AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253086314
512 pages
Le Livre de Poche (01/09/2016)
3.51/5   198 notes
Résumé :
Nord de la Suède. Un pêcheur découvre le cadavre torturé d'une femme au bord d'un lac gelé. La belle Inna Wattrang était la porte-parole de Mauri Kallis, un célèbre industriel dont l'ascension et la réussite fascinent le pays.
Les indices sont minces : les deux inspecteurs de la police judiciaire de Kiruna font appel à l'ex-avocate Rebecka Martinsson, devenue substitut du procureur, pour tenter d'élucider les relations troubles entre Kallis et son employée.>Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
3,51

sur 198 notes

Souri7
  19 juillet 2017
Troisième opus mettant en scène Rebecka Martisson.

Un an et demi après les aventures du roman le sang versé, Rebecka a connu un grand chamboulement dans sa vie. Hospitalisée dans un asile psychiatrique, Rebecka a démissionné de son travail bien rémunéré d'avocate fiscaliste à Stockholm afin de devenir substitut du procureur dans sa petite ville perdue au milieu de nulle part : Kiruna.
Très peu de temps après, Rebecka doit se charger d'une enquête criminelle aux connexions économiques et internationales sans pareille. En effet, le corps d'Inna Wattrang, porte-parole et amie de Mauri Kallis est retrouvée dans un petit abri au milieu d'une rivière. Les indices conduisent les deux inspecteurs (Anna-Maria Mella et Sven-Erik Stalnacke) dans un imbroglio qui auraient des ramifications insoupçonnées. Rebecka Martinsson malgré sa fragilité psychique décide de leur apporter son aide... Seulement, à trop creuser on trouve... et en trouvant, on réveille la bête....

Ce troisième roman est sans hésitation le meilleur des trois. Après deux premiers romans ayant des intrigues similaires de pasteurs assassinés, Asa Larsson nous propose ici un thriller psychologique et géopolitique des plus saisissant et des plus incroyable.🙂 L'intrigue policière permet de mettre en exergue des contrastes sociaux, économiques et mondiaux. L'auteur semble prendre un plaisir manifeste à nous donner un exemple flagrant de l'effet papillon 😈 : un simple crime dans une petite bourgade méconnue de Suède où les températures sont en dessous de - 20°C et les effets explosifs et sanglants dans un pays d'Afrique (où les températures sont souvent au-dessus de 20°C) 😃. Ce jeu de contraste est encore repris d'un point de vue social avec le personnage de Mauri Kallis, arrêté dans sa jeunesse pour un vol et devenu une des plus grandes personnalités financières de Suède (un peu à la mode IKEA) : l'auteur au travers de flash-back nous permet de découvrir l'ascension sociale de ce personnage et les effets quasi addictifs que génère ce pouvoir.
Asa Larsson aborde aussi des thèmes assez durs comme la guerre dans des pays instables d'Afrique et sur leurs causes : désir de se maintenir au pouvoir pour les leader actuel, enrichissement personnel, financement des guérillas par des groupements financiers internationaux et incapacité des autorités internationales de cesser tout cela.

L'aspect géopolitique est vraiment des plus passionnant... Seulement, l'enquête policière est malheureusement fade et vite résolue par le lecteur 😞. Comme toujours, sous forme de flash-back précédent l'assassinat, le lecteur découvre la victime et les raisons de sa mort. Les personnages de suspects potentiels sont caricaturaux par moment avec au choix, le parvenu devenu milliardaire en quête d'encore plus de puissance, l'associé incapable et drogué, l'épouse effacée ...
Asa Larsson a bien tenté d'apporter une touche "mystérieuse" à son roman via son personnage d'Ester, une jeune femme étrange et capable d'avoir des visions concernant le passé et le futur. Cela aura pour conséquence une scène d'anthologie où Ester jouera un rôle essentiel .... Mais laissera le lecteur dubitatif...

Enfin, parlons un peu du personnage récurent : Rebecka Martinsson. Tout d'abord, c'est à se demander si Asa Larsson apprécie son personnage quand on découvre les péripéties d'Horreur Boréale et le sang versé 😈. Nous avons un personnage en début de livre complètement détruite psychologiquement et borderline.
Ensuite, depuis trois romans, je suis sceptique quant à la relation entre Rebecka et Mans qui est à la limite des amours de cour d'école. Nous avons deux personnages qui sont attirés l'un par l'autre, mais aucun des deux n'ose faire le premier pas.... Quand on sait que Rebecka est une femme qui s'est faite seule et que Mans dirige un des plus grands cabinets juridiques de Suède, on est en droit de ne pas y croire...

Globalement, une intrigue policière passionnante écrite avec un style frais et vif (même si la Suède est coutumière d'un temps frais et vif). Je comprends l'engouement des lecteurs pour cet auteur et son univers atypique. le dépaysement est garanti. Par contre, l'intrigue policière en elle-même manque de fond. Pour un lecteur averti aimant comprendre et résoudre les choses au fil de sa lecture, le challenge n'est pas là.
Bon, je continue sur ma lancée ... et je vais poursuivre l'aventure avec le suivant : Tant que dure ta colère. 😊 Lire les aventures de Rebecka Larsson ont un effet climatisation incroyable avec cette chaleur. 😛
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1164
sabine59
  22 novembre 2020
" Tant que dure ta colère " m'avait laissé une impression mitigée, mais j'ai bien fait de persévérer car j'ai nettement préféré cette enquête antérieure de la série consacrée à Rebecka Martinsson, devenue substitut du procureur.
On y retrouve aussi la policière Anna-Maria, et ses collègues, à Kiruna, au nord de la Norvège, où l'auteure a grandi. J'avais reproché au livre cité une enquête lente et un peu ennuyeuse. Ce n'est pas le cas ici. Une femme est retrouvée morte dans un chalet isolé, c'est un meurtre et elle a été torturée.
Or, il s'agit d'un membre important d'une riche société d'exploitation minière, celle de Mauri Kallis. Fraude, délit d'initiés, actions troubles en Afrique, relations intimes de fascination, voilà quelques thèmes développés avec finesse.
J'ai beaucoup apprécié la construction narrative, qui permet la multiplication des points de vue et un zoom sur chacun des personnages, à travers des retours en arrière éclairant leur personnalité. J'ai à nouveau savouré l'écriture inspirée, ciselée, souvent poétique, de l'auteure, un plus pour ce roman policier.

La scène finale au haras est très violente, mais il ne pouvait en être autrement, dans cet univers de voyous financiers cruel et sans états d'âme ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
ladesiderienne
  23 septembre 2021
Avec "La piste noire", j'arrête là ma lecture des aventures de Rebecka Martinsson. J'ai eu beaucoup de mal à terminer ce troisième tome. Pourtant, par rapport au premier "Les nouveaux prophètes", dans "Le sang versé", l'auteure avait grandement amélioré son intrigue et creusé la psychologie de ses personnages. Je lui faisais donc pleinement confiance pour me transporter à nouveau dans un de ses polars venu du froid.
Mais quelle déception ! L'héroïne Rebecka est tout simplement aux abonnés absents : elle se contente de faire des recherches depuis son cabinet de substitut du procureur pour aider le duo de flics enquêteurs, tout en se lamentant sur ses peines de coeur. J'ai été partagé entre deux styles, une alternance de dialogues et de réflexions personnelles d'une simplicité affligeante (frôlant la "nunucherie") et des récits indigestes de magouilles financières ou politiques. L'auteure y a noyé quelques phrases sur le sort des enfants-soldats ou l'utilisation réelle des aides accordées aux pays africains, sans plus.
J'ai avancé à vue dans un brouillard épais et ce n'est ni les flashs divinatoires de la jeune Ester, ni le mélange permanent du passé et du présent à l'intérieur d'un même chapitre qui ont aidé à éclairer ma lanterne. Je ne suis même pas sûre d'avoir bien saisi la fin tant j'étais pressée d'échapper à l'ennui profond qui accompagnait cette lecture, lecture à laquelle je peine à donner un 4/20.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Yumiko
  13 octobre 2015
Comme une envie de continuer avec un polar, du coup j'ai poursuivi avec ce roman qui m'a été prêté depuis un moment. Il est vrai que j'ai toujours eu un peu de la peine avec les auteurs nordiques, mais comme certains ont été de superbes découvertes, je suis partie plutôt confiante dans la lecture de ce roman. Malheureusement, j'ai très rapidement déchanté...
Pourtant il faut admettre que de nombreuses idées sont excellentes! Si cette histoire fait partie d'une série, ce tome peut être lu complètement indépendamment des précédents et notre compréhension n'est en rien entachée car les événements ne sont pas liés entre eux. Donc revenons à cette enquête. Nous voilà avec le cadavre d'une jeune femme inconnue, un cadavre qui va nous mener dans des histoires politiques, économiques et financières assez sombres. Et c'est là que pour moi, cela s'est vraiment gâté... J'ai eu énormément de peine avec ce côté de l'histoire! Il faut dire que ces éléments prennent une place énorme et donnent une impression de déjà-vu durant tout le roman...
Car oui, le lecteur comprend assez vite les dessous de table et les bases des différents contrats, donc il n'est pas vraiment nécessaire de revenir sur le sujet tout du long, surtout que cela se fait au détriment de l'enquête elle-même. Inutile de vous dire que le responsable de tout cela est facilement identifiable, pensez argent et intérêts et vous trouverez rapidement... En somme, rien de bien neuf dans cette histoire et c'est mon plus grand reproche, car si déjà le récit n'a rien d'original, il vaut mieux au moins y inclure une bonne dose d'action histoire de garder l'intérêt du lecteur, ce qui n'est pas le cas.
Au niveau des personnages, nous avons une belle brochette de personnes au passé trouble et à la psychologie défaillante. Ne vous y trompez pas, c'est bien la grande qualité de ce livre! Je trouve juste dommage que la seule personne ayant des dons intrigants ne soit finalement qu'un prétexte à amener un petit élément en plus dans le récit sans qu'elle ne prenne une réelle place dans l'intrigue. le seul problème avec tous ces personnages, c'est que leurs histoires ne s'imbriquent pas très bien et nous nous retrouvons au milieu de flashbacks et de passages du coq à l'âne pas vraiment bienheureux.
En bref, je suis passée à côté de ce roman qui présentait pourtant des éléments prometteurs. L'histoire est trop lente et ne devient passionnante que les 20 dernières pages (qui elles sont vraiment palpitantes), et pour un livre qui en fait presque 460 c'est bien maigre au final... du coup, je ne compte pas lire les autres tomes de la série, même si le style de l'auteur, lui, n'est pas déplaisant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
iris29
  30 janvier 2016
Après l'excellent " le sang versé " , voici la deuxième enquête de Rebecka Martinsson qui , bien que comportant quelques références au précédent , peut aisément se lire seul .
Autant être honnête , j'ai moins aimé que le précédent , et ce livre m'a fait l'effet d' une valse à trois temps .
Au nord de la Suède, un pêcheur découvre un cadavre dans une cabane . C'est celui, d'Inna Wattrang , jolie jeune femme qui travaillait avec son frère et Mauri Kallis , riche homme d'affaires, parti de rien et ami de jeunesse .
Les deux inspecteurs chargés de l'enquête comprennent très vite que tout tourne autour de ce trio , vivant les uns à coté des autres , sur une immense propriété .. Mauri est un personnage au passé assez opaque , qui a recueilli sa demi-soeur , archi-douée en dessin et affublée de dons mystérieux et divinatoires .
Je parlais d'un roman à 3 temps parce que cela commence très fort .
La scène précédant la découverte du premier cadavre est une des scènes les plus originales (et exotique pour nous français ...), qui m'ait été donné de lire.
J'ai trouvé le milieu du roman, assez ennuyeux , ne maîtrisant pas assez les problèmes géo-politiques ... [ le titre " La piste noire" ne faisant pas référence aux joies des sports d'hiver mais plutôt , à la piste à suivre , afin de résoudre l'enquête qui a sa source en Afrique . ] . Cette partie est heureusement ponctuée par les visions et rêveries de la demi-soeur de Mauri.
Le rythme s'accélère un peu à la fin , pour nous éviter l'assoupissement .
Peut-être que ce roman pêche par excès de personnages ,auxquels l'auteur accorde strictement la même importance ?
La littérature policière Scandinave nous a tellement habitués à de très belles choses, qu'à force on devient exigeant ...C'est pas mal , mais pas transcendant ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
santorinsantorin   14 octobre 2020
Il y a un petit moment de flottement. Ils pensent tous la même chose mais aucun ne l'exprime à voix haute. Une femme qui se fait tabasser dans une rue de Stockholm et voler son sac par une bande de gamins, ce n'est rien en comparaison de ce qui se passe en Nord-Ouganda. Les forces de sécurité de l'armée et les rebelles de Lord's Résistance Army sèment la terreur et la mort parmi les habitants dans le nord du pays. Les exécutions, la torture, les viols font partie du quotidien de ces pauvres gens. La LRA recrute de force les enfants-soldats. Les rebelles entrent la nuit dans les maisons, posent le canon d'une arme sur la tempe des parents, obligent les enfants à tuer leurs grands-parents sous peine de faire mourir leur mère sous leurs yeux et ils les emmènent avec eux. Ils ne risquent pas de se sauver. Où iraient-ils ?
De peur d'être enlevés, vingt mille enfants migrent chaque nuit vers la ville de Gulu où ils dorment dans la rue, près des églises, des hôpitaux et des stations de bus. Quand vient le matin, ils rentrent chez eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Souri7Souri7   17 juillet 2017
Être amoureux c’est comme être possédé par un démon. Notre volonté fond comme neige au soleil. Notre cerveau est tout plein de trous. Nous ne parvenons plus à garder le contrôle de nous-mêmes.
Commenter  J’apprécie          562
iris29iris29   27 janvier 2016
A Noël, j'avais décidé de commencer un régime tout de suite après les fêtes et de perdre cinq cent grammes par semaine . Alors du coup , je me suis lâchée un peu à Noël ! Et puis il y a eu le réveillon du Nouvel An et janvier est passé en un clin d'oeil . Début février j'ai de nouveau décidé de faire ce régime et , cette fois, je me suis promis de perdre un kilo par semaine ..."
Rebecka éclata de rire .
"... Et le week-end approche , continua Marie Taube . Tu crois qu'on peut perdre dix kilos en trois jours ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ladesiderienneladesiderienne   19 septembre 2021
C'est facile d'avoir des valeurs morales en évitant d'investir dans les pays en crise. C'est facile d'envoyer des subventions et de se tenir à distance prudente de la réalité. Mais les gens qui vivent dans ces pays ont besoin d'implantation d'entreprises, de travail, de développement. Leurs gouvernements, eux, veulent, de l'argent et si possible sans aucun contrôle. Quand on voit la ville de Kampala, on devine à quoi les aides ont pu servir. Des villas magnifiques à flanc de montagne où vivent les membres du gouvernement et les hauts fonctionnaires. Et ceux qui ne veulent pas croire que l'argent des subventions va à l'armée qui, quand elle ne terrorise pas la population, pille les mines au nord du Congo, sont des naïfs. Chaque année des milliards de couronnes sont versés aux pays d'Afrique pour combattre le SIDA mais allez demander à n'importe quelle femme de n'importe quel pays d'Afrique quelle différence cela a fait pour elle, vous pouvez être sûr qu'elle vous répondra : "Aucune".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
CormorobinCormorobin   13 janvier 2017
- Allez, Anna-Maria, fiche le camp et va déranger quelqu'un d'autre, dit-il. Je l'ouvrirai dans la journée et nous verrons si nous pouvons trouver une explication à cette brûlure autour de sa cheville.
- Qui veux-tu que j'aille embêter, se plaint Anna-Maria. A sept heures moins dix un dimanche matin. Il n'y a que vous deux pour être debout à cette heure-ci.
- C'est encore mieux, riposte Pohjanen. Comme ça, tu auras en plus la satisfaction de les sortir du lit.
- Bonne idée, Lars, dit-elle, le plus sérieusement du monde. Je vais faire ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Åsa Larsson (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Åsa Larsson
PAX la série - Interview d'Asa Larsson, Ingela Korsell et Henrik Jonsson
autres livres classés : suèdeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2334 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre