AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081430630
Éditeur : Flammarion (16/10/2019)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Savez-vous que le 34 avril est un jour très utile ? Que certains fleuves coulent de bas en haut ? Que la Lune tourne en ligne droite ? Que la couverture de ce livre est peut-être rouge ? Et que tout en lisant ces quelques lignes vous voyagez à la vitesse de 300 000 kilomètres par seconde ?
Ces affirmations peuvent vous sembler absurdes, et pourtant elles sont vraies ! Notre perception du monde est parfois trompeuse. En science, le réel bouscule nos préjugés e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Enfantillages
  28 janvier 2020
Le livre s'ouvre par un constat étonnant de la part du célèbre vulgarisateur. « Depuis mon cours élémentaire, confesse l'ancien élève de Normale Sup' auteur d'une thèse en probabilités, il ne s'est pas passé une année de ma vie sans que je réalise que je pensais de travers des choses que je croyais bien savoir ».
On avait adoré le Grand Roman des maths et le polar de L'Affaire Olympia, sur les traces du mathématicien Poincaré. Voici un livre qui remet en cause nos certitudes et veut nous « apprendre à regarder différemment ce que nous croyons déjà bien connaître ».
C'est une vraie aventure, où les nombres sont « des idées, des objets imaginaires dont nous nous servons comme intermédiaires de pensée ». Que ceux qui voient les maths comme une glaciale et rationnelle science exacte se détrompent ! C'est, dit le logicien Bertrand Russel, « la discipline dans laquelle on ne sait jamais de quoi on parle, ni si ce que l'on dit est vrai ».
Pour Mickaël LAUNAY, « faire des mathématiques, c'est entrer dans les coulisses du monde ». Mais attention, si le spectacle est éblouissant, il est aussi perturbant, car il « défie nos sens et notre intuition ». Et il implique de renoncer à ce qu'on pensait définitivement acquis pour se jeter dans l'inconnu. C'est ce qu'ont fait tous ceux qui ont révolutionné notre compréhension du monde en faisant progresser la science.
Pour se déplacer sans être mouillé, on utilise un parapluie. Eh bien, face à une question sans réponse, l'invention d'un parapluie s'impose. C'est « le changement de point de vue, c'est le décalage, c'est l'art de faire un pas de côté pour voir les choses sous un autre angle, plus adapté et plus efficace ». le grand savant est celui qui invente le bon parapluie au bon moment, « sans peurs, ni hontes, ni préjugés ». « Il ne faut pas craindre les ruptures, voilà la sagesse des parapluies ».
Première étape : abandonner les constructions numériques préfabriquées, oublier nos connaissances et nos biais culturels pour retrouver notre sens premier des quantités. D'instinct, notre pensée est multiplicative et non additive. Penser en ordre de grandeur : voilà la marche à suivre. C'est ce que fait l'échelle de Richter, utilisée pour les tremblements de terre. Une unité y correspond dans la réalité à une multiplication par dix d'un séisme : une secousse de magnitude 7 tremble dix fois plus qu'une secousse de magnitude 6.
LAUNAY nous fait voyager dans le temps et dans l'espace. du Moyen-Orient, à Nippur, où dans l'Antiquité, sans utiliser de zéro ni de virgule, les élèves écrivaient à la pointe du calame, sur des tablettes d'argile, des opérations pourtant tout à fait justes. Jusqu'à l'Ecosse du XVIe siècle, où John Napier réussit le prodige de transformer les multiplications en additions grâce aux tables de logarithmes. Puis direction la France et la Californie où, au XXe siècle, Benoît Mandelbrot invente une nouvelle classe d'objets mathématiques, des « figures à la fois si belles et si mystérieuses », les fractales. Oui, on peut dire que les côtes de Grande-Bretagne ont une longueur infinie. Et on comprend pourquoi les seigneurs du golfe de Tunis se sont laissé prendre à leur propre piège quand ils ont accordé à Didon un terrain aussi grand que ce que pourra entourer la peau d'un boeuf, c'est-à-dire un espace ridiculement petit dans leur esprit : la princesse phénicienne a réussi à y enfermer un territoire suffisant à la création de Carthage, vaste de 4 km2 !
« Comment être sûr de ce que l'on sait ? », poursuit l'auteur. « Est-il possible d'atteindre le point de certitude où plus aucune faille n'est possible ?
Les frontières marquées par les mots sont, on le sait, artificielles et floues. Il existe d'ailleurs des langues vleubertes où un seul mot désigne à la fois le bleu et le vert. Les Papous Berinmos en ont un et seulement un pour signifier le violet, le vert et le bleu et un autre pour évoquer le jaune, l'orange et un certain vert. Est-il possible que des quiproquos existent aussi en mathématiques ?
Pour le savoir et pour introduire la star des formules, E = mc², Mickaël Launay interpelle le lecteur : vous, là, qui me lisez, à quelle vitesse allez-vous ? Vous êtes assis sans bouger et pourtant, lecteur, votre immobilité est toute relative ! Elle est même indistinguable de la vitesse. « C'est une différence de perception subjective qu'aucune expérience ne peut mettre en évidence ». Puisqu'elle parcourt chaque année son orbite à la vitesse de 30 km/s, il n'est d'ailleurs pas faux de dire que la Terre est un train comme les autres ! Tout est relatif, on vous dit, la vitesse, l'immobilité et même la position et la simultanéité. Impossible dès lors de certifier que deux événements se sont produits au même moment (car chacun a sa propre géométrie du temps).
Le voyage s'achève avec la toute première photographie d'un trou noir, prise le 10 avril 2019. Elle est l'occasion de nous montrer qu'on vieillit moins vite au niveau de la mer qu'au sommet d'une montagne. C'est dû à la distorsion du temps à proximité des astres massifs, y compris la Terre. Les GPS prennent en compte cette relativité temporelle. Sinon il y aurait des écarts de plusieurs kilomètres dans nos positions.
C'est prodigieux et vertigineux. Les questions à venir et les réponses à trouver sont infinies. « Que reste-t-il à comprendre dans ce monde que personne n'a encore compris faute d'avoir eu l'idée ? », interroge pour finir l'auteur. Avant de répondre, rassurant :
« N'ayons pas peur des choses que nous ignorons, elles sont nos plus beaux projets ».
Lien : https://florencedutheil.wixs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Apikrus
  04 janvier 2020
Dans cet ouvrage de vulgarisation, il est question de mathématiques - logique puisque l'auteur est mathématicien - et de sciences.
De nombreux liens entre ces disciplines sont établis ; des concepts abstraits s'avèrent en effet souvent pertinents pour mieux comprendre la réalité.
Les explications mathématiques sont claires, sans excès de formules. J'ai cependant un peu perdu pied lorsque les géométries non euclidiennes ont été abordées, puis totalement lorsqu'il s'est agi de la théorie de la relativité.
En fait j'ai adoré le premier tiers de l'ouvrage, puis ai peu à peu décroché (comprenant les explications pas à pas mais restant incapable d'avoir une vision d'ensemble claire et cohérente).
Je ne regrette pas cependant d'avoir acheté ce livre, même si je n'ai pas été capable de profiter de ses propos d'un bout à l'autre.
J'ai nettement préféré 'Le grand roman des maths', dans lequel l'auteur établi des liens entre les mathématiques et d'autres disciplines, moins ardues que la physique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
PostTenebrasLire
  14 janvier 2020
Mais qu'est-ce que le théorème du parapluie ?
Je vous laisse le découvrir en lisant le livre.
Mais alors que puis-je vous dire ???
C'est un formidable voyage “mathématique”
Mathématique ? Seulement ? Non bien plus que cela un voyage dans le monde.
Un voyage qui commence tout bêtement par une étrange propriété des prix dans les supermarchés, des longueurs de fleuves …
Propriété incompréhensible si on ne prend pas son parapluie pour sortir du problème, faire un voyage vers de nouveaux territoires.
Et là vu d'une autre rive, grâce à Mickaël, on comprend simplement certains concepts sinon trop complexes.
Le livre est progressif. On part de problèmes arithmétiques pour arriver jusqu'aux notions d'espace-temps.
J'ai compris beaucoup de notions qui je croyais avoir saisies.
Il faut cependant prendre le temps et le recul. Certains concepts “simples” sont bien expliqués, mais ont de grandes implications.
Des trucs qui donnent le vertige.
Le tout est bien écrit. Tous les vulgarisateurs n'ont pas ce talent.
Lien : https://post-tenebras-lire.n..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ZeroJanvier79
  20 janvier 2020
Un livre de vulgarisation scientifique passionnant, que j'ai trouvé bien meilleur que le précédent livre de l'auteur sur l'histoire des mathématiques. Ici, à travers 5 grands chapitres consacrés chacun à un thème donné (la gravitation, l'infini, etc.), il nous raconte une histoire des sciences et nous explique des notions parfois complexes avec des exemples concrets et des images claires. de la vulgarisation scientifique comme je l'aime : accessible mais exigeante.
Commenter  J’apprécie          30
BibiOTek
  16 janvier 2020
Qui ne s'est jamais posé de questions mathématiques sans avoir de réponse ? Dans ce livre Mickael Launay nous aide à comprendre quelques unes des plus belles théories scientifiques, théorise les grandeurs de l'univers et ses inconnues. Il remet également en question ce que nous pensions savoir: frontières, géométrie, océans.... et même les supermarchés !
Mettant les préjugés de côté, il décrit les cheminements de pensées qui se succèdent pour arriver à comprendre. Rempli d'anecdotes et d'humour ce livre est destiné à toute personne désireuse d'observer le monde dans le bon sens :)
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   21 janvier 2020
Alors combien d'évènements lointains ou proches existent déjà, mais nous sont inconnus par notre simple incapacité à les percevoir et à les concevoir ? Combien de remises en questions attendent encore l'humanité ? Combien d’évidences sont actuellement devant notre nez sans que nous sachions les voir ?
Commenter  J’apprécie          30
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   20 janvier 2020
Aussi élégante soit-elle, la relativité générale ne veut rien tant qu'elle n'a pas reçu l'approbation du réel.
Commenter  J’apprécie          30
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   19 janvier 2020
Les mathématiques se moquent de savoir ce qui est évident, elles veulent seulement savoir ce qui est vrai.
Commenter  J’apprécie          60
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   18 janvier 2020
Les grandes évidences ne sont parfois qu'une histoire de détails
Commenter  J’apprécie          40
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   17 janvier 2020
C'est une erreur de dire que la marée monte deux fois par jour. La mer ne fait que descendre vers un bas qui la fuit, poursuivant la Lune dans sa chute éternelle
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Mickaël Launay (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mickaël Launay
Les mathématiques en particulier nous offrent un outil puissant pour comprendre les rouages de l?Univers. Elles nous apprennent à penser plus large pour comprendre plus loin. C?est ce que nous montre ici Mickaël Launay, à travers un voyage passionnant qui commence dans les allées des supermarchés et s?achève dans les profondeurs vertigineuses des trous noirs.
"Le théorème du parapluie", en librairie.
autres livres classés : mathématiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
315 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre