AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290141801
Éditeur : Editions 84 (03/01/2018)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 69 notes)
Résumé :
La plupart des gens aiment les maths. L'ennui, c'est qu'ils ne le savent pas. Dans les temps préhistoriques, les maths sont nées pour être utiles. Les nombres servaient à compter les moutons d'un troupeau. La géométrie permettait de mesurer les champs et de tracer des routes. L'histoire aurait pu en rester là, mais au fil des siècles, les Homo sapiens furent bien étonnés de découvrir les chemins sinueux de cette science parfois abstraite. Bien sûr, l'histoire des ma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
Nastie92
  23 septembre 2018
Un de mes grands chevaux de bataille est la lutte contre les nombreuses idées reçues concernant les mathématiques.
Que le livre de Mickaël Launay commence par une introduction jubilatoire à propos de la petite phrase tant répandue "Oh, moi, j'ai toujours été nul(le) en maths !" ne peut que me réjouir.
Le clivage "scientifique" / "littéraire" m'a toujours paru absurde. Ce n'est pas parce que l'on aime les sciences que l'on ne peut pas apprécier la littérature : j'en suis un bon exemple, moi qui éprouve autant de plaisir à faire des mathématiques qu'à lire un roman de Zola (ne voyez aucun orgueil dans cette déclaration, ce n'est pas du tout le sens de mon propos !). L'inverse est tout aussi vrai.
On peut avoir des préférences, des affinités pour l'un ou l'autre des domaines, mais on peut tout à fait s'intéresser aux deux. Vouloir séparer les personnes en "scientifiques" et "littéraires" me semble aussi inepte que déclarer que si l'on aime le chocolat on ne peut pas aimer les aubergines... et vice-versa.
"Mathématiques" : le mot est lâché !
Un mot qui fait peur à beaucoup.
Une matière qui rebute ou qui a laissé de très mauvais souvenirs à beaucoup.
Les mathématiques ont malheureusement une très mauvaise image dans notre société.
C'est une matière qui fait peur, une matière mal-aimée, incomprise.
Très injustement, parce que les mathématiques, c'est passionnant.
Vous allez me dire que je ne suis pas objective, étant mathématicienne de profession.
Mais je suis persuadée depuis toujours que lorsque quelqu'un est "fâché" avec les mathématiques, c'est qu'elles ne lui ont pas été bien présentées. Qu'on ne lui en a pas montré la force et la beauté. Qu'on ne lui a pas donné les clefs pour pénétrer dans leur monde merveilleux. Et que c'est tellement dommage !
Mickaël Launay pense visiblement la même chose que moi.
L'ancien normalien, docteur en mathématiques, se consacre depuis près de vingt ans à la vulgarisation scientifique. Conférences, animations, vidéos, livres : il utilise tous les moyens possibles pour essayer de ramener les brebis égarées.
Je vous conseille d'aller faire un tour sur sa chaîne "Micmaths" sur youtube, vous allez vous régaler. Ses vidéos sont enthousiasmantes. Regardez en particulier "La face cachée des tables de multiplications", vous y découvrirez le sens de l'expression "beauté des mathématiques".
https://www.youtube.com/watch?v=-X49VQgi86E
Le bandeau annonce "Le livre qui vous fera aimer les mathématiques !"
C'est accrocheur, c'est pour faire vendre... mais il ne faut pas le prendre au pied de la lettre.
Ce livre n'est pas la panacée qui ferait de vous un mathématicien hors-pair, mais il vous entraînera dans la passionnante histoire des mathématiques.
Ce grand roman des mathématiques se lit comme un livre d'aventures. Mickaël Launay a beaucoup d'humour et un beau talent de conteur. Et c'est un formidable pédagogue.
Son texte ne nécessite pas de grandes connaissances mathématiques pour être lu et apprécié, juste un peu de curiosité intellectuelle.
Sans vous transformer en génie des mathématiques (ce n'est pas son objectif, et je ne crois pas à l'existence de méthodes miracles dans ce domaine comme dans d'autres), ce "roman" vous fera peut-être changer d'avis si vous avez une dent contre les mathématiques ; si vous aimez déjà cette matière, il vous la fera aimer davantage.
Dans tous les cas, vous ne pourrez pas rester insensible à ce "roman" dans lequel l'auteur met formidablement bien en avant l'enchaînement des idées qui au fil des siècles ont construit les mathématiques.
Quel que soit votre profil, amateur d'aubergines ou de chocolat, je ne peux que vous recommander la lecture du grand roman des maths, je parie qu'il vous enchantera !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4011
XS
  22 mars 2017
Le livre qui vous fera aimer les mathématiques ! s'exclame le bandeau de couverture. Voilà qui titille ma curiosité, au détour de présentoirs d'une librairie encombrée par les piles de livres pré-électoraux divers et variés, où je flâne cet après-midi-là. Et je souris en mon fort intérieur. N'étant pas particulièrement en conflit avec les maths, c'est avec une certaine malice que je m'empare du livre et que je l'achète :
- Et d'une, le titre complet du livre est le grand roman des maths de la préhistoire à nos jours. Voilà un alléchant programme : comment se sont construites les strates successives de nos connaissances ?
- Et de deux, l'auteur est certainement très aguerri dans la transmission ludique des mathématiques, et il est toujours intéressant de comprendre comment transmettre, ce qui m'a toujours paru complexe.
- Et de trois, eh eh, après ma lecture, la victime à qui je destine ce livre est toute trouvée !
Sur le premier point, la démonstration est magistrale. L'auteur arrive très bien à nous montrer en quoi nos ancêtres mathématiciens ont réussi, sur la base de problèmes très concrets, à établir des règles tendant de plus en plus à l'abstraction, d'abord très appliquées, puis démontrées, puis extrapolées. Et c'est assez passionnant de voir ces connaissances, qui nous ont été transmises toutes digérées lors de notre scolarité, se construire dans la durée et parfois l'adversité. le maillage entre l'histoire et les découvertes scientifiques est très réussi !
Sur le deuxième point, les notions mathématiques sont abordées et amenées d'une façon totalement différente d'un cours magistral. Et, potentiellement, évoquer autre chose qu'une vague réminiscence de charabia incompréhensible aux plus réfractaires … ce que je vais de ce pas tester lors de mon troisième point, cet excellent ouvrage ayant pour destinée la bibliothèque d'un spécimen mathématico-réfractaire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124
ChtiSuisse
  06 novembre 2018
La couverture porte souvent ce texte "Le livre qui fait aimer les maths". Ambitieux non ? le pari est-il réussi ? . Pour ma part : oui !
Mais comment ?
Par le style :
les livres écrits par des blogueurs sont parfois d'un style trop ampoulé ou plus souvent trop blagueur et familier. Ici Mickaël écrit bien. Il garde la bonne distance. L'écriture est précise sans être ampoulée. Et l'auteur prend plaisir à raconter la petite histoire dans la grande.
Par la structure du livre :
les chapitres sont bien découpés et progressifs. Les premiers chapitres ont la bonne idée de nous refaire découvrir les mathématiques par le monde qui nous entoure. Il y a quelque chose de mathématique dans le monde qui nous entoure et c'est beau et intéressant.
Par le contenu :
Au contraire d'une matière enseignée comme un fait accompli et dogmatique, on perçoit dans ce livre un long chemin fait de tâtonnements et de découvertes.
Et c'est à la fois passionnant et rassurant. Rassurant ?
Oui, il est rassurant de découvrir que pour les plus grands mathématiciens des temps anciens des notions acceptées aujourd'hui (comme tout bêtement les nombres négatifs) ont eu du mal à passer à leur époque.
En conclusion :
Comme souvent, c'est le chemin emprunté qui se révèle bien plus intéressant que le but final seul.
Lien : https://fediverse.blog/~/Chr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ulostcontrol_
  03 avril 2018
La promesse annoncée sur le bandeau est ambitieuse : "le livre qui fait aimer les maths", c'est un peu osé quand les mathématiques sont considérées comme l'une des matières les plus intimidantes à l'école, et que l'on choisit souvent de se reposer sur une calculatrice pour faire des calculs simples.
Déjà, cette promesse reflète parfaitement l'esprit espiègle, un peu farceur et enthousiaste de l'auteur, Mickaël Launay, mathématicien diplômé de l'ENS Ulm et qui a fait des probabilités son domaine de recherche. Il ne manque pas de verve pour transmettre sa passion (son amour ?) pour les mathématiques, et j'avoue que j'ai trouvé sa capacité à s'émerveiller des maths assez communicative. À chaque page, on a l'impression qu'il vient de découvrir un nouveau trésor.
Les chapitres s'enchaînent donc naturellement, presque sans que l'on s'en rende compte, et se lisent d'autant plus facilement qu'ils sont bien rythmés et que l'auteur n'utilise jamais de concepts compliqués pour exprimer ses idées. Au contraire, il utilise régulièrement des schémas et dessins pour illustrer son texte.
De la préhistoire à nos jours, Mickaël Launay embrasse donc l'histoire de l'humanité pour nous montrer que les mathématiques ont toujours été présentes et qu'on peut les trouver partout autour de nous, du détail d'une frise d'une jarre aux programmes complexes dont nos ordinateurs sont faits. En choisissant un spectre temporel aussi large, l'auteur s'assure au moins de ne pas perdre ses lecteurs dans des détails inutiles et incompréhensible !
J'avoue que certains chapitres m'ont plus passionnée que d'autres, mais à aucun moment je ne me suis ennuyée. La lecture était toujours agréable, seulement je me rends compte avec du recul que certains chapitres m'ont moins marquée que d'autres.
Difficile de dire si ce roman m'aura fait aimer les maths ou non, parce que je ne sais pas si c'était vraiment l'objectif : j'ai plutôt l'impression que Mickaël Launey voulait transmettre sa passion et son enthousiasme insatiable pour les mathématiques à quelques lecteurs curieux, et les inviter à être attentifs à leur environnement, à s'émerveiller des détails, des mécanismes cachés, et reconnaître la part de mathématiques en eux. Dans ce cas là, pari gagné !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
nekomusume
  03 avril 2018
Tout d'abord merci au livre de poche et aux éditions J'ai lu pour m'avoir fait parvenir ce livre.
Un très bon livre de mathématiques qui nous fait découvrir ou redécouvrir l'origine des théorèmes, théories et autres axiomes les plus connus. Au fil des chapitres nous explorons les grandes découvertes et nous découvrons que parfois la même théorie a vu le jour en des lieux très éloignés sous des formulations différentes bien sûr mais finalement identiques dans le fond. En suivant la chronologie des découvertes, l'auteur nous présente les grand théoriciens et les applications dans notre quotidien (ou moins proche de nous).
Ecrit par un mathématicien, ce livre est une vraie bible de culture scientifique indispensable à tout amateur de maths comme aux néophytes curieux de découvrir les maths d'une manière beaucoup moins scolaire. Une très bonne découverte.
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   28 janvier 2017
- Et sinon, vous faites quoi dans la vie ? m'a-t-elle demandé.
- Je suis mathématicien.
- Oh, moi, j'ai toujours été nulle en maths !
- Ah bon ? Pourtant , ce que je viens de vous raconter avait l'air de vous intéresser.
- Oui... mais là, ce n'est pas vraiment des maths... ça reste compréhensible.
Tiens, on me l'avait encore jamais faite celle-là. Les mathématique serait donc, par définition, une discipline que l'on ne peut pas comprendre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
XSXS   26 janvier 2018
C’est une chose qu’il faut accepter dès que l’on fait de la science : plus on en sait sur un sujet, plus on mesure l’étendue de notre ignorance. Chaque réponse apportée soulève dix nouvelles questions. Ce jeu sans fin est à la fois accablant et jubilatoire. Il faut dire que s’il nous était possible de tout savoir, la joie qui en résulterait serait immédiatement obscurcie par le désespoir bien plus grand de n’avoir plus rien à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
mathilde08mathilde08   26 avril 2018
Au rang des métiers de la géométrie, il faut également compter avec les bématistes. Si les arpenteurs ou autres tendeurs de cordes ont pour mission de mesurer les champs et les bâtiments, les bématistes, eux, voient les choses en beaucoup plus grand ! En Grèce, ces hommes ont pour tâche de mesurer de longues distances en comptant leurs pas.
Et parfois, leurs missions peuvent les conduire très loin, très loin de chez eux. C'est ainsi qu'au IVe siècle avant notre ère, Alexandre le Grand emporta avec lui quelques bématistes dans sa campagne d'Asie qui l'emmena jusqu'aux frontières de l'Inde actuelle. Ce sont alors des trajets de plusieurs milliers de kilomètres que ces marcheurs géomètres eurent à mesurer.
Prenez un peu de hauteur et imaginez un instant l'étrange spectacle de ces hommes au pas cadencé, traversant les paysages immenses du Moyen-Orient. Voyez-les, parcourant les plateaux de Haute-Mésopotamie ; longeant les décors arides et jaunes de la péninsule du Sinaï pour arriver jusqu'aux bords fertiles de la vallée du Nil ; puis rebroussant chemin, s'en aller braver les massifs montagneux de l'Empire perse et les déserts de l'actuel Afghanistan. Les voyez-vous, imperturbables, marcher encore et encore, d'un rythme sec et monotone, et passer au pied des montagnes gigantesques de l'HINDU Kush pour revenir par les rivages de l'océan Indien ? Inlassablement, comptant leurs pas.
L'image est saisissante et la démesure de leur entreprise semble insensée. Et pourtant, leurs résultats sont d'une précision remarquable : moins de 5% d'écart en moyenne entre leurs mesures et les distances réelles que l'on connaît aujourd'hui ! Les bématistes d'Alexandrie ont ainsi permis de décrire la géographie de son royaume comme jamais cela n'avait été fait pour une région si vaste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Nastie92Nastie92   23 septembre 2018
Les objets qu'étudient les mathématiques n'ont pas d'existence physique. Ils ne sont pas matériels, ne sont pas faits d'atomes. Ce ne sont que des idées. Pourtant, comme ces idées sont d'une redoutable efficacité pour appréhender le monde !
Commenter  J’apprécie          201
ChtiSuisseChtiSuisse   31 octobre 2018
La vie d’une théorie scientifique a ses phases. Il y a d’abord le temps des hypothèses, des hésitations, des erreurs, de la construction progressive et brouillardeuse des idées. Vient ensuite le temps de la confirmation, le temps des expériences qui valident ou non les équations et, juges implacables, confirment ou rejettent définitivement. Et puis, il y a l’envol, la prise d’indépendance. Le moment où la théorie a suffisamment confiance en elle pour oser parler du monde sans plus avoir à le regarder dans les yeux. Le moment où les équations peuvent précéder l’expérience et prédire un phénomène encore inobservé, inattendu, voire inespéré. Le moment où la théorie passe de découverte à découvreuse, où elle devient l’alliée, la collègue presque, des savants qui l’ont créée
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Video de Mickaël Launay (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mickaël Launay
La face cachée des tables de multiplication - Micmaths
autres livres classés : mathématiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
283 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre