la vision de la femme musulmane. Fatima s'étonne en effet du changement d'attitude de son père lorsqu'adolescente devenant, elle ne trouve plus la place sur les genoux de son père, plus jamais un câlin paternel...
Le poids des traditions, de la religion. La femme est la "chose" de l'homme. L'auteur avec beaucoup d'adresse démontre aussi les motivations et interprétations que l'on peut donner à certains actes; c'est facile de parler "terrorisme" et de dire qu'un acte isolé en est. Des oeillères et des préjugés empêchent souvent d'être rationnel. Il ne faut pas se fier aux apparences.
J'ai vraiment beaucoup apprécié la plume de Fouad Laroui que je découvrais ici. Elle est fluide, teintée d'humour et d'ironie, très juste et nous amène à nous poser des questions sur une société en changement guidée par des préjugés et de l'irrationnel sur un sujet brûlant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Emylit23
  15 juin 2019
Fatima vêtue d'un hijab traverse Molenbeek. Nous faisons le trajet avec Fatima en partageant avec elle ses pensées. Fawzi est amoureux de Fatima et pour lui, Fatima sera (est) sa femme. Il l'a suit et découvre la face cachée de Fatima.
Fouad La roui nous raconte l'histoire d'une femme libre, une femme forte qui veut être une seule personne, qui veut être elle-même et non de multiples personnages ( la femme du hijab, la femme en robe légère, la femme...à vous de le découvrir).
Fawzi, personnage attachant, subit la vie. On ne lui a pas appris le regard critique sur les enseignements. Il n'a pas l'éducation suffisante pour remettre en question des principes qu'on est même pas certain qu'il comprenne. Je l'ai plutôt perçu comme une victime de la société et n'ai pas du tout envie de le juger. Je me dis que lui et ses pairs doivent être écoutés et être entendus. Quel avenir pour eux?
Petit livre mais quelle richesse car il s'agit aussi d'une critique de notre société « Allahou Akbar » et un crime, pour ma part, passionnel devient un attentat terroriste suivi d'un débat d'experts sur le sujet. Et d'un cas isolé, on en tire des conclusions générales même si dans son discours, on affirme que les trajectoires personnelles sont difficiles à généraliser, qu'il faudrait les traiter cas par cas.....
Livre teinté d'humour féroce? J'ai dû perdre mon humour car j'ai tout pris au premier degré.
Le seul bémol, j'aurais voulu que l'auteur approfondisse davantage le sujet qui m'a passionné. Suis un peu restée sur ma faim.
Ce livre, l'air de rien, nous amène à réfléchir sur qui on est réellement (déshabillés de nos habits de façade), sur nos certitudes, sur notre société et ses manquements,...
Critique longue trop longue sans doute mais le sujet m'inspire et je ne peux que vous encourager à le lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
LaLibreBelgique   04 septembre 2017
Dans "L’insoumise de la Porte de Flandre", Fouad Laroui dresse le portrait d’une jeune femme voilée de Molenbeek, qui passe de la pression sociale de sa communauté à un sex-shop du centre-ville.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   12 juillet 2020
«  Honte? Non, je n’ai pas honte. Personne ne connaît mon nom. Je n’y suis pour personne. Dès que les lumières s'éteignent, je cesse d’apparaître.
On peut «  paraître » et «  ne pas être »: c’est Moi, Ça .
«  Ma condition » .
De femme, objet, corps .
Honte ? Oui , si j’avais un nom . Si ce fait s’énonçait: on a vu Unetelle montrer son corps nu à la Foule,.... ».
Commenter  J’apprécie          110
jeunejanejeunejane   05 septembre 2019
Il ne craint pas qu'elle se retourne et l'aperçoive - une musulmane ne se retourne jamais - mais elle pourrait distinguer sa silhouette reflétée dans la vitrine d'un magasin. Il tient à ce qu'elle ne se sache pas suivie, fût-ce pour la bonne cause.
Commenter  J’apprécie          70
nathavhnathavh   15 octobre 2017
Ce n'est pas en répétant à ces hébétés qu'il y a un islam pacifique, ce n'est pas en essayant de les orienter vers le soufisme qu'on va les convaincre. Autant proposer une tasse de camomille à quelqu'un qui réclame de la vodka - si j'ose dire, vu le sujet...
Commenter  J’apprécie          40
MaphilMaphil   17 novembre 2017
On n'adore Dieu que par intérêt, pour sauver sa peau (la crainte de l'enfer, l'aspiration au paradis), or la vraie dévotion serait de ne l'adorer que pour Lui, dans un déni complet de notre moi, de notre ego...
Commenter  J’apprécie          50
nathavhnathavh   15 octobre 2017
L'ampleur de la trahison se révèle par bribes. La chevelure en cascade sur les épaules... Il a l'impression qu'elle marche nue (ne disait-on pas, chez lui, 'elle est sortie nue' pour exprimer 'elle est sortie en cheveux '?), il croit revivre ses rêves qui le hantent fréquemment où elle s'offre nue la nuit de noces - mais ce n'est jamais en pleine rue, et certainement pas dans celle des Poissonniers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Fouad Laroui (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fouad Laroui
Insatiable arpenteur de la planète, assoiffé de connaissances, dévoreur impénitent de toutes formes de textes, Fouad Laroui manifeste dans chacun de ses livres son émerveillement face à la beauté de la vie. Dans ce recueil de chroniques cursives, lapidaires et lumineuses, il vante l'intelligence intarissable des êtres humains et pourfend, dans un même mouvement, leur insondable stupidité. Un régal !
autres livres classés : littérature marocaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1347 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre

.. ..