AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246136415
576 pages
Éditeur : Grasset (12/10/1971)

Note moyenne : 3.19/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Commençant par une aventure désinvolte, intitulée 'Les Bêtises de Cambrai' et située dans la France d'après 1940, le créateur de Gustin est obligé de relire son récit pour le rendre publiable, en l'étoffant. Il se livre à un 'Examen du texte' et de ses sources qui aboutit finalement à une autobiographie quelque peu retouchée. Après quoi, il abandonne la plume pour devenir planteur, puis note au jour le jour ses actes et ses réflexions dans 'Le Vin quotidien'. En les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
BVIALLET
  04 mai 2012
Par un instant de distraction, le jeune Gustin, bidasse de l'armée d'Armistice, attire l'attention du Capitaine de la Hure et arrive en recourant à une longue série de mensonges astucieux à sortir indemne de la suite péripéties improbables (prison, franchissement de la ligne de démarcation, actes de résistance…) que constitue la première partie du livre intitulée « Les bêtises de Cambrai ». Obligé de relire son récit, l'écrivain se livre ensuite à un « Examen » du texte qui tourne à l'autobiographie revue et corrigée. Puis il abandonne la plume pour devenir planteur en Indochine. Il continue à noter ses actes et ses impressions dans une sorte de journal intitulé « Le vin quotidien ». Finalement, il essaie d'approfondir et de chercher une sorte de philosophie de la vie qu'il présente sous la forme de l'essai final, « Le fin fond ».
le lecteur se trouve donc devant un pavé littéraire de près de 800 pages complètement disparate et entièrement dévoué à l'étude d'un personnage, au bout du compte assez peu intéressant, Monsieur Jacques Laurent lui-même, écrivain, surtout connu pour ses romans de gare (« Caroline chérie ») écrits sous le nom de plume de Cécil Saint Laurent (le Lévy des années 60/70). Obsédé sexuel, il accumule les conquêtes féminines (réelles ou imaginaires) et décrit à longueur de pages ses bonnes fortunes avec une certaine complaisance ce qui n'est finalement pas le plus déplaisant du bouquin. Bien pires sont le délayage, le nombrilisme, les répétitions avec des scènes revues et corrigées selon l'humeur du moment, sans oublier les descriptions de plusieurs pages sur l'aspect d'une simple toile cirée… Ayant bien intégré les codes du « nouveau roman » pour échapper à la littérature alimentaire, Laurent au bout du compte, n'arrive qu'à une chose : lasser le lecteur le plus bienveillant. Son bouquin tombe des mains et on se demande (ou plutôt on ne se demande pas) comment cet amas indigeste a pu mériter le Prix Goncourt 1971 !
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Courrielle
  06 mai 2017
Je l'ai trouvé trop difficile à l'époque et ai abandonné. C'est tout le souvenir que j'en ai.
Commenter  J’apprécie          10


Lire un extrait
Videos de Jacques Laurent (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Laurent
Radioscopie de Jacques Laurent par Jacques Chancel, 1978
autres livres classés : hussardsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2318 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre