AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070143872
Éditeur : Gallimard (15/01/2016)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 358 notes)
Résumé :
Vous vous appelez Claire, vous avez quarante-huit ans, vous êtes professeur, divorcée. Pour surveiller Jo, votre amant volage, vous créez un faux profil Facebook : vous devenez une jeune femme brune de vingt-quatre ans, célibataire, et cette photo où vous êtes si belle n’est pas la vôtre, hélas. C’est pourtant de ce double fictif que Christophe – pseudo KissChris – va tomber amoureux.

En un vertigineux jeu de miroirs entre réel et virtuel, Camille La... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (133) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  29 février 2016
Maître de conférence, divorcée, Claire Millecam, proche de la cinquantaine, a un amant, Jo. Volage. Pour pouvoir le surveiller, elle se crée un faux profil Facebook, devient Claire Antanès, une jeune femme brune de 24 ans, passionnée de photographie et travaillant dans la mode. Elle entre alors en contact avec Chris, photographe, et ami de Jo. Elle commence à échanger avec lui. Une relation virtuelle qui s'intensifie au point que Chris tombe amoureux de la jeune femme. Elle-même finit par croire à ses mensonges...
Dans ce roman d'autofiction, Camille Laurens nous plonge dans un jeu de miroir parfaitement maîtrisé. Un roman intense dans lequel elle se pose en défenseur de la femme, passé un certain âge, du désir qui l'anime encore, de la difficulté à être désirable, met en avant la place laissée aux femmes dans ce monde d'hommes, l'injustice liée à son sexe ainsi que les relations entretenues à travers nos écrans. En trois parties distinctes, donnant la parole à Claire, puis à Marc, son psychiatre, et enfin à Camille, un écrivain, elle joue sur les faux-semblants, nous manipule et entremêle la fiction et le réel. Un roman captivant, intelligent, dense et original, servi par une écriture envoûtante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          862
Piatka
  30 mars 2016
Captivant, drôle, féroce, brillant, incisif, habile, multiple, surprenant, mais aussi réfléchi, lucide et diablement bien construit. Bref, ce roman est un bijou de narration et de réflexion à entrées multiples et héroïne déroutante.
J'avoue, il m'a été difficile de lâcher le livre une fois le récit commencé. La tension y est palpable en permanence et la succession de plusieurs « histoires dans l'histoire » maintient l'intérêt jusqu'au bout.
A l'heure de la cinquantaine, Claire Millecam ( inversion de Camille ! ) doute. Elle doute de son amant, de son pouvoir de séduction, alors elle décide de s'inventer un profil Facebook fantasmé. Plus jeune et donc plus belle…elle séduit virtuellement mais pour de bon l'ami en voulant surveiller l'amant.
L'imbroglio commence avec son cortège de faux-semblants et mensonges, et le piège ne tarde pas à se resserrer dangereusement autour de Claire, une femme déboussolée, en apparence.
Voilà pour le début de l'intrigue !
Réflexion sur le temps qui passe, vertige du sentiment amoureux, désir d'une femme qui ne veut pas renoncer à vivre tout simplement. Oui, « Celle que vous croyez » c'est bien tout cela, mais pas seulement. La plongée dans les mondes virtuels qu'ils soient connectés ou romancés est passionnante et savamment imbriquée :
« Nous inventons tous notre vie. La différence, c'est que moi, cette vie que j'invente, je la vis. »
Invention de l'auteur, réalité autobiographique si tendance ? Où se trouve la vérité ? Ce sera bien sûr celle que vous croirez, même si on ne peut éviter de se poser la question au cours du récit, car « Se faire un roman, c'est se bâtir un asile. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8331
nameless
  17 octobre 2016
Claire est délaissée par Jo. Souffrant de cet abandon, elle crée un fake, un faux profil Facebook, harponne Chris, ami de Jo, pour tenter d'obtenir de ses nouvelles par ami virtuel commun interposé. Ca commence gentiment et banalement comme un agréable marivaudage. Claire se cache derrière sa personnalité fraîchement inventée, cool, in love with life, une jeune femme qui a la moitié de son âge, 24 au lieu de 48, la photo volée sur internet à une inconnue le prouve, mais est-il important ce mensonge inaugural puisqu'elle ne cherche pas à faire des rencontres mais à fliquer son ex ?

Mais aucun jeu de doigts sur un clavier n'est jamais totalement innocent. Claire est une femme vulnérable, psychologiquement fragile, qui vient de subir un divorce puis une rupture. Aussi, lorsque Chris se montre mailistiquement gentil avec elle, elle trouve du réconfort dans cette présence factice, et le roman sort du marivaudage pour aborder les Relations dangereuses. Elle s'abandonne dans cette romance virtuelle, la sachant condamnée par avance, la différence d'âge entre les deux protagonistes étant irrecevable puisque dans ce cas, c'est la femme qui affiche au compteur, 12 ans de plus que l'homme. Elle se coule néanmoins dans son personnage avec l'aisance d'une comédienne, improvise à partir des réactions de Chris, lui renvoie la balle, décrypte sa partition en miroir de la sienne, devient son idéal, son alter ego, son rêve de femme, lui donne la réplique sans se demander pourquoi cet homme préfère imaginer plutôt qu'étreindre. Est-ce par peur de décevoir ou d'être déçu ? Tout en sachant que ce n'est pas elle que Chris aime mais son avatar, elle tombe réciproquement amoureuse d'un homme sans le connaitre. La créature inventée par Claire échappe à sa créatrice, l'imaginaire et le réel se confondent, c'est ainsi que le roman quitte Les relations dangereuses pour flirter (conter fleurette, fleureter au Moyen-Age, c'est écrit dans le livre) avec la tragédie grecque, ce qui conduit durablement Claire dans une clinique psychiatrique.

Jeu de cache-cache, labyrinthe tapissé de miroirs ou miroir aux alouettes, histoire d'amour entre deux pseudos, Celle que vous croyez est un roman complexe, riche, torturé, perturbant, qui joue avec brio avec les mots et les maux, explore les ressorts de la manipulation dans un style concentré jusqu'à étouffer le lecteur. Il raconte surtout l'histoire d'une femme blessée qui espère l'amour tout en anticipant sa fin par crainte d'être abandonnée, qui cherche éperdument son “point de catastrophe”, animée d'”un désir du désastre”, qui lui prouvera son incapacité à être aimée. Claire est une femme-caméléon qui à force de se débattre sur une couverture écossaise, implose.

Et enfin, aparté plus terre-à-terre : après cette lecture, on comprend mieux les psychiatres quand ils parlent de “pathologies émergentes” depuis l'avènement d'internet, addictions aux jeux, usurpations d'identités, mythomanie et plus si affinités.... virtuelles...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          750
palamede
  10 août 2017
Claire, quarante-huit ans, professeur et divorcée ne voit que des inconvénients à être une femme. Que des injustices dans le sort réservé aux femmes au regard de celui des hommes. Surtout aux femmes vieillissantes pour qui vieillir peut signifier perdre sa capacité de séduction et être abandonnée. Une crainte tellement élevée chez certaines qu'elles sont prêtent à toutes les manipulations, comme Claire qui s'inscrit sur Facebook sous un faux profil, masquant son âge et conséquemment son physique, pour pister son amant par des échanges avec Chris, le colocataire et ami de celui-ci. Un scénario dans lequel Claire n'a malencontreusement pas prévu qu'elle s'éprenne de Chris et lui d'elle, ou plutôt de son profil - empêchant par là toute relation autre que virtuelle.
Quelques mois d'une relation virtuelle qui vont conduire la narratrice au bord de la folie. Et voilà bien le problème, imaginer sa vie plutôt que de la vivre, une possibilité offerte par internet, dans laquelle certains s'engouffrent et se perdent. Bon, mais ce n'est pas tout, l'histoire est un peu plus compliquée, car Celle que vous croyez, à la manière de D'Après une histoire vraie de Delphine de Vigan, est aussi une autofiction. Une mise en abyme efficace qui, bien qu'un peu trop tarabiscotée, manipule habilement le lecteur jusqu'au mot ultime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          666
Bookycooky
  14 avril 2016
Je n'avais lu qu'un livre de Camille Laurens,"Dans ces bras-là" et n'avais pas aimé du tout...ni la prose...ni le sujet.Ici pareille, ce genre de prose que je trouve un mélange de genres ,labyrinthique ("Je faisais attention à ce que j'écrivais, je rajoutais des fautes d'orthographe (et ça m'était très difficile, vraiment, je prenais sur moi : je n'aime pas voir la langue maltraitée. La langue est le reflet de ma vie. Quand je voudrai mourir tout à fait, je me tairai)"....),n'est pas de mon goût,et le sujet,bof ça ne me dit pas grand chose.
Une certaine Claire Millecame, femme de quarante-huit ans, deux enfants, séparé du mari et un amant plus jeune qu'elle. Confiance en soi chez la Millecame, zéro, donc jouet facile pour l'amant....elle raconte à son psy , "c'était moi l'enfant". Bon déjà à quarante-huit ans c'est trop tard ou trop tôt pour retourner à l'enfance ( pourtant un trés bel âge, encore que faudrait en être consciente.....) . Quand aux rôles d'hommes, l'amant, son copain..., aux diminutifs bien choisis,Chris, Jo, font rêver à de beaux grands garçons sportifs, américains ....donc tout baigne pour eux....alors que pour ces pauvres femmes à la cinquantaine....(surtout que la notre est obsédée par son âge et la peur de perdre son pouvoir de séduction et autres,j'en passe...).
Bref, La Millecame s'engrène dans une histoire de Facebook avec un faux profil, histoire de se restaurer sa sécurité intérieure à la Mata Hari, version net,...ca va l'entraîner loin....trop loin.....C.L.nous emboîte les histoires à la manière des poupées russes, "essayant" de brouiller les pistes...
Pas vraiment été impressionnée , et sur le thème de fond,j'ai lu mieux l'année dernière (D'après une histoire vraie/ L'imposteur).
Bon...je ne vais pas m'y acharner,je pense que vous avez compris....surtout par respect pour la critique de ma copine babeliote Piatka....bravo et 5+1 étoiles à sa super critique qui m'a lancée dans ce livre à une vitesse éclaire,un livre qui ne m'attirait pas du tout ( finalement ça s'est révélée juste,mais No problem Piatka!). Laurens à beaucoup de chance d'avoir une lectrice comme elle,quand à moi vaut mieux pour C.L.que je reste chez moi avec mes Gallay,Adam,Blondel,Lafon,Ferney et autres....dans l'attente d'une nouvelle pépite.
P.s. Quelques citations ,"Nous les femmes, nous sommes toutes des boîtes de conserve. du jour au lendemain, impropres à la consommation", "Être folle ?.....C'est voir le monde comme il est.", dit la Millecame ou C.L?.....No comment.....ça ne m'étonne pas qu'elle ait fini chez les......
"Comment, pourquoi tout ce cirque ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6111

critiques presse (3)
LaPresse   18 février 2016
Un roman dur, drôle et dérangeant, qui ne laisse personne indifférent.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeFigaro   12 janvier 2016
La force de ce roman tient à la maîtrise de la mécanique romanesque.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Telerama   23 décembre 2015
Dans un vertigineux roman où réalité et mensonges se conjuguent jusqu'à la ­dépression, celle qui sut si bien raconter les frissons du désir nous ­entraîne dans un labyrinthe où tout se perd, se déconstruit et se ­retrouve.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (211) Voir plus Ajouter une citation
palamedepalamede   09 août 2017
Ça me rappelle ce passage terrible dans Belle du Seigneur... Albert Cohen a créé ce personnage emblématique du mâle, Solal, qui compare la rivalité des hommes auprès des femmes à un combat de babouins : les babouins se battent pour une femelle, et c'est le plus fort qui gagne, et le plus fort c'est le plus grand, et celui qui a les dents les plus belles. Qu'il lui manque dix centimètres ou un dent de devant, et c'en est fini du désir, fini de la grande histoire d'amour ! Cohen nous fait passer pour des idiotes, nous les femmes, mais est-ce que les hommes ne sont pas pires, infiniment plus dépendants encore de notre beauté, de notre apparence ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
ToochaToocha   07 mai 2018
La différence d'âge ? Dans quel sens ? Ah, entre lui et moi ? Non, je pensais que vous parliez de la différence entre Chris et sa petite amie, lui trente-six, elle vingt : seize ans d'écart, ce n'est pas rien. Mais bien sûr, ce n'est pas ce qui vous préoccupe. Non, vous, vous me demandez si la différence d'âge entre Chris et moi - douze ans - était un problème, c'est bien ça ? Dans l'autre sens, vous ne poseriez même pas la question : si j'étais Chris, quarante-huit ans, amoureux d'une femme de trente-six ans, ça n'aurait aucune importance, aucune incidence sur votre réflexion, j'en suis sûre, vous n'auriez même pas relevé ce détail. Vous voyez, vous touchez là au drame des femmes, un de leurs drames ordinaires, et vous n'en avez aucune idée, semble-t-il, alors que c'est votre métier, après tout, l'âme humaine. Ou bien c'est parce que vous êtes jeune et que vous prenez toutes les femmes mûres pour votre mère - dans ce cas, il faut vous faire soigner, Marc. Entre parenthèses, vous me faites rire avec votre complexe d'Œdipe que vous nous servez à toutes les sauces. Tuer son père pour épouser mère ? Pfftt ! Il faudrait trouver un autre mythe pour décrire ce qui se passe en réalité : un homme qui tue sa femme et qui couche avec sa fille, voilà qui serait plus juste, beaucoup plus juste. Fin de la parenthèse. Mais dites-moi, pourquoi une femme devrait-elle, passé quarante-cinq ans, se retirer progressivement du monde vivant, s'arracher du corps l'épine du désir (ah ah, l'épine ! Vous l'avez entendu, docteur ?), disons plutôt l'écharde alors, pourquoi les femmes devraient-elles s'arracher l'écharde du désir alors que les hommes refont leur vie, refont des enfants, refont le monde jusqu'à leur mort ? Cette injustice nous dévore très tôt, bien avant d'en avoir l'expérience nous en avons l'intuition. Il y a quelque chose chez les hommes qui n'est pas limité (je ne parle pas de l'intelligence, qui ne menace pas de se refermer, on le sent même chez des petits garçons, et quelquefois chez des hommes très vieux. J'ai vu Jean-Pierre Mocky l'autre jour à la télé, il se vantait de baiser encore à quatre-vingts ans passé, "je bande toujours", disait-il en lorgnant une comédienne dont il aurait pu être l'arrière-grand-père. Et le public applaudissait. "Je bande toujours, amen." Vous imaginez une octogénaire dire ça en direct, dire qu'elle mouille en matant un petit jeune. La gêne que ce serait. C'est irrecevable, en réalité. Tandis que les hommes... Le monde leur appartient plus qu'à nous - le temps, l'espace, la rue, la ville, le travail, la pensée, la reconnaissance, l'avenir. C'est comme s'il y avait toujours un au-delà dans leurs yeux, un arrière-plan qu'ils peuvent apercevoir en inclinant la tête de côté ou en se mettant sur la pointe des pieds - ça nous dépasse, littéralement. Moi, par exemple, je n'ai jamais eu l'impression d'être l'horizon d'un homme.
Mes fils ? Quand ils étaient petits, un peu. Mais ils sont adolescents, maintenant, ils me dépassent d'une tête, alors bien sûr que je suis dépassée.
Non, pas mon mari, jamais ! C'est-à-dire... Il était tellement certain d'être mon seul avenir. "La femme est l'avenir de l'homme", tu parles ! Non mais la blague... Ou alors, au pluriel, les femmes. Comme des bornes sur le parcours.
La différence, c'est que tous les hommes ont un avenir. Toujours. Un à-venir. Un avenir sans nous. Les hommes meurent plus jeunes. Peut-être. Mais ils vivent plus longtemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
namelessnameless   17 octobre 2016
Je ne pense pas que la création d'un faux compte sur Facebook soit un élément suffisant pour porter plainte. D'une part, si cela était, il faudrait inculper les dizaines, les centaines de milliers de gens qui, de par le monde, sur tous les sites de rencontre et les réseaux sociaux, se font passer pour ce qu'ils ne sont pas, truquent leur âge, mentent sur leur profession, leur statut familial, voire leur sexe, postent des photos vieilles de vingt ans et se créent une existence plus libre, plus excitante que la leur.

Page 124
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
LolokiliLolokili   25 avril 2016
J’étais comme un lecteur au milieu d’un roman policier, impatiente de savoir ce qui allait se passer. Et puis, tu me connais, je déteste le virtuel, l’angoisse monte vite, ce qui n’arrive pas me fait tellement plus peur que ce qui arrive, j’ai besoin de la chair du monde. Alors j’ai voulu rencontrer Chris en vrai – IRL. Moi, Camille, plus bravache ou plus confiante que Claire, plus tête brûlée que mon double, moins hantée par la jeunesse et la vieillesse, je n’ai pas pu renoncer. Non que je refuse le rêve, au contraire, je passe mon temps à rêver, j’écris mes livres en rêve ; le chaos dans la bulle, l’encre et le papier, la peau et l’os. Je rêve que les choses arrivent. Puis, pour qu’elles arrivent, qu’il s’agisse d’écrire ou d’aimer, quoi qu’il en coûte, le prix qu’il faudra payer je n’y réfléchis jamais, je suis prête à l’action.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
KittiwakeKittiwake   31 mars 2016
Pour les gens comme moi, Internet est à la fois le naufrage et le radeau : on se noie dans la traque, dans l'attente, on ne peut pas faire son deuil d'une histoire pourtant morte, et en même temps on surnage dans le virtuel, on s'accroche aux présences factices qui hantent la Toile, au lieu de se déliter on se relie.
Commenter  J’apprécie          410
Videos de Camille Laurens (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camille Laurens
Comme Jean-Louis Fournier et Camille Laurens, l'écrivaine Évelyne Bloch-Dano, qui vient de publier "Une jeunesse de Marcel Proust" (Stock), nous a présenté trois objets qui comptent pour elle et nous parle, à travers eux, de sa manière de vivre le souvenir et la transmission.
En savoir plus sur "Une jeunesse de Marcel Proust" : https://www.hachette.fr/videos/evelyne-bloch-dano-presente-une-jeunesse-de-marcel-proust
autres livres classés : réseaux sociauxVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3099 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..