AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812919809
Éditeur : Editions De Borée (22/09/2016)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 7 notes)
Résumé :
La révolution de 1848 charrie son lot de bouleversements. Le peuple français vient de chasser Louis-Philippe, son dernier roi, et à Paris, la nouvelle République se construit au jour le jour. Dans ce climat de tensions politiques, tandis que se préparent au loin les élections du premier président, Léandre Lafforgue, un jeune homme épris de liberté et d'idéal, débarque de sa Gascogne natale à la recherche de son passé.

Involontairement mêlé à une mort... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Ampersand
  23 janvier 2017
Passionné par l'étude du monde criminel, Sylvain Larue a déjà publié plusieurs livres consacrés aux grandes affaires criminelles françaises. Avec ce premier roman, premier tome d'une série intitulée "Les aventures de Léandre Lafforgue", il décline cette passion sous l'angle de la fiction policière.
LA COUVERTURE
Juste un tout petit mot pour souligner la qualité de la couverture : l'image – peu importe si elle représente une scène se déroulant en 1870 et non en 1848, car l'atmosphère de l'époque est bien évoquée –, les polices, les couleurs et la mise en page sont le fruit d'un travail soigné et, détail qui n'en est pas un, le toucher "peau de pêche" constitue un vrai plus, apportant une douceur agréable au livre.
UN PROLOGUE DÉCAPANT !
Angoisse, frissons et curiosité sont au rendez-vous dès les premières pages. En effet, de manière inattendue, le début du roman démarre sur les chapeaux de roue ! J'ai rarement vu un roman débuter aussi vite et franchement j'ai adoré !
Dans le même temps, j'ai vraiment eu peur que la suite du roman ne parvienne pas à maintenir ce rythme et ce suspense endiablés...
UN STYLE DYNAMIQUE !
L'intrigue, le rythme et le style sont parfaitement coordonnés, permettant au lecteur d'être emporté dans une course haletante, avec tout de même quelques moments de répit appréciables, jusqu'au dénouement final superbement maîtrisé.
Grâce à son style alerte, tonique, précis et son écriture puissante et évocatrice, l'auteur n'a nul besoin d'user de longues descriptions pour produire en nous une sourde angoisse, une inquiétude latente, renforcées en cela par le fait que nous suivons le héros dans ces découvertes, sans en savoir plus que lui, comme si nous étions à ses côtés. L'auteur alterne dialogues et descriptions avec une fluidité déconcertante, rendant la lecture vraiment agréable sans que l'esprit ne s'égare ailleurs.
L'utilisation de mots parfois tombés en désuétude ou dont le sens a changé aujourd'hui enrichit le roman – des notes explicatives figurent alors en bas de page – et renforce la sensation d'un travail de documentation et d'écriture soigné et rigoureux.
UN HÉROS SYMPATHIQUE
Léandre Lafforgue, jeune provincial habitant le Gers, rejoint en 1848 la capitale dans l'espoir d'y découvrir l'identité de son père et de le retrouver. Involontairement mêlé à une série de crimes qui touchent les députés du Palais-Bourbon, notre jeune héros va mener l'enquête tout en poursuivant sa quête personnelle.
L'association de ces deux intrigues, l'une policière et angoissante, l'autre personnelle et touchante, est vraiment originale et l'auteur parvient à les mener de front sans jamais que l'une prenne le pas sur l'autre, l'équilibre est parfaitement respecté. D'ailleurs, la symétrie entre la montée en puissance de la première intrigue en début de roman et celle de la seconde intrigue en fin de roman est saisissante et géniale, d'autant plus que si l'une est résolue à la fin du roman, l'autre ne l'est pas et la chute du roman laisse présager une suite passionnante !
Nous en saurons alors davantage sur les origines de Léandre Lafforgue, ce qui nous permettra peut-être de découvrir les fragilités du héros, qui reste un peu trop parfait et sûr de lui à mon goût, surtout quand il se trouve aux côtés de l'inspecteur principal Rodolphe Issy-Volny, personnage particulièrement gratiné avec ses "aboiements de roquet teigneux" ! Même si le côté caricatural de ce personnage est un peu poussé, il est vraiment bien exploité comme dans les pièces de théâtre des boulevards et l'on sent combien l'auteur s'est amusé avec ce personnage, comme avec celui de la terrible marâtre, la tante Hermance. Amusement mais aussi tendresse et affection avec les personnages d'Eustache et de sa mère Manon.
UN CONTEXTE HISTORIQUE TUMULTUEUX
Sachant que la vie politique au XIXe siècle est extrêmement complexe et ne m'attire pas vraiment, j'avais toutes les raisons de craindre l'ennui et, même plus, de me retrouver perdue d'autant que ne figure pas de note en début de roman sur le contexte historique.
Finalement, Sylvain Larue est un très bon vulgarisateur et il parvient, par le biais de l'enquête menée par Léandre pour le compte du prince Bonaparte, à nous présenter cette période de l'histoire avec aisance et clarté, nous restituant toute l'atmosphère de l'époque, faite d'exaltation et d'espoir mais aussi d'inquiétudes et de ruses, car tout est bon pour parvenir à ses fins, aussi bien pour les meurtriers que pour ceux qui rêvent de conquérir le pouvoir. Défilent sous nos yeux toute une galerie de personnages historiques dont on a parfois oublié le rôle durant cette période agitée : Thiers, Ledru-Rollin, Cavaignac, Lamartine, Bugeaud... En effet, sous la pression du peuple (révolution française de 1848), le roi Louis-Philippe est contraint d'abdiquer, c'est la fin de la Monarchie de Juillet. La Seconde République est instaurée dans un climat de tensions politiques puisque des élections vont avoir lieu pour élire le premier président qui sera Charles-Louis-Napoléon Bonaparte, jugé comme facilement manipulable par les députés... idée fausse, comme la suite de l'Histoire le démontrera et comme le montrer aussi ce roman qui lève le voile sur le caractère bien trempé, rusé et ambitieux de Charles-Louis-Napoléon Bonaparte. Ce roman m'a vraiment donné envie de me documenter sur cette période, pourtant ce n'était pas gagné !
Parallèlement, l'auteur nous fait découvrir un Paris disparu, un Paris parfois inquiétant, avant les grands travaux du baron Haussmann, avec ses rues coupe-gorge, ses ruelles sombres, ses terrains vagues sinistres, sa morgue, ses prisons… Mais un Paris pas suffisamment présent. En effet, tout est si clair et si bien présenté qu'on en vient à regretter que l'auteur n'ait pas apporté un peu plus d'informations et de descriptions. En effet, il ne manque pas grand-chose, juste un cran de plus pour arriver à un parfait équilibre entre la fiction et le côté documentaire, qui reste légèrement en retrait, comme si l'auteur s'était un peu retenu, de crainte d'ennuyer le lecteur. Les passages qui détaillent certains lieux, comme la morgue, la Bibliothèque nationale ou le Muséum national d'Histoire naturelle, sont vraiment très intéressants et j'en redemande ! L'écriture et le scénario sont d'une telle qualité que je suis persuadée que ce roman aurait pris encore plus de relief, un côté encore plus réaliste, avec des descriptions plus précises et plus fréquentes.
Lien : http://romans-historiques.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
mjaubrycoin
  23 mai 2017
Voici que débarque dans le paysage foisonnant du polar historique, un nouveau venu qui inaugure avec ce premier opus une série dont la poursuite est d'ores et déjà annoncée.
L'intrigue se situe en 1848 alors que la république sociale a été brisée par les conservateurs qui ont repris le pouvoir et que le Prince Louis-Napoléon Bonaparte brigue la Présidence de la République.
Léandre Lafforgue monte de son Gers natal pour s'installer à Paris chez son grand oncle afin de tenter d'en apprendre davantage sur son père disparu.
A peine arrivé, un concours de circonstances le met en présence du Prince qui au premier coup d'oeil, le reconnait comme le fils de celui avec lequel il a mené par le passé tant de luttes politiques et il l'embauche aussitôt pour le protéger et également enquêter sur les morts suspectes qui frappent le corps parlementaire.
Serait-on dans un roman populaire issu de la plume d'un talentueux feuilletoniste inspiré par Ponson du Terrail ou Eugène Sue qui aimaient tant ces coïncidences extraordinaires ? Hélàs non !
Léandre, le héros, dont les multiples qualités tant physiques qu'intellectuelles sont complaisamment (et longuement) décrites a certes tout pour lui, mais finit par agacer un peu le lecteur car, pour parodier une formule célèbre, trop de perfection tue la perfection.
A moins qu'une bonne dose d'humour ne relève avantageusement la sauce et ici, ce n'est pas le cas même si le changement de la couleur des yeux de notre héros qui deviennent jaunes quand il est en colère, évoque incontestablement le célèbre film de Francis Veber "le Jaguar"qui avait au moins le mérite de ne pas se prendre tout à fait au sérieux !
Pour parfaire son image dans le domaine de la galanterie, notre héros multiplie les conquêtes dans le milieu bourgeois qui est le sien mais sans jamais se fixer avec l'accord de ces demoiselles qui manifestement ne recherchaient que la bagatelle dans la liaison avec ce jeune premier. Là franchement, j'ai tiqué car même si je ne suis pas historienne, je ne pense pas que la libéralisation des moeurs ait atteint la province profonde (relisons Balzac avec profit) à l'époque visée et la virginité imposée aux jeunes filles dans la course au mariage ne leur permettait pas de jouir des mêmes privilèges que les demoiselles contemporaines.
J'ai par ailleurs été parfois gênée par le vocabulaire "savant" émaillant le texte. J'ai appris ainsi que la canitie était un blanchiment progressif des cheveux et des poils et qu'un abstème est une personne qui ne consomme
jamais d'alcool. Bien sûr il est toujours utile d'enrichir son vocabulaire (surtout si on s'adonne à la passion des mots croisés) mais je ne suis pas certaine qu'un roman policier destiné à un vaste public constitue la tribune privilégiée pour étaler une science du beau langage.
Autre élément qui m'a gênée, quelques anachronismes (comme la coupe de cheveux de la Belle Manon ) et l'emploi de la distinction sémantique grands/petits par les enfants des rues tant ce vocable parait contemporain et peu adapté à une époque cruelle où l'enfance était bafouée et les jeunes dès six ans amenés à travailler en usine pour survivre.
Par ailleurs, les personnages secondaires sont trop caricaturaux pour être crédibles, par exemple la tante Hermance et le policier Issy-Volny.
Dommage que tous ces éléments n'incitent guère à fidéliser le lecteur parce que l'intrigue était bonne et le dénouement bien amené et finalement, malgré mon agacement grandissant j'ai quand même poursuivi ma lecture jusqu'à la fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
bdfis
  12 octobre 2016
Sylvain Larue a un style extrêmement agréable, et qui se marie parfaitement à l'époque à laquelle il situe son action.
Tout, depuis les premières lignes, jusqu'à l'émouvante conclusion fait de ce polar historique un bon polar. J'attends déjà avec impatience le numéro 2... en espérant un numéro 3 un jour.
J'avais par moment une petite réserve - qui est en fait l'inconvénient de l'avantage - due à l'immense culture du Sylvain. Mais cette réserve disparait rapidement.
En effet, il nous distille sans arrêt des informations sur tout ce qui concerne ce siècle, avec une profusion de détails inouïe. On friserait presque parfois l'indigestion tellement il nous abreuve de petits faits et de renseignements qui sont au final d'un enrichissement extraordinaire.
Donc, qu'il continue à nous cultiver de la sorte.
Et bien sûr, l'intrigue est passionnante !
Commenter  J’apprécie          20
teru
  03 novembre 2016
Dès le prologue nous sommes emportés dans une course haletante qui ne s'arrêtera que bien plus tard dans un final chargé d'émotion. Entre temps nous aurons fréquenté de beaux quartiers, des ruelles glauques, des titis dégourdis, des messieurs dignes et d'autres très monstrueux, nous serons allés de surprises en surprises avec le Second Empire comme décor.
Le livre est précis, très documenté et on emboîte, avec bonheur, les pas de l'auteur et son amour pour l'Histoire. Je ne peux que recommander ce premier tome à ceux qui aiment les récits qui font vibrer.
Commenter  J’apprécie          30
cmouret
  21 novembre 2016
A peine la dernière page tournée, le lecteur ne peut qu' attendre avec impatience la suite des aventures du Goupil ! Un scenario bien architecturé et une plume alerte, au service de personnages attachants, qui nous font revivre les grands moments de l'Histoire d'une époque finalement pas si lointaine... Bravo... j'ai passé de délicieux moments au fil des pages de cet ouvrage de qualité !
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Sylvain Larue (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvain Larue
Rencontre avec Sylvain Larue à l'occasion de la sortie du "Bal des Muscadins", seconde enquête de Léandre Lafforgue (Éditions de Borée, août 2017).
Février 1849 : en présence du prince-président Bonaparte, le Tout-Paris de la Seconde République se presse place Vendôme pour participer à un événement exceptionnel, une prestigieuse soirée costumée rappelant les folies du Directoire : le Bal des muscadins. Mais, alors que les réjouissances battent leur plein, une morbide apparition interrompt théâtralement les festivités... Bonaparte confie donc à son agent spécial, Léandre Lafforgue, alias "le Goupil", le soin d'assister la police pour éclaircir cette étrange situation. C'est l'occasion pour le Goupil d'entrer dans une aventure faite de livres rares et d'érudition touchant à l'irrationnel, via sa rencontre avec les frères Lazare, riches héritiers liés à d'importantes personnalités du milieu des lettres, mais également avec deux mystiques Anglaises aux charmes ravageurs... Pendant ce temps, des hommes sont assaillis, décapités, et leurs corps privés de têtes sont découverts aux quatre coins de la capitale. La Révolution et ses débordements reviendraient-ils au goût du jour ? Existerait-il un lien entre le bal, des voleurs de manuscrits anciens et ces assassinats ?
Sylvain Larue a publié aux éditions de Borée dix-huit livres dans la collection des "Grandes Affaires criminelles". Après le succès de "L'Oeil du goupil", premier opus de la série, il poursuit aujourd'hui son exploration du crime dans les allées du pouvoir de la Seconde République. La seconde enquête de Léandre Lafforgue ne laisse décidément aucun répit au lecteur...
+ Lire la suite
autres livres classés : policier historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1211 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre