AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782354088194
Éditeur : Mnémos (20/03/2020)

Note moyenne : 4.6/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Les Chevauche-Brumes ont déserté les légions royales du Bleu-Royaume pour aller traquer les créatures maléfiques issues du brouillard noir : désormais dispersées aux quatre coins du monde, elles attaquent les populations civiles sans défense. Tandis que les réfugiés affluent à Antinéa, la capitale, et exacerbent les rivalités entre le régent du royaume et le clergé d’Enoch, sur mer, un monstre terrifiant fait des ravages parmi les navires. Les anciens de la neuvième... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
boudicca
  15 mai 2020
Après un premier roman paru l'an dernier et ayant bénéficié de bons retours de la part des lecteurs, Thibaud Latil-Nicolas revient en ce début d'année avec un nouvel ouvrage qui fait directement suite à « Chevauche brumes ». Si rien dans le titre ou sur la couverture ne laisse penser qu'il s'agit d'un deuxième tome, il me semble malgré tout compliqué de le considérer comme une oeuvre indépendante dans la mesure où il fait directement suite au roman précédent, dont la lecture est à mon avis essentielle pour bien cerner tous les enjeux des « Flots sombres ». [Attention, la suite de ce paragraphe contient inévitablement quelques spoilers concernant le premier opus]. On retrouve donc les protagonistes là où on les avait quitté, c'est-à-dire après la levée du siège de Crevet et la dissipation de la brume qui protégeait jusque là le Bleu-Royaume des hordes de monstres à sa frontière. Désormais libres de s'attaquer à tous ceux auraient le malheur de croiser leur route, ces derniers sont la cause de massacres et de mouvements de population importants qui menacent la stabilité du royaume. C'est pour lutter contre ce fléaux qu'une partie des soldats de la neuvième compagnie et des doryactes les ayant combattu ont pris la décision de quitter l'armée pour fonder leur propre ordre dont la seule mission consiste à défendre les humains des mélampyges, qui sont de plus en plus nombreux à déferler sur tout le territoire. Une menace dont la capitale ignore tout, d'autant que d'autres problèmes se posent au coeur du royaume où les tensions entre le régent et les représentants du culte d'Enoch ne font que croître. Pris en tenailles entre deux figures paternelles, et traumatisé par les atrocités dont sont victimes ses sujets, le petit roi est plus malheureux et donc plus malléable que jamais, ce dont certains vont s'empresser de profiter. Hors des frontières du Bleu-Royaume, les autres territoires commencent eux aussi à sentir les effets de la dissipation de la brume et de la prolifération de créatures de cauchemar. Plusieurs marins des Îles-Jumelles en ont ainsi fait les frais, et les deux uniques survivants parlent d'une créature aux dimensions colossales, capable d'engloutir un navire entier en quelques minutes.
Le roman nous entraîne d'un front à l'autre et, si certains événements paraissent dans un premier temps déconnectés du reste de l'intrigue, les différents fils finissent par se rejoindre pour former un ensemble cohérent et passionnant. Ainsi, si le premier tome s'était révélé particulièrement prometteur (surtout pour un premier roman), sa suite tient toutes ses promesses et se révèle même plus aboutie par certains aspects. le récit est mené tambour battant, sans aucun temps mort dans aucun des trois pans de l'intrigue, qui sont d'ailleurs tous aussi captivant les uns que les autres. On retrouve avec plaisir une partie des membres des Chevauche-brumes dont on peut encore une fois apprécier l'efficacité, la franchise et l'humour. Les intrigues à la cour d'Antinéa sont, pour leur part, plus prévisibles, mais l'attachement que l'on porte aux personnages et l'inquiétude que l'on éprouve à voir la situation dégénérée permet l'instauration d'un climat de tensions qui ne fait que renforcer l'intérêt du lecteur. Les aventures ayant lieu en mer sont quant à elles très intéressantes, notamment parce qu'elles nous permettent de changer un peu de décor et d'étendre les frontières de l'univers en présentant un autre royaume et une autre culture. La construction du roman est impeccable, l'auteur alternant efficacement intrigues de cour, scènes de bataille épiques (à terre ou en mer), et moments plus calmes, propices au développement de liens de camaraderie entre les personnages. le roman offre une résolution satisfaisante au problème majeur de ce deuxième tome, mais quantité d'autres mystères restent non résolus tandis que certains personnages se retrouvent confrontés à de nouveaux défis. Il apparaît donc évident que « Les flots sombres » sera suivi d'au moins un autre volume, et c'est une bonne nouvelle, d'autant plus que les bases de la future intrigue posées ici sont des plus intrigantes. Toujours en ce qui concerne l'intrigue, on peut également saluer le recul pris sur les événements par certains personnages, ce qui permet d'aborder des thématiques intéressantes qui sont trop souvent passées sous silence comme l'ingratitude des « puissants » et les conséquences de leurs décisions sur la « chair à canon ». Même si le pitch peut paraître assez simpliste (des guerriers/guerrières s'en vont dégommer du monstre), le propos est en fait beaucoup plus subtile que cela, et c'est, en partie, ce qui fait le charme du roman.
Parmi les points forts, il convient également de citer les personnages pour lesquels le lecteur éprouve énormément de sympathie, moins en raison de leur personnalité (qui n'est pas forcément très étoffée en ce qui concerne les différents membres de la compagnie) que pour la qualité des relations qu'ils entretiennent les uns avec les autres. Thibaud Latil-Nicolas a affirmé à plusieurs reprises lors d'interviews s'être inspiré de la camaraderie qui pouvait régner dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale pour mettre en scène celle régnant entre les membres de la compagnie, et c'est un aspect que l'on retrouve dans ce deuxième volume. Ici pas de bons sentiments, de déclaration d'amitié enflammée ou d'embrassades dégoulinantes de mièvrerie, mais des taquineries, de la complicité, et des preuves d'affection immédiatement relativisées, mais néanmoins extrêmement touchantes. Difficile dans ces circonstances de pas être ému par l'amitié unissant Barbelin et Varago, ou encore celle, improbable, entre Quintaine et la doryacte Danbline. Si on prend un grand plaisir à retrouver les vétérans et les amazones du premier tome, les nouveaux personnages introduits ici parviennent facilement à trouver eux aussi leur place, à commencer par les membres de l'équipage de la Frondeuse, qu'il s'agisse du vieux et sage Léontès, du quartier-maître Vexini, ou encore de la capitaine nouvelle promue Ophélie. L'ensemble des personnages dispose d'un portrait nuancé, ce qui évite à l'auteur de tomber dans le manichéisme et rajoute au contraire de la complexité à l'intrigue. Des personnages à priori tout à fait sympathiques peuvent ainsi se montrer particulièrement obtus, voir odieux ou stupides, tandis que d'autres ayant clairement le mauvais rôle se révèlent loin de la caricature qu'on retrouve trop souvent des « gros méchants ». le seigneur-cardinal Juxs n'a, par exemple, à priori guère de chance de susciter l'attachement du lecteur en raison de son fanatisme et de son hostilité affichée pour les héros, et pourtant sa tendresse pour le petit roi est incontestablement touchante. A l'inverse, le calcul et la rudesse dont peut faire preuve le régent envers son protégé, quand bien même ses intentions sont bonnes, apporte un contrepoint intéressant à sa personnalité, de même que les préjugés du sénéchal sur les Chevauche-Brumes. Reste à aborder la question du style de l'auteur qui séduit une fois encore par sa gouaille et son sens de la répartie. Les dialogues sont particulièrement savoureux, et permettent de renforcer encore un peu plus le sentiment de camaraderie unissant les personnages, non seulement entre eux, mais aussi avec le lecteur.
Après un premier roman prometteur, Thibaud Latil-Nicolas nous revient avec une suite d'excellente facture, qui vient confirmer le talent de l'auteur. L'intrigue se fait plus passionnante encore, l'univers plus riche, et les personnages toujours plus attachants. Un très bon moment de lecture, que j'ai hâte de prolonger en découvrant la suite !
Lien : https://lebibliocosme.fr/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Igguk
  15 mai 2020
L'an dernier, Thibaud Latil-Nicolas avait frappé un grand coup avec son Chevauche-brumes, et voilà qu'un an après arrive sa suite, Les flots sombres. Pas de bol, une certaine bestiole couronnée a débarqué dans le vrai monde en Mars 2020, poussé les humains (chanceux) à se cloitrer chez eux et les libraires à fermer. Mnémos a bousculé son planning et la sortie du livre est passée de Mars à Mai 2020, je leur souhaite que ce contre-temps n'impacte pas trop le succès du livre. Parce qu'il mérite de cartonner. Voilà pourquoi.
Les flots sombres démarre directement là où Chevauche-brumes avait laissé le lecteur, donc si vous n'avez pas lu chevauche-brumes barrez-vous, je veux plus vous revoir avant que cette erreur grotesque soit réparée. L'ordre des chevauche-brumes vient d'être créé, les mélampyges se répandent sur le Bleu-Royaume, Saléon et ses compagnons foncent vers la capitale pour prévenir le roi de ce qui leur arrive sur la figure. En chemin ils doivent quand même livrer bataille et secourir les populations, mais l'accueil qui leur est réservé par le Sénéchal du royaume n'est pas tout à fait ce qu'ils espéraient. Au large de l'île de Biscale, les navires subissent des attaques d'une créature inconnue, Ophélie est la dernière survivante d'un de ces massacres. Secourue par un pêcheur elle va se voir confier le commandement d'un baleinier pour aller chasser la bestiole, mais elle aura besoin de s'imposer auprès de cet équipage un peu compliqué, et l'aide des Chevauche-brumes ne sera pas de refus.
L'auteur réussit avec brio à varier les plaisirs en nous offrant plusieurs arcs narratifs parallèles, tous plus passionnants les uns que les autres. Nous avons d'un côté l'accueil des chevauche-brumes à Barberon qui va partir un peu en vrille, dans lequel on retrouve avec plaisir les anciens légionnaires qu'on connait avec cette camaraderie joviale et les grandes gueules qui la composent. Puis le lecteur prend le large avec Ophélie et l'équipage de la frondeuse qui ne souffre pas de la comparaison avec les personnages déjà établis. L'ambiance Master and commander est très réussie et offre un changement bienvenu dans la série. Mais nous aurons aussi une troisième trame qui va se mêler à la première, plus politique sans pour autant manquer de panache : A la capitale, le jeune dauphin Théobane assiste au bras de fer entre le régent et le clergé qui veut punir ces légionnaires déserteurs usant de forces impies pour leur gloire. Et ça va légèrement partir en vrille, complot, espionnage, manipulation…
Mes amis lectrices et lecteurs, quelle claque dans la gueule ! Thibaud Latil-Nicolas nous livre une aventure rythmée qui approfondit son univers, offre de grands moments épiques et apporte un peu de complexité sans pour autant tomber dans des imbroglios trop tordus. C'est un cocktail parfait entre des enjeux importants, un univers complexe (mais pas compliqué), des personnages parfaitement posés et du fun. Au début on est un peu submergé par le nombre de personnages, mais l'auteur arrive à tous leur donner corps grâce à des dialogues savoureux et des scènes drôles ou épiques, où chacun trouve sa place et son caractère. On a beaucoup de petites scènes de camaraderie qui mettent en place une amitié forte entre deux personnages, un respect ou une défiance qui les situent tous les uns aux autres et offre au final une grosse toile de relations très solides sur laquelle on pourra se reposer pour le grand spectacle. On saluera également la présence renforcée des femmes dans cette suite, les doryactes prennent plus d'ampleur, Myrelle de Vernes en impose aussi, et bien sûr Ophélie qui assume ses responsabilités de Capitaine avec style.
L'auteur joue avec un vocabulaire très spécifique et stylisé, on va pas jusqu'à du Sénéchal mais ça pourra quand même fâcher certaines divinités sensibles à la chose, moi j'adore ça parce que ça pose une ambiance très immersive. Et dans le cadre d'un univers maritime c'est absolument génial, même si on comprend pas tous les termes techniques on s'en fout, c'est jouissif ! Souquez les artémuzes ! Les flots sombres nous offre des grandes scènes très marquantes, et « visuellement » très fortes. La charge des chevauche-brumes qui surgissent, arme à la main et encensoirs magiques qui répandent cette trainée de brume, ça percute ! Les affrontements en mer sont splendides et rythmés, et impressionnent par la clarté de leur déroulement, leur lisibilité, on s'y croirait ! La tension tient le lecteur qui avale les 350 pages en quelques jours. Tout est ponctué de vannes et de petites scènes de comédie qui font sourire et créent ce mélange détonnant qui évoque les meilleurs passages d'un Nicholas Eames. Je rigole toujours de la scène où Barbelin sort la tête par l'écoutille pour demander à Saléon s'ils vont charger ou pas (vous saurez la suite en lisant le livre).
On va également avancer sur nos découvertes du background des mélampyges, Jerod creuse un peu la chose et va faire des trouvailles surprenantes, mais il devra réagir vite aussi car le temps est compté. Pourtant le roman ne termine pas tout à fait cet arc, l'auteur structure sa série avec un double fil rouge « à suivre » (le combat contre les mélampyges et l'évolution politique de son univers qui réserve quelques surprises), et une autre partie bien contenue comme un one-shot (l'aventure maritime). C'est le meilleur compromis à mon avis, mais ça serait quand même sympa que l'éditeur signale enfin clairement sur ses couvertures la tomaison de ses séries. On pourra discuter sur la possibilité de lire Les flots sombres sans avoir lu Chevauche-brumes (qui pour moi est une mauvaise idée), mais c'est au lecteur de faire ce choix, en étant déjà informé clairement qu'il y a un autre bouquin avant. Mais on va pas reprocher ces considérations éditoriales à l'auteur qui livre ici un roman d'aventure magistral.
Je me suis régalé avec cette lecture qui arrive à garder le ton et l'univers de Chevauche-brumes mais en explorant une ambiance très différente. Je garde en tête énormément de moments forts, de personnages hauts en couleur, de coups de théâtre dramatiques et de franches rigolades. Et cette ambiance de marins, c'est génial ! J'espère retrouver cette petite bande très bientôt pour d'autres aventures dans cet univers qui garde encore plein de promesses. Si Thibaud Latil-Nicolas nous en sort un tous les ans, je prends l'abonnement à vie.
Lien : https://ours-inculte.fr/les-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
LaGeekosophe
  15 mai 2020
J'avais beaucoup aimé le premier tome dans l'univers des chevauche-brumes, le roman présentait un groupe de personnages attachants et une histoire dynamique tournée vers l'action. Il était donc tout naturel que j'accepte de poursuivre l'aventure avec Les flots sombres, qui se passe dans le même univers mais peut se lire indépendamment (en tout cas je n'ai pas été gênée car je ne me souvenais pas de tous les détails du premier tome). Mais il est quand même intéressant de lire le premier opus. Merci aux éditions Mnémos pour l'envoi !
L'auteur met de nouveau en scène des personnages aux personnalités variées et très attachants. Des soldats aux nobles, l'ensemble propose une galerie entraînante. J'aime beaucoup par exemple le personnage de Jerek, le mage qui cherche une solution aux créatures d'encre qui sèment la mort et la destruction sur leur passage. Les antagonistes peuvent se montrer un peu manichéens, mais leurs motivations sont bien exposées, ce qui permet de donner un peu de corps à leur décision, bien qu'elles soient assez classiques.
En outre, l'auteur a mis en scène beaucoup de personnages différents : il y a de nombreuses femmes intéressantes qui jouent un rôle important. Ophélie, la capitaine de navire un brin sèche, est une addition vraiment sympathique et un personnage de premier plan assez fort. Elle s'accorde très bien avec les personnages du précédent opus. C'est d'ailleurs un plaisir de retrouver certaines figures fortes en gueule. le seul défaut est peut-être que nous avons un nombre important de points de vue à suivre et beaucoup de personnages sont un peu laissés de côté.
La plume de Thibaud Latil-Nicolas apporte toujours un vrai dynamisme dans Les flots sombres. Ici, l'action est très présente, sur terre comme sur mer. L'écriture insuffle un très bon rythme à toutes les scènes de bataille. La mise en scène est réussie. L'ensemble est très immersif et très convaincant, que ce soit lors d'un combat dans une forêt ou une bataille contre un monstre marin particulièrement teigneux. le rythme est donc une fois de plus très soutenu !
L'auteur a également bien travaillé ses dialogues, qui soutient les caractères colorés des personnages. Certaines répliques sont vraiment très drôles et posent une personnalité rapidement, tout il est impossible de ne pas comprendre l'affection qui relie plusieurs personnages en quelques bons mots. Il a en plus le mérite de ne pas en faire trop au niveau rareté du vocabulaire, ce qui fait que l'ensemble très naturel et agréable sans tomber dans l'excès.
Le style direct de l'auteur permet de mener l'histoire avec efficacité. Même s'il y a beaucoup de personnages, le scénario est assez clair. On s'ennuie assez rarement le long du récit, qui de plus regorge en révélations juteuses et en retournements de situation. Entre manigances politiques, trahisons et coups d'éclat, le rythme est maintenu de bout en bout. Cela permet également de développer un peu plus l'univers, notamment à travers différents royaumes qui ont des intérêts et des projets différents face à la menace des montres d'encre.
L'auteur ajoute d'ailleurs une dimension politique nouvelle, puisque ladite menace se rapproche des mondes civilisées et qu'il faut prendre action. Mais la chose n'est pas facile quand les rivalités entre poches de pouvoir prennent le dessus sur l'intérêt général. Ici, l'opposition entre des corps politiques guerriers et une caste religieuse n'est pas spécialement originale, puisque très classique dans la littérature fantasy. Mais cela n'en fait un mauvais élément scénaristique pour autant, car elle est portée par des personnages assez bien développés pour que l'intérêt soit maintenu.
C'est une fois de plus un très bon roman ! Les dialogues sont ciselés, souvent franchement drôles et bien tournés, portés par une galerie de personnages forts en gueule et attachants. Il y a d'ailleurs beaucoup de femmes qui sont mises en avant et c'est appréciable. L'action est très présente, sur terre comme sur mer. La plume de l'auteur est particulièrement efficace dans ces moments de bataille, où la mise en scène rend les conflits immersifs. Il développe également une intrigue politique bien équilibrée par rapport au reste du roman et intéressante à suivre même si elle repose sur des ressorts classiques.
Lien : https://lageekosophe.com/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
JessieL
  12 mai 2020
Dans Les Flots Sombres, on retrouve la compagnie des Chevauche-Brumes, accompagnés de quelques Doryactes, ces guerrières du Longemar qui les ont rejoints dans leur lutte contre le fléau des mélampyges. Après avoir affronté ces odieuses créatures et avoir percé le mystère de cette brume, ils reviennent à bride abattue vers la capitale pour alerter Le Roy et ses conseillers du danger imminent qu'encourt le Bleu-Royaume. Seulement sur place, ils seront confrontés aux rivalités entre le Régent et les représentants du culte d'Enoch. Les tensions sont exacerbées. Dans cette conquête du pouvoir, les Chevauche-Brumes pourraient être sacrifiés. Alors sauront-ils éviter les pièges qui ne vont pas manquer de se dresser sur leur chemin ?
Pour ce second volet, Thibaud Latil-Nicolas y a introduit une dimension plus politique. En effet, après avoir identifié la menace, ses héros vont devoir exceller sur la scène diplomatique. Ainsi, en plus de devoir gérer cette bataille contre des hordes maléfiques, ils vont aussi subir la guerre d'influence qui oppose un état affaibli face à un culte prééminent. L'auteur met en exergue ici l'éternel belligérance entre l'Etat et la Religion qui cherchent à avoir la suprématie sur l'autre, et ce depuis des siècles. Voici une nouvelle difficulté à laquelle nos Chevauche-Brumes ne sont clairement pas préparés. D'ailleurs, cette dissidence au sein du même camps pourrait sonner le glas du Bleu-Royaume. A l'heure où l'unité est de mise, subir une guerre de religion est le meilleur moyen pour affaiblir ses défenses et permettre au Mal de s'infiltrer. C'est donc au milieu de ce nid de vipères que Jerod, Quintaine, Durieux, Varago, Murtion et compagnie vont devoir marcher.
Alors que la magie semble être la seule arme capable d'arrêter ces créatures démoniaques, le pouvoir est renversé et les mages sont exécutés. Jerod est le dernier espoir pour mettre fin à cette ignominie. Mais n'est-il pas déjà trop tard car la corruption rôde autour de lui. Pourra-t-il réellement mener sa quête jusqu'au bout ?
Sur terre ou sur mer, Thibaud Latil-Nicolas multiplie les scènes de combats faisant des Flots Sombres, un récit épique. Ses héros n'ont rien de chevaleresques. Ce sont plutôt des mercenaires, des gens d'armes qui, en dépit de leurs mauvaises manières, n'en restent pas moins des hommes d'honneur. Courageux ou désespérés, ils sont les derniers remparts qui se dressent contre ce funèbre danger.
Dans ce nouveau tome, l'écriture de Thibaud Latil-Nicolas est incisive. Il nous entraîne à perdre haleine dans un maelstrom de batailles et d'intrigues de cour. L'univers dépeint est bien volontiers sombre et comploteur... plus d'infos sur Fantasy à la carte
Lien : https://fantasyalacarte.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Aelinel
  20 mai 2020
En conclusion, j'ai eu un véritable coup de coeur pour Les flots sombres : je le trouve beaucoup plus abouti que Chevauche-brumes qui finalement était un tome d'introduction. Si certains éléments de l'intrigue restent encore classiques (comme l'opposition entre le pouvoir temporel et spirituel), d'autres au contraire se sont améliorés notamment les personnages féminins qui sont beaucoup plus intéressants et mieux dépeints. La tonalité plus politique correspond également mieux à mes goûts littéraires et j'ai été toujours autant séduite par le style d'écriture complexe et fin de l'auteur. Bref, il est certain que je serai au rendez-vous pour le troisième opus.
Pour une chronique plus complète, rendez-vous sur mon blog :
Lien : https://labibliothequedaelin..
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LenocherdeslivresLenocherdeslivres   26 mai 2020
Faire progresser la science et la recherche est une noble cause qui mérite que l'on s'y consacre pleinement, mais pas à n'importe quel prix. Il fallait fixer les limites.
Commenter  J’apprécie          20
LenocherdeslivresLenocherdeslivres   23 mai 2020
Mieux valait se trouver une place avant que l'alcool ne rende plus facile les altercations. Par ici, il était plus facile d'embrasser un tesson de bouteille qu'un joli visage.
Commenter  J’apprécie          40
boudiccaboudicca   06 avril 2020
 -Tu vas y mettre des coulevrines ? demanda brusquement Barbelin en se redressant.
-J’y compte bien. Au moins quinze, je pense.
L’artilleur se rua sur Tirelire et l’empoigna par les épaules.
-Mets-moi sur la liste, face de derche.
-Mais pourquoi moi ?
-Parce que tu sais écrire, malheureux !
-Ah oui, très juste…
Tirelire sortit de son havresac un rouleau de mauvais vélin, une fiole d’encre et une plume qu’il entreprit de tailler avec un canif.
-Alors, ça vient ?
-Bague museau, trouvère ! L’écriture ça prend un peu de temps. Pas comme quand tu baises.
-Ta mère s’est jamais plainte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
boudiccaboudicca   09 avril 2020
-N’en demeure pas moins que ce sont des braves gens.
-Et c’était pas si évident à anticiper vu l’échantillon qu’on s’est fardé pendant des années, plaisanta Tirelire.
Durieux ne répondit pas et se contenta de cracher par terre.
-Fais gaffe à mes bottes, tocard ! glapit Barbelin. J’ai passé l’après-midi à essayer de me rendre présentable.
-Ah ? Et c’est à quel moment que ça a foiré ? 
Commenter  J’apprécie          100
Dionysos89Dionysos89   11 mai 2020
Le mérite, ça n’entre jamais en ligne de compte quand on parle boulot. Tuer la bête ne vous ouvrira aucun droit, aucun titre. C’est le besoin que votre suzerain a de vous qui déterminera votre ascension, rien d’autre.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Thibaud Latil-Nicolas (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thibaud Latil-Nicolas
En librairie le 15 mai 2020
Le Bleu-Royaume est en danger. Des hordes de créatures maléfiques, libérées d'un sortilège qui les retenait captives, ravagent ses campagnes et terrorisent les hameaux. Les soldats issus de la neuvième compagnie des légions du roy, les Chevauche- Brumes, se sont juré de les combattre jusqu'à leur dernier souffle.
Les réfugiés arrivent par centaines dans la capitale et exacerbent les rivalités entre le régent et le culte d'Enoch. Dans les contrées méridionales, un monstre marin d'origine inconnue fait des ravages parmi les navires, mettant en péril le lien vital qui unit les îles Jumelles au continent. Les Chevauche- Brumes sauront-ils affronter tous ces périls ?
Passionné par l'histoire, la littérature et les vastes domaines de l'imaginaire, Thibaud Latil-Nicolas, après le succès de son premier roman Chevauche- Brumes, place la barre encore plus haut dans ce deuxième opus : l'action est menée tambour battant, les dangers se multiplient et les ennemis ne sont pas toujours là où on le pense…
Entre combats sanglants et manoeuvres politiques sans concession, l'avenir mettra à rude épreuve la Compagnie des Chevauche- Brumes.

Les chroniques :
« Il nous entraîne à perdre haleine dans un maelstrom de batailles et d'intrigues de cour. » Fantasy à la carte
« C'est un grand coup de coeur pour cette suite qui reprend les ingrédients qui me plaisaient tant dans le premier mais apporte en plus un approfondissement de l'univers et de l'intrigue. » Yuyine
« La plume de l'auteur est enchanteresse et il est agréable de se laisser porter par les mots, rien que pour le plaisir de lire de belles phrases bien tournées. Et puis il y a l'histoire et ses personnages. Nous emmenant dans un univers riche et complexe à souhait » Culture vs news
« Une généreuse rasade d'aventures, d'actions et de complots, plus iodée que jamais. » Decitre Grenoble
+ Lire la suite
autres livres classés : monstreVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Thibaud Latil-Nicolas (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1509 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..