AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782738122193
482 pages
Éditeur : Odile Jacob (19/02/2009)
3.75/5   2 notes
Résumé :
Les relations entre l’Europe et le monde musulman sont au cœur de l’actualité. La diplomatie européenne avec l’Iran et dans le cadre du conflit israélo-palestinien, l’immigration musulmane, la place des compagnies pétrolières européennes dans les économies arabes, les accords économiques entre l’Union européenne et le Maghreb, les négociations pour l’entrée de la Turquie dans l’Union : tous ces sujets resteront des enjeux essentiels pendant le XXIe siècle et au-delà... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
dinou2010
  12 août 2012
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   05 mai 2017
Le Coran offre un récit bien différent concernant Abraham et Ismaël. Abraham proclame : « Louange à Dieu qui, malgré la vieillesse, m’a accordé Ismaël et Isaac. » Ismaël est le premier-né ; c’est lui qui accompagne son père jusqu’à La Mecque, où père et fils construisent ensemble la Ka’ba [Coran 2 : 125-127]. À plusieurs reprises dans le Coran, le fidèle est sommé de déclarer qu’il adore le Dieu d’Abraham, d’Ismaël et d’Isaac ; parfois on ajoute les noms de prophètes, surtout Moïse et Jésus. Loin d’être un rejeton bâtard, Ismaël fut un « avérateur de la promesse, ce fut un prophète, un envoyé ; il enjoignait aux siens la prière, la pureté, il agréait à son Seigneur » [Coran 19 : 54-55]. Quand le Coran décrit comment Abraham s’apprêta à sacrifier son fils, il ne précise pas s’il s’agissait d’Ismaël ou d’Isaac [37 : 101-107].
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   05 mai 2017
Les géographes arabes plaçaient le centre du monde parfois à Bagdad, parfois dans les villes saintes de l’Arabie. Les géographes européens du Moyen Âge n’ont jamais prétendu habiter le centre du monde. Redevables aux traditions antiques, ils étaient conscients d’habiter les franges du nord-ouest de la Terre. Le centre, c’était Jérusalem : on le voit sur de nombreuses mappemondes médiévales. Elles partagent le monde en trois continents entourés de la mer Océane : l’Asie, à l’est, occupe la moitié de la surface habitable de la terre ; l’Afrique occupe le quadrant sud-ouest et l’Europe le nord-ouest.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   05 mai 2017
Le politologue américain Samuel Huntington affirme au contraire que « durant la majeure partie de l’histoire de l’humanité, les contacts entre civilisations, quand il y en avait, sont restés intermittents1 » ; ce serait seulement à partir des expéditions portugaises et espagnoles d’exploration et de colonisation, au tournant du XVIe siècle, que les civilisations entrent en contact permanent les unes avec les autres. Sur la base de cette énorme erreur historique, Huntington construit sa fameuse thèse du « choc de civilisations », selon laquelle un nombre limité de « civilisations » bien distinctes (Occident, Islam, Chine, etc.) se développent en autonomie, puis se heurtent les unes aux autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   05 mai 2017
Chez les auteurs arabes, l’Europe (Arufa), terme hérité de la tradition grecque, est aussi présentée dans la géographie érudite comme une des parties du monde. Mais elle joue un rôle minime, puisqu’en général les géographes arabes rejettent la division en continents pour un autre schéma, également d’origine grecque : ils partagent le monde en climats, au nombre, le plus souvent, de sept. Ils considèrent donc l’Europe non pas comme une unité, mais comme des pays (balad) bien distincts : ceux des Rûm (Byzantins), des Ifranj (Francs), des Slaves, etc. ; c’est-à-dire qu’ils reconnaissent dans ces pays une pluralité et une diversité, plutôt qu’une « civilisation » rivale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   05 mai 2017
On ne peut certes pas parler d’une vision de l’« Europe », mais plutôt d’une vision d’un Nord vague et immense où l’on perçoit mal les frontières entre Francs, Slaves et Turcs. Ces peuples, pour Mas’ûdî, sont les voisins de Gog et Magog, peuples sauvages qui, selon la Bible et le Coran, doivent dévaster le monde civilisé à la fin des temps. On sent que ces farouches hommes du Nord sont en quelque sorte à mi-chemin entre l’homme « normal », celui qui habite les climats centraux, et les êtres monstrueux, Gog, Magog, anthropophages et Waq-Waq, qui hantent la périphérie du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Henry Laurens (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry Laurens
Henry Laurens, professeur du Collège de France et titulaire de la chaire Histoire contemporaine du monde arabe, présente son cours de l'année 2017-2018 : Les crises d'Orient : le Moyen-Orient à partir de 1914.
Retrouvez les vidéos de ses enseignements : http://www.college-de-france.fr/site/henry-laurens
Mon cours de cette année, et certainement des années suivantes, partira de 1914 au moins jusqu'aux années 1970. Mes cours seront en quelque sorte une histoire politique du Moyen-Orient comme objet géopolitique. le but est évidemment de montrer que la source des violences, à travers les complexités des analyses historiques, réside beaucoup plus dans la géopolitique que dans une quelconque culture.
Un exemple assez amusant par ses échos contemporains, c'est le fait que l'Allemagne de Guillaume II a encouragé un vaste projet de jihad contre la France et l'Angleterre, qu'on avait surnommé à l'époque le "jihad made in Germany", qui a échoué lamentablement parce que les musulmans de l'époque n'y croyaient pas vraiment en dépit des travaux des émissaires allemands qui sont allés jusqu'à l'Afghanistan.
Une idéologie est d'abord une recette, un instrument pour une lutte politique.
La thèse principale avait déjà été développée il y a près d'un siècle par l'historien britannique Arnold Toynbee : nous avons une question d'Orient au sens où vous avez des puissances occidentales qui se confrontent au niveau de différents intérêts économiques, stratégiques, coloniaux, etc., dans cette région du monde, eh puis nous avons la question de l'occidentalisation des sociétés, c'est-à-dire l'adoption du modèle universel de l'État-nation et donc, par exemple, ceux qui avant 1914 étaient considérés comme des communautés au sens générique du terme deviennent à partir de 1919 des minorités parce qu'on plaque sur le Proche-Orient le vocabulaire des traités concernant l'Europe centrale et orientale de 1919-1920.
L'effondrement de l'Empire ottoman a évidemment créé des successions d'États homogènes de population ce qui a engendré, aussi bien dans le Caucase, dans les Balkans, au Proche-Orient, etc., ce qu'on a pu appeler des "terres de sang", c'est-à-dire des espaces dans lesquels les constructions étatiques étaient faites sur la base d'épurations ethniques, de déplacements forcés de populations, voire de génocides. L'Anatolie a été une terrible terre de sang durant la première guerre mondiale et les années qui ont suivi, ce qui fait qu'il y a eu une relative homogénéisation ethnique, relative puisqu'il reste maintenant encore face à face les Kurdes et les Turcs en Anatolie avec des violences qui se poursuivent jusqu'à aujourd'hui. Aujourd'hui les terres de sang sont devenues la Syrie et l'Irak.
La violence au XXe siècle vient de l'Europe. Les conflits mondiaux sont des conflits européens et les Européens se battent sur plusieurs continents. le problème spécifique du monde arabe c'est qu'il est à la fois trop proche de l'Europe et trop près de Dieu, ce qui constitue un cocktail absolument détonnant qui explique la violence d'aujourd'hui car j'avoue que mon cours a été inspiré par une réflexion sur les événements les plus actuels : c'est à partir des déclenchements de la guerre civile syrienne et avant irakienne que je me suis posé des questions pour savoir si on n'était pas là à un ixième épisode d'un système politique qui s'était mis en place il y a plus de deux siècles.
Découvrez toutes les ressources du Collège de France : https://www.college-de-france.fr
Suivez-nous sur :
Facebook : https://www.facebook.com/College.de.France Instagram : https://www.instagram.com/collegedefrance Twitter : https://twitter.com/cdf1530
+ Lire la suite
autres livres classés : histoireVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2444 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre