AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2260030416
Éditeur : Julliard (01/08/2017)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Chaque après-midi, Fatima quitte Molenbeek vêtue de noir et d'un hijab, se dirige à pied vers la Porte de Flandre, franchit le canal, se faufile discrètement dans un immeuble et en ressort habillée à l'occidentale, robe légère et cheveux au vent. Puis, toujours en flânant, elle rejoint le quartier malfamé de l'Alhambra ou Dieu sait quel démon l'attire... Depuis plusieurs semaines, cet étrange rituel se répète inlassablement. Jusqu'au jour ou Fawzi, un voisin inquisi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Mateiva
  22 novembre 2017
Un roman à la saveur particulière, à l'écriture troublante, qui vous embarque dans un récit exquis teinté d'amertume et d'un humour certain.
J'ai pris plaisir à suivre Fatima, à observer son rituel et cette autre qu'elle devient, cette autre qui fait le pied de nez aux traditions, aux conventions, cette autre pour venger les autres.
Si au début on se demande ce qui motive Fatima, pourquoi elle a opéré ce changement chez elle, pas à pas, l'auteur nous précise son choix, son pourquoi et cette valeur à laquelle elle aspire tant : la liberté. La liberté d'être ce qu'elle est, d'être ce qu'elle souhaite, la liberté de penser, d'agir, de se mouvoir à sa guise, de sourire à la vie.
Fatima est une femme qui se cherche, qui joue sur sa dualité tout en étant une inconnue pour elle-même. L'auteur nous décrit parfaitement son sentiment intérieur, sur sa vie, sur son entourage, sur la tradition et le poids de celle-ci.
Elle est une femme de courage, d'espoir... elle est une femme insoumise.
A travers ce récit, nous pouvons aisément remarquer à quel point les préjugés sont tenaces, à quel point ils peuvent vous écorcher, vous blesser, mais aussi comment les amalgames sont vite créés, comment les conclusions hâtives de par vos origines vous collent une étiquette qui n'est pas vous et ainsi comment d'une vague histoire d'honneur qui a tourné au sordide, on vous extrapole un récit ubuesque.
L'histoire est bien menée, cohérente, avec des descriptions sobres, qui collent parfaitement à l'atmosphère du texte. Page après page, nous avons l'impression de vivre dans ce quartier de Molenbeek, d'en connaitre tous les recoins et les habitants. Nous avons également le même sentiment que Fatima, ce sentiment d'être observée, en permanence.
L'auteur nous dévoile ici une vision franche et sans langue de bois sur le monde marocain. Il nous offre une tragédie contemporaine succulente où l'humour vient alléger, quoique, un sujet assez scabreux. Un texte qui donne matière à réflexion et qui nous procure plusieurs hochements de tête.
Un roman court, qui se lit rapidement, mais qui possède une intrigue parfaite et juste ce qu'il faut pour nous happer du début à la fin, même si je dois bien avouer qu'au début de ma lecture, j'ai été interpellée par l'écriture de l'auteur, par son style un peu haché, très marqué, très direct.
En bref, un roman plaisant à lire, rapide et passionnant. Un roman qui nous interpelle, nous bouscule, nous remet en question par ces propos percutants et réalistes. Un style particulier pour une histoire spéciale, une histoire de formatage, de liberté, d'espoir et de folie.
Lien : http://mateiva.blogspot.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathavh
  15 octobre 2017
Fatima est issue d'une famille marocaine vivant à Molenbeek. Son quartier a changé les dernières années, de longues robes noires recouvrent les corps, un voile cercle l'ovale des visages des femmes, c''était pas comme cela avant...
Fatima est très intelligente et cultivée, elle poursuit des études supérieures à l'université libre de Bruxelles avec brio, elle est libre mais depuis deux mois elle a décidé aussi de porter le niqab et la djellaba à la surprise de ses parents, influencée sans doute par le poids des regards dans son quartier.
Lorsqu'elle quitte son quartier, elle se métamorphose en se changeant chez sa copine en jeune fille moderne, libérée, sexy même. Elle a "mis en suspens " ses cours pour disparaître l'après-midi rue de Malines où elle devient Dany et exhibe son corps nu dans un sex-shop. Elle a dit-elle envie de se venger du regard des hommes. Elle reviendra bientôt à ses études fermant cette parenthèse.
Tout va pour le mieux si l'on peut dire mais il y a Fawtzi. Il vend des téléphones portables dans son quartier et il s'est auto proclamé son fiancé... Un jour il la prend en filature et tout basculera. Un journaliste Eddy Koekboek sera témoin de l'affaire à sa façon....
Je m'arrête ici pour ne pas gâcher votre plaisir de lecture et les rebondissements à venir.
Un sujet d'actualité, dans un quartier hypermédiatisé ; Molenbeek, on parle des "corbeaux" comme certains les appellent , toutes vêtues de noir, telle est la vision de la femme musulmane. Fatima s'étonne en effet du changement d'attitude de son père lorsqu'adolescente devenant, elle ne trouve plus la place sur les genoux de son père, plus jamais un câlin paternel...
Le poids des traditions, de la religion. La femme est la "chose" de l'homme. L'auteur avec beaucoup d'adresse démontre aussi les motivations et interprétations que l'on peut donner à certains actes; c'est facile de parler "terrorisme" et de dire qu'un acte isolé en est. Des oeillères et des préjugés empêchent souvent d'être rationnel. Il ne faut pas se fier aux apparences.
J'ai vraiment beaucoup apprécié la plume de Fouad Laroui que je découvrais ici. Elle est fluide, teintée d'humour et d'ironie, très juste et nous amène à nous poser des questions sur une société en changement guidée par des préjugés et de l'irrationnel sur un sujet brûlant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
sorcika01
  26 octobre 2017
J'ai su, dès les premières pages, que cette lecture me plairait. Douce, discrète, poétique et si poignante… La vie de cette jeune femme, cette pantomime qu'elle joue jour après jour, ces faux-semblants, ces « on disait que - chut - sois discrète - pour la famille - etc… Elle étouffe, elle n'en peut plus de son quartier, de ses règles, de ses traditions et surtout de ce qu'en dira-t-on lié à sa culture. Elle s'évade, elle s'envole, elle traverse le canal et change de vie. Elle devient cette autre, qui n'est pas elle non plus. Mais qui est-elle finalement ? Comment cette dualité fait d'elle une personne complète ?
J'ai avalé la centaine de pages en quelques heures (minutes ?) et j'ai suivi son parcours, au propre comme au figuré. La vision de l'auteur sur son monde marocain est implacable et sans aucune concession. Voyage au pays de Molenbeek, sans langue de bois...
L'auteur est un homme, c'est bizarre, j'imaginais une femme derrière ce récit. Et il n'en est pas à son coup d'essai : après quelques renseignements je lis des titres qui ne me sont pas inconnus mais que je n'ai pourtant jamais lus « L'étrange affaire du pantalon de Dassoukine » (prix Goncourt quand même) et « ce vain combat que tu livres au monde » (déjà croisé en librairie). Affaire à suivre, je ne m'arrêterai pas de si tôt et tenterai une autre lecture de Fouad Laroui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Stemilou
  09 octobre 2017
Voici un ouvrage qu'il me tardait de lire, non seulement parce que les livre de cet auteur ne me déçoivent jamais mais aussi par le sujet qu'il a décidé d'aborder dans celui-ci.
Fatima est une jeune fille en manque d'indépendance dans une Belgique où commence à fleurir les les tenues sombres, née de parents marocains et installée à Molenbeek elle a toujours appris à passer inaperçue. Elle est brillante et suit des cours à l'université mais un jour la voilà qui arbore elle-aussi cette tenue noire dont seul l'ovale du visage apparaît, Fatima sort ainsi du quartier de Molenbeek.
Une fois passé le pont qui sépare son quartier du reste de la ville, elle se faufile dans une rue, rejoint l'appartement d'une amie et se transforme en une jeune fille éperdue de liberté. Sa vie à l'extérieur de ce carcan que représente son quartier et le poids du regard des autres est à l'opposé de ce que son éducation lui enjoint de faire. C'est en s'ouvrant aux autres qu'elle s'émancipe et retrouve son corps, elle se sent libre enfin et tout se passe très bien jusqu'au jour où Fawzi son fiancé auto-proclamé décide de la suivre.
Je retrouve dans ce roman le style de l'auteur n'hésitant pas à teinter d'humour un sujet épineux, j'ai aimé cette jeune femme qui cherche à se libérer de tout ce qui l'a enfermé: éducation, environnement, le regard de ceux que l'on nomme voisins et qui d'un seul mot peuvent anéantir une vie. Tous ces personnages choisi par l'auteur ne sont pas caricaturaux du tout, ils représentent malheureusement bien l'état actuel des choses, le genre humain est riche en bêtise mais que voulez vous? il faut de tout pour faire un monde paraît-il!
Le roman est court mais l'intrigue prenante, chaque chapitre accorde la parole à un personnage revenant parfois sur les faits afin que l'on s'imprègne bien des pensées de chacun. Un très bon moment de lecture, je vous recommande cet auteur.
Lien : http://stemilou.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
cbvox
  18 octobre 2017
Court texte qui se suffit à lui-même... une tragédie contemporaine. Pas besoin d'une page de plus, tout est dit.
Tout y est abordé, l'identité de la femme musulmane dans une société occidentale, l'image d'une société qui peut, et je dis bien qui peut, sembler parfois impudique, la problématique de l'information qui s'échappe à vitesse lumière sans vraiment de fondements, le côté démagogique de certains débats télévisuels et la suprématie des médias (la recherche du scoop pour un journaliste...
J'ai été un décontenancé lors des premières pages par un style très marqué, un peu lapidaire, mais très vite ce texte m'a happé... L'auteur dénonce sans dénoncer, dit sans ambages, c'est factuel, direct, un vrai uppercut.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
LaLibreBelgique   04 septembre 2017
Dans "L’insoumise de la Porte de Flandre", Fouad Laroui dresse le portrait d’une jeune femme voilée de Molenbeek, qui passe de la pression sociale de sa communauté à un sex-shop du centre-ville.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
MaphilMaphil   17 novembre 2017
On n'adore Dieu que par intérêt, pour sauver sa peau (la crainte de l'enfer, l'aspiration au paradis), or la vraie dévotion serait de ne l'adorer que pour Lui, dans un déni complet de notre moi, de notre ego...
Commenter  J’apprécie          10
nathavhnathavh   15 octobre 2017
Ce n'est pas en répétant à ces hébétés qu'il y a un islam pacifique, ce n'est pas en essayant de les orienter vers le soufisme qu'on va les convaincre. Autant proposer une tasse de camomille à quelqu'un qui réclame de la vodka - si j'ose dire, vu le sujet...
Commenter  J’apprécie          30
nathavhnathavh   15 octobre 2017
Le point commun est celui-ci : la radicalisation précède la conversion. L'islam n'est qu'un prétexte, comme le fut autrefois le tiers-monde ou "la cause du peuple" (il mima de ses doigts les guillemets) ou la révolution prolétarienne.
Commenter  J’apprécie          10
nathavhnathavh   15 octobre 2017
L'ampleur de la trahison se révèle par bribes. La chevelure en cascade sur les épaules... Il a l'impression qu'elle marche nue (ne disait-on pas, chez lui, 'elle est sortie nue' pour exprimer 'elle est sortie en cheveux '?), il croit revivre ses rêves qui le hantent fréquemment où elle s'offre nue la nuit de noces - mais ce n'est jamais en pleine rue, et certainement pas dans celle des Poissonniers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh   15 octobre 2017
Et puis cette phrase lue dans un livre de Ben Jelloun, à propos d'une jeune femme mariée à un vieillard pieux : "il lui lève les jambes, dit "Au nom de Dieu" et enfonce son membre dans la chair qui palpite dans l'obscurité". Le sacrificateur enfonce le couteau bien aiguisé dans la chair de l'animal.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Fouad Laroui (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fouad Laroui
Attention, une femme peut en cacher deux autres ! ? ? ? Tous les après-midi, Fatima quitte son domicile de Molenbeek pour traverser Bruxelles à pied. Entièrement vêtue de noir et couverte d?un hijab ne laissant apparaître que son visage, elle se dirige vers la porte de Flandre, franchit le canal de Bruxelles, rejoint le quartier de la Bourse. Là, elle se faufile discrètement dans un immeuble et en ressurgit quelques minutes plus tard habillée à l?occidentale, robe légère et cheveux au vent. Puis elle reprend sa marche, toujours en flânant. Par des détours sinueux, elle atteint finalement le quartier malfamé de l?Alhambra, pousse la porte d?un sex-shop, pénètre dans une cabine où dansent des strip-teaseuses et se prépare à entrer en scène. Avant de rentrer tranquillement chez elle. Depuis plusieurs semaines, cet étrange rituel, aller et retour, se répète inlassablement. Jusqu?au jour où Fawzi, un voisin inquisiteur et secrètement amoureux de Fatima, décide de la suivre pour s?assurer qu?elle est bien l?épouse idéale. Sa déconvenue est au-delà de tous ses pires cauchemars. Mais qui, de ces trois femmes, est véritablement Fatima ? Celle, pudique, qui fuit le regard des hommes sous son voile ? Celle, émancipée, qui leur sourit en caressant sa chevelure ? Ou bien celle, affolante, qui les électrise de son corps dénudé ? À cette question, Fawzi, terrassé par la jalousie, n?est pas en mesure de répondre. Pas plus que le journaliste, intrigué par leurs agissements, qui les suit à son tour dans la ville en projetant sur eux d?absurdes scénarios terroristes. Car ce mystère, c?est à Fatima, et à elle seule, de l?élucider. Ce qu?elle fera, après un coup de théâtre imprévu. Sous les apparences d?un conte philosophique teinté d?un humour féroce, Fouad Laroui suit la métamorphose d?une femme qui cherche à se définir par elle-même et non selon des préceptes religieux, des étiquettes sociologiques ou le regard avide des hommes. Sur les trois corps superposés de Fatima glissent tous les stigmates et tous les fantasmes. Ni sainte ni putain, elle est le symbole d?une liberté toujours menacée, toujours à reconquérir. Un plaidoyer féministe où Fouad Laroui affirme que nul n?est en droit d?assigner aux femmes une place déterminée, si ce n?est elles-mêmes. ? ? ? Marocain de naissance, ingénieur et économiste de formation, professeur de littérature à l?université d?Amsterdam, romancier, poète et critique littéraire, Fouad Laroui a publié entre autres, chez Julliard, Une année chez les Français (2010), L?Étrange Affaire du pantalon de Dassoukine (2012), prix Goncourt de la nouvelle, Les Tribulations du dernier Sijilmassi (2014), Grand Prix Jean-Giono, Ce vain combat que tu livres au monde (2016), et, chez Robert Laffont, de l?islamisme, une réfutation personnelle du totalitarisme religieux.
+ Lire la suite
autres livres classés : islamistesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
non
il était Zen
catholique

10 questions
877 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre