AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782749121284
656 pages
Éditeur : Le Cherche midi (23/08/2012)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 381 notes)
Résumé :
Avec Le Diable dans la ville blanche, Erik Larson a révélé un talent exceptionnel pour romancer l’Histoire. Après s’être intéressé à l’Exposition universelle de Chicago et au premier serial killer américain dans son précédent livre, il nous offre cette fois un superbe thriller politique et d’espionnage, basé sur des évènements réels et peu connus qui se sont déroulés en Allemagne pendant l’accession au pouvoir d’Adolphe Hitler.

1933. Berlin. William E... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (118) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  15 mai 2020
Ce livre impressionne par la masse de recherches bibliographique et archivistique qu'a compulsé l'auteur afin de proposer un récit d'une rigueur sans faille sur une période absolument passionnante de l'Histoire : les premières années du régime totalitaire nazie, la mainmise de Hitler sur l'appareil d'Etat allemand une fois qu'il est nommé chancelier le 30 janvier 1933 et la mise au pas progressive de la population.
Erik Larson a choisi de façon très judicieuse sur une double narration, à travers le regard de deux Américains sur l' Allemagne nazie, des personnages ayant réellement existé comme toutes les figures historiques qu'il convoque, petites ou grandes.
William E.Dodd, professeur d'histoire dans une université américain, fervent admirateur de Wilson, se retrouve par défaut nommé par Roosevelt ambassadeur des Etats-Unis à Berlin en 1933. Complètement novice en us et coutumes diplomatiques, il fait montre d'une clairvoyance folle pour l'époque, ne cessant d'alerter sur la nature criminelle de l'Etat hitlérien, jamais entendu dans une Amérique pacifiste et isolationniste qui préfère fermer les yeux sur les exactions antisémites qui se multiplient. Il pressent les drames à venir de la 2GM alors que personne ne veut voir.
L'autre personnage est sa fille, Martha, au parcours fascinant : politiquement vierge lorsqu'elle débarque à Berlin bien décidée à s'amuser, apparaissant d'abord comme complètement frivole , accumulant les amants nazis comme Rudolph Dies ( premier chef de la gestapo ) son enthousiasme pour le IIIème Reich déclinera au contact d'un grand amour, le diplomate et espion soviétique Boris Winogradov. Elle est même été présentée à Hitler en quête d'une compagne, passage savoureusement décrit ! Durant la guerre froide, elle sera agent des services secrets de l'URSS et finira sa vie en 1990 à Prague.
Tout est vrai dans les événements narrés, pas une once de roman, jamais l'auteur ne s'octroie le droit de prêter à ces personnages une psychologie supposée. Quand ils expriment leurs pensées, c'est au travers d'extraits de lettres ou de mémoires mis entre guillemets.
Même si ce livre se lit plus comme une sorte de thriller dont on connaitrait la fin, plutôt que comme un livre d'histoire universitaire à proprement parler, il reste très dense et exigeant, chaque page bruisse de mille détails, de références, d'annotations qui demandent tout de même une réelle concentration. Je lis beaucoup d'ouvrages historiques de type universitaires pour mon travail, je les lis en connaissance de cause, mais là, je m'attendais à quelque chose de plus « romancé », les dialogues m'ont manqué, il n'y en a aucun, jugés par l'auteur sans doute pas assez objectifs.
Mis à part cette réserve très personnelle, cet ouvrage n'est jamais roboratif et apporte un éclairage passionnant sur cette période 1933-34 extrêmement riche ( incendie du Reichstag, Nuits de Longs couteaux entre autres ). On comprend mieux comment les démocraties, Etats-Unis en tête ont pu être aveugles à ce point sur la nature du régime hitlérien. Surtout, cet ouvrage rend intelligible la passivité des Allemands, indifférents devant les exactions commises, notamment antisémites, leur empressement à accepter chaque nouveau décret liberticide ou répressif, ne protestant jamais et ne s'indignant de rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1048
argali
  20 août 2012

Passionnée par la Seconde Guerre mondiale, j'ai accepté avec enthousiasme la proposition de Babelio de m'envoyer cet ouvrage d'Erik Larson. Je m'attendais à recevoir un roman, d'ailleurs la couverture parle de thriller politique. En fait, il s'agit d'un récit basé essentiellement sur les notes personnelles et diplomatiques de William Dodd, ambassadeur des Etats-Unis à Berlin de juillet 1933 à décembre 1937 et sur les journaux intimes de sa fille Martha. Plus d'une cinquantaine d'autres documents historiques ainsi que des romans ont été lus et compulsés par l'auteur afin de rendre une vérité historique totale.
Journaliste, Erik Larson a réalisé un vrai travail d'historien ici, comparant, recoupant, confrontant les documents et vérifiant les sources qu'il cite d'ailleurs avec minutie tout au long du récit. Il lui aura fallu trois ans pour nous présenter ce témoignage exceptionnel qui se lit comme un roman. Il nous emporte au coeur de Berlin et nous montre la ville et les événements qui s'y déroulent avec l'oeil d'un Américain démocrate et débonnaire, enclin à croire en la bonté de l'homme et désireux de ne pas offenser son hôte, l'Allemagne. Imprégné aussi d'un antisémitisme primaire courant aux Etats-Unis à l'époque.
Professeur d'histoire de formation, il ne croit pas aux rumeurs, a besoin de confirmation et de faits tangibles pour accorder du crédit à ce qu'on lui rapporte. (Il est aussi nourri de clichés). Dès son arrivée, « il considère son rôle d'ambassadeur davantage comme celui d'un observateur et d'un rapporteur. Il croyait que par la raison et l'exemple, il serait capable d'exercer une influence modératrice sur Hitler et son gouvernement et en même temps, d'aider à pousser les Etats-Unis à sortir de leur isolationnisme vers un plus grand engagement sur la scène internationale. » En toutes circonstances, il se voudra objectif mais manquera souvent de diplomatie. Refusant l'ingérence, Dodd cherchera longtemps à préserver des relations cordiales avec la nation allemande pour laquelle il a beaucoup d'affection.
A ses côtés, le consul George Messersmith est beaucoup plus radical et affolé. Il envoie de longs et fréquents rapports au Département d'Etat pour se plaindre des mauvais traitements dont sont victimes les Américains afin de le faire réagir officiellement. Mais la seule chose qui inquiète vraiment les hauts fonctonnaires, c'est le remboursement de la dette !
Cependant, Dodd n'est pas aveugle et au fil du temps, se rend compte que la montée au pouvoir d'Hitler présage de jours sombres. Les termes qu'ils emploient dans ses écrits sont assez explicites. Un de ses discours lors d'un diner rassemblant des patrons d'entreprise libéraux restera d'ailleurs dans les annales. Mais toujours, il voudra croire en une rédemption possible, en une paix à préserver à tout prix.
De son côté, sa fille Martha, insouciante et délurée, ne pense qu'à s'amuser, à sortir et à goûter aux beautés de la ville. Intelligente, ouverte, vive, elle se fait de nombreux amis, de toutes nationalités et aura également de nombreux amants. le récit de ses soirées, sorties culturelles et discussions nous font vivre un Berlin cosmopolite, au milieu du gratin de la nouvelle société berlinoise dynamique ou des correspondants de presse et diplomates de tout horizon et de toute idéologie. Elle aimait sortir dans les cafés du vieux Berlin, pas encore « normalisés » et historiquement riches. Les deux visions de la ville et de la vie quotidienne (celle de Dodd et celle de Martha) sont d'une complémentarité idéale pour bien cerner la complexité de la situation politique, économique et sociale de l'époque.
La nuit des Longs Couteaux du 29 au 30 juin 1934 montrera enfin le vrai visage de la Bête. Dodd comprendra alors que les jeux sont faits et qu'il est trop tard.
Vous l'aurez compris, cet ouvrage m'a passionnée. Il est essentiel pour aider à la compréhension de la « passivité » des Allemands et des nations alliées lors de la lente et minutieuse ascension d'Hitler au pouvoir. Pourquoi les Etats-Unis ont-ils laissé faire ? C'est la question que tous se posent encore aujourd'hui.
A travers le climat politique de l'époque, les enjeux économiques, nationaux et internationaux, l'ordre et la méthode mis en place par Hitler (et ses troupes) pour asseoir son pouvoir à tous les niveaux et les promesses d'un avenir meilleur qu'il semble mettre en place, on comprend mieux l'aveuglement de certains, la non réactivités des autres et la peur paralysante qui empêcha d'agir les hommes de bien.
Un récit exceptionnel et de grande valeur à lire absolument.
Merci Babelio !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          630
Marple
  01 mai 2014
S'il y a de nombreux textes montrant l'Allemagne nazie des Années 30 au travers d'évocation et d'émotions, il y en a nettement moins qui apportent analyse et explications. C'est ce que fait admirablement 'Dans le jardin de la bête', le document écrit par Erik Larsson à partir de courriers, archives et journaux intimes, notamment ceux de l'ambassadeur américain Dodd et de son entourage.
Dodd est un universitaire un peu frustré et poussiéreux en 1933, lorsque Roosevelt l'envoie à Berlin représenter les États-Unis, dans le but de préserver la paix et d'obtenir le paiement des dettes allemandes. Au départ, le décalage est donc complet entre l'ampleur de la mission et l'envergure de l'homme, intelligent mais sans panache, obsédé par la maîtrise des dépenses de son ambassade et la monographie du Vieux Sud qu'il écrit. D'autant plus qu'il emmène avec lui toute sa famille, comme pour des vacances, et donc sa fille Martha, frivole et avant tout préoccupée par ses fêtes, ses amants et ses soupirants... Tous les deux, père et fille, sont vaguement antisémites et d'abord très favorablement impressionnés par ce qu'ils appellent 'l'Allemagne Nouvelle'.
Jusqu'à ce qu'ils soient forcés de voir la réalité des choses, la folie belliqueuse et meurtrière des dirigeants nazis, la paralysie des démocraties et de la diplomatie, l'endoctrinement des masses, et qu'ils deviennent à leur façon des héros ordinaires. Lui en alertant inlassablement ses supérieurs aux États-Unis et en enchaînant les petites démonstrations de courage et de résistance. Elle en se rapprochant des soviétiques et en aidant ses amis en danger.
Plus encore que leur histoire, le livre raconte ce qu'était l'Allemagne à cette époque sombre, et nous permet de mieux comprendre. Il rappelle la Nuit des Longs Couteaux, les manoeuvres de Hitler pour installer la dictature, ses relations avec sa 'chauffeurska' ou ses lieutenants psychopathes occupés à s'entretuer quand ils ne tuaient pas les Juifs ou les opposants, les organisations militaires et paramilitaires : Gestapo, SS, SA, Armée..., la mise au pas de la population à coups de slogans, de saluts, de défilés et de dénonciations. C'est d'autant plus effrayant que c'est vrai.
Bref, 'Dans le jardin de la bête' me semble intéressant et indispensable, pour comprendre et ne pas oublier. Toutefois, 'Dans le jardin de la bête', je suis contente de ne pas y être...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          630
BillDOE
  11 août 2020
« Dans le jardin de la bête » est l'histoire vraie de William E. Dodd, universitaire américain et ami de Roosevelt, nommé ambassadeur des Etats-Unis en 1933 à Berlin. Hitler vient d'être nommé chancelier d'Allemagne. Les chemises brunes des SA de Röhm sèment la terreur sous prétexte d'établir un ordre aryen. Himmler, Göring, Goebbels et d'autres sympathisants au parti national-socialiste intriguent pendant que toute la diplomatie européenne et américaine mange des petits-fours et boit du champagne.
« Pour Dodd, diplomate par accident et non par tempérament, tous ces évènements (la nuit des longs couteaux, la nuit de cristal) étaient effroyables. C'était un chercheur et un démocrate de l'école de Jefferson, un homme rural qui aimait l'histoire et la vieille Allemagne où il avait étudié dans sa jeunesse ».
Le roman historique et très largement et précisément documenté d'Erik Larson est un témoignage riche sur cette période où le monde était sur le point de basculer dans l'horreur et où les gouvernements français, anglais et américains effrayés par le risque d'une nouvelle guerre mondiale, refusaient de reconnaitre l'évidence du chaos qui allait suivre. L'antisémitisme s'était répandu comme la peste dans toutes ces démocraties et il n'apparaissait pas comme évident qu'il serait le détonateur du pire conflit.
Un excellent récit, passionnant.
Traduction d'Edith Ochs.
Editions du Cherche Midi, le livre de poche, 546 pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          590
andreas50
  05 mars 2019
1933. L'administration Roosevelt éprouve des difficultés trouver un ambassadeur pour le poste vacant à Berlin. Et pour cause : la capitale du Reich est en pleine mutation révolutionnaire ; les violences sont quotidiennes : chasse aux opposants communistes, socialistes ; persécutions contre la communauté juive. Tous les candidats de "l 'aristocratie" diplomatique américaine refusent la place offerte privilégiant une nomination confortable et sans problèmes : pourquoi pas la Belgique, le Pérou ou l'Afrique du sud ?
William E. Dodd, 64 ans est enseignant à l'université de Chicago, cherche à terminer sa carrière au Département d'État dans une fonction peu exigeant , qui lui permette de continuer d'écrire. Historien, il est l'auteur d'une biographie de Woodrow Wilson, et ses entretiens avec ce président qu'il admire lui ont donné le goût de la politique. Proposé à Roosevelt comme candidat potentiel à une ambassade, Dodd est approché par des membres de l'entourage de FDR. Pourtant, il n'a rie du diplomate-type. Il n'est pas riche, il n'a aucun poids politique, et il ne fait pas partie du cercle des amis de Roosevelt.
Malgré tout cela, on pense que Dodd a le caractère idéal pour traiter avec le gouvernement nazi.
Il est libéral, habile, connait bien L'Allemagne et parle la langue. Il a aussi fréquenté l'université de Leipzig afin d'étudier en vue d'un doctorat.
Roosevelt lui propose le poste, car Dodd peut approcher les membres du gouvernement allemand, empêcher un moratoire sur les dettes de guerre ( colossales ) que le traité de Versailles à imposé à l'Allemagne après l'armistice de 1918. Il sera chargé surtout de veiller à la sécurité de la communauté juive, et principalement des ressortissants américains.
Dodd va accepter, et part bientôt s'installer à Berlin, avec sa femme, Martha, son fils Bill, historien, et sa fille Martha, assistante du directeur littéraire du Chicago Tribune.
William, homme droit, intègre, soucieux de son travail, prend vite ses responsabilités au sérieux : témoin des premières persécutions raciales, il va aussitôt prendre des contacts avec les autorités nazies, la presse allemande, le corps diplomatique du Reich et la Gestapo naissante.
La famille Dodd va aussi connaître la vie mondaine et frivole de la haute société allemande et étrangère. Dîners, bals, cocktails où se mêlent politiciens, journalistes, artistes, dans une ambiance de plaisirs sur fond de violence, de règlements de comptes politiques, d'antisémitisme. Hitler et ses sbires ont pris l'Allemagne dans une poigne de fer. Peu à peu, les principaux rivaux du Führer, tels Ernst Röhm et ses SA vont être liquidés. Martha, la fille de William, qui a ( au début) des sympathies pour le régime nazi, va se lier avec nombre de membres du gratin mâle des milieux diplomatique, politique,policier du Berlin des années 30. Bientôt, elle ne comptera plus ses amants.
Le régime se durcit de jour en jour, et bientôt les Dodd vont comprendre la vraie nature du Nazisme, et du danger qu'il représente pour la paix mondiale.
C'est à partir des souvenirs pas toujours fiables de l'ambassade de William Dodd, des carnets intimes de sa fille, que Larson s'est basé pour écrire Dans le jardin de la bête. Il a aussi décortiqué les témoignages d'historiens, de politiciens, de journalistes et a épluché de nombreuses archives de l'époque.
Il en ressort un docudrame d'une grande crédibilité, d' un grand intérêt historique, mêlant révélations, anecdotes, impressions, articles de presse glanés au long des premières années de la pire dictature de tous les temps.
C'est un peu la vie quotidienne d'une ambassade à Berlin sous le IIIe Reich. L'intérêt du livre est l'évocation de la montée du Nazisme qui va gangrener les rouages de la société allemande, et cela devant de nombreux observateurs étrangers bien souvent aveugles et sourds aux signes évidents d'une proche apocalypse.
Erik Larson a réussi à mêler thriller, roman noir, roman politique, document historique , véritable plaisir de lecture, et témoignage sans failles sur la période la plus noire du 20è siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          507

Citations et extraits (97) Voir plus Ajouter une citation
latinalatina   19 août 2012
L'indicateur le plus visible de la mise au pas fut l'apparition brutale du salut hitlérien, ou "Hitlergruss".Il était suffisamment inédit aux yeux du monde extérieur pour que le consul général lui consacre une dépêche entière en date du 8 août 1933.
Le salut, écrit-il, n'avait aucun antécédent moderne, à l'exception du salut des soldats en présence d'un officier supérieur, plus conventionnel.
Ce qui distinguait particulièrement cette pratique, c'était que tout le monde était censé saluer, même dans les rencontres les plus banales. Les boutiquiers saluaient leurs clients. Il était exigé des enfants qu'ils saluent leurs maîtres plusieurs fois par jour. A la fin des représentations théâtrales, un rituel récent exigeait du public qu'il se lève et salue en chantant d'abord l'hymne national, puis l'hymne des SA (...).
Le public allemand pratiquait le salut avec tant d'empressement que sa répétition incessante le rendait presque comique, surtout dans les couloirs des bâtiments publics où tout le monde, du plus humble messager au plus haut fonctionnaire, se saluait en criant "Heil Hitler", transformant la moindre escapade aux toilettes en une expédition épuisante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
latinalatina   22 août 2012
Leur vie était gagnée par les miasmes qui imprégnaient largement la ville au-delà des murs de leur jardin.
Une histoire avait commencé à circuler : un homme téléphone à un autre et, au cours de la conversation, demande : "Comment va l'oncle Adolf?" Peu après, la Gestapo débarque chez lui et exige qu'il prouve qu'il a réellement un oncle Adolf et que la question n'était pas une allusion codée à Hitler.
Les Allemands devenaient de plus en plus réticents à séjourner dans des refuges de montagne collectifs, de peur de parler dans leur sommeil.
Ils repoussaient les opérations chirurgicales à cause des effets secondaires de l'anesthésie qui dénouent la langue.(...)
Après avoir vécu dans l'Allemagne nazie, Thomas Wolfe écrivit : "il y avait là un peuple tout entier...infesté par la contagion d'une peur omniprésente. C'était une sorte de paralysie insidieuse qui déformait et dégradait toutes les relations humaines."
(...)
On s'attardait au coin de la rue pour vérifier si les visages qu'on avait aperçus au carrefour précédent venaient de tourner ici aussi.
Dans les situations les plus décontractées, on parlait avec prudence et on prêtait attention à qui vous entourait comme on ne l'avait jamais fait auparavant. Les Berlinois se mirent à pratiquer ce qu'on appelait "le coup d'oeil allemand" - der deutsche Blick - un regard rapide alentour quand on rencontre un ami ou une relation dans la rue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Eric75Eric75   17 septembre 2012
Pour elle, cependant, la perspective de l'aventure qui les attendait balaya bientôt tout sentiment d'inquiétude. Elle savait peu de chose de la politique internationale et, de son propre aveu, ne se rendait pas compte de la gravité de ce qui se jouait en Allemagne. Elle voyait en Hitler "un clown qui ressemblait à Charlie Chaplin". Comme beaucoup d'autres à l'époque, aux États-Unis et ailleurs dans le monde, elle ne pouvait imaginer qu'il resterait longtemps en place ni le prendre au sérieux. S'agissant de la situation des Juifs, elle était partagée. Inscrite à l'Université de Chicago, elle avait connu "la propagande subtile et sous-jacente parmi les étudiants en première année" qui prônait l'hostilité à l'égard des Juifs. Martha constata "que même beaucoup de professeurs supportaient mal l'intelligence brillante de certains de leurs collègues ou étudiants juifs". Elle précise pour elle-même : "J'étais légèrement antisémite en ce sens : j'acceptais l'idée que les Juifs n'étaient pas aussi séduisants physiquement que les gentils et étaient socialement moins intéressants." Elle adhérait également au cliché selon lequel si les Juifs étaient généralement brillants, ils étalaient leurs richesses et se mettaient trop en avant. En cela, elle reflétait l'opinion d'une proportion surprenante d'Américains, comme ce fut noté dans les années 1930 par des professionnels de l'art naissant des sondages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ZilizZiliz   09 avril 2013
Une étude des registres nazis a démontré que, sur un échantillon de 213 dénonciations, 37% relevaient non pas d'une conviction politique sincère mais de conflits privés, dont le déclencheur était souvent d'une insignifiance stupéfiante. Ainsi, en octobre 1933, le commis d'une épicerie dénonça à la police une cliente excentrique qui s'était entêtée à réclamer ses trois pfennigs de monnaie. Le commis l'accusa de n'avoir pas payé ses impôts. Les Allemands se dénonçaient les uns les autres avec un tel entrain que les cadres supérieurs du Parti pressèrent la population de faire preuve d'un plus grand discernement concernant les affaires à signaler à la police. Hitler le reconnut lui-même, dans une note au ministre de la Justice : "Nous vivons à présent dans un océan de dénonciations et de mesquinerie."
(p. 99-100)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
latinalatina   19 août 2012
La Gestapo entretenait son image sinistre en conservant le secret sur ses opérations et ses sources d'information.Les gens recevaient par la poste des cartes, comme tombées du ciel, leur demandant de se présenter pour un interrogatoire. Ils étaient terrorisés. Malgré leur apparence ordinaire, ces convocations ne pouvaient être négligées ni ignorées. Elles contraignaient les citoyens à se rendre dans ce bâtiment absolument redoutable pour répondre à des délits dont ils n'avaient probablement aucune idée, au risque - souvent imaginaire mais dans certains cas tout à fait réel - d'être expédiés à la fin de la journée en "détention provisoire" dans un camp de concentration.
C'était cette accumulation d'inconnues qui rendaient la Gestapo aussi terrifiante. "On peut échapper à un danger identifiable, remarque l'historien Friedrich Zipfel. Mais une police qui travaille dans l'ombre devient insaisissable. On ne se sent à l'abri nulle part. Sans être omniprésente, elle "risque toujours" d'apparaître, de fouiller, d'arrêter. Le citoyen inquiet ne sait plus à qui se fier."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Erik Larson (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erik Larson
Organes vitaux de Elsebeth Egholm aux éditions 10-18
Au cours d'un match de football, le corps mutilé d'une jeune femme est retrouvé sur le parking du stade d'Århus. La journaliste Dicte Svendsen se rend immédiatement sur les lieux et trouve une vidéo prise quelques minutes auparavant par un téléphone mobile, celui d'une fillette de onze ans. Sur l'écran, derrière la victime démembrée, apparaît durant une fraction de seconde l'image d'une jambe chaussée d'une lourde botte. L'homme aux bottes est-il celui qui traque les femmes dans les bars, à la recherche de partenaires pour des rapports sadomasochistes extrêmes ? Ce cadavre a-t-il un lien avec d'autres crimes similaires commis récemment dans d'autres pays d'Europe ? du fond de son lit d'hôpital, un détenu prétend posséder des informations capitales sur l'affaire et contacte Dicte Svendsen afin de lui proposer un échange. Quel en sera le prix ? Au cours de ce roman à la construction labyrinthique et aux péripéties particulièrement macabres, Dicte se retrouvera, comme dans United Victims, confrontée à son passé, et nous découvrirons avec elle que les morts ne reposent pas toujours en paix?
http://www.lagriffenoire.com/organes-vitaux.html
La fille derrière le rideau de douche de Robert Graysmith aux éditions le Livre de Poche
1988. Marli Renfro, la doublure de Janet Leigh dans la célèbre scène de la douche de Psychose d'Alfred Hitchcock, est assassinée. 2001. Sonny Busch, déjà suspecté à l?époque du meurtre de plusieurs femmes, est condamné à perpétuité pour ce crime. Non seulement Sonny partageait une troublante ressemblance avec l?acteur Anthony Perkins, mais, comme le personnage de Norman Bates, il avait une obsession malsaine pour sa mère. Fasciné par la pin-up des années 1960 depuis son adolescence, le journaliste Robert Graysmith, auteur du remarquable Zodiac, a décidé de mener l'enquête sur la mystérieuse Marli Renfro ? et de lever le voile sur les coulisses de Hollywood.
http://www.lagriffenoire.com/la-fille-derriere-le-rideau-de-douche-229981.html
Les passagers de la foudre d'Erik Larson aux édition le Livre de Poche
Londres, 1910. Un respectable médecin, Harvey Crippen, met fin à un mariage insupportable en assassinant sa femme, une flamboyante chanteuse d'opéra. Lorsque naissent les premiers soupçons, il prend un bateau, le SS Montrose, à destination du Québec, accompagné de sa maîtresse. Sur ses traces, un inspecteur de Scotland Yard qui, grâce à l'invention toute récente de Marconi, la communication sans fil, va permettre au grand public de suivre par médias interposés cette incroyable poursuite en haute mer. Dans cet exceptionnel document historique, Erik Larson (Le Diable dans la ville blanche, Dans le jardin de la bête) nous conte en parallèle les aventures de Marconi et du Dr Crippen ? dont le destin fascina tant Alfred Hitchcock qu'il s'en inspira pour de nombreux films ?, et nous offre un tableau saisissant des débuts du monde moderne.
http://www.lagriffenoire.com/les-passagers-de-la-foudre-213091.html
+ Lire la suite
autres livres classés : nazismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2076 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..