AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791020905215
Éditeur : Les liens qui libèrent (27/09/2017)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
" Le 13 février 2014, je suis victime d'un Tako Tsubo – maladie quasi inconnue, même du corps médical –, que l'on appelle syndrome du cœur brisé et qui touche plusieurs milliers de personnes par an. Surtout des femmes. Dans ce livre à la fois intimiste et journalistique, j'ai voulu témoigner. Pourquoi cette pathologie s'est-elle si rapidement développée ? Quels en sont les causes et les signes avant-coureurs ? N'est-elle pas surtout le symptôme d'une société du mana... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
petitsoleil
  07 octobre 2017
Un livre tout récent, repéré dans une revue puis dans une librairie bordelaise. J'ai trouvé très intéressant ce témoignage. Inspirant je ne sais pas, mais ça interpelle. Ce livre contient tout à la fois un témoignage sincère et une véritable enquête sur un mal méconnu. Méconnu car le Tako Tsubo touche surtout des femmes, méconnu car les liens entre stress, stress prolongé, stress chronique et malaises cardiaques ne sont pas si souvent évoqués.
J'apprécie vraiment que les trentenaires ne soient plus la seule génération à écrire sur le monde "merveilleux" de l'open-space, que médecins et psys ne soient plus les seuls à nous alerter sur les dérives du monde du travail.
Commenter  J’apprécie          326
MAZARINE57
  27 mai 2018
J'ai lu le livre "Tako Tsubo" de Danièle Laufer.
Je viens de faire un "Tako Tsubo", et l'auteure a répondu à mes nombreuses questions, j'ai trouvé ce livre très bien .
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleilpetitsoleil   07 octobre 2017
A ce stade, je pense que ce qui m'a fracassé le cœur, c'est que je n'ai pas su me protéger de la brutalité et des injonctions paradoxales d'un monde du travail qui demande tout et son contraire et nous fait parfois perdre notre humanité en mobilisant pour notre survie ce qu'il y a de plus laid en nous, ce qui est le plus loin de ce que nous croyons ou voudrions être.
Un monde qui nous plonge dans un chagrin dont nous ne pouvons pas parler, car nous sommes tenus de le supporter et de le vivre de façon "positive", puisque telle est l'injonction de notre époque. Or, je suis malheureuse dans l'entreprise qui m'emploie, même si j'ai la chance de faire un travail qui me passionne, parce qu'on me demande de me conformer à des attentes qui ne correspondent pas à ce que je suis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
petitsoleilpetitsoleil   07 octobre 2017
Il y a une profonde injustice et une grande brutalité à rendre les individus responsables des problèmes qui relèvent du collectif. Il devrait y avoir une obligation de réciprocité dans l'entreprise.
Vous mettez vos compétences et votre énergie au service de votre employeur, en échange il doit vous permettre d'effectuer votre travail dans les meilleures conditions possible.
Nous avons toutes et tous des vies privées à mener. Des ressources et des fragilités personnelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
petitsoleilpetitsoleil   07 octobre 2017
Je me souviens d'une amie journaliste venue faire un remplacement.
Je lui avais demandé : "Comment trouves-tu l'ambiance ?" Sa réponse m'avait enchantée : "Quelle ambiance ?" Elle reflétait exactement ce que je ressentais : un ennui plombant. On parle désormais de bore-out pour définir ce sentiment d'être sous-employé, de traîner ses basques dans une entreprise où seuls les chefs s'amusent. Le reste de la croisière fait semblant, sourit poliment et passe le temps en s'appliquant sur son ordinateur. D'autres sont débordés, se démènent pour respecter les délais et s'épuisent pour que leur travail soit bien fait - ou donne satisfaction à leurs supérieurs hiérarchiques, ce qui n'est pas forcément toujours la même chose.
Jusqu'au moment où un virus chopé dans le métro ou dans la soufflerie de la climatisation défaillante s'infiltre dans nos organismes affaiblis
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
petitsoleilpetitsoleil   07 octobre 2017
Les conflits de valeurs ont des effets ravageurs.
"Quand le "bien faire" devient superflu ou méprisé, il n'y a plus de bien-être possible. Se battre pour travailler correctement, coûte que coûte, n'a qu'un temps.
Vient le temps du renoncement, et celui du ressentiment, ou encore celui de la dérision qui n'arrange rien.
Alors, "on en fait une maladie" pas toujours, certes, mais de plus en plus souvent." explique Yves Clot, titulaire de la chaire Psychologie du travail au CNAM.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
petitsoleilpetitsoleil   07 octobre 2017
La vérité, c'est que je suis incapable de dire droite quand je pense gauche.
Je ne sais pas feindre l'enthousiasme quand je ne suis pas en accord avec ce que l'on me demande de faire. Je ne peux pas être "proactive" à tout prix, dire ou écrire que tout va bien quand c'est faux.
Je n'arrive pas à voir la vie en rose quand elle est aussi teintée de gris.
La polychromie me convient mieux, elle me paraît plus juste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : open spaceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
108 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre