AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070349388
336 pages
Gallimard (07/02/2008)
3.19/5   54 notes
Résumé :
Il est réalisateur, elle est romancière. Ils savent ou croient savoir quelque chose des histoires qu'on se raconte et du cinéma qu'on se fait.

Et pourtant, comment enchaîner ces deux phrases qui les lient, puis les délient, ces deux plans fixes : je t'aime -Je ne t'aime plus ? Qu'est-ce qui se passe entre deux ? Qu'est-ce qui passe - ne fait que passer ?

Comment dire ce qui ne s'entend pas, comment montrer ce qui ne peut pas se voir ? ... >Voir plus
Que lire après Ni toi ni moiVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Ce livre reprend les mails que l'auteure a envoyés à un réalisateur souhaitant adapter à l'écran sa nouvelle autobiographique « L'homme de ma mort ».
Dans ses mails, elle répond aux suggestions de scenario du réalisateur qui ne souhaite pas forcément coller à la nouvelle, à ses questions et remarques sur le film à faire. Elle lui raconte aussi sa rencontre avec cet homme (l'homme de sa mort, réalisateur lui aussi), leur amour et rapide désamour. Elle essaie de comprendre comment l'amour de cet homme pour elle a pu disparaître. Elle raconte comment cette histoire l'a brisée, l'a laissée exsangue, incapable d'écrire à nouveau à part cette petite nouvelle.
Ce livre est complexe, tout en jeux de miroirs. En effet, il y a deux livres dans le livre : « l'homme de ma mort » de l'auteure et « Adolphe » un livre autobiographique du XIX ème de Benjamin Constant dont elle parle très souvent et qui raconte en gros la même histoire que la sienne. Il y a aussi le film dans le livre et une pièce de théâtre dans le film, tout ça avec les mêmes personnages mais avec des noms différents.
L'auteure est « je » et Camille (son vrai prénom n'est cité qu'une seule fois à la fin du livre) quand elle parle d'elle et de son histoire réelle avec cet homme. Elle est aussi « elle » ou Hélène, la femme qui l'incarnera dans le film. Elle est enfin Ellénore. Hélène, dans le scenario que propose l'auteure, monterait une pièce de théâtre avec Benjamin et Ellénore, l'héroïne de Benjamin Constant dans Adolphe. Vous suivez ?
C'est d'autant plus compliqué que, parfois pour raconter un événement, elle alterne les « je » et les « elle ». Elle mêle souvent son histoire réelle aux propositions d'adaptation.
L'homme qu'elle a rencontré sera Arnaud dans le film, on ne connaîtra pas son vrai prénom. Il sera aussi Benjamin dans la pièce de théâtre car Arnaud et Benjamin ont beaucoup de points communs. En effet, le héros de Benjamin Constant dans son livre « Adolphe » fera tout pour se faire aimer d'Ellénore et une fois aimé d'elle, il s'en désintéressera. Vous suivez toujours ?
L'auteure souhaite que le film traite de ce désamour. le film serait un polar avec une enquête sur la disparition de l'amour qui se transforme en mépris et en haine. Il y a beaucoup de discussions sur la façon de montrer ce désamour. Comment dire ce qui ne s'entend pas ? Comment montrer ce qui ne peut pas se voir ?
Dans presque tout le livre, elle laisse entendre que l'amour finit toujours en désamour, que l'amour est une blessure mortelle. D'ailleurs, il y a beaucoup de références à la souffrance, à la mélancolie et à la mort.
A la fin, elle trouve une espèce d'explication au fiasco de leur amour qui n'est plus forcément une fatalité comme elle a pu le laisser entendre depuis le début.
Moi il y a une question que je me suis posée presque au début du livre, c'est comment elle a pu continuer à l'aimer si longtemps alors que très vite, il s'est révélé goujat, méprisant. Même l'explication qu'elle a trouvée à la fin n'est pas une raison pour se comporter comme un goujat. Plutôt que de se demander pourquoi il ne l'aimait plus, elle aurait pu se demander pourquoi elle continuait à l'aimer et s'acharnait à faire renaître son amour à lui alors qu'il la méprisait et la haïssait probablement.
Malgré le jeu de miroirs et les mélanges de « je » et « elle », on n'est pas perdu dans l'histoire. On arrive à voir quand elle parle d'elle et quand elle parle de l'adaptation. le livre se lit bien et est bien écrit. Il y a cependant des longueurs notamment lors des scènes de théâtre que l'auteure propose au réalisateur et sur les discussions autour du casting pour trouver les acteurs qui incarneront Camille et l'homme de sa mort.
C'est un livre que j'ai aimé sans plus. J'aurais préféré que ce soit un roman autour de son histoire sans passer par une adaptation au cinéma et encore moins au théâtre.
Commenter  J’apprécie          00
Il s'agit d'une correspondance entre une romancière et un cinéaste qui souhaite faire adapter au cinéma sa nouvelle. La romancière se met alors à conter son histoire car il s'agit d'une histoire vraie qu'elle a réellement vécu. Elle va tout de même changer les noms. Pour elle, ce sera Hélène et l'homme de l'histoire, Arnaud.
Elle raconte alors leur histoire d'amour, quand tout est beau au début et que du jour au lendemain, tout peut s'arrêter. "Arnaud" la quitte mais "Hélène" ne cesse de l'aimer. Au fond qu'est ce que l'amour ?
"Vous trouvez ça normal, vous, que l'amour passe ? Qu'il ne fasse que passer ?"

Le ton de l'écriture est très beau. C'est agréable de lire Camille Laurens, une auteure que je n'avais encore jamais lu jusqu'à présent. Mais sinon, j'ai trouvé ce livre pas facile à suivre car la narratrice précise dans ses correspondances les changements qu'il faut y faire, elle fait référence aussi à un auteur Benjamin Constant de son livre "Adolphe" qui m'était inconnu jusqu'à maintenant, mais avec tout ce que l'on apprend dans ce roman, j'ai maintenant très envie de le lire. Mais il n'est absolument pas nécessaire de le lire avant.

Pour en revenir à "Ni toi ni moi", il y a beaucoup de narrations et peu de dialogue. Je ne pourrais dire l'avoir apprécier car je me suis lassement ennuyée.. C'était long et sans grand intérêt. Mais où voulez en venir l'auteure ? Une déception..
Je retenterai une lecture de cette auteur à l'avenir.
Commenter  J’apprécie          31
Comment parvenir à encore dire quelque chose des ruptures ou des histoires d'amour qui finissent mal en général ou bien mal en particulier. Des expériences uniques et singulières qu'on peut chercher à sublimer, à endure, à encorporer pour supporter, survivre, vivre à nouveau. Comment ?
(On peut aussi se demander pour quoi mais alors.....)
Ici, Camille Laurens superpose, interpose, du roman de la romancière, du cinéma du cinéaste, de la psychanalyse d'un psychanalyste, et d'un auteur Constant. Ces articulations sont relativement intéressantes, relativement réussies, pas nulles en tout cas.
Personnellement, certains passages m'ont tué, touchant très fort et très juste to the core. D'autres trop longs m'ont lassé, voire énervé.
Commenter  J’apprécie          20
Trop bizarrement ficelé pour être lu avec plaisir ! J'avais pourtant notamment lu d'elle et apprécié : Dans ces bras-là.
Commenter  J’apprécie          51
Histoire d'une rupture décortiquée à la loupe
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Ça a commencé comme ça, voilà ce qu'il faut montrer : le début de l'amour, comment c'est, la peur que c'est. Il faut le montrer parce qu'ensuite on l'oublie, il y a une ellipse, un blanc pareil au trou de mémoire creusé dans le début de la vie : on passe tout de suite aux photos de famille et aux goûters d'anniversaire, maman et ses bras, et l'ours en peluche. On oublie la naissance, on oublie qu'on a eu froid, qu'on a eu mal, qu'on a eu peur, on ne veut pas le savoir. (...) L'amour commence comme il finira, il finit comme il a commencé.
Commenter  J’apprécie          80
L’amour commence comme il finira, il finit comme il a commencé, par cet effroi qui serre le cœur autour d’un vide, cet appel d’air entravé qui coupe le souffle comme un appel à l’aide, ce mouvement d’accordéon intime qui inspire et expire, diastole et systole, chaud-froid, pompe affolée.
Commenter  J’apprécie          100
Je voudrais crier, demander ce qui s'est passé. Mais je pourrais hurler, on ne m'entendrait pas, je suis trop profond dans le noir. Le temps est arrêté, la solitude domine tous les sentiments, et la peur une peur folle. […] Le contraire a autant de poids que la chose, l'envers est l'endroit, le bien le mal, le plaisir la douleur, l'un l'autre.C'est le cauchemar qui hante mes nuits: plus de sens.
Commenter  J’apprécie          50
Vous avez raison : j'avais commencé un roman, en effet, autour de cette histoire. J'ai des dizaines de feuillets, fragments dépareillés, note à moitié rédigées sur le vif, bouts de journaux, citations, pensées diverses. Mais je ne crois pas qu'il y ait grand chose à en tirer. Après tout c'est juste l'histoire d'une illusion, un homme qui ne m'a pas aimée.
Commenter  J’apprécie          30
On n'oublie jamais ceux qu'on aime. Tout passe tout s'efface hors le souvenir. L'amitié et l'amour les pleureront toujours. Le temps passe les souvenirs restent.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Camille Laurens (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camille Laurens
Librairie généraliste crée en 2018. Avec Charline Corbel, directrice.
Coup de coeur : "Fille" de Camille Laurens édité chez Gallimard.
17 cours Saint-Louis à Bordeaux https://asso.librairies-nouvelleaquitaine.com/librairies/librairie-des-chartrons/
Inédite édition de l'Escale du livre, du 24 au 28 mars 2021 et durant tout le printemps https://escaledulivre.com/
Suivez nous Youtube : Escale du livre - Bordeaux https://www.youtube.com/channel/UCPVtJFeOHTTNtgQZOB6so1w Facebook : escale.dulivre https://www.facebook.com/escale.dulivre Instagram : escaledulivre https://www.instagram.com/escaledulivre/?hl=fr Twitter : escaledulivre https://twitter.com/escaledulivre

© musique : Hectory - Réalisation et sound design : Grenouilles Productions - création graphique : Louise Dehaye / Escale du livre 2021 - Inédite édition
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (162) Voir plus



Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
443 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre

{* *}